Ouvrir le menu principal

Camille Godet

peintre français
Camille Godet
Defaut.svg
Naissance
Décès
Nom de naissance
Camille Joseph Godet
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Élève
Influencé par
Distinctions

Camille Godet[1], né à Rennes le et mort à Bain-de-Bretagne le , est un peintre français.

BiographieModifier

Camille Godet voit le jour au no 3 de la rue du Vau Saint-Germain à Rennes. En 1893, il intègre l'École des beaux-arts de Rennes où il étudie jusqu'en 1898. Il obtient un second prix de dessin en grand ornement en 1893, et obtient tous les ans différents prix.

En 1898, il entre à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Léon Bonnat, Jean-Joseph Benjamin-Constant et Jean-Paul Laurens. Il y a pour condisciple le peintre Jean-Julien Lemordant[2], les sculpteurs Pierre Lenoir et Albert Bourget[3]. En 1900, il interrompt ses études et travaille comme ébéniste pour le mobilier des églises de Rennes.

Camille Godet épouse Julie Gougeon en 1907.

Il devient professeur de dessin industriel aux cours du soir de l'école des beaux-arts de Rennes en 1914. La Première Guerre mondiale éclate peu de temps après sa nomination. Camille Godet, s'engage volontairement et part pour le front où il effectue des levés et des corrections de plans et cartes d'état-major. Il réalise également de nombreux croquis de scènes de guerre, et rencontre un autre peintre breton, Mathurin Méheut, avec lequel il se lie d'amitié. Pendant leurs moments de relâche, les deux hommes dessinent beaucoup. Certains des dessins de Camille Godet seront édités en cartes postales durant le conflit.

À la fin de la guerre, il reprend son poste à l'Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Sous la direction de l'architecte Emmanuel Le Ray, il participe à la décoration de l'hôtel de ville de Rennes. Dans le vestibule de l'ancien présidial, il peint une longue frise de 26 mètres de long sur 1,60 mètre de haut figurant les soldats français et alliés. Ce décor surplombe le tableau d'honneur sur lequel sont inscrits les noms des Rennais tombés pour la patrie au cours de la Première Guerre Mondiale. Godet a utilisé les nombreux croquis qu'il a réalisé pendant le conflit pour peindre cet ensemble, qui prend le nom de Panthéon Rennais. Le décor est inauguré le 2 juillet 1922.

Tout en conservant ses activités à l'école des beaux-arts, les architectes Laloy et Le Ray lui confient l'enseignement du dessin à l'école de préapprentissage qu'ils viennent de fonder en 1919[4]. Cette même année, il décore la salle de la Maison du Peuple [5] à Rennes d'une frise sur le thème du Travail. Pendant les travaux du bâtiment, Godet réalise de nombreux croquis des ouvriers du chantier qui lui servent de modèles pour la décoration de cette salle[6].

Il parcourt la Bretagne, dessinant et peignant des plages, des pardons, des scènes de la vie quotidienne de Concarneau à Saint-Guénolé en passant par Belle-Île-en-Mer et Saint-Gildas-de-Rhuys.

Camille Godet est nommé chevalier de l'ordre des Palmes académiques en 1924 et promu officier du même ordre en 1931.

Camille Godet meurt à son domicile de Bain-de-Bretagne le et est inhumé au cimetière de l'Est de Rennes. Sa fille Hélène Godet donne en 1990 une partie du fonds d'atelier au Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Décors peintsModifier

Collections publiquesModifier

  • Lamballe, musée Mathurin Méheut : Dessins de guerre ;
  • Rennes,
    • musée des beaux-arts :
      • Fonds de cent quarante deux dessins et deux toiles de Camille Godet, fruit d'une donation de la fille de l'artiste au musée en 1990, complété par un achat de seize dessins[8]. Le fonds comprend notamment :
        • Troupe militaire progressant à travers les décombres, 1917, aquarelle[9] ;
        • Carnet de croquis no 1, période de Quiberon 1919[10] ;
        • Carnet de croquis no 2, période de Quiberon 1919[11] ;
        • Poilu, 1920, pastel[12] ;
        • Autoportrait, 1897, huile sur toile[13].
    • musée de Bretagne : un ensemble d'études préparatoires au décor de la Maison du Peuple.

ÉlèvesModifier

HonneursModifier

Chevalier des Palmes académiques en 1924, promu officier en 1931.

HommagesModifier

Par décision du conseil municipal le , la municipalité de Rennes donne son nom à l'allée Camille Godet dans le quartier Maurepas-Bellangerais[14].

A l'été 2017, le Musée des Beaux-Arts de Rennes a réalisé une exposition rétrospective sur l'œuvre de Camille Godet. Cette exposition a été l'occasion d'une présentation d'une partie des œuvres issues de la donation de la fille de l'artiste au musée, en 1990[15].

Notes et référencesModifier

  1. Né Camille Joseph Godet.
  2. Originaire de Saint-Malo.
  3. Ainsi que Charles Nitch qui deviendra professeur de dessin industriel à l'école des beaux-arts de Rennes.
  4. Il en deviendra le directeur en 1933.
  5. Devenue aujourd'hui « La Cité ».
  6. En 1960, cette salle est transformée en salle de cinéma et sa fresque est dissimulées derrière des tentures. C'est en 1994 que Jean Aubert, conservateur du musée des beaux-arts de Rennes, la fait restaurer. Elle est classée au titre des monuments historiques le 6 mai 1997.
  7. Notice de l'œuvre sur le site topic-topos.com
  8. Didier Ryckner, « Camille Godet. Peintre, dessinateur et pédagogue en Bretagne », sur http://www.latribunedelart.com/, (consulté le 29 août 2017)
  9. Photographie de l'œuvre sur le site histoire-image.org
  10. Notice sur la base Joconde
  11. Notice sur la base Joconde
  12. Photographie de l'œuvre sur le site histoire-image.org
  13. Photographie de l'œuvre sur la base Joconde.
  14. wiki-rennes.fr.
  15. « Exposition Camille Godet », sur https://mba.rennes.fr/ (consulté le 29 aout 2017)

AnnexesModifier

SourcesModifier

  •  Article rédigé en partie à partir de la notice de Joël David, chargé d'odonymie à la ville de Rennes et repris sur WikiRennes[réf. nécessaire].
  • Base Joconde, portail des collections des musées de France.

BibliographieModifier

  • Dictionnaire Bénézit
  • Denise Delouche, Les peintres de la Bretagne, Quimper, Palantines, , 352 p. (ISBN 2-356-78055-6)
  • Léo Kerlo, René Le Bihan, Peintres des côtes de Bretagne, tome I, « Côte d'Émeraude : du Mont Saint-Michel à Erquy », éditions Chasse-Marée, 1999.
  • Léo Kerlo, Jacqueline Duroc, Peintres des côtes de Bretagne, tome III, « de la rade de Brest au pays Bigouden », éditions Chasse-Marée, 2005.
  • Léo Kerlo, Jacqueline Duroc, Peintres des côtes de Bretagne, tome IV, « de Quimper à Concarneau, de Pont-Aven à l'Anse du Pouldou », éditions Chasse-Marée, 2006.
  • Léo Kerlo, Jacqueline Duroc, Peintres des côtes de Bretagne, tome V, « de la rade de Lorient à Nantes », éditions Chasse-Marée, 2007.
  • (de)Allgemeines Künstler Lexikon, notice biographique de Jacqueline Duroc, traduite en allemand par Renate Treydel, Éditions Saur.
  • Guillaume Kazerouni, Camille Godet 1879-1966. Un peintre, dessinateur et pédagogue en Bretagne, Snoeck, 224 p. (ISBN 97894-6161-365-3)