Ouvrir le menu principal

Camille Chazal

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chazal.
Camille Chazal
Beaux-Arts de Carcassonne - Jeunes filles au bords de la mer 1870 - Camille Chazal.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père

Charles Camille Chazal, né le à Paris[1] et mort le dans le 6e arrondissement de Paris[2], est un artiste peintre français.

BiographieModifier

Il est l'un des fils du peintre Antoine Chazal, et un proche parent du peintre Paul Gauguin (1848-1903)[3].

ŒuvresModifier

  • La Visitation, Beauvais, musée départemental de l'Oise, acquis en 2000.
  • Jeunes filles au bord de la mer (1870),Huile sur toile, Musée des Beaux-Arts de Carcassonne
  • Pèlerins (esquisse), Château-Thierry.
  • Portrait de Camille Saint-Saëns, jeune, Dieppe, (d'après Bénézit).
  • Jésus chez Simon, Montpellier.
  • La Reine de Saba, Saint-Étienne, (d'après Bénézit).
  • Pendant les vêpres, au pardon de Notre-Dame de la Cour-en-Lantic, jadis Sarzeau, château de Suscinio. Voir plus bas.
  • Portrait de Paul Philippoteaux, Paris.
  • Le Balcon à Venise, 1876, provenant du château de La Brosse, Saint-Ouen-sur-Morin.

Les pistolets font boomerangModifier

Dans un article intitulé Les pistolets font boomerang, l'hebdomadaire Le Canard enchaîné, du 2 août 1989, révélait, que si Michel Debré, alors maire d'Amboise, avait très mal pris la décision de Jack Lang de prêter à l'URSS, dirigé alors par Gorbatchev la paire de pistolets, ayant servi lors du duel fatal entre Pouchkine et Georges-Charles de Heeckeren d'Anthès, conservés, auparavant, au musée d'Amboise. Cet édile poursuivait cependant la dilapidation du patrimoine de sa cité en transférant au Conseil général du canton de Sarzeau dirigé alors par Raymond Marcellin, un tableau de Camille Chazal à sujet breton : Pendant les vêpres, au pardon de Notre-Dame de la Cour-en-L'Antic [4] découvert dans les combles de l'hôtel de ville d'Amboise, et conservé pendant une dizaine d'années au Château de Suscinio, commune de Sazeau[5].

SalonsModifier

  • 1870, La Voie douloureuse.
  • 1872, La Reine de Saba.
  • 1876, Les Filles d'Ève, cette œuvre de grand format: 193 par 231,8, est passée en vente chez Christie's New York le 25 octobre 2006, lot 130, non vendue. Au centre de cette vaste composition on lit un quatrain :
La femme, tout d'abord, à sa race perdue ;
Par la femme à son tour le mal est racheté.
De là vient qu'à la fois nous avons ;
Et de l'amour qui sauve et de l'amour qui tue.

Billets de banqueModifier

Léon Chazal, frère de Camille, était contrôleur à la Banque de France, c'est par son biais que Camille obtint la commande de plusieurs billets de banque :

NotesModifier

  1. Archives de Paris, fichier de l'état-civil reconstitué.
  2. Archives de Paris, état-civil numérisé du 6e arrondissement, acte de décès No74 de l'année 1875. Le peintre meurt à son domicile situé 137 rue Notre-Dame-des-Champs. Son décès est déclaré par son frère Léon-Augustin, contrôleur de la Banque de France et officier de la Légion d'honneur.
  3. Petit-fils d'André Chazal (1796-1860).
  4. Sic erreur du journaliste du Canard.
  5. Au début des années 2000 à la suite d'une réorganisation des œuvres exposées, les tableaux présentés au château de Suscinio furent remis au Conseil général du Morbihan.

Liens externesModifier