Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Theresienstadt (homonymie).

Theresienstadt
Theresienstadt arbeit macht frei.jpg
Entrée de la cour 1 de la prison, dans la petite forteresse de Theresienstadt. Le texte indique en allemand « Le travail rend libre ».
Présentation
Type Camp de transit, camp de concentration
Gestion
Dirigé par Siegfried Seidl
Anton Burger
Karl Rahm
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Localité Terezín
Coordonnées 50° 30′ 49″ nord, 14° 09′ 53″ est

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Theresienstadt

Le camp de concentration de Theresienstadt a été mis en place par la Gestapo dans la forteresse et ville de garnison de Theresienstadt dans les Sudètes annexés par l'Allemagne nazie, aujourd'hui Terezín en République tchèque.

Sommaire

HistoireModifier

Le , la Gestapo prend le contrôle de Theresienstadt et installe une prison dans la Kleine Festung (petite forteresse). Le 24 octobre 1941, le site est transformé en camp de transit pour les Juifs tchèques avant la déportation à l'Est[1]. En même temps, Theresienstadt devient un ghetto pour les Juifs allemands et autrichiens âgés ou célèbres[2]. Pour le monde extérieur, Theresienstadt est présenté par les nazis comme une colonie juive modèle. Mais à l'intérieur, il s'agit d'un camp de concentration. Un grand nombre de Juifs provenant de Tchécoslovaquie, environ 7 000, sont notamment enfermés à Theresienstadt.

Des dizaines de milliers de personnes y périrent, certaines assassinées, d'autres sont mortes de malnutrition et de maladie. Plus de 150 000 personnes, y compris des dizaines de milliers d'enfants y ont été détenues avant d'être transportées par chemin de fer vers les camps d'extermination de Treblinka et Auschwitz ainsi que vers des camps plus petits[3]. La gestion au quotidien du camp était confiée à un conseil des anciens, composé au départ de membres de la communauté juive de Prague, la Jüdische Kultusgemeinde (JKG), puis élargie ensuite à des responsables juifs de Berlin et Vienne. Ce conseil avait la lourde responsabilité de désigner ceux qui allaient être exterminés[4].

Le 3 mai 1945, le contrôle du camp est transféré par les Allemands à la Croix-Rouge. Le maquis tchèque pénètre en premier à Theresienstadt suivi par L'Armée rouge quelques jours plus tard, le 8 mai 1945. Des actes de vengeance tolérés par les autorités soviétiques, sont commis par des survivants contre d'ex-Kapos, mais aussi des civils allemands[5]. Theresienstadt devient un camp de détention de ceux-ci, dans le cadre de l'internement des Allemands des Sudètes. Les conditions de détention y sont décrites par les témoins comme similaires à celles auparavant imposées par les nazis à leurs propres victimes[6]. Dans le même temps, certains des survivants juifs de Theresienstadt, lors de leur retour vers la Pologne, sont témoins ou victimes de l'antisémitisme polonais[7].

PopulationModifier

La fonction de Theresienstadt évolue rapidement après que Joseph Goebbels et Reinhard Heydrich prennent conscience que la disparition de certains Juifs renommés, ou Prominenten, (artistes, savants, décorés ou mutilés de la Première Guerre mondiale) ne manquerait pas de susciter des questions quant au sort réservé au peuple juif tout entier. C’est le 20 janvier 1942, lors de la conférence de Wannsee, que le double statut de Theresienstadt — camp de transit pour les Juifs du Protectorat de Bohême-Moravie et ghetto pour les Juifs du Reich âgés de plus de 65 ans (Ältersghetto), où ils pourront s’éteindre d’eux-mêmes, et pour les Prominenten —, est officialisé. À partir de 1943, les « cas particuliers » des lois de Nuremberg (mariages mixtes, « demi-Juifs » issus d’un parent non juif, etc.) peuvent y être envoyés. Le camp de Theresienstadt — où la correspondance écrite (courrier) avec l’extérieur sera encouragée tout en étant rigoureusement surveillée, voire manipulée — est donc conçu par Heydrich pour répondre aux interrogations de l’opinion publique sur le traitement des Juifs dans les camps.

Des artistes de premier ordre sont passés par Theresienstadt : écrivains, peintres, scientifiques, juristes, diplomates, musiciens et universitaires. Beaucoup trouvèrent la mort à Auschwitz-Birkenau.

La communauté de Theresienstadt veille à ce que les enfants bénéficient d'une éducation : des classes quotidiennes et des activités sportives sont organisées, le magazine Vedem est publié. 15 000 enfants bénéficient de ces mesures. Parmi ceux-ci, à peine 1 100 étaient encore en vie à la fin de la guerre. D'autres estimations font état d'à peine 150 enfants survivants.

Les conditions de vie à Theresienstadt sont extrêmement difficiles. Sur une superficie qui accueillait jusque-là 7 000 Tchèques, environ 50 000 Juifs sont rassemblés. La nourriture est rare : en 1942, environ 16 000 personnes meurent de faim ; parmi elles, Esther Adolphine, une sœur de Sigmund Freud, qui décède le 29 septembre 1942.

En 1943, 500 Juifs du Danemark sont déportés à Theresienstadt, après avoir failli s'enfuir en Suède à l'arrivée des nazis. Cette arrivée de Danois aura une conséquence importante : le gouvernement danois insiste en effet pour que la Croix-Rouge ait accès au ghetto, à l'inverse de la plupart des gouvernements européens, qui ne s'occupent guère du traitement réservé à leurs citoyens juifs.

Personnalités y ayant vécu ou transitéModifier

Personnalités y étant décédéesModifier

Un instrument de propagandeModifier

Les nazis autorisent la visite de la Croix-Rouge pour faire pièce aux rumeurs à propos des camps d'extermination. Pour minimiser l'apparence de surpopulation, un grand nombre de Juifs sont déportés à Auschwitz. Les façades sont repeintes, le café est redécoré, de faux magasins sont achalandés pour donner l'impression d'un confort relatif. Les Danois à qui la Croix-Rouge rend visite sont installés dans des pièces fraîchement repeintes. Jamais plus de trois personnes n'y vivent. Les invités assistent à la représentation d'un opéra pour enfants, Brundibár.

Maurice Rossel, l'envoyé du CICR en juin 1944, est complètement mystifié. Claude Lanzmann a réalisé en 1997 un documentaire, titré Un vivant qui passe, qui utilise une interview accordée en 1979 par Maurice Rossel : il y décrit le camp de son point de vue, tel qu'il lui sera présenté par la mise en scène des nazis.

La supercherie des nazis est un tel succès qu'un film de propagande est tourné (Der Führer schenkt den Juden eine Stadt - Le Führer donne une ville aux Juifs). Le tournage démarre le 26 février 1944 sous la direction de Kurt Gerron, un réalisateur, artiste de cabaret et acteur, qui était apparu avec Marlene Dietrich dans L'Ange bleu. On y voit notamment le chef d'orchestre déporté Karel Ančerl y diriger une œuvre du compositeur Pavel Haas, déporté lui aussi. Après le film, la plupart des acteurs et des membres de l'équipe, y compris le réalisateur, sont déportés à Auschwitz. Gerron et sa femme sont gazés le 28 octobre 1944. Le film n'a jamais été diffusé à l'époque, mais découpé en petits morceaux destinés à la propagande ; seuls quelques fragments subsistent aujourd'hui. Souvent intitulé Le Führer donne un village aux Juifs, son titre est en fait Theresienstadt. Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet[12].

StatistiquesModifier

Environ 144 000 personnes ont été déportées à Theresienstadt. Un quart d'entre elles, 33 000, mourut sur place, principalement à cause des conditions de vie (famine, maladies, épidémie de typhus à la fin de la guerre). 88 000 Juifs furent déportés à Auschwitz et dans les autres camps d'extermination. À la fin de la guerre, on dénombrait à peine 19 000 survivants.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

FilmographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Georges Bensoussan (dir.), Jean-Marc Dreyfus (dir.), Édouard Husson (dir.) et al., Dictionnaire de la Shoah, Paris, Larousse, coll. « À présent », , 638 p. (ISBN 978-2-035-83781-3), p. 541
  2. Dictionnaire de la Shoah, p. 541
  3. (en) « The Holocaust Chronicle PROLOGUE: Roots of the Holocaust, page 282 », sur www.holocaustchronicle.org (consulté le 9 avril 2018)
  4. Thomas Nagel, La double peine des juifs de Theresienstadt, in Books, no 88, mars-avril 2018, p. 56-61 (article paru initialement dans The New York Review of Books le 28 septembre 2017, traduit pour Books par Alexandre Lévy.
  5. Lowe 2013 [EPUB] emplacements 3184, 2154, 2193, 4361 sur 13628.
  6. Lowe 2013 [EPUB] emplacement 3184 sur 13628.
  7. Lowe 2013 [EPUB] emplacement 4800 sur 13628.
  8. (en) Hans Günther Adler
  9. (en) Felice Schragenheim
  10. (en) Elisabeth Wust
  11. Lorraine Millot, « Elisabeth Wust, 85 ans. Mariée à un nazi ordinaire, puis amoureuse d'une juive morte en camp qu'elle célèbre dans «Aimée et Jaguar». A Felice. », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  12. « Extrait du film nazi », sur YouTube