Ouvrir le menu principal

Campénéac

commune française du département du Morbihan

Campénéac
Campénéac
Blason de Campénéac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Ploërmel
Intercommunalité Ploërmel Communauté
Maire
Mandat
Louis-Marie Martin
2014-2020
Code postal 56800
Code commune 56032
Démographie
Gentilé Campénéacois, Campénéacoise
Population
municipale
1 925 hab. (2016 en augmentation de 4,28 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Population
aire urbaine
14 900 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 30″ nord, 2° 17′ 36″ ouest
Altitude 80 m
Min. 46 m
Max. 216 m
Superficie 60,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Campénéac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Campénéac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Campénéac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Campénéac
Liens
Site web Site officiel de la commune de Campénéac

Campénéac [kɑ̃peneak] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

Au cœur du Massif armoricain, Campénéac se situe à 9 km au nord-est de Ploërmel, approximativement entre Vannes et Rennes, dans le nord-est du Morbihan, non loin de la forêt de Brocéliande.

Cadre géologiqueModifier

 
Carte géologique du Massif armoricain.
 
Dalles de Néant.

La région de Campénéac est localisée dans le domaine centre armoricain[1], dans la partie médiane du Massif armoricain qui est un socle ouest-européen de faible altitude (maximum 400 m), caractérisé par des surfaces d'aplanissement et qui résulte d'une histoire complexe composée de trois orogenèses : icartienne (Paléoprotérozoïque,ca. 2,2-1,8 Ga), cadomienne (Édiacarien 750-540 Ma)[2] et surtout varisque (ou hercynienne, au Dévonien-Carbonifère, 420-300 Ma)[3]. La structure du Massif armoricain résulte de la superposition de l'héritage[4] de ces deux derniers orogènes[5].

Campénéac est situé dans un vaste bassin sédimentaire constitué de sédiments détritiques essentiellement silto-gréseux issus de l'érosion de la chaîne cadomienne et accumulés sur plus de 15 000 m d'épaisseur, sur lesquels repose en discordance des formations paléozoïques sédimentaires[6]. On peut observer à Campénéac, au départ de la route d’Augan, au pied d’un mur, un affleurement de roches briovériennes à faciès « Dalles de Néant » qui se présente sous forme d'alternances de bancs millimétriques d'argilites grises homogènes présentant un débit caractéristique en « baïonnette » ou « prismatique » dû au plan de schistosité, avec des bancs de siltites fines rubanées et des bancs de grès moyens à grossiers, souvent chenalisants et plurimétriques[7]. Les lamines visibles « évoquent des dépôts sédimentaires « rythmiques » analogues aux dépôts de turbidite, tels qu’on les voit aujourd’hui, en milieu marin, généralement au-delà du plateau continental, en aval de débouchés de fleuves à fort débit[8], remaniant des alluvions[9] ».

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Kenpeniac en l'an 840[10].

Kempenieg en breton.

Campénéac est issu d'une *Campaniacum, type toponymique formé avec le suffixe d'origine gauloise -acum.

HistoireModifier

Campénéac est un fundus gallo-romain et peut à ce titre être considérée comme une paroisse primitive. Elle est citée comme paroisse dès le IXe siècle [11]. À signaler aussi que le lieu Bernéan ou Brenéen est connu dès l'an 480 sous les noms de Broon-Ewin ou Lis-Broniwin[réf. souhaitée]. La paroisse de Campénéac dépendait autrefois du diocèse de Saint-Malo.

Campénéac est le lieu de naissance d'Armelle Nicolas (1606-1671), dite la bonne Armelle, servante dont la piété, la charité et les extases mystiques suscitèrent un culte qui perdura en Bretagne jusqu'au début du XXe siècle au moins.

Campénéac est érigée en commune en 1790 et en chef-lieu de canton. En 1802, Campénéac passe dans l'évêché de Vannes.

On y parlait le gallo, une langue romane (à la différence du breton qui est une langue celtique), parlée en Haute-Bretagne.

Nota : Campénéac est connue à la cour de Louis XIV grâce à la chanson des Gars de Campénéac, composée en 1585.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Campénéac se blasonnent ainsi :

De gueules à trois chevrons d’hermines. (Armes de la famille de Trécesson).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 Jacques Lameule
1791 Mathurin Crambert
1793 Jacques Lameule
1795 Pierre Dore
1795 Yves Bare
1800 Pierre Quedillac
1800 Pierre Badouel
1807 Jean-Baptiste Nozai
août 1816 Pierre Badouel
mai 1832 Alphonse
Bourelle de Sivry
Centre gauche Conseiller général
Député (1831-1842)
Sénateur (1854-1862)
novembre 1833 Pierre Nouvel
1847 M. Legendre-Dubourg
avril 1848 Pierre Nouvel
septembre 1865   Jean-Marie Lanier    
mars 1877 Julien Le Ray
1886 Mathurin Duchesne
1917 Comte de Busnel
1919 François Moro
1943 Jean Perrichot
1943 François Sentier
1969 Joseph Picard
1995 Jean Pelard
2008 Christian Adelys
2014 Louis-Marie Martin
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2016, la commune comptait 1 925 habitants[Note 1], en augmentation de 4,28 % par rapport à 2011 (Morbihan : +2,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1502 1662 0542 2072 1892 1572 0642 1072 225
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3142 3032 2792 0302 0702 1092 1772 2402 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1342 1162 0711 6461 6381 6491 6431 4581 496
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 4461 3991 3561 3051 4061 4641 6591 6861 714
2013 2016 - - - - - - -
1 9171 925-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Armelle Nicolas (1606-1671), dite la bonne Armelle. Le crâne de la bonne Armelle est conservé à titre de relique à la sacristie de l'église de Campénéac. (Le reste du corps est conservé à l'évêché de Vannes.)

Broceliande CampénéacModifier

La Brocéliande Campénéac est le club de foot de la commune fondé en 1949. Il se compose de deux équipes senior, une évoluant en District 2 et l'autre en District 4. Avec plus de 100 licenciés, la Brocéliande dispose d'un stade doté de deux terrains et des vestiaires récents. L'école de football est en entente avec les volontaires d'Augan et se développe d'année en année. Cette école possède des équipes de différents niveaux d'âge. Le club dispose d'un site internet[16].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte des différentes unités litho-structurales de l'ouest du Bassin de Paris et du Massif armoricain, tiré de Michel Ballèvre, « Structure et évolution du Massif armoricain », Géochronique, 105, mars 2008, p. 29-31
  2. (en) [vidéo] Visionner : Plate Tectonics 600Ma to Today by CR Scotese sur YouTube
  3. (en) [vidéo] Visionner : Plate Tectonics, 540Ma - Modern World - Scotese Animation sur YouTube
  4. L'orogenèse cadomienne est marquée au nord du massif par des directions N70 (groupes de direction N 60° à N 85° et quelques autres issus de failles associées). L'orogenèse varisque est la principale responsable de l'architecture de la majeure partie du massif, notamment au travers du Cisaillement Nord-Armoricain et des deux branches du Cisaillement Sud Armoricain de direction N110 (séparant les quatre grands domaines armoricains (Nord-armoricain, Centre-armoricain, Sud-armoricain et le Léon), des groupes de failles N 20° à N 40 °, et des directions N140 à N160, héritées du pré-rifting atlantique avorté du Permo-Trias. Ces groupes de failles façonnent les directions du tracé de nombreux plateaux et côtes. Cf Paul Bessin, « Évolution géomorphologique du Massif armoricain depuis 200 MA : approche Terre-Mer », thèse Sciences de la Terre. Université Rennes 1, 2014, p. 98 ; Jacques Garreau, « Remarques sur la tectonique post-hercynienne en Bretagne occidentale », Norois, no 94,‎ , p. 179-192 (lire en ligne).
  5. Michel Ballevre, Valérie Bosse, Marie-Pierre Dabard, Céline Ducassou, Serge Fourcade, et al, « Histoire Géologique du massif Armoricain : Actualité de la recherche », Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, nos 10-11,‎ , p. 5-96
  6. Yann Bouëssel Du Bourg, La Bretagne, Éditions d'Organisation, , p. 23.
  7. [PDF] E. Thomas, N. Brault, A. Carn [et al.], Notice explicative de la feuille Ploërmel à 1/50 000, BRGM, 2004, p. 25
  8. Sédimentation briovérienne, tiré de Éric Thomas, Jean-Marie Outin, Jean-Marie Rivière et al., « Notice explicative de la feuille 316 - Montfort-sur-Meu », BRGM, 1999
  9. « Paysages et Géologie en Brocéliande », sur broceliande.brecilien.org (consulté le 17 avril 2019).
  10. Ernest Nègre, no 7535[réf. non conforme]
  11. Cartulaire de l'abbaye de Redon, Charte CVII
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Site du club de football de Campénéac