Camille Ragueneau

officier général français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Ragueneau.
Camille Ragueneau
Ragueneau1932.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
AngersVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Distinction

Camille Marie Ragueneau (1868-1956) est un général de division français[1] qui exerça de hautes responsabilités logistiques durant la Première Guerre mondiale.

CarrièreModifier

Né le à Machecoul, il est le fils de Jean Ragueneau, maréchal des logis de gendarmerie, et Céline Rose Marie Bouvier.

Admis à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1886, il épouse alors Marie Thérèse Mangonneau le de la même année.

Ayant choisi l’arme de l'infanterie, il est affecté comme sous-lieutenant au 135e régiment d’Infanterie le . Capitaine en 1897, il est admis dans le service d’état-major en 1899. De 1901 à 1907, il est affecté au 4e bureau (transports et ravitaillement) de l’état-major de l’armée. Chef de bataillon en 1907, il intègre l’École supérieure de guerre comme stagiaire en 1909, puis y est employé comme professeur adjoint de tactique générale de 1910 à 1913. Lieutenant-colonel en 1912, il retrouve ensuite le 4e bureau de l’état-major, service dont il prend la direction le . C’est à ce poste essentiel de l’organisation logistique française qu’il contribue aux débuts de la Grande Guerre. Promu colonel le , il devient chef d’état-major de la direction de l’arrière, puis aide-major général directeur des services de l’arrière le . Nommé général de brigade le , il conserve cette haute responsabilité jusqu’en .

Après un bref temps de commandement à la tête de l’infanterie de la 69e division d'infanterie, il succède le au général Peltier[2] en qualité de chef de la Mission Militaire Française près l’Armée Américaine[3] à Chaumont. Cette mission est chargée de la coordination des troupes françaises avec celles de Pershing en vue de favoriser le déploiement des forces américaines[4] malgré les réticences avoués de Ragueneau[5], qui ne croit pas à une mise en place rapide des forces américaines.

Le général Ragueneau est ensuite employé comme directeur général des transports militaires en , puis devient sous-chef de l’état-major général des armées d’ à .

Après la guerre, il est promu général de division et siège comme membre du Conseil supérieur de la guerre.

Il est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur par décret du puis à celle de grand-croix le [6],[7].

Il décède le à Angers.

ŒuvresModifier

  • Les Études militaires en France et la préparation du haut commandement, par le lieutenant-colonel Ragueneau, Éditions Berger-Levrault, 1913
  • Le rôle militaire des chemins de fer par Joseph Hippolyte Felix Le Hénaff et Ragueneau (Général), Éditions Berger-Levrault, 1923
  • Stratégie des transports et des ravitaillements: avec 4 croquis hors texte par Camille Marie Ragueneau, Éditions Berger-Levrault, 1924

RéférencesModifier

  1. "Les Armées françaises dans la Grande Guerre, Volumes 2 à 3 ;Volume 6 Les Armées françaises dans la Grande Guerre, France. Armée". Service historique Auteur:France. Armée. Service historique Éditeur:Imprimerie nationale, 1934
  2. Revue historique des armées, 2007
  3. http://rha.revues.org/index2363.html
  4. Raphaëlle Autric, « La rivalité franco-américaine : l’instruction des soldats américains en France (1917-1918) », Revue historique des armées, 246 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 1er août 2008
  5. Donald Smythe et Spencer C. Tucker (introduction), Pershing, general of the armies, Bloomington, Indiana University Press, , 399 p. (ISBN 978-0-253-34381-9 et 978-0-253-21924-4, OCLC 958218905)
  6. « Notice LH du général Ragueneau », base Léonore, ministère français de la Culture.
  7. Michel Wattel et Béatrice Wattel, Les grand'croix de la Légion d'honneur : de 1805 à nos jours : titulaires français et étrangers, Paris, Archives & Culture, , 701 p. (ISBN 978-2-350-77135-9, OCLC 463284299), p. 338 : « J. O. du 9 juillet 1933. »

Liens externesModifier