Calloselasma rhodostoma

espèce de reptiles
Calloselasma rhodostoma
Description de l'image Calloselasma rhodostoma.jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Viperidae
Sous-famille Crotalinae

Genre

Calloselasma
Cope, 1860

Espèce

Calloselasma rhodostoma
(Kuhl, 1824)

Synonymes

  • Trigonocephalus rhodostoma Kuhl, 1824
  • Ancistrodon annamensis Angel, 1933

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Calloselasma rhodostoma ou calloselasme à lèvres roses ou mocassin de Malaisie[1], unique représentant du genre Calloselasma, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[2].

Cette vipère très venimeuse est souvent en contact avec les êtres humains et des centaines de cas de morsures sont signalées chaque année ; fort heureusement, seule une faible proportion de ces attaques se révèlent mortelle (environ 2%).

RépartitionModifier

 
Au Karawang, à l'ouest de Java

Cette espèce se rencontre[2] :

HabitatModifier

La mocassin de Malaisie vit dans les forêts tropicales sèches et les massifs de bambous mais il est aussi fréquent dans les plantations, à proximité des fermes car les rongeurs abondent.

DescriptionModifier

 
Vipère de Malaise, parc national de Kaeng Krachan, Thaïlande

Ce serpent mesure de 0,7 à 1 m, les femelles étant plus grandes que les mâles.

Ce serpent a une tête lancéolée avec les lèvres, le menton et la gorge blancs. Son museau est pointu et retroussé. Ses fossettes thermosensibles sont très visibles : ces capteurs de chaleur lui permettent de repérer d'éventuelles proies même dans l'obscurité[3]. Une large bande noire surmontée d'une ligne claire plus étroite s'étire des yeux jusqu'à l'arrière des mâchoires.

De chaque côte de son dos rouge, on voit des petites marques triangulaires noires.

AlimentationModifier

Le mocassin de Malaisie chasse le soir à l'orée des forêts en milieu ouvert. Il se nourrit de rats, de lézards et de grenouilles.

ReproductionModifier

C'est l'une des rares espèces de crotales ovipare. Les femelles pondent de 20 à 40 œufs puis elles s'enroulent autour pour les veiller dessus durant l'incubation.[4]

Liste des sous-espècesModifier

Selon Reptarium Reptile Database (14 septembre 2011)[5] :

  • Calloselasma rhodostoma rhodostoma (Kuhl, 1824)
  • Calloselasma rhodostoma annamensis (Angel, 1933)

TaxinomieModifier

La première utilisation du nom "rhodostoma" était apparemment faite dans un manuscrit inédit de Heinrich Boie (Erpétologie de Java) qui a été cité dans Friedrich Boie, 1827. Kuhl (1824) a publié une description formelle en 1824.

Publications originalesModifier

  • Boie, 1827 : Bemerkungen über Merrem's Versuch eines Systems der Amphibien, 1. Lieferung: Ophidier. Isis von Oken, Jena, vol. 20, p. 508-566 (texte intégral).
  • Cope, 1860 : Catalogue of the venomous serpents in the Museum of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, with notes on the families, genera and species. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 1859, p. 332-347 (texte intégral).
  • Kuhl, 1824 : Sur les Reptiles de Java. Bulletin des sciences naturelles et de géologie, vol. 2, p. 79-83 (texte intégral).

Notes et référencesModifier

  1. Collectif (trad. Michel Beauvais, Marcel Guedj, Salem Issad), Histoire naturelle [« The Natural History Book »], Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-0813-7859-9), p. Vipère de Malaisie page 399
  2. a et b (en) Référence Reptarium Reptile Database : Calloselasma rhodostoma 
  3. Marie-Paul Zierski et Philipp Röhlich, La grande encyclopédie des animaux, Terres éditions, , 320 p. (ISBN 978-2-35530-295-4), p. Crotale de Malaisie page 111
  4. Chris Mattison (trad. Yvan Ineich et Annemarie Ohler), Serpents, autres reptiles et amphibiens, Larousse, , 352 p. (ISBN 978-2-03-589883-8), p. Calloselasme à lèvres roses page 105
  5. Reptarium Reptile Database, consulté le 14 septembre 2011

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :