Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calcification.

En médecine, deux types de calcifications existent : les calcifications physiologiques comme les os, les dents ou les otolithes et les calcifications pathologiques[1],[2] qui sont ubiquitaires dans l'organisme. Notons que la quasi-totalité du calcium de l'organisme est située dans le tissu osseux[3] et dans les dents[4].

En ce qui concerne les calcifications pathologiques[5],[6] elles sont définies comme des dépôts anormaux, calciques ou non, celles-ci pouvant être situées soit dans un tissu soit dans un organe[7],[8],[9],[10]. Une classification simplifiée en distingue trois familles[11],[12],[13].

La première famille s'associe aux concrétions solides observées dans une cavité ou un canal excréteur (calculs rénaux[14],[15],[16],pancréatiques[17], biliaires[18], salivaires[19],[20],[21]).

La deuxième famille correspond aux calcifications ectopiques, c’est-à-dire localisées dans un tissu (cerveau[22],[23],[24], estomac[25],[26], poumons[27],[28], foie[29],[30], intestins[31],[32], tendons[33],[34], muscles[35],[36]). Elles peuvent s’observer dans des pathologies sévères comme les cancers du sein[37],[38], de la thyroïde[39], des testicules[40],[41], de la prostate[42],[43]. De nombreuses autres affections s’accompagnent elles aussi de calcifications pathologiques puisque ces dernières sont observables en cas de sarcoidose(de peau[44]) de maladies cardiovasculaires[45],[46],[47], d’infections[48], de maladies génétiques[49],[50] ou environnementales[51],[52] .

Enfin, des calcifications physiologiques sont susceptibles d'évoluer vers des formes pathologiques après une maladie ou une altération des systèmes physiologiques (tissu osseux et ostéoporose)[53]. La dent peut aussi bien sûr être affectée par certaines pathologies[54].

Notons que certaines calcifications pathologiques sont aussi associées au processus de vieillissement et qu'elles peuvent être localisée sur des dispositifs médicaux[55],[56],[57],[58]comme les sondes JJ[59].

Sommaire

Biominéralisation et Calcification pathologique : la Belle et la BêteModifier

La biominéralisation correspond à la synthèse de minéraux par des organismes vivants (à lire le dossier Biomatériaux - INSERM[60]). La diversité chimique des minéraux ainsi générés est limitée puisque seule une soixantaine de minéraux dits "biogéniques" ont été recensés. Dans la mesure ou la cellule est au centre de ce processus de synthèse, on peut distinguer deux cas de figure : des biomatériaux présents à l'intérieur de la cellule et ceux présents à l'extérieur. Les fonctions associées à ces deux familles s'avèrent très différentes. Les biomatériaux intracellulaires sont dédiés à la perception de la gravité ou encore à l'orientation selon le champ magnétique terrestre. Les biomatériaux extracellulaires confèrent à l'organisme vivant une certaine rigidité ou encore une protection. Pour ce second type de biomatériaux, le minéral est associé à une phase organique. Par exemple, dans le cas des exosquelettes des crustacés, le carbonate de calcium est associé à la chitine (25 p. 100 de chitine et 75 p. 100 de carbonate de calcium dans la carapace d'un crabe). Dans le cas du tissu osseux, le phosphate de calcium de structure apatitique est associé au collagène.

Pour les calcifications pathologiques, comme nous allons le voir par la suite, la diversité chimique est bien plus grande. Des phases minérales et organiques sont présentes dans ces entités qu'il est difficile de qualifier de biologiques puisque leur origine peut être soit endogène, soit exogène. Dans ce dernier cas, des médicaments peuvent être identifiés. L'ingestion de terre peut être aussi à l'origine de ces entités. De fait, la diversité des composés chimiques qui sont susceptibles d'être identifiés est très importante. Une structure hiérarchique peut s'observer dans les calcifications pathologiques. Un cas d'école est donné par les calculs rénaux dans la mesure ou pour certains d'entre eux, l'organisation par couches successives informe le clinicien sur la succession des régimes alimentaires du patient[11]. Si dans certains cas, la calcification résulte d'un dysfonctionnement cellulaire, à l'inverse la calcification est aussi capable de modifier le phénotype de la cellule[61],[62].

RechercheModifier

La recherche qui s'effectue sur ces matériaux[63],[64] est à l'interface entre physicochimie, génétique et médecine[65] ,[66]. Elle est complexe en raison notamment de la grande diversité des phases chimiques qui ont été identifiées (Plus d'une centaine dans le cas du rein incluant notamment certains médicaments[67],[68] ou encore des phases chimiques nouvelles[69],[70]). Ainsi, dans le cas du rein la synthèse de ces nanomatériaux hybrides minéral-organique s’effectue dans un milieu à fluide circulant (inhomogène et de pH variable entre 4,5 et 7,6) dont la géométrie est de type « microfluidique »[71] . De plus, les parois des différentes parties du néphron qui constituent l'unité fonctionnelle du rein (glomérule, tube proximal, hanse de Henlé, tube distal) sont le siège de transfert d’anions et de cations. La démarche scientifique est directement inspirée de celle définie par Claude Bernard (1813-1878), dont on a célébré il y a peu le bicentenaire de la naissance. Il s'agit de coordonner trois étapes : l’observation (basée sur des techniques de caractérisation tant classiques qu'implantée sur de grands instruments comme le synchrotron SOLEIL (Source Optimisée de Lumière d'Énergie Intermédiaire du LURE) ou le laboratoire Leon Brillouin), la mise en place d’un formalisme théorique (qui prend racine dans les concepts de chimie douce) et enfin la conception d’un protocole de synthèse respectant la physiologie (de type microfluidique).

Plus précisément, le programme de recherche portant sur les calcifications pathologiques s’articule sur deux axes. Afin de décrire les paramètres physicochimiques pilotant la pathogènese de ces calcifications, le premier axe s’attache à perfectionner la description structurale et chimique des calcifications pathologiques. Elle met en jeu aussi bien des techniques classiques de laboratoire[72],[73] que des techniques implantées sur des grands instruments comme le synchrotron SOLEIL[74],[75],[76],[77]. Si cette recherche a débuté en mettant en œuvre des techniques de caractérisation pertinentes à l’échelle du micromètre, il s’agit désormais de mettre en œuvre de nouvelles technologies apportant des informations à l’échelle du nanomètre.

Le deuxième axe de recherche s’intéresse aux désordres tissulaires associées aux calcifications. Pour ce faire, de nouvelles techniques de caractérisation comme la SHG (génération de second harmonique) sont mises en œuvre afin de visualiser le collagène de manière plus pertinente que les techniques de coloration usuelles mise en œuvre à l’hôpital comme la coloration au rouge sirius.

Quel intérêt pour le clinicien ? Préciser à l'échelle du micromètre leurs caractéristiques physicochimiques conduit à poser un diagnostic médical précoce et aussi à développer de nouveaux outils de diagnostic pour différentes pathologies (maladie de Wilson par exemple[78]) . Il est donc possible de caractériser des microcalcifications présentes dans des biopsies[79],[80],[81],[82]. Cette opportunité est d’autant plus pertinente que plusieurs nouvelles technologies sont implantables à l’hôpital et s’intègre donc aux techniques usuelles pratiquées dans les services hospitaliers. À ce titre, notons la présence de deux microspectroscopes Infra-Rouge à transformée de Fourier dans le service des explorations fonctionnelles à l’hôpital Tenon. Elles s’appliquent donc à un grand nombre de patients. Ainsi, dans le cadre d’une collaboration avec le Service de Néphrologie et Transplantation rénale de l’hôpital Huriez de Lille, un programme de recherche s’est établi permettant à plus de quatre cents patients insuffisants rénaux de bénéficier de cette nouvelle approche. Les mesures effectuées sur l’ensemble des biopsies rénales recueillies au niveau national et international ont permis à sept patients d’éviter la dialyse et donc la greffe de rein[83].

Pour en savoir plus voici quelques articles en français téléchargeables gratuitement

  • Les pathologies microcristallines et les techniques de physicochimie : quelques avancées, D. Bazin, M. Daudon, Annales de Biologie Clinique 73(2015)517[84].
  • Calcifications pathologiques : un diagnostic médical basé sur leurs paramètres physicochimiques, D. Bazin, J.-Ph. Haymann, E. Letavernier, J. Rode, M. Daudon, Presse Medicale 43(2014)135[85].
  • La place de la physicochimie en urologie et en néphrologie : le bilan de 10 ans de collaboration entre physiciens, chimistes et praticiens hospitaliers, D. Bazin, E. Letavernier, J.-P. Haymann, P. Méria, M. Daudon, Progrès en urologie 90(2016)809[86].

Pour en savoir plus voici quelques articles en anglais téléchargeables gratuitement. Cela comprend l'ensemble des articles parus dans le numéro spécial des comptes rendus de l'académie des sciences en l'honneur de la recherche menée par M. Daudon.

  • From urolithiasis to pathological calcifications: A journey at the interface between physics, chemistry, and medicine. A tribute to Michel Daudon, - D. Bazin, J. Ph. Haymann, E. Letavernier, Comptes Rendus Chimie 19(2016)1388[87].
  • A great contributor to the French urological science: Michel Daudon, B. Doré, P. Méria, Comptes Rendus Chimie 19(2016)1395[88].
  • Biomineralization versus microcrystalline pathologies: Beauty and the beast, D. Bazin, E. Letavernier, J.-Ph. Haymann, Comptes Rendus Chimie 19(2016)1395[89].
  • Shedding Light on the Chemical Diversity of Ectopic Calcifications in Kidney Tissues : Diagnostic & Research Aspects, A. Dessombz, D. Bazin, P. Dumas, Ch. Sandt, J. Sule-Suso, M. Daudon, PLoS ONE 6(2011)e28007[90].

Liens entre calcifications et pathologiesModifier

Dans les reins, les caractéristiques physicochimiques (nature des phases chimiques donnée le plus souvent par la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier[91],[92] et morphologie du calcul précisée à la loupe binoculaire (ou morphologie des cristallites observée au microscope électronique à balayage[93]) des calcifications sont en relation étroite avec la pathologie ou les anomalies biochimiques qui en sont responsables[94],[95],[96]. Ainsi, la présence de struvite dans la composition chimique des calculs rénaux est un marqueur spécifique des infections de l’appareil urinaire par certaines bactéries uréolytiques[97],[98],[99]. La cystine indique une tubulopathie génétique[100],[101],[102] ou d’un déficit de synthèse de la cystinosine menant à une accumulation intralysosomale de cystine. Un calcul n'est donc pas uniquement un obstacle, le plus souvent douloureux, sur les voies urinaires qui justifie un geste urologique d'urgence pour rétablir le passage de l'urine. C'est surtout le symptôme de pathologies cristallogènes ou de déséquilibres urinaires d'origine nutritionnelle dont la récidive est le plus souvent la règle si la cause n'en a pas été correctement identifiée[103],[104],[105],[106]. Cette relation de causalité entre la pathologie est bien sûr des plus intéressante pour le clinicien. L'analyse de la littérature montre que cette relation de causalité se dessine également pour les autres organes.

La diversité chimique des calcifications pathologiquesModifier

La littérature physicochimique et médicale permet d'avoir un apercu à la fois du caractère ubiquitaire et de la diversité chimique des calcifications pathologiques humaines. Voici les résultats d'une compilation non exhaustive.

Pour les sels calciques :

  • Apatite de calcium carbonatée[107],[108],[109],[110]: Rein, sein[111],thyroïde, cartilage, vessie, prostate, glandes salivaires, appareil circulatoire(veines, artères, cœur), peau, muscle, placenta;
  • Whitlockite[112] : Rein, cartilage, poumons, système cardiovasculaire, prostate, disques intervertébraux, glandes salivaires, intestin;
  • Oxalate de calcium monohydraté : Rein, prostate, rétine, os, vaisseaux;
  • Oxalate de calcium dihydraté[113] : Rein, sein, thyroïde, prostate;
  • Oxalate de calcium trihydraté : Rein;
  • Polymorphes du carbonate de calcium (calcite, aragonite, vatérite) : Pancréas, foie, vésicule et voies biliaires, rein;
  • Pyrophosphate de Calcium[114] : Cartilage, ménisque, liquide synovial;
  • Palmitate de calcium, stéarate de calcium : Vésicule biliaire, intestin;

Autres composés

  • Cholestérol : Vésicule et voies biliaires, rein, liquide synovial, kystes de localisations variées
  • Cystine : Rein, cornée
  • Dihydroxy-2,8-adénine : Rein
  • Acides uriques (Rein, kystes rénaux)
  • Urate acide de sodium monohydraté (Rein, liquide synovial, tophi)
  • Urate acide d’ammonium anhydre (Rein)
  • Xanthine (Rein, articulations)

Cette diversité chimique est aussi observée pour les microcalcifications présentes dans les biopsies rénales puisque les dernières mesures identifient 22 corps différents[115],[116],[117]. Cette diversité est à l'origine de la difficulté à poser un diagnostic significatif lorsque l'on utilise les colorations histologiques usuelles, celles-ci ne permettant pas de caractériser toutes les phases minérales ou organiques présentes. Seules des techniques physiques comme la microscopie infrarouge conduisent à des résultats tangibles. Notons que de manière remarquable, le diagnostic peut également se poser à travers l'étude des cristaux dans les urines[118],[119].

Quelques éléments de physicochimieModifier

Un aperçu des techniques de caractérisationModifier

Il ne s'agit pas ici de présenter les formalismes sous-jacents aux différentes techniques utilisées dans le cadre de cette recherche sur les calcifications pathologiques mais de souligner les informations apportées par celles-ci. On donnera donc une description très simplifiée sachant qu'il faudra se référer à des ouvrages scientifiques comme l'ouvrage de A. Guinier (Théorie et technique de la radiocristallographie. Paris, Dunod, 1964) pour la radiocristallographie. D'autres excellentes références existent aussi bien sur[120].

Commençons par la fluorescence X[121],[122]. En éclairant le calcul rénal avec des photons, les photons incidents éjectent un électron de cœur du cortège électronique de l’atome. L’atome est alors placé dans un état excité. Pour revenir à son état initial, un réarrangement du cortège électronique a lieu. Deux modes sont possibles : un mode non radiatif qui correspond à une émission d’électrons, c’est ce que l'on dénomme l’effet Auger et un mode radiatif qui s'associe à une émission de photons qui sont dénommés photons de fluorescence. Il convient alors de détecter l'énergie de ces photons de fluorescence (celle-ci est reliée au numéro atomique des atomes présents dans le calcul rénal) et pour chaque énergie, leur nombre qui est un paramètre relié à la concentration de l'élément. La fluorescence X est donc une technique qui permet de connaitre la nature et la concentration des éléments présents dans le calcul rénal ou dans certaines parties du rein[123],[124]. Par exemple, pour certains éléments lourds présentant un néphrotoxicité, la fluorescence X est utilisée[125]. C'est le cas du cadmium[126] ou du plomb[127]. Des tissus biologiques ont également bénéficié d'une telle analyse élémentaire. Citons parmi eux le sein[128], la prostate[129], la peau[130] ou encore le foie[131]. Soulignons qu'il est désormais possible d'effectuer ce type de mesure à l'échelle subcellulaire[132],[133],[134]

Une fois la nature des éléments présents connus, il convient de s'intéresser à leur arrangement dans l'espace. Les distances interatomiques sont de l'ordre de 0.1 nm. Le processus de diffraction va donc mettre en œuvre des photons dont la longueur d'onde est du même ordre de grandeur. On va donc utiliser la diffraction des rayons X, ces rayons X correspondant à des photons dont la longueur d'onde est justement de l'ordre de 0.1nm[135],[136]. Lorsque l'on éclaire le calcul rénal, chaque atome se comporte comme une source secondaire. L'interférence entre les ondes issues de chaque source secondaire donne lieu à un processus de diffraction. Comme tout processus d'interférence, on a alors des maximums qui correspondent aux raies de diffraction. Ces maximums dépendent de l'arrangement des atomes dans l'espace. En analysant la position de ces maximums, on a donc accès à l'arrangement des atomes dans l'espace. Chaque phase chimique qui possède un arrangement régulier des atomes dans l'espace (i.e. qui est cristallisé et non amorphe) va donner lieu à une famille de raies de diffraction (les maximums du processus d'interférence). L'analyse fine d'un diagramme de diffraction d'un calcul va donc nous indiquer si l'on est en présence d'oxalate de calcium, de phosphate de calcium, d'acide urique ainsi que leur proportion. Une autre information importante est donnée par la diffraction des rayons X : la taille des cristaux[137]. Notons qu'il est possible de construire un diagramme de diffraction à partir de l'équation de Debye connaissant la position des atomes et les facteurs de diffusion atomique des différents types de d'atomes présents dans le matériau. Dans le cas des nanomatériaux[138] comme c'est le cas de certains cristaux d'origine biologique, il est alors possible de simuler le diagramme de diffraction correspondant[139],[140],[141].

Une autre technique apte à nous informer sur l'arrangement des atomes dans la matière est liée à la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier[142],[143]. Cette fois-ci on va s'intéresser aux vibrations des liaisons interatomiques. Lorsque l'énergie des photons correspond à des modes de vibrations, la matière les absorbe. On dénomme infrarouge moyen cette partie du spectre électromagnétique (les photons ont des longueurs d'onde comprises entre 2 et 20 µm) et c'est justement dans cette partie du spectre que se trouvent les signatures des vibrations de biomolécules constituant les tissus biologiques. Cette énergie dépend de la nature de la liaison (simple, double, triple) et des atomes qui composent la liaison. De plus, les atomes autour de la liaison qui "absorbe" les photons vont modifier cette énergie. En analysant le spectre infrarouge, on est donc capable de connaitre les liaisons qui constituent le calcul rénal et de décrire l'environnement de cette liaison. On comprend ainsi que le spectre infrarouge d'un oxalate de calcium (CaC2O4.H20) soit différent de celui d'une hydroxyapatite (Ca5(PO4)3OH) puisque les liaisons qui existent dans ces deux matériaux sont différentes. De plus, le spectre infrarouge d'un oxalate de calcium monohydraté (CaC2O4.H20) est différent du spectre infrarouge d'un oxalate de calcium dihydraté (CaC2O4.2H20)puisque la liaison qui contribue au spectre infrarouge possède un environnement qui est différent[144],[145]. Finalement, le fait que la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier soit sensible à des matériaux amorphes l'a imposée comme une technique de choix dans l'analyse des calculs rénaux et plus largement des calcifications pathologiques [146],[147],[148],[149],[150]. Finalement, notons qu'une technique similaire existe : la spectroscopie RAMAN. Cette dernière ne repose pas sur une absorption mais sur une diffusion du photon. Ces deux spectroscopies vibrationnelles offrent des avantages et des inconvénients reliés au processus d'interaction photons matière qui les caractérise. On se reportera à différents travaux de la littérature pour plus de détails[151],[152],[153].

Ces trois techniques, la fluorescence X, la diffraction des rayons X et la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier utilisent le photon comme particule sonde. Leur sensibilité s'améliore de manière significative lorsque ces expériences sont implantées sur un centre de rayonnement synchrotron. Dans ce cas, ce sont des électrons circulant à une vitesse proche de celle de la lumière et dont la trajectoire est modifiée qui émettent une lumière dite rayonnement synchrotron. Ce rayonnement synchrotron est une lumière blanche. Elle correspond à une émission de photons dont l'énergie s’étale de l’infrarouge aux rayons X. Une cinquantaine de ces centres existe à travers le monde, chacun étant doté d’une quarantaine de stations expérimentales fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Plusieurs de ces dispositifs expérimentaux sont dédiés à la recherche médicale[154],[155],[156],[157],[158],[159] . Notons qu’en ce qui concerne la nouvelle source de troisième génération française SOLEIL[160], opérationnelle depuis 2006, la première expérience a été effectuée sur un calcul rénal[161],[162]. À noter l'organisation de colloques associés aux applications médicales[163].Depuis cette première expérience, de nombreuses lignes de lumière du synchrotron SOLEIL ont été mises en œuvre. Parmi elles, citons

  • CRISTAL [164]. Sur cette ligne de lumière, le diffractomètre de poudres 2-cercle équipé d'un analyseur multicristaux a été utilisé à de nombreuses reprises afin de résoudre de nouvelles structures. Pour les cristallites présents dans les urines, une approche similaire est effectuée sur la ligne de lumière PROXIMA 2[165] en raison de la très faible quantité de matière disponible.
  • DIFFABS (Combiner la DIFFraction et la spectroscopie d'ABSorption des rayons X pour caractériser les matériaux)[166]. Parmi les résultats obtenus, soulignons celui associé à la néphrotoxicité des anti cancéreux à base de platine (carboplatin, oxaliplatin, cisplatin). Des expériences ont été entreprises à la fois sur des reins de souris[167] et des biopsies rénales humaines[168]. Pour la première fois, la répartition du platine a été mesurée dans une biopsie humaine. Notons que des résultats concernant l'insertion du strontium dans des apatites physiologiques et pathologiques ont également été obtenus[169],[170].
  • DISCO (Dichroism, Imaging, mass Spectrometry for Chemistry and biOlogy)[171]: Les expériences réalisées sur cette ligne de lumière permettent la détection et la localisation de l’oxalate de calcium dans le rein. les premiers résultats acquis permettent de mieux comprendre et diagnostiquer les néphropathies tubulo-interstitielles dépendantes de l’oxalate[172].
  • SMIS (Spectroscopie et Microscopie dans l'Infrarouge utilisant le Synchrotron)[173],[174],[175]. Cette ligne de lumière a permis de se lancer dans une étude d'un jeu d'une vingtaine de biopsies rénales. Pour une patiente, des mesures ont été effectuées en 'temps réel' grâce à la souplesse du centre de synchrotron SOLEIL qui permet un accès rapide et à la compétence des chercheurs de SOLEIL.
  • NANOSCOPIUM[176]. Récemment, des résultats concernant l’alopécie frontale fibrosante (AFF) qui est caractérisée notamment par une alopécie cicatricielle sur la zone antérieure du cuir chevelu et qui affecte principalement les femmes après la ménopause ont été publiés. Ces expériences montrent la présence de dépôts anormaux, de taille micrométrique, le long des cheveux. L'analyse des données collectées sur nanoscopium a révélé que ces dépôts contenaient du titane[177].

On ne saurait clore cette partie synchrotron sans évoquer une technique qui lui est spécifique : la spectroscopie d'absorption X[178],[179],[180]. Cette technique de caractérisation permet à partir d'une mesure du coefficient d'absorption en fonction de l'énergie des photons de décrire en détails l'état électronique et l'environnement proche (la première sphère de coordination) d'un type d'atomes donné. Par exemple, elle peut être mise en oeuvre pour connaitre l'état d'oxydation du chrome ou de l'arsenic (ou tout autre élément) dans un tissu[181],[182] information cruciale car la toxicité d'un élément dépend souvent de "l'état chimique" dans lequel il se présente (CrVI versus Cr IV par exemple)[183],[184].

Enfin, il convient d'imager des entités biologiques à l’échelle mésoscopique (c’est-à-dire micrométrique). La microscopie électronique à balayage permet non seulement une connaissance précise de la topologie des calcifications pathologiques (concrétions ou calcifications ectopiques) à une échelle submicronique mais aussi sa cartographie chimique en précisant la distribution spatiale des différents éléments majeurs présents (à l'exception des éléments traces qui doivent s'étudier par fluorescence X)[185]. Basée sur l’interaction électron – matière, le terme “électronique ” témoigne de l’utilisation d’électrons comme particule sonde et celui de “balayage” rappelle que c’est au cours du déplacement du faisceau d’électrons sur la surface de l’échantillon que se construit l’image de celle-ci sur l’écran de visualisation. Notons que les microscopes électroniques à balayage de dernière génération permettent de s'affranchir du dépôt de graphite usuellement placé à la surface de l'échantillon pour améliorer sa conduction[186]. Récemment, des images à l'échelle du nanomètre de calcifications tissulaires ont été acquises dans le cadre d'une étude sur les plaques de Randall. Pour ce faire, ces observations sont effectuées à l'aide d'un microscope électronique en transmission[187],[188]. Ces observations permettent d'aborder en détails les toutes premières étapes de la pathogenèse de ces plaques de Randall. Un autre axe de recherche qui s'est avéré très fructueux pour l'étude des calcifications pathologiques est liée à la mise en oeuvre de la tomographie[189],[190] Cette technique de caractérisation permet de reconstruire des échantillons en 3D via un jeu de données acquises pour différentes orientations de l'objet étudié. Cette approche a permis d'acquérir des informations sur la structure interne des calculs rénaux[191]et est largement utilisé en médecine grâce notamment à la plateforme PIPA (Plateforme d’Imagerie du Petit Animal)[192].


Cette simple description de ces techniques de caractérisation montre bien la complémentarité de ces techniques de caractérisation et explique aisément la nécessité de mettre en oeuvre non pas une mais plusieurs techniques dans tout travail de recherche sur les calcifications pathologiques[193],[194].

Les processus de cristallisation : Nucléation homogène & nucléation heterogène : Calculs rénaux & calcification vasculaireModifier

La modélisation de la génèse des calcifications passe par l'utilisation de certains notions physicochimiques relatives à la cristallisation (On trouvera sur différents sites des détails sur les différentes théories qui s'associent au processus de cristallisation[195],[196],[197],[198]). Par ailleurs, le développement de nouveaux traitements thérapeutiques nécessite une connaissance précise des premières étapes de cette genese. Dans le cas des calcifications pathologiques, la première étape est relative à la transition entre deux états d'organisation de la matière : le liquide et le solide dénommée nucléation. On distingue alors deux types de nucléation : la nucléation homogène et la nucléation hétérogène. Deux types de calcification permettent d'illustrer ces deux modes de nucléation. La première est une concrétion : les calculs rénaux[199], la seconde une calcification ectopique : la calcification vasculaire[200],[201].

Dans le premier cas, on qualifie de primaire la nucléation qui a lieu au sein d'une unique phase-mère (pour les calculs rénaux - l'urine) sursaturée. Rappelons que la sursaturation est la condition chimique où une solution contient plus de soluté qu'elle ne peut en dissoudre. Pour les calculs rénaux, différents facteurs peuvent être responsable de cette sursaturation urinaire en un ou plusieurs composés chimiques. Parmi eux citons : des désordres métaboliques, une diminution des inhibiteurs de la cristallisation (citrate, magnésium), une modification du pH urinaire, etc. Une première approche pour s'éloigner de la sursaturation consiste augmenter la diurèse définie comme insuffisante lorsqu'elle est inférieure à 1000 ml. Une diurèse insuffisante constitue un facteur aggravant sinon déclenchant de la lithiase.

Dans le second cas, la nucléation prend place dans un milieu contenant déjà des entités qui vont servir de support. Elle est alors qualifiée de secondaire. Ce cas de figure peut se rencontrer dans le cas de calcification vasculaire ou l'ADN va servir de support[46]. Cet ADN provient de la lyse de cellule (processus de destruction ou de dissolution de cellule suite à l’éclatement de la membrane plasmique). Il est mis en évidence par des colorations spécifiques du tissu via le DAPI qui est une molécule fluorescente capable de se lier aux bases adénine et thymine de l'ADN. La calcification à base de phosphate de calcium de structure apatitique est elle caractérisée par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier.

La plaque de Randall, une calcification tissulaire à l'origine d'une concrétionModifier

La plaque de Randall[202],[203]est une calcification tissulaire positionnée au sommet de la papille rénale. Elle est constituée de protéines et de phosphate de calcium de structure apatitique (cf paragraphe suivant consacré à la plaque de Randall)[204],[205],[206],[207]. La présence de cette plaque au sommet de la papille perturbe l'interaction entre le tissu biologique et les cristallites d'oxalate de calcium monohydraté présents dans l'urine. Ces derniers sont usuellement éliminés par les voies naturelles en raison de leur taille micronique. Mais cette plaque de Randall va les retenir en les piégeant, celle-ci agissant comme une colle. Le cliché de microscopie électronique à balayage ci dessous montre bien les cristallites d 'oxalate de calcium monohydraté (à droite) coincer dans la plaque de Randall (à gauche) puis s'accumulant pour créer le calcul rénal[208]. Ce cliché de microscopie électronique à balayage rejette ainsi l'hypothèse de concordance des distances interatomiques qui pourraient exister lorsque l'on veut expliquer la proximité spatiale de deux phases chimiques[209].

 


Le calcul rénal ainsi formé peut éventuellement atteindre des dimensions supérieures à 4-5 mm, l'empêchant d'être éliminer par les voies naturelles et de fait être la cause de coliques néphrétiques[210],[211].

La notion de gabarit : lorsque la calcification effectue un moule du tissu biologiqueModifier

Suivant la définition du dictionnaire, le gabarit constitue un modèle permettant d'imposer une morphologie à un objet[212]. Plusieurs observations par microscopie électronique à balayage permettent de retrouver cette notion. La plus simple s'observe au niveau de biopsies rénales. Dans ce cas, la croissance des calcification va être limitée le plus souvent par les dimensions d'une partie du néphron : tube proximal ou distal. Le cliché ci dessous montre des dépôts anormaux d'oxalate de calcium dans une biopsie rénale. On remarque que les contours du dépots sont limités par les parois des tubes[81].   Cliché de microscopie électronique à balayage d'une biopsie rénale

Un autre exemple plus subtil est donné par la plaque de Randall. Dans le cliché suivant, quatre plaques de Randall (notées RP) à la surface de calculs rénaux (notés KS) ont été imagées.   Cliché de microscopie électronique à balayage de quatre calculs rénaux supportant chacun une plaque de Randall. Ces clichés montrent que les plaques de Randall sont constituées de tubes calcifiés (1 et 2 sur la partie (b) du cliché). Ces tubes correspondent à des portions de tubes collecteurs (qui permettent l'évacuation de l'urine au sommet de la papille rénale) dont le fait d'être calcifiés à entrainés leur arrachement lors du détachement du calcul rénal. On notera que certains de ces tubes collecteurs sont complétement bouchés (1 sur la partie (b) du cliché)[213],[214].

Un peu de chimie inorganiqueModifier

Effectuons maintenant quelques rappels sur différentes phases identifiées dans les calcifications pathologiques. Parmi elles, débutons par les phosphates de calcium. Ce sont en fait des sels calcium de l’acide orthophosphorique (H3PO4) et ceux ci existent avec différentes compositions chimiques et des structures cristallines très variées[215]. On regroupe généralement les différents orthophosphates de calcium associé au système Ca(OH)2-H3PO4 suivant leur rapport atomique Ca/P. Parmi ces différents orthophosphates, certains ont été identifiés dans les calculs rénaux. C'est le cas de la brushite ou Phosphate dicalcique dihydraté dont la formule stoechimétrique est CaHPO4,2H2O (Rapport Ca/P = 1)[216]. Certains travaux ont relié les calculs de Brushite aux traitements par lithotripsie[217]. Les cristaux de brushite se présentent le plus souvent en plaquettes et des aiguilles ont été observées dans le cas de calculs rénaux[218]. De même pour le phosphate octocalcique pentahydraté pour lequel trois formes existent (triclinique, apatitique, amorphe). Notons qu'un lien existe entre le stade de la grossesse et le phosphate octocalcique pentahydraté (composé qui correspond à un rapport Ca/P=1.33)[15]. Enfin, c'est la forme non-stœchiométrique de l'hydroxyapatite phosphocalcique soit (Ca 10-x Lacune x)((PO4)6-x (HPO4)x)((OH)2-x Lacunex) qui est le plus souvent retrouvée dans les calcifications pathologiques.En raison des lacunes, ce composé correspond à un rapport Ca/P compris entre 1,33-1,67.

D'autres phosphates sont aussi à introduire dans la nomenclature des composés retrouvés dans les calcifications pathologiques. Parmi eux, la whitlockite est un minéral trouvé initialement près de North Groton (New Hampshire, États-Unis) et dénommé en l’honneur d’un minéralogiste américain Herbert Percy Whitlock (1868-1948). La structure de la whitlockite a été précisée et sa formule stœchiométrique est la suivante : Ca18.19(Mg1.17Fe0.83)H1.62(PO4)14[219],[220]. Il s’agit d’une structure rhomboèdrique (groupe d’espace R3c). Les atomes de fer et de magnésium sont distribués de manière aléatoire sur les sites octaédriques situés sur les axes de symétrie 3. Lorsque la teneur en whitlockite d'un calcul rénal dépasse 15 % en poids, une infection urinaire à germes non uréasiques est à l'origine du calcul. Ce composé chimique est aussi au centre de nombreuses études liées à la régénération osseuse[221],[222].

Quelques résultats sur les calcifications pathologiquesModifier

Calcifications Pathologiques présentes dans le cartilage : L'arthrose : Caractérisation de µcristaux dans l’articulation du genouModifier

Cette pathologie, la plus fréquente des maladies rhumatologiques, est une maladie de toute l’articulation qui a pour conséquence ultime la destruction du cartilage articulaire. Sa physiopathologie est complexe et implique outre le vieillissement, des facteurs génétiques et des facteurs mécaniques. Les cartilages arthrosiques prélevés au cours de l’arthroplastie sont calcifiés et la présence de ces calcifications est corrélée à la sévérité de l’arthrose. L’implication d’une minéralisation anormale du cartilage dans la pathogénie de l’arthrose est de plus en plus évoquée mais demeure mal comprise. En France, sur le plan socioéconomique, 70000 prothèses du genou et 100000 prothèses de hanche sont posées chaque année. On peut estimer le coup d’une opération d’une prothèse de hanche en moyenne à 15000 euros intégrant l’opération et son suivi thérapeutique soit pour la prise en charge de l’arthrose en France un total de 3.5 milliards d’euros par an. Malgré l’importance économique associée à cette pathologie, peu de données physicochimiques existent sur ces calcifications qui altèrent significativement le fonctionnement de l’articulation[223].

Pour améliorer cette compréhension, des mesures de spectroscopie infrarouge menées à l’hôpital Necker afin de rechercher dans un jeu de cartilages humain l’éventuelle présence de cristaux ont été complétées par des spectres d’absorption X collectés au seuil K du Ca sur la ligne de lumière DIFFABS implantée sur le synchrotron SOLEIL, dans le but de préciser l’environnement local de ce cation[224]. Si les données obtenues confirment bien sûr la présence de cristaux de phosphate de Ca ou/et de pyrophosphate de Ca dihydraté, le résultat majeur de cette étude est lié au fait que l'essentiel du calcium du cartilage est présent dans ces cristaux de phosphate ou/et de pyrophosphate de calcium, modifiant ainsi les équilibres biochimiques présents au sein de l'articulation. De plus, ces calcifications sont présentes à la surface mais aussi au sein du cartilage et donc dans ce dernier cas ne peuvent provenir d'une simple précipitation du liquide articulaire mais plus probablement d'un désordre de fonctionnement des cellules présentes dans le cartilage, les chondrocytes. Une autre information majeure concernant les premières étapes de l’arthrose est aussi disponible. En effet, quelle est la provenance de ce calcium impliqué dans les calcifications[225]?

Au niveau de la physiopathologie de l’arthrose, l’une des hypothèses actuelles souligne l’importance de la membrane qui entoure l’articulation dans le processus de dégénérescence de l’ensemble de l’articulation et dont la perméabilité est affectée par la pathologie. En dévoiler une profonde modification de la teneur en calcium de l’articulation, nos données tendent à montrer que la perméabilité de la membrane est affectée et donc qu’il nous faut prendre en compte l’ensemble de l’articulation (et non pas seulement le cartilage) si l’on veut comprendre dans le détail les mécanismes biochimiques associés à l’arthrose. D'autres travaux de recherche ont été publiés sur ce sujet[226].

CP présentes dans la peau : La sarcoidoseModifier

La sarcoidose[227],[228]peut toucher de nombreux organes[229]mais elle affecte particulièrement les poumons[230]et la peau. Ainsi, la peau est affectée dans 25 à 30 % des cas[231]. En ce qui concerne les poumons, l'atteinte pulmonaire est sévère dans 10 % des cas, conduisant à une fibrose et insuffisance respiratoire chronique. Le diagnostic de la maladie repose sur la biopsie, en particulier cutanée en cas de lésions dermatologiques. La cause précise de cette pathologie demeure inconnue mais le rôle des agents inorganiques et notamment des particules environnementales minérales telle que les particules de silice est suspecté[232]. Cette relation de causalité est confortée par la fréquence des atteintes dans les zones cicatricielles ainsi que des zones tatouées[233].

Peu de travaux caractérisent à l'aide d'outils de physicochimie(Fluorescence X, Microscopie électronique à balayage) les dépôts présents dans les granulomes sarcoïdosiques cutanés ou à leur périphérie[234],[235] ,[236],[237]. Dans une étude récente[44]ces techniques de physicochimie ont confirmé la présence de silice cristalline au centre de granulomes sur trois échantillons confortant ainsi le rôle de la silice dans la survenue de la maladie. De plus, la présence de dépôts calciques périgranulomateux (qui semblent indépendant de la calcémie des patients) indique une activité métabolique calcique ectopique des granulomes[238].

CP présentes dans la prostate : Les calculs prostatiquesModifier

Chez l'homme de plus de 50 ans les calculs prostatiques sont considérés comme très communs[239],[240],[241],[242],[243],[244],[245],[246] . Par contre ils sont peu fréquents chez les hommes de moins de 40 ans et rares chez les enfants. Certaines recherches soulignent leur présence à la périphérie des tumeurs. D'un point de vue chimique, les calculs prostatiques se composent le plus souvent de phosphate de calcium. Ils sont formés soit par simple précipitation des sécrétions prostatiques, par un processus de calcification secondaire des corpora amylacea[247] . Peu d'études précisent la composition chimique de ces entités biologiques[248]. Un étude récente dévoile que si la composition chimique est effectivement dominée par les phosphates calciques, les données issues d'expériences basées sur la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier mettent en évidence d'autres phases chimiques. Parmi elles citons la whitlockite, la struvite, la whewellite, le phosphate amorphe de calcium, le phosphate octocalcique pentahydraté, la brushite et le citrate de calcium tétrahydraté. Ces résultats montrent donc une tres grande complexité des processus biochimiques associés à la pathogenese des calculs prostatiques. En proportion, ces données montrent que la carbapatite est de loin le composant prépondérant (75 %), suivie de la whitlockite (9,4 %)et du PACC(6,3 %)[42]. Dans un travail récent[43], des empreintes de bactéries ont été observées dans 83 % des calculs prostatiques sélectionnés pour cette étude. Ces observations incitent la communauté médicale à une recherche plus poussée sur ces calculs prostatiques car il est bien connu que des infections chroniques peuvent entrainer des inflammations chroniques conduisant potentiellement à des processus de cancérisation.

CP présentes dans le rein : Les calculs d'origine médicamenteuseModifier

L'absorption de certains médicaments génèrent des calcifications pathologiques. C'est le cas du foscarnet dont la présence a été visualisé dans le rein (après la réalisation d'une biopsie rénale). On peut clairement déceler la présence de cristallites de Foscarnet localisés dans un glomérule (le spectre infrarouge associé à ce dépôt est visualisé en dessous) ainsi que des cristallites de phosphate de calcium de structure apatitique localisés dans le tube (proximal ou distal) (de meme le spectre infrarouge associé a été tracé.  


Ces observations ont été publiées récemment dans un article en accès libre ou l'on présente également la caractérisation d'un autre médicament donnant lieu à des dépôts anormaux dans le rein : l'Atazanavir[249]

CP présentes dans le rein : Les calculs liés aux infections urinairesModifier

Récemment, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié sa première liste «d’agents pathogènes prioritaires» résistants aux antibiotiques, énumérant les 12 familles de bactéries les plus menaçantes pour la santé humaine (OMS, Communiqué de presse du 27 février 2017[250]). La résistance aux antibiotiques augmente et nous épuisons rapidement nos options thérapeutiques. La thèse « Épidémiologie des infections urinaires communautaires » [251] souligne que les infections urinaires sont parmi les plus fréquentes infections bactériennes. Une étude américaine a retrouvé une incidence annuelle de 12 % chez les femmes. Ces infections, à l’origine de nombreuses prescriptions d’antibiotiques en médecine générale, participent à la pression de sélection des résistances bactériennes aux antibiotiques. Elles sont principalement causées par des entérobactéries, dont en premier lieu Escherichia coli (E. Coli), qui représente 70 à 80 % des bactéries isolées en cas de prélèvement urinaire.

Le terme « lithiase d'infection »[252] est utilisé pour décrire les calculs secondaires à une infection chronique des voies urinaires. Les calculs composés de phosphate ammoniacomagnésien (struvite) et de carbapatite, appelés calculs « triple phosphate », sont les calculs d'infection les plus fréquents. Une autre phase minérale est liée aux infections bactériennes : la whitlockite. On est donc en présence de deux phases minérales contenant du magnésium, la struvite et la whitlockite lorsque le moteur de la minéralisation est l’infection. La première est liée à des infections à germes uréasiques (struvite), la seconde à des infections à germes non uréasiques (whitlockite). Notons que la whitlockite a aussi été identifié dans le cadre d’infections pulmonaires[253]

CP présentes dans le rein :Les calculs d'acide uriqueModifier

Ce type de calcul représente environ 10 p. 100 des calculs en France. Les calculs d'acide urique s’observent avec des fréquences élevées lorsque les patients souffrent de pathologies en plein essor aujourd’hui, comme le syndrome métabolique et le diabète non insulinodépendant. Ils sont environ deux fois plus fréquents chez l’homme que chez la femme. Signalons que trois grandes causes sont à l’origine de ce type de lithiase : la première cause est la stase urinaire chez le sujet âgé ; la seconde est lié à l’excès de poids corporel, associé à un syndrome métabolique ; la troisième est relié au diabète[254].

Une spécificité remarquable de la lithiase urique est lié au fait que les hommes et les femmes ne sont pas affectés de la même manière. Les femmes sont beaucoup plus enclines que les hommes à développer des calculs d’acide urique, lorsqu’elles sont atteintes de diabète non insulinodépendant alors qu’elles semblent moins sensibles que les hommes au pouvoir cristallogène du syndrome métabolique (qui précède le développement du diabète). Pour comprendre cette différence, une étude physicochimique a été entreprise. Si l'on considère un jeu de calculs d'acide uriques, la composition chimique (donnée par spectroscopie infrarouge) et leur aspect décrit (par microscopie optique) sont similaires pour l’homme et la femme. En fait, il existe bien une différence mais elle se situe au niveau des cristaux d'acide urique. Pour mesurer la taille de ces cristaux, il est nécessaire d'effectuer des expériences de diffraction. Celles-ci ont été menées sur G4.1 et ont permis de dévoiler des différences significatives entre les calculs générés par les hommes et ceux générés par les femmes. Ces résultats structuraux publiés récemment sont très importants pour la compréhension des processus biochimiques associés à la pathogenèse des calculs d’acide urique dans le cadre d’une pathologie environnementale[255].

CP présentes dans le rein :La cystinurieModifier

La cystinurie[256]est une maladie génétique dont la prévalence est selon les pays comprise entre 1/2500 et 1/100000. Plus précisément il s'agit d'une affection autosomique récessive qui induit une aminoacidurie responsable de la maladie lithiasique. De ce fait, il est aisé de comprendre que les calculs rénaux composés de cystine soient très minoritaires chez les adultes lithiasiques (moins de 1 %) et un peu plus élevé chez les enfants (un peu plus de 5 %). La classification retient deux types de calculs de cystine (Va pour les patients ne suivant pas de thérapie et Vb pour ceux suivant une thérapie inadéquate). En ce qui concerne la pose du diagnostic, celui-ci se fait le plus souvent à la suite d'une crise de colique néphrétique sur la base d'une analyse des calculs rénaux. Ceux-ci sont souvent de forme arrondie (ovoide), de couleur jaune et légèrement translucide. En raison de leur teneur en soufre, les calculs de cystine sont radioopaques avec un aspect radiologique classique en "tache de bougie". Rappelons que dans le cas des calculs rénaux, les analyses chimiques sont à proscrire et que seule une analyse morphoconstitutionnelle basée sur une observation minutieuse au microscope optique et une analyse par spectroscopie infrarouge est significative. Finalement, au niveau du traitement urologique, la lithotritie extracorporelle s'avère particulièrement inefficace. Ceci est probablement du aux propriétés relativement élastiques de la cystine. Dans une étude récente, une comparaison sur les états de surface de calculs rénaux de patients suivant des traitements différents a été entrepris. Cette étude montre que les états de surface des calculs dépendent du traitement médical suivi[257].

CP présentes dans le rein : Les calculs d’oxalate de calcium – Le cas de l’hyperoxalurie primaireModifier

L’oxalate de calcium est le principal composant de 70 % des calculs rénaux dans les pays industrialisés[258],[259]. La whewellite (CaC2O4 - H2O)[260],[261] est environ deux fois plus fréquente que la weddellite (CaC2O4 - 2H2O), la caoxite (CaC2O4 - 3H2O) étant rarement observée. Soulignons que la whewellite est liée à une hyperoxalurie (trop d'oxalate dans les urines) alors que la weddelite est associée à une hypercalciurie (trop de calcium dans les urines)[262],[263].

En ce qui concerne la whewellite, cinq sous-types de calculs ont été définis suivant leur morphologie à l’échelle macroscopique. Le plus fréquent est le sous-type Ia de couleur brun à brun foncé et dont la section est concentrique et radiale. Ce sous-type Ia s’observe essentiellement dans des contextes d’hyperoxalurie intermittente par excès d’apport en aliments riches en oxalate, ou d’hyperoxalurie de concentration par diurèse faible de manière chronique ou encore de maladie de Cacchi-Ricci. Le plus rare est le sous-type Ic. Dans ce cas, sa couleur est claire, blanche à brun jaune et sa section inorganisée. Le sous-type Ic doit faire évoquer le diagnostic d’une hyperoxalurie primaire, maladie génétique rare mais particulièrement grave conduisant à la destruction des reins[264].

Nous avons montré que les différences structurales existant à l’échelle macroscopique et sur lesquelles repose le diagnostic médical existaient aussi à une échelle mésoscopique. Ainsi la morphologie et/ou l’agencement des cristallites de whewellite étaient spécifiques aux sous-types Ia, Ib, Ic et Id. Par exemple, le sous-type Ia est associé à un agencement radial et compact de cristallites sans morphologie définie alors que le sous-type Ib correspond à des cristallites en forme de bateaux avec un agencement aléatoire. À noter que les calculs de soustype Ib, sans doute en raison de leur structure interne, sont plus résistants que les autres aux traitements par lithotritie extracorporelle[265].

L’un des résultats clés de notre étude concerne le sous-type Ic (hyperoxalurie primaire ou oxalose) qui s’associe à une morphologie de cristallites spécifique en quartiers d’orange. En raison de sa sévérité, cette pathologie doit être diagnostiquée le plus rapidement possible. La structure du calcul peut y aider, en particulier chez l’adulte, si l’histoire clinique ne permet pas d’envisager cette étiologie. En absence de diagnostic, la maladie n’évolue pas nécessairement vers une forme multirécidivante de lithiase, mais plus souvent vers la destruction progressive des reins et une oxalose systémique. Parvenus au stade d’insuffisance rénale terminale, les patients ne peuvent être maintenus de façon prolongée en dialyse en raison des complications multiples dues à la thésaurismose oxalique. Le traitement doit alors être une double greffe rein-foie qui permet de restaurer la fonction rénale et en même temps de corriger la maladie puisque celle-ci provient d’un déficit organique ou fonctionnel d’une enzyme contenue dans les peroxysomes hépatiques, l’alanine-glyoxylate aminotransférase, qui convertit le glyoxylate en glycocolle et dont la coenzyme est la vitamine B6. Or, environ 20 à 25 % des sujets réduisent significativement leur production d’oxalate sous traitement par la pyridoxine, ce qui peut retarder ou éviter la destruction des reins lorsque le diagnostic est posé précocement. Ainsi, l’opportunité offerte par la MEB comme outil de diagnostic pour corroborer la morphologie à l’échelle macroscopique peut s’avérer précieuse[266].

Finalement, nous avons aussi établi un lien entre la structure du calcul d’oxalate de calcium à l’échelle mésoscopique et l’efficacité de la lithotripsie. En effet, l’agencement particulier des cristallites pour certains sous type explique l’échec de cette thérapie.

CP présentes dans le rein : La plaque de Randall, une calcification tissulaire avec un lien tres probable avec la vitamine D : un surdosage chez les enfants?Modifier

Découvertes dans les années 1930 par un urologue américain[267],[268], ces calcifications intratissulaires (ou ectopiques) affleurent à la surface de l'épithélium de la papille où elles servent d'élément nucléateur pour les calculs rénaux[269],[270],[271],[272],[273],[274]. Sur le plan épidémiologique, la proportion des calculs présentant une PR est passée de 8,9 % au début des années 1980 à plus de 22 % au début des années 2000 avec un rajeunissement de la population lithiasique présentant ce type de calculs[275]. Ces PR étaient décrites jusqu’à présent comme étant composées de carbapatite (phosphate de calcium carbonaté de structure apatitique ou apatite carbonatée, abrégée CA). La caractérisation de ces PR en environnement réel (i.e. toujours attachée à la papille rénale) par le biais d’expériences de spectroscopie d’absorption X réalisées sur la ligne de lumière DIFFABS[276] (implanté sur le synchrotron SOLEIL) au seuil K du Ca conduit à un résultat majeur[277]. L’analyse des spectres d'absorption obtenus montre que la PR est composée majoritairement de PACC (phosphate amorphe de calcium carbonaté) et non pas de CA.

Ce résultat, en apparente contradiction avec ceux de la littérature, s'explique parfaitement si l'on prend en compte le fait que la teneur en eau de l'échantillon pilote la transition entre le PACC et le CA dont il est le précurseur. Dans les travaux antérieurs, les échantillons étaient déshydratés, ce qui modifiait la transition de phase du PACC vers le CA alors que, dans nos expériences, la teneur en eau étant maintenue, la PR peut être caractérisée en préservant son intégrité physicochimique. Cette nouvelle description chimique des PR permet d’apporter des éléments de réponse à ce problème de santé majeur en néphrologie. En effet, le PACC témoigne sur le plan biochimique d'une sursaturation en phosphate de calcium par excès de calcium et/ou de phosphate. En intégrant l’épidémiologie de la PR, on constate sa présence chez des sujets de plus en plus jeunes, ces nouveaux résultats posent une question fondamentale sur l’hygiène alimentaire : l’alimentation dédiée aux jeunes enfants enrichie en différents nutriments notamment la vitamine D affecte-t-elle la physiologie du rein ? Le débat est ouvert[278],[279].

CP présentes dans le sein : Les calcifications mammairesModifier

Les calcifications mammaires sont assez courantes et la plupart ne sont pas associées au cancer[280],[281],[282],[283],[284],[285] . C'est le radiologue qui va s'en assurer en observant en détails leur taille, leur forme et leur disposition en scrutant sur une mammographie de petits points blancs. Ce sont certaines de leurs caractéristiques (forme irrégulière)qui peuvent les rendre suspectes. Ces calcifications ont fait l'objet d'une série d'études physicochimiques (à condition de procéder à une biopsie mammaire)[286]. Parmi les plus récentes, citons les travaux suivants[287],[288]. Deux phases chimiques ont été identifiées dans les microcalcifications[289] - la weddellite ou oxalate de calcium dihydraté (CaC2O4.2H2O)[290] et le phosphate de calcium de structure apatitique.

- L'oxalate de calcium dihydraté n'est pas la forme la plus stable thermodynamiquement (qui est la whewellite ou oxalate de calcium monohydraté - CaC2O4.H2O). L'oxalate de calcium dihydraté (la weddelite) est associée à des cas bénins. - L'apatite est présente dans des cas bénins et malins. Soulignons que des travaux indiquent une relation entre le taux de carbonate de l'apatite et la sévérité de la pathologie[291]. D'autres travaux indiquent une modulation du taux de carbonate de l'apatite au niveau d'une tumeur. Cette observation est illustrée dans la figure ci dessous ou l'on observe par spectroscopie infrarouge une modulation du taux de carbonate lorsque l'on passe du centre de la tumeur à sa surface[37].   En ce qui concerne la morphologie des cristallites d'apatite, on peut voir dans l'image ci dessous des calcifications mammaires liées à un fibroadenome (qui est une pathologie bénigne (petite masse bénigne de tissus fibreux)[292]. Ce cliché est extrait d'une publication récente en acces libre (see it in the following open access publication) en collaboration avec les chercheurs de l'institut Gustave Roussy[37].

Des observations similaires ont été effectuées lorsque la calcification est présente dans le cas d'un cancer malin du sein.   Finalement, notons qu'une troisième phase chimique a été identifiée : le phosphate de calcium amorphe dont la structure s'apparente à une apatite[37].

Les éléments traces comme catalyseurs au cours de la pathogenèse des calculs rénauxModifier

Les éléments traces présents dans les calculs rénaux ont été l'objet de nombreuses études[293],[294],[295] . La littérature tant physicochimique que médicale présente certains éléments comme le Zinc comme étant susceptibles soit de modifier la cinétique de formation de phases chimiques présentes dans certains calculs rénaux, soit de modifier la morphologie des cristallites[296],[297]. Nous avons réalisé des expériences de microfluorescence X implantées sur rayonnement synchrotron sur un jeu d’une centaine de calculs rénaux provenant de l’hôpital Necker[298]. L’ensemble de ces expériences nous a conduits à distinguer quatre types d’éléments :

  • Dans la première famille, on retrouve ceux présents dans la formule stœchiométrique et qui fluorescent dans la gamme de 2 à 18 keV, comme le calcium pour la whewellite (CaC2O4.H2O) ou la weddellite (CaC2O4.2H2O) qui sont des oxalates de Ca ou le soufre pour la cystine ([S-CH2-CH(NH2)-COOH]2);
  • Dans la deuxième famille, on distingue trois groupes :
    1. ceux qui appartiennent à la même colonne dans le tableau de classification périodique que ceux cités précédemment. Ainsi, la présence de strontium sera détectée dans une lithiase composée d’oxalate de calcium. De même, la présence de sélénium sera significative dans le cas d’une cystine. Notons que le rapport atomique Ca/Sr fluctue suivant la nature de la phase cristalline dans laquelle est impliqué le calcium, comme l’apatite carbonatée, la brushite, la weddellite ou encore la whewellite
    2. les éléments comme le zinc ou le cuivre qui sont impliqués dans de nombreux aspects du métabolisme endogène. Nous les retrouvons dans des proportions plus élevées lorsque la phase cristalline constituante du calcul est riche en calcium.
    3. le fer, dont la provenance peut aussi être liée aux saignements provoqués par la présence du calcul dans les voies urinaires ;
  • la troisième famille s’associe à des éléments comme le plomb ou le cadmium, dont la présence témoigne d’une contamination de l’environnement ou de l’alimentation du sujet. Nous avons détecté la présence de plomb dans les calculs urinaires.
  • Finalement, une quatrième famille d’éléments s’associe à des traitements thérapeutiques comme le platine que l’on retrouve dans certains anticancéreux ou l’iode qui est utilisé dans certains traitements contre l’ostéoporose.

Nous basant sur les cartographies des éléments traces réalisées sur les différents calculs, nous n’avons pas observé d’enrichissement ni en zinc ni en cuivre, d’une zone particulière du calcul. L’ensemble des résultats ne semble pas en faveur d’un rôle catalytique des éléments traces dans l’initiation des calculs.

Calcifications liées à une hypercalcémieModifier

Les calcifications liées à une hypercalcémie intéressent des tissus sains (non lésés antérieurement). Les tissus et organes, objets de ces calcifications, sont surtout les vaisseaux sanguins et les reins.

Le dépôt calcique apparaît en microscopie sous forme de petites masses amorphes ou de fins granules de coloration violacée.

Les petits vaisseaux de la peau, du cerveau, du pancréas, du rein, du corps thyroïde sont plus souvent atteints. Dans les reins, on trouve les précipitations calcaires dans les membranes basales, l'épithélium des tubes rénaux et le tissu interstitiel du rein: ces dépôts sont connus sous le nom de néphrocalcinose.

Les causes les plus fréquentes des hypercalcémies sont les tumeurs malignes ostéo-destructrices primitives (exemple: myélome) ou métastatiques (métastase osseuse). Les autres causes sont l'hypervitaminose D, l'hyperparathyroïdisme primitif (par tumeur ou hyperplasie) ou secondaire à une insuffisance rénale. Certaines hypercalcémies sont primitives.

Calcifications post-nécrotiquesModifier

Les calcifications post-nécrotiques s'associent à des nécroses cellulaires ou tissulaires.

La nécrose tissulaire est l'un des facteurs importants de calcification tissulaire (ex: cytostéatonécrose, nécrose tuberculeuse (ou nécrose caséeuse), infection parasitaire (après la mort d'un cysticercoque dans le muscle infecté, lors d'une des phases de la Cysticercose par exemple), foyers hémorragiques…).

L'athérosclérose réunit les deux principales conditions de calcification: la nécrose et les hémorragies locales.

Anomalies des substances intercellulairesModifier

Certaines modifications physico-chimiques du collagène suscitent la précipitation de sels calcaires :

Calcifications tumoralesModifier

Certaines tumeurs comportent de nombreuses calcifications (psammomes (en)) comme les méningiomes et les carcinomes papillaires de la thyroïde.

Calcifications de cause inconnueModifier

Certains dépôts calcaires sont localisés et sans cause connue : calcinose pseudo-tumorale du coude, de la hanche, de la fesse, sans cause apparente.

Notes et référencesModifier

  1. Pathological Calcification, H. Gideon Wells, J Med Res. 14(1906)491.
  2. Aspects of Pathological Calcifications, I. Schmitz, Chapter 18 in Handbook of Biomineralization: Biological Aspects and Structure Formation, 1, Book Editor(s): Prof. Dr Edmund Bäuerlein, Wiley Online Library
  3. Calcium phosphates as substitution of bone tissues, M. Vallet-Regı, MJ Gonzalez-Calbet, Prog Solid State Chem 32(2004)1.
  4. « Équipe "Pathologies, imagerie et biothérapies oro-faciales" (déc. 2017) » [vidéo], FILIERE OSCAR.
  5. « Biominéralisation & Calcifications Pathologiques : la belle et la bête avec D. Bazin et M. Daudon ».
  6. Séminaire au college de France, De la lithiase aux calcifications pathologiques : une recherche à l'interface physique, chimie et médecine, Pr Michel Daudon - Dr Dominique Bazin, CHU Tenon, Paris - LCMCP, Université Paris VI, https://www.college-de-france.fr/site/clement-sanchez/seminar-2015-03-17-16h35.htm
  7. Calcifications pathologiques : un diagnostic médical basé sur leurs paramètres physicochimiques, D. Bazin, J.-Ph. Haymann, E. Letavernier, J. Rode, M. Daudon, Presse Médicale 43(2014)135.
  8. Le Larousse médical, sous la direction du Pr Jean-Pierre Wainsten, Paris, 2012, pages 142-143.
  9. Les pathologies microcristallines et les techniques de physicochimie : quelques avancées, D. Bazin, M. Daudon, Annales de Biologie Clinique 73(2015)517.
  10. Pathological calcifications and selected examples at the medicine–solid-state physics interface, D Bazin, M Daudon, J. Phys. D: Appl. Phys. 45(2012)383001.
  11. a et b Characterization and some physicochemical aspects of pathological microcalcifications, D. Bazin, M. Daudon, Ch. Combes, Ch. Rey, Chem. Rev. 112(2012)5092.
  12. Nouvelles Méthodes d’étude des calculs et plaques de Randall. D. Bazin, M. Daudon, Nouvelles Méthodes d’étude des calculs et plaques de Randall. In : Lesavre P, Drüeke T, Legendre C, Niaudet P, eds. Actualités néphrologiques Jean Hamburger. Paris:Flammarion – Médecine, 2010, p. 75-98 et 277-80.
  13. La place de la physicochimie en urologie et en néphrologie : le bilan de 10 ans de collaboration entre physiciens, chimistes et praticiens hospitaliers, D. Bazin, E. Letavernier, J.-P. Haymann, P. Méria, M. Daudon, Progrès en urologie 90(2016)809.
  14. Comprehensive morpho-constitutional analysis of urinary stones improves etiological diagnosis and therapeutic strategy of nephrolithiasis. M. Daudon, A. Dessombz, V. Frochot, E. Letavernier, J.-Ph. Haymann, P. Jungers, D. Bazin, C.R. Chimie 19(2016)1470.
  15. a et b Lithiase urinaire, M. Daudon, O. Traxer, P. Jungers, 2d édition. Paris:Médecine-Sciences, Lavoisier, 2012, 672 pages.
  16. Stone morphology : Implication for pathogenesis, M. Daudon, P. Jungers, D. Bazin, Proc. of the 2srt Annual Int. Urolithiasis research symposium, Renal stone disease II 1049(2008)199, Ed. AIP Conf.
  17. Investigation at the micrometer scale of pancreatic calcifications through microFTIR spectroscopy and FE-SEM, J. Cros, D. Bazin, A. Kellum, V. Rebours, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1642.
  18. Feasibility of infrared spectroscopy for discrimination between gallbladder polyp and gallbladder stone using bile juices, J. Hwang et al., Microchemical Journal 123(2015)118.
  19. Composition and morphological characteristics of sialoliths, I. Faklaris et al. , Crystal Res. And Tech. 48(2013)632.
  20. Unusual elimination of a salivary calculus: A case report, D. Karengera et al., International J. of Oral and Maxillofacial Surgery 27(1998)224.
  21. Solid state NMR of salivary calculi; protein, citrate, polysaccharide, lipid, and organic-mineral interactions, Y. Li, D.G. Reid, D. Bazin, M. Daudon, M.J. Duer, C.R. Chimie 19(2016)1665.
  22. Genetics and molecular biology of brain calcification, H. Deng et al., Ageing Research Reviews 22(2015)20.
  23. Deconstructing Fahr's disease/syndrome of brain calcification in the era of new genes, A. Batla et al., Parkinsonism & Related Disorders 37(2017)1.
  24. Calcified Cerebral Embolism Due to a Calcified Amorphous Tumor, Y. Nagao et al., eNeurologicalSci 8(2017)28.
  25. Calcified mucinous adenocarcinoma of the stomach—The CT appearances, E. Libson et al., Computerized Radiology 9(198)255.
  26. Diffuse punctate calcification of a gastric carcinoma, E.H. Aksungur et al., European J. of Radiology 15(1992)242.
  27. Lung Calcifications in X-ray Diagnosis, G.B. Locke, Clinical Radiology 19(1968)415.
  28. Lung function, coronary artery calcification, and metabolic syndrome in 4905 Korean males, H.Y. Park et al., Respiratory Medicine, 104(2010)1326.
  29. Prenatal diagnosis of liver calcifications, M. Bronshtein et al., Obstetrics & Gynecology 86(1995)739.
  30. Calcifications hépatiques de l’adulte : les stars de l’ASP trop souvent négligées à l’ère du scanner, H. Ropion-Michaux et al., J. de Radiologie 91(2010)759
  31. Multiple calcifying fibrous tumors in the small intestine and the mesentery, I-Tsou Tseng et al., Formosan J. of Surgery 45(2012)33.
  32. Calcifying fibrous tumor of small intestine, P. Emanuel et al., Annals of Diagnostic Pathology 12(2008) 138.
  33. Prevalence and patterns of tendon calcification in patients with chondrocalcinosis of the knee: Radiologic, E.R. Husch Pereira et al., Clinical Imaging, 22(1998)371.
  34. Percutaneous ultrasound-guided treatment of shoulder tendon calcifications: Clinical and radiological follow-up at 6 months, G. De Conti et al., J. of Ultrasound 13(2010)188.
  35. Detection of muscle calcifications by thigh CT scan in neurocysticercosis patients, J.A. Bustos et al., Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene 99(2005)775.
  36. Insulin attenuates vascular smooth muscle calcification but increases vascular smooth muscle cell phosphate transport, C.C. Low Wang et al., Atherosclerosis 195(2007)e65
  37. a b c et d Underlining the complexity of the structural and chemical characteristics of ectopic calcifications in breast tissues through FE-SEM and μFTIR spectroscopy, A. Ben Lakhdar, M. Daudon, M.-Ch. Mathieu, A. Kellum, C. Balleyguier, D. Bazin, Comptes Rendus Chimie 19(2016)1610.
  38. The importance of early detection of calcifications associated with breast cancer in screening, J.J. Mordang, A. Gubern-Merida, A. Bria, F. Tortorella, R.M. Mann, M.J.M. Broeders, G.J. den Heeten, N. Karssemeijer, Breast Cancer Research and treatment 167(2018)451.
  39. Bilateral methachronous testicular germ cell tumor and testicular microlithiasis in a child: Genetic analysis and insights. A case report, N.Boudaoud et al., Int J Surg Case Rep. 41(2017)76.
  40. Long-Term Follow-Up of Testicular Microlithiasis in Children and Adolescents: Multicenter Prospective Cohort Study of the Italian Society of Pediatric Urology, A. Marte et al., Eur J Pediatr Surg. 27(2017)155.
  41. a et b Diversité chimique des calculs prostatiques : une investigation par MEB et spectroscopie infrarouge, A. Dessombz, P. Méria, D. Bazin, E. Foy, S. Rouzière, R. Weil, M. Daudon, Prog. Urol. 21(2011)940.
  42. a et b Detection of crystalline SiO2 and Ca carbonate deposits in granulomatous areas of skin sarcoidosis by µFTIR and FE-SEM coupled with EDX Spectroscopy analysis, H. Colboc, D. Bazin, P. Moguelet, V. Frochot, E. Letavernier, C. Jouanneau, J.F. Bernaudin, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1631.
  43. Crystalline ultrastructures, inflammatory elements and neoangiogenesis are present in inconspicuous aortic valve tissue, P. Dorfmüller, D. Bazin, S. Aubert, R. Weil, F. Brisset, M. Daudon, F. Capron, I. Brochériou, Card. Res. & practice (2010)685926.
  44. a et b Free DNA precipitates calcium phosphate apatite crystals in the arterial wall in vivo R. Coscas, M. Bensussan, M.-P. Jacob, L. Louedec, Z. Massy, J. Sadoine, M. Daudon, C. Chaussain, D. Bazin, J.-B. Michel, Atherosclerosis 259(2017)60.
  45. Magnesium prevents phosphate-induced calcification in human aortic vascular smooth muscle cells. L. Louvet, J. Buchel, S. Steppan, J. Passlick-Deetjen, Z.A. Massy, Nephrol Dial Transplant 28(2013)869.
  46. Relationship between the carbonate rate of carbapatite, morphological characteristics of calcium phosphate stones and etiology, X. Carpentier, M. Daudon, O. Traxer, P. Jungers, A. Mazouyes, G. Matzen, E. Véron, D. Bazin, Urology 73(2009)968.
  47. Peculiar Morphology of Stones in Primary Hyperoxaluria, M. Daudon, P. Junger, D. Bazin, New Engl. J. of Med. 359(2008)100.
  48. Vers un diagnostic précoce de l’hyperoxalurie de type 1, http://www.cnrs.fr/insb/recherche/parutions/articles08/d.bazin.htm
  49. High prevalence of opaline silica in urinary stones from Burkina Faso A. Dessombz, B. Kirakoya, G. Coulibaly, R.W. Ouedraogo, L. Picaut, R. Weil, D. Bazin, M. Daudon, Urology 86(2015)1090.
  50. Strutural elucidation of silica present in kidney stones coming from Burkina-Faso, A. Dessombz, G. Coulibaly, B. Kirakoya, R.W. Ouedraogo, A. Lengani, S. Rouzière, R. Weil, L.Picaut, Ch. Bonhomme, F. Babonneau, D. Bazin, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1573.
  51. Diffraction techniques and vibrational spectroscopy opportunities to characterise bones, D. Bazin, Ch. Chappard, C. Combes, X. Carpentier, S. Rouzière, G. André, G. Matzen, M. Allix, D. Thiaudière, S. Reguer, P. Jungers, M. Daudon, Osteop. Int. 20(2009)1065.
  52. Claudin-16 Deficiency Impairs Tight Junction Function in Ameloblasts, Leading to Abnormal Enamel Formation, C. Bardet et al., Journal of Bone and Mineral Research 31(2016)498.
  53. Biomaterial-associated calcification: pathology, mechanisms, and strategies for prevention, F.J. Schoen et al., J Biomed Mater Res. 22(A1 Suppl)(1988)11.
  54. A Combined 1-Session Approach; Fabio C.M. et al., urology 110(2017)259.
  55. Calcification of tissue heart valve substitutes: progress toward understanding and prevention, F.J. Schoen et al., Ann Thorac Surg. 79(2005)1072.
  56. Research on biological and mechanical heart valves: experimental studies in chronic animal models, B. Meuris, Verh K Acad Geneeskd Belg. 64(2002)287.
  57. Duration of JJ stent in situ is critical : An ultrastructural and mechanical investigation. Ch. Poulard, A. Dessombz, M. Daudon, D. Bazin, C.R. Chimie 19(2016)1597.
  58. https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/biomateriaux
  59. Vascular calcification: in vitro evidence for the role of inorganic phosphorus, C.M. Giachelli, J. Am. Soc. Nephrol. 14(2003)S300.
  60. Cell Phenotype Transitions in Cardiovascular Calcification, L. Hortells et al., Front Cardiovasc Med. 2018 Mar 26;5:27. doi: 10.3389/fcvm.2018.00027. eCollection 2018.
  61. Biological Calcification, Normal and Pathological Processes in the Early Stages, E. Bonucci, Ed. Springer Verlag; Berlin, 2007.
  62. Biomineralisation: Chemical and Biochemical Perspectives, S. Mann, J. Webb, R.J.P. Williams, Ed.; VCH Verlag: Weinheim, Germany, 1990
  63. Physicochemical mechanisms of stone formation, A.L. Rodgers, Urolithiasis 45(2017)27.
  64. La Médecine sur le Synchrotron SOLEIL, https://www.synchrotron-soleil.fr/en/file/7484/download?token=vnqCAtgs
  65. Drug-Induced Kidney Stones and Crystalline Nephropathy: Pathophysiology, Prevention and Treatment, M. Daudon, V. Frochot, D. Bazin, P. Jungers, Drug-Induced Kidney Stones and Crystalline Nephropathy: Pathophysiology, Prevention and Treatment, Drugs. 78(2018)163.
  66. Vancomycin-associated cast nephropathy Y. Luque, K. Louis, Ch. Jouanneau, S. Placier, E. Esteve, D. Bazin, E. Rondeau, E. Letavernier, A. Wolfromm, C. Gosset, A. Boueilh, M. Burbach, P. Frère, M.-Ch. Verpont, S. Vandermeersch, D. Langui, M. Daudon, V. Frochot, L. Mesnard, J. of the American Society of Nephrology 28(2017)1669.
  67. A new compound in kidney stones? Powder X-ray diffraction study of calcium glycinate trihydrate A. Le Bail, M. Daudon, D. Bazin, Acta Cryst. C69(2013)734.
  68. Ab initio structure determination of K.S.potassium quadriurate from R.S.-powder diffraction data, a 150 years problem solved, D. Bazin, M. Daudon, E. Elkaim, A. Le Bail, Ĺ. Smrčok, C.R. Chimie 19(2016)1535.
  69. Calcium oxalate precipitation by diffusion using laminar microfluidics: toward a biomimetic model of pathological microcalcifications G. Laffite, C. Leroy, C. Bonhomme, L. Bonhomme-Coury, E. Letavernier, M. Daudon, V. Frochot, J. P. Haymann, S. Rouzière, I. T. Lucas, D. Bazin, F. Babonneau and A. Abou-Hassan, Calcium oxalate precipitation by diffusion using laminar microfluidics: toward a biomimetic model of pathological microcalcifications, Lab on a Chip 16(2016)1157.
  70. In-lab X-ray Fluorescence and Diffraction Techniques for Pathological Calcifications, S. Rouzière, D. Bazin, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1404.
  71. Vibrational spectroscopies to investigate concretions and ectopic calcifications, M. Daudon, D. Bazin, C.R. Chimie 19(2016)1416.
  72. Combination of X-Ray synchrotron radiation techniques combination to gather information for the clinician, S. Reguer, C. Mocuta, D. Thiaudière, M. Daudon, D. Bazin, C.R. Chimie 19(2016)1424.
  73. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/actualites/etude-des-biopsies-du-rein-un-diagnostic-plus-precis-grace-une-association-de-techniques.
  74. Les techniques de Rayonnement synchrotron au service de la caractérisation d’objets biologiques : un exemple d’application, les calculs rénaux, D. Bazin, M. Daudon, P . Chevallier, S. Rouzière, E. Elkaim, D. Thiaudière, B. Fayard, E. Foy, P. A. Albouy, G. André, G. Matzen, E. Veron, Annales de Biologie Clinique 64(2006)125.
  75. Neutron as a probe for the characterization of biological entities, F. Damay, D. Bazin, M. Daudon, G. André, C.R. Chimie 19(2016)1432.
  76. Rapid and reliable diagnosis of Wilson disease using X-ray fluorescence, S. Kaščáková, C.M. Kewish, S. Rouzière, F. Schmitt, R. Sobesky, J. Poupon, Ch. Sandt, B. Francou, A. Somogyi, D. Samuel, E. Jacquemin, A. Dubart-Kupperschmitt, T. H. Nguyen, D. Bazin, J.-Ch. Duclos-Vallée, C. Guettier, F. Le Naour, J Pathol Clin Res. 2(2016)175.
  77. Shedding Light on the Chemical Diversity of Ectopic Calcifications in Kidney Tissues : Diagnostic & Research Aspects, A. Dessombz, D. Bazin, P. Dumas, Ch. Sandt, J. Sule-Suso, M. Daudon, PLoS ONE 6(2011)e28007.
  78. Combining FE-SEM, Deep UV fluorescence, Raman, SR-FT-IR spectroscopy in the study of crystal-containing kidney biopsies D. Bazin, Ch. Jouanneau, S. Bertazzo, Ch. Sandt, A. Dessombz, M. Réfrégiers, P. Dumas, J. Frederick, J.-Ph. Haymann, E. Letavernier, P. Ronco, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1439.
  79. a et b Shedding light on the morphology of calcium oxalate monohydrate crystallites present in kidney biopsies in the case of hyperoxaluria, D. Bazin, E. Letavernier, J.-Ph. Haymann, F. Tielens, A. Kellum, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1548.
  80. Nephrotoxicity induced by drugs : the case of foscarnet and atazanavir – a SEM and µFTIR investigation, V. Frochot, D. Bazin, E. Letavernier, Ch. Jouanneau, J.-Ph. Haymann, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1565.
  81. First investigation on microcrystalline pathologies of kidney allografts through cellular scale physicochemical techniques, A. Lionet, M. Haeck, A. Garstka, V. Gnemmi, D. Bazin, Ch. Noel, E. Letavernier, J.P. Haymann, M. Daudon. C.R. Chimie 19(2016)1542.
  82. http://hal.upmc.fr/hal-00996294v1
  83. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00996294v1
  84. http://hal.upmc.fr/hal-01371949/document
  85. https://ac.els-cdn.com/S1631074816302661/1-s2.0-S1631074816302661-main.pdf?_tid=e42fb822-afce-402b-85a4-c477e264711b&acdnat=1522910923_90beec3888e542fe22a5a16f79967e60
  86. https://ac.els-cdn.com/S1631074814002860/1-s2.0-S1631074814002860-main.pdf?_tid=862e8b6e-8793-4637-b050-1ec033181806&acdnat=1522911481_589f9323c4a057737add2b340e44f9a6
  87. https://ac.els-cdn.com/S1631074816300145/1-s2.0-S1631074816300145-main.pdf?_tid=894087ff-8f4c-4df2-b02d-f7e1954313e1&acdnat=1522911347_8df6a6a93103c32f783222a13aff448c
  88. http://journals.plos.org/plosone/article/file?id=10.1371/journal.pone.0028007&type=printable
  89. Infrared et Raman spectra of calculi, D. Nguyen Quy, M. Daudon, Paris:Elsevier, 1997.
  90. Contribution of Fourier transform infrared spectroscopy to the identification of urinary stones and kidney crystal deposits, L. Estépa, M. Daudon Biospectroscopy 3(1997)347.
  91. Introduction à la cristallographie et à la chimie structurale. M. Van Meerssche, J. Feneau-Dupont, Louvain, Cesson:Vander, 1973.
  92. Urinary calculi: review of classfication methods and correlations with etiology M. Daudon, C.A. Bader, P. Jungers, . Scanning Microsc 7(1993)1081
  93. Lithiase urinaire P. Jungers, M. Daudon, A. Leduc, Lithiase urinaire. Paris, Flammarion Médecine-Sciences, 1989.
  94. Lithiase rénale, diagnostic et traitement. P. Jungers, M. Daudon, P. Conort, Paris, Flammarion Médecine-Sciences, 1999
  95. Infection et lithiase urinaire F. Bruyere, O. Traxer, C. Saussine, E. Lechevallier, Progrès en urologie 18(2008)1015.
  96. Urolithiasis and urinary tract infection. M. Daudon, Eurobiol 24(1990)257.
  97. Renal struvite stones-pathogenesis, microbiology, and management strategies, R. Flannigan, W.H. Choy, B. Chew, D. Lange, Nature Review Urology 11(2014)333.
  98. Cystinurie, E. Letavernier, O. Traxer, J.-Ph. Haymann, D. Bazin, M. Daudon, Progrès en Urologie 22(2012)F119.
  99. An Animal model of type A cystinuria due to spontaneous mutation in 129S2/SvPasCrl mice, M. Livrozet, S. Vandermeersch, L. Mesnard, E. Thioulouse, J. Jaubert, J.-J. Boffa, J.-Ph. Haymann, L. Baud, D. Bazin, M. Daudon, E. Letavernier, PLoS ONE 9 (2014)e102700.
  100. Effet de dissolution des extraits de plantes médicinales sur les calculs rénaux de cystine: étude à l’échelle mésoscopique, B. Hannache, D. Bazin, A. Boutefnouchet, M. Daudon, Progrès en urologie 22(2012)577.
  101. Pourquoi et comment analyser un calcul urinaire ? M. Daudon, Progrès FMC 17(2007)2. http://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/pourquoi-et-comment-analyser-un-calcul-urinaire.html
  102. Comment analyser un calcul et comment interpréter le résultat. M. Daudon, Eurobiol. 27(1993)35.
  103. Les différents types de calculs: apport de l'analyse morpho-constitutionnelle au diagnostic étiologique de la lithiase, M. Daudon, In: Doré B (ed) Les Lithiases Rénales. Paris, Springer, 2004, pp.49-77
  104. Cinq calculs - cinq photos - cinq diagnostics - cinq astuces. M. Daudon, Prog. Urol. FMC 22(2012)F87.
  105. Nanocrystalline apatites: From powders to biomaterials, Ch. Drouet et al., Powder Technology 190(2009)118.
  106. Structure and chemistry of the apatites and other calcium orthophosphates. J.C. Elliott, Amsterdam:Elsevier, 1994.
  107. Formation and Evolution of Hydrated Surface Layers of Apatites, D. Eichert, C. Combes, C. Drouet, C. Rey, Key Eng. Mater. 284–286 (2005)3.
  108. Nanocrystalline apatites in biological systems: Characterisation, structure and properties, C. Rey et al., Materwiss. Werksttech 38 (2007)996.
  109. New relationship between breast microcalcifications and cancer. R. Baker, K.D. Rogers , N. Shepherd, N. Stone, Br. J. Cancer 103(2010)1034.
  110. The crystal chemistry of whitlockite and merrillite and the dehydrogenation of whitlockite to merrillite, J.M. Hughes, B.L. Jolliff, J. Rakovan, American Mineralogist 93(2008)1300.
  111. Stability and transformation mechanism of weddellite nanocrystals studied by X-ray diffraction and infrared spectroscopy, C. Conti, L. Brambilla, C. Colombo, D. Dellasega, S.D. Gatta, M. Realini et al. Phys Chem Chem Phys 12(2010)14560.
  112. Structure of the calcium pyrophosphate monohydrate phase (Ca2P2O7*H2O): towards understanding the dehydration process in calcium pyrophosphate hydrates, P. Gras, N. Ratel-Ramond, S. Teychené, Ch. Rey, E. Elkaim, et al. Acta Crystallographica C 70(2014)862.
  113. A concerted protocol for the analysis of mineral deposits in biopsied tissue using infrared microanalysis, J. Anderson et al., Urol Res. 33(2005) 213.
  114. The Advantages of an Attenuated Total Internal Reflection Infrared Microspectroscopic Imaging Approach for Kidney Biopsy Analysis, H.J. Gulley-Stahl et al. Appl Spectrosc. 64(2010)15.
  115. Les pathologies microcristallines et les techniques de physicochimie : quelques avancées, D. Bazin, M. Daudon, Annales de Biologie Clinique 73(2015)517.
  116. La cristallurie : un marqueur diagnostique et pronostique des pathologies cristallogènes et des lithiases rénales. M. Daudon, Rev Francophone Lab 201(2013)67.
  117. Crystalluria analysis improves significantly etiologic diagnosis and therapeutic monitoring of nephrolithiasis, M. Daudon, V. Frochot, D. Bazin, P. Jungers, C.R. Chimie 19 (2016)1514.
  118. Introduction à la cristallographie et à la chimie structurale M. Van Meerssche, J. Feneau-Dupont, Louvain, Ed. Vander, 1973.
  119. S.R. as a tool for X-ray fluorescence analysis of trace elements P. Chevallier, J.X. Wang, I. Brissaud. Chemical Geology 70(1988)173.
  120. Absorption correction procedures for quantitative analysis of fluid inclusions using S.R. X-ray fluorescence, P. Philippot, B. Menez, P. Chevallier et al., Chemical Geology, 144(1998)121.
  121. Nature et rôle des éléments traces dans les calculs urinaires B. Hannache, A. Boutefnouchet, D. Bazin, M. Daudon, E. Foy, S. Rouzière, A. Dahdouh, Prog Urol. 25(2015)222.
  122. The elementome of calcium-based urinary stones and its role in urolithiasis, K. Ramaswamy, D.W. Killilea, P. Kapahi, A. J. Kahn, T. Chi & M.L. Stoller, Nature Reviews Urology 12(2015)543.
  123. Toxicology : in vivo x-ray fluorescence for the assessment of heavy metal concentrations in man, J. Börjesson et al., Appl Radiat Isot. 46(1995)571.
  124. Cadmium in kidneys in Swedes measured in vivo using X-ray fluorescence analysis Int Arch Occup Environ Health. U. Nilsson et al., 67(1995)405
  125. In vivo x-ray fluorescence measurements of cadmium and lead, U. Nilsson, Scand J Work Environ Health. 19(1993)54.
  126. Determination of Ca, Fe, Cu and Zn and their correlations in breast cancer and normal adjacent tissues. M.P. Silva et al., X-Ray Spectrom 38(2009)103.
  127. Elemental concentration analysis in prostate tissues using total reflection X-ray fluorescence, R.G. Leitao et al., Radiation Physics and Chemistry 95(2014)62.
  128. Feasibility of measuring arsenic and selenium in human skin using in vivo x-ray fluorescence (XRF)-a comparison of methods, H. Shehab et al., Physiological Measurement 37(2016)145.
  129. The identification and differentiation of secondary colorectal cancer in human liver tissue using X-ray fluorescence, coherent scatter spectroscopy, and multivariate analysis, S. Darvish-Molla et al., Appl. Spectrosc. 68(2014)79.
  130. Preparing adherent cells for X-ray fluorescence imaging by chemical fixation, L.A. Finney et al., J. Vis Exp. 12(2015)97.
  131. Bio-metals imaging and speciation in cells using proton and synchrotron radiation X-ray microspectroscopy, R. Ortega et al. J R Soc Interface. 6, Suppl 5 (2005)S649.
  132. Microchemical element imaging of yeast and human cells using synchrotron X-ray microprobe with Kirkpatrick-Baez optics, R. Ortega et al., Anal Chem. 76(2004)309.
  133. Théorie et technique de la radiocristallographie, A. Guinier, Paris, Dunod, 1964)
  134. X-ray diffraction, B.E. Warren, New York: Dover; 1990
  135. smoothing and validity of crystallite size distributions from X-ray line profile analysis, A. lebail, D. Louer, J. App.Cryst. 11(1978)50.
  136. Comparison between Xas, Awaxs, Asaxs and Dafs applied to nanometer scale metallic clusters, D. Bazin, D. Sayers, J.J. Rehr, J. of Phys. Chem. 101(1997)11040.
  137. Celebrating 100 years of the Debye scattering equation, P. Scardi et al., Acta Cryst. A72(2016)589.
  138. A new approach to calculating powder diffraction patterns based on the Debye scattering equation, N. W. Thomas, Acta Cryst. A66 (2010)64.
  139. Peter J. W. Debye - a whole life devoted to science, G. Dalba, Acta Cryst. A72(2016)591.
  140. http://culturesciences.chimie.ens.fr/content/introduction-a-la-spectroscopie-infrarouge-ir-754
  141. https://cours.espci.fr/site.php?id=26&fileid=689
  142. Infrared spectrum of whewellite, I.Petrov, B.Šoptrajanov, Spectrochimica Acta Part A: Molecular Spectroscopy 31(1975)309.
  143. Stability and transformation mechanism of weddellite nanocrystals studied by X-ray diffraction and infrared spectroscopy, C. Conti, L. Brambilla, C. Colombo, D. Dellasega, G. Diego Gatta, M. Realini, G. Zerbi, Phys. Chem. Chem. Phys. 12(2010)14560.
  144. Investigation of urinary crystals by Fourier transform infrared microscopy, M. Daudon, C. Marsifi, B. Lacour, C. Bader, Clin. Chem. 37(1991)83.
  145. Avantages et limites de la méthode Analyse des calculs par spectrophotometrie infrarouge. Avantages et limites de la méthode M. Daudon, M.F. Protat, R.J. Reveillaud, Ann. Biol. Clin. 36 (1978)475.
  146. Infrared spectrometry and Raman microprobe in the analysis of urinary calculi M. Daudon, M. F. Protat, R. J. Reveillaud, H. Jaeschke-Boyer, Kidney International 23(1983)842.
  147. Advantage of zero-crossing-point first-derivative spectrophotometry for the quantification of calcium oxalate crystalline phases by infrared spectrophotometry L. Maurice-Estepa, P. Levillain, B. Lacour, M. Daudon, Clin. Chim. Acta 298(2000)1.
  148. Microspectroscopic infrared specular reflection chemical imaging of multi-component urinary stones: MIR vs. FIR M. Pucetaite et al., Cent. Eur. J. of Chemistry 12(2014)44.
  149. Raman Spectroscopic Identification of Uric-Acid-Type Kidney Stone, V.R. Kodati et al., Applied Spectroscopy 44(1990)1134.
  150. Applying quantitative micro-Raman spectroscopy to analyze stone compositions extracted from ureteroscopic lithotripsy urine, C.C. Chang et al., https://doi.org/10.1016/j.urols.2016.04.002
  151. FT-Raman spectral analysis of human urinary stones, R. Selvaraju et al., Spectrochimica Acta Part A: Molecular and Biomolecular Spectroscopy 99(2012)205.
  152. synchrotron-based microspectroscopy platform, S. Bohic et al., J. of Structural Biology 177(2012)248.
  153. Synchrotron X-ray microbeams: A promising tool for drug-resistant epilepsy treatment, F. Studer et al., Physica Medica 31(2015)607.
  154. Radiothérapie par rayonnement synchrotron, P. Deman et al., La Revue de Médecine Interne 31(2010)586.
  155. Clinical mammography at the SYRMEP beam line, E. Castelli, F. Arfelli, D. Dreossi, NIM A 572(2007)237.
  156. Medical applications of synchrotron radiation, W.Thomlinson, Nuclear Instruments and Methods in Physics Research Section A: Accelerators, Spectrometers, Detectors and Associated Equipment 319(1992)295.
  157. Medical applications of synchrotron radiation, P Suortti, W Thomlinson, Physics in Medicine & Biology 48(2003)R1.
  158. https://www.synchrotron-soleil.fr/
  159. Current events. J Synchr. Rad. 14(2007)297.
  160. Very first tests on SOLEIL regarding the Zn environment in pathological calcifications made of apatite determined by X-ray absorption spectroscopy, D. Bazin, X. Carpentier, O.Traxer, D. Thiaudière, A. Somogyi, S. Reguer et al., J Synchrotron Radiat 15(2008)506.
  161. http://www.esrf.eu/masr2015
  162. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/cristal
  163. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/proxima-2a
  164. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/diffabs
  165. How to assess the role of Pt and Zn in the nephrotoxicity of Pt anti-cancer drugs? An investigation combining μXRF and statistical analysis: Part I: On mice, E. Esteve et al. Comptes Rendus Chimie 19(2016)1580.
  166. How to assess the role of Pt and Zn in the nephrotoxicity of Pt anti-cancer drugs?: An investigation combining μXRF and statistical analysis. Part II: Clinical application, E. Esteve et al. Comptes Rendus Chimie 19(2016)1580.
  167. The status of strontium in biological apatites :an XANES investigation, D. Bazin, M. Daudon, Ch. Chappard, J.J. Rehr, D. Thiaudière, S. Reguer, J Synchrotron Radiat. 18(2011)912.
  168. The status of strontium in biological apatites: an XANES/EXAFS investigation, D. Bazin, A. Dessombz, Ch. Nguyen, H.K. Ea , F. Lioté, J.J. Rehr et al. J Synchrotron Radiat. 21(2014)136.
  169. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/disco
  170. Utilisation de la microspectroscopie UV pour la détection et la localisation de l’oxalate de calcium dans le rein, E. Esteve et al., Néphrologie & Thérapeutique 11(2015)279. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1769725515001753
  171. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/smis
  172. Synchrotron infrared confocal microscope: Application to infrared 3D spectral imaging F Jamme, B Lagarde, A Giuliani, G.A. Garcia, L Mercury, J. of Physics: Conference Series 425(2013)142002.
  173. Imaging of biological tissue with synchrotron infrared light. L.M. Miller, P. Dumas, Chemical imaging of biological tissue with synchrotron infrared light. Biochim Biophys Acta 1758(2006)846.
  174. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/nanoscopium
  175. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/actualites/creme-solaire-nanoparticules-et-alopecie-frontale-un-lien-de-cause-effet
  176. New Technique for Investigating Noncrystalline Structures: Fourier Analysis of the Extended X-Ray—Absorption Fine Structure, D.E. Sayers, E.A. Stern, F. W. Lytle.Phys. Rev. Lett. 27(1971)1204.
  177. Extended x-ray-absorption fine-structure technique. II. Experimental practice and selected results, F. W. Lytle, D. E. Sayers, and E. A. Stern, Phys. Rev. B 11 (1975)4825
  178. Extended x-ray-absorption fine-structure technique. III. Determination of physical parameters, E. A. Stern, D. E. Sayers, and F. W. Lytle, Phys. Rev. B 11(1975)4836.
  179. XANES as a tool for iron oxidation state determination in tissues, W.M.Kwiatek et al., J. of Alloys and Compounds 328(2001)276.
  180. Zinc in native tissues and cultured cell lines of human prostate studied by SR‐XRF and XANES, M. Podgórczyk et al., X-ray spectrometry 38(2009)557.
  181. Synchrotron analysis of human organ tissue exposed to implant material, I. Swiatkowska et al., J. of Trace Elements in Medicine and Biology, 46(2018)128.
  182. Distribution and chemical states of iron and chromium released from orthopedic implants into human tissues, A. Ektessabi et al., X-ray spectrometry 30(2001)44.
  183. Application of scanning electron microscopy and X-ray microanalysis: FE-SEM, ESEM-EDS, and EDS mapping for studying the characteristics of topographical microstructure and elemental mapping of human cardiac calcified deposition, H.H. Chang et al., Analytical and Bioanalytical Chemistry 406(2014)359.
  184. Microscopie électronique à balayage et microanalyses. F. Brisset, M. Repoux, J. Ruste, F. Grillon, F. Robaut, Paris:EDP Sciences, 2009
  185. https://www.stem.lps.u-psud.fr/
  186. https://www.stem.lps.u-psud.fr/la-microscopie-electronique
  187. https://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/mesures-analyses-th1/cnd-methodes-globales-et-volumiques-42585210/tomographie-a-rayons-x-p950/
  188. Nondestructive analysis of urinary calculi using micro computed tomography, C.A.Zarse et al., BMC Urol. 4(2004)15.
  189. http://www.carpem.fr/activites/activites-technologiques/plateforme-dimagerie/plateforme-dimagerie-du-petit-animal-pipa/
  190. Compositional and architectural variation in urinary calculi from nucleus to periphery: an integrated IR spectroscopy, scanning electron microscopy and powder X-ray diffraction approach, P. Chatterjee, J. of Applied Cryst. 48(2015)1794.
  191. The optimal choice for stone analysis, M.L. Giannossi, J. of X-ray Science and Technology 23(2015)401.
  192. Nucleation, growth and ageing scenarios in closed systems I: A unified mathematical framework for precipitation, condensation and crystallization, C. Noguera et al., J. of Crystal Growth 297(2006)180.
  193. http://nte.mines-albi.fr/CristalGemme/co/CristalGemme.html
  194. Modeling Nucleation, Growth, and Ostwald Ripening in Crystallization Processes: A Comparison between Population Balance and Kinetic Rate Equation, T. Vetter et al., Cryst. Growth Des. 13(2013)4890.
  195. De la solution à l'oxyde Chimie aqueuse des cations métalliques - Synthèse de nanostructures, J.P. Jolivet, EDP Sciences - Collection : Savoirs Actuels - mars 2016
  196. http://www.lab-cerba.com/pdf/0140F.pdf
  197. Nano-analytical electron microscopy reveals fundamental insights into human cardiovascular tissue calcification, S. Bertazzo et al., Nat Mater. 12(2013)576.
  198. Vascular Calcification Analysis using State-of-the-Art Nanoanalysis Techniques, S.C. Curtze et al., Sci Rep. 16 (2016)23285.
  199. Origin and development in renal papilla of Randall’s calcium plaques, V. Vermooten, J Urol 48(1942)27.
  200. Papillary stones: calcified renal tubules in Randall's plaques, L. Cifuentes Delatte, J.L. Minon-Cifuentes, J.A. Medina, J. Urol. 133(1985)490.
  201. Apatite in kidney stones is a molecular composite with glycosaminoglycans and proteins: Evidence from nuclear magnetic resonance spectroscopy, and relevance to Randall's plaque, pathogenesis and prophylaxis, D.G. Reid, G.J. Jackson,M.J. Duer, A.L. Rodgers, J. Urol. 185(2011)725–30.
  202. The relevance of Randall's plaques, R. Strakosha et al., Indian J Urol. 30(2014)49.
  203. The Riddle of Randall's plaques, E.L. Prien, J Urol. 114(1975)500.
  204. Papillary stones with Randall's plaques in children: Clinicobiological features and outcomes, K. Bouchireb et al., Nephrol Dial Transplant. 27(2012)1529.
  205. Urolithiasis: What can we learn from a Nature which dysfunctions?, D. Bazin et al., Comptes Rendus Chimie 19(2016)1558.
  206. Epitaxial Relationships Between Uric Acid Crystals and Mineral Surfaces: A Factor in Urinary Stone Formation, M.C. Frincu, C.E. Fogarty, J.A. Swift, Langmuir, 20(2004)6524.
  207. The etiology of primary renal calculus? A. Randall, Int Abst Surg. 71(1940)209.
  208. The significance of Randall's papillary lesions in the causation of renal calculi, K.T. Kjolhede, H.K. Lassen, J. Urol. 47(1942)47.
  209. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gabarit/35727.
  210. X. Carpentier, M. Daudon, D. Bazin, O. Traxer, Plaques de Randall : fréquence, topographie et classification, Chap. de livre - séminaire d’Uro-Néphrologie de la Pitié Salpetrière, 2009
  211. M. Daudon, O. Traxer, D. Bazin, Plaques de Randall : épidémiologie, structure et physiopathologie, Chap. de livre - séminaire d’Uro-Néphrologie de la Pitié Salpetrière, 2009.
  212. Mise en forme d'apatite nanocristallines : céramiques et Ciments, M. Banu, Thèse soutenue le 10 juin 2005, Institut National Polytechnique de Toulouse
  213. Profile of the Brushite stone former, A.E. Krambeck et al., J. Urol. 184(2010)1367.
  214. Brushite stone disease as a consequence of lithotripsy?, A.E. Krambeck et al., Urol Res. 38(2010)293
  215. Calcium phosphates in oral biology and medecine, R.Z. LeGeros, Karger; Monographs in Oral Science, 15, pp. 1-201, Basel, (1991)
  216. Structural Relationship of Whitlockite and βCa3(PO4)2, R. Gopal, C. Calvo, nature physical science 237(1972)30.
  217. The Crystal Structure of Whitlockite from the Palermo Quarry, C. Calvo, R. Gopal, American Mineralogist 60(1975)120.
  218. Biomimetic whitlockite inorganic nanoparticles-mediated in situ remodeling and rapid bone regeneration, H.D. Kim et al., Biomaterials 112(2017)31.
  219. Synergistic interplay between the two major bone minerals, hydroxyapatite and whitlockite nanoparticles, for osteogenic differentiation of mesenchymal stem cells, H. Cheng et al., Acta Biomaterialia 69(2018)342.
  220. Osteoarthritis, a basic calcium phosphate crystal-associated arthropathy? Comment on the article by Fuerst et al., Ch. Nguyen, H.-K. Ea, D. Bazin, M. Daudon, F. Lioté, Osteoarthritis, a basic calcium phosphate crystal-associated arthropathy? Comment on the article by Fuerst et al., Arthritis & Rheumatism 62(2010) 2829.
  221. Calcifications in Human osteoarthritic articular cartilage : Ex vivo assessment of Ca compounds using Xanes spectroscopy Ch. Nguyen, H.K. Ea, D. Thiaudière, S. Reguer, D. Hannouche, M. Daudon, F. Lioté, D. Bazin, Calcifications in Human osteoarthritic articular cartilage : Ex vivo assessment of Ca compounds using Xanes spectroscopy. J. Syn. Rad. 18(2011)475.
  222. Pathogenic Role of Basic Calcium Phosphate Crystals in destructive arthropathies H-K Ea, V. Chobaz, Ch. Nguyen, S. Nasi, P. van Lent, M. Daudon, A. Dessombz, D. Bazin, G. McCarthy, B. Jolles-Haeberli, A. Ives, D. Van Linthoudt, A. So, F. Liote, N. Busso, PLoS ONE 8(2013)e57352.
  223. Combining microX-ray fluorescence, microXANES and microXRD to shed light on Zn2+ cations present in cartilage and meniscus microcalcifications, A. Dessombz, Ch. Nguyen, H-K Ea, S. Rouzière, E. Foy, D. Hannouche, S. Réguer, F.E. Picca, D. Thiaudière, F. Lioté, M. Daudon, D. Bazin, J. of Trace Elements in Medicine and Biology 27(2013)326.
  224. Sarcoidosis D. Valeyre, et al., Lancet, 383(2014)1155.
  225. Sarcoidosis: epidemiology and prognosis. A 15-year European study, G. Hillerdal et al., Am Rev Respir Dis, 130 (1984)29.
  226. Ear, Nose, and Throat Manifestations of Sarcoidosis J. Johnson, Physician Assistant Clinics 3(2018)285.
  227. Pulmonary sarcoidosis, P. Spagnoloet al., The Lancet Respiratory Medicine, https://doi.org/10.1016/S2213-2600(18)30064-X
  228. Cutaneous Sarcoidosis. K.A. Wanat, M. Rosenbach, Clin. Chest. Med. 36(2015)685.
  229. V. Rafnsson, O. Ingimarsson, I. Hjalmarsson, H. Gunnarsdottir, Occup. Environ. Med. 55(1998)657.
  230. Sarcoidal granulomatous reaction due to tattoos: report of two cases, M.C. Valbuena et al. An Bras Dermatol. 92(2017)138.
  231. Usefulness of electron microscopy in the diagnosis of cardiac sarcoidosis, G. Takemura et al., Heart and Vessels 10(1995)275.
  232. Electron microscopy gain a glimpse into the pathogenesis of cardiac sarcoidosis, Y. Kuribayashi et al., European Heart Journal - Cardiovascular Imaging, 18(2017)944.
  233. Calcium Oxalate, Sarcoid Granulom, J. Reid et al., Am J Clin Pathol. 90(1988)545.
  234. Analysis of component and source of fine particulate matter in sarcoidosis granulomatous cell, H.G. Liu et al., Zhonghua Bing Li Xue Za Zhi. 40(2011)177.
  235. Calcium metabolism in sarcoidosis and its clinical implications. M. Conro, C. Young, H.L. Beynon, Rheumatol Oxf Engl. 39(2000)707.
  236. Prostatic calculi: a review, R. Klimas et al., Prostate 7(1985)91.
  237. Bladder outflow obstruction caused by prostatic calculi, R. Calleja, R. Yassari, E.P. Wilkinson, R. Webb Sci. World J. 4(2004)46.
  238. Protruding prostatic calculus as a source ofvoiding disorder : a case report, M. Sugimoto, Y. Watanabe, T. Ichikawa, Nishi Nihon Hinyokika 68 (2006)72.
  239. Prostatic calculi: Silent stones, H. Köseoğlu et al., Actas Urológicas Españolas (English Edition)v34 (2010)555.
  240. Prostate calcification worsen lower urinary tract symptoms in middle-aged men, H.J. Yang et al. Urology. 81(2013) 1320.
  241. Prevalence of prostatic calcification subtypes and association with prostate cancer. M. Smolski et al., Urology 85(2015)178.
  242. Prostatic calculi detected in peripheral zone of the gland during a transrectal ultrasound biopsy can be significant predictors of prostate cancer, L. Dell'Atti et al., Arch Ital Urol Androl. 88(2016)304.
  243. Prostatic Calculi: Do They Matter, J.J. Cao, Sex Med Rev. 17(2017)30124.
  244. acute inflammatory proteins constitute the organic matrix of prostatic corpora amylacea and calculi in men with prostate cancer, K.S. Sfanos, B.A. Wilson, A.M. De Marzo, W.B. Isaacs, PNAS 106(2009)3443.
  245. The crystalline composition of prostatic calculi, D.J. Suto, S.E. Wooley, Br. J. Urol. 46(1974)533.
  246. Nephrotoxicity induced by drugs: The case of foscarnet and atazanavir—A SEM and μFTIR investigation, V. Forchot et al., Comptes Rendus Chimie 19(2016) 1565.
  247. http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/bacteria-antibiotics-needed/fr/
  248. Louise Rossignol, Épidémiologie des infections urinaires communautaires, Thèse de L’Université Pierre et Marie Curie, Soutenue le 30 septembre 2015 à Paris
  249. Lithiase urinaire d'infection, N. Noël, P. Rieu, Lithiase urinaire d'infection, 2013 Elsevier Masson SAS.
  250. Magnesium whitlockite, a calcium phosphate crystal of special interest in pathology, R. Lagier, C.A. Baud, Pathology, Research and Practice 199(2003)329.
  251. High prevalence of uric acid calculi in diabetic stone formers, M. Daudon, B. Lacour, P. Jungers, Nephrol Dial Transplant 20(2005)468.
  252. Type 2 diabetes and uric acid stones: A powder neutron diffraction investigation, M. Daudon, E. Letavernier, R. Weil, E. Véron, G. Matzen, G. André, D. Bazin, Comptes Rendus Chimie 19(2016)1527.
  253. Cystinuria caused by mutations in rBAT, a gene involved in the transport of cystine. M.J. Calonge, P. Gasparini, J. Chillarón et al. Nat. Genet. 6(1994)420.
  254. Therapy modifies cystine kidney stones at the macroscopic scale. Does such alterations exist at the mesoscopic & nanometer scale ?, D. Bazin, M. Daudon, G. André, R. Weil, E. Véron, G. Matzen, J. App. Crys. 47(2014)719.
  255. Épidémiologie des lithiases urinaires, M. Daudon, O. Traxer, E. Lechevallier, C. Saussine, Progrès en urologie 18(2008)802.
  256. Epidemiology of stone disease. G.C. Curhan, Urol Clin North Am 34(2007)287.
  257. Re-investigation of the crystal structure of whewellite [Ca(C2O4)·H2O] and the dehydration mechanism of caoxite [Ca(C2O4)·3H2O] T. Echigo, M. Kimata, A. Kyono, M. Shimizu, T. Hatta, Mineralogical Magazine 69(2005)77.
  258. The crystal structures of whewellite and weddellite: re-examination and Comparison Tazzoli V, Domeneghetti M C, American Mineralogist 65(1980)327.
  259. Respective influence of calcium and oxalate urine concentration on the formation of calcium oxalate or monohydrate crystal, M. Daudon, E. Letavernier, V. Frochot, J.-Ph. Haymann, D. Bazin, P. Jungers, C.R. Chimie 19(2016)1504.
  260. Hyperoxalurie primitive, P. Cochat, S. Fargue, J. Bacchetta, A. Bertholet-Thomas, J.-F. Sabot, J. Harambat, Néphrologie & Thérapeutique 7(2011)249.
  261. Opportunities offered by SEM, PND and S. R. microX-ray Fluorescence in the study of whewellite kidney stones, M. Daudon, D. Bazin, P. Jungers, G. André, A. Cousson, P. Chevallier, E. Véron, G. Matzen, J. App. Cryst. 42(2009)109.
  262. Comprehensive morpho-constitutional analysis of stones improves etiological diagnosis and therapeutic strategy of nephrolithiasis, M. Daudon, A. Dessombz, V. Frochot, E. Letavernier, J.-Ph. Haymann, P. Jungers, D. Bazin, C.R. Chimie 19(2016)1470.
  263. An hypothesis for the origin of renal calculus, A.Randall, N Engl J Med 214(1936)234.
  264. The origin and growth of renal calculi, A. Randall, Ann. Surg. 105(1937)1009.
  265. Plaques de Randall: fréquence, topographie et classification. X. Carpentier, M. Daudon, D. Bazin, O. Traxer Sémin Urol Néphrol 35(2009)86.
  266. Randall’s plaque of patients with nephrolithiasis begins in basement membranes of thin loop of Henle. A.P. Evan, J.E. Lingeman, F.L. Coe et al. J Clin Invest 111(2003)607.
  267. Endoscopic evidence of calculus attachment to Randall’s plaque, B.R. Matlaga, J.C. Williams Jr, S.C. Kim et al., J. Urol. 175(2006)1720.
  268. Randall’s plaque as the origin of calcium oxalate kidney stones M. Daudon, D. Bazin, E.Letavernier, Urolithiasis 43(2015)5.
  269. Randall's plaque and kidney stones: recent advances and future challenges, E. Letavernier, D. Bazin, M. Daudon, C.R. Chimie 19(2016)1456.
  270. Topography, composition and structure of incipient Randall’s plaque at the nanoscale level, C. Verrier, D. Bazin, L. Huguet, O. Stéphan, A. Gloter, M.-Ch. Verpont, V. Frochot, J.-Ph. Haymann, I. Brocheriou, O. Traxer, M. Daudon, E. Letavernier, The Journal of Urology 196(2016)1566.
  271. Stone morphology suggestive of Randall’s plaque, M. Daudon, O. Traxer, P. Jungers, D. Bazin, Renal stone disease 900(2007)26.
  272. https://www.synchrotron-soleil.fr/fr/lignes-de-lumiere/diffabs
  273. The pathogenesis of Randall’s Plaque : A papilla cartography through an ex vivo study based on XANES spectroscopy, X. Carpentier, D. Bazin, P. Junger, S. Reguer, D. Thiaudière, M. Daudon J. Syn. Rad. 17 (2010)374.
  274. Calcium and vitamin D have a synergistic role in a rat model of kidney stone disease, E. Letavernier, C. Verrier, F. Goussard, J. Perez, L. Huguet, J.-Ph. Haymann, L. Baud, D. Bazin, M. Daudon, Kidney International 90(2016)809.
  275. La vitamine D à l’origine de calculs rénaux ? , http://www.cnrs.fr/inc/communication/direct_labos/letavernier.htm
  276. http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Les-maladies-du-sein/Calcifications-mammaires
  277. Microcalcifications associated with breast cancer: an epiphenomenon or biologically significant feature of selected tumors? M.P. Morgan et al., J. Mammary Gland Biol. Neoplasia 10(2005)181.
  278. Microcalcifications in breast cancer: Lessons from physiological mineralization. R.F. Cox, M.P. Morgan, Bone 53(2013)437.
  279. A matrix of morphology and distribution of calcifications in the breast: Analysis of 849 vacuum-assisted biopsies, B. Kaltenbach et al. European J. of Radiology 86 (2017)221.
  280. Sonographic Assessment of Breast Calcifications, B.E. Hashimoto et al., Current Problems in Diagnostic Radiology 35(2006)213.
  281. Algorithmic 3D simulation of breast calcifications for digital mammography, J. Näppi, Computer Methods and Programs in Biomedicine, 66(2001)115.
  282. Using scanning electron microscopy to study mineral deposits in breast tissues. S.H. Poggi et al., Am. Mineral. 83(1998)1122.
  283. Correlative imaging reveals physiochemical heterogeneity of microcalcifications in human breast carcinomas, J.A.M.R.Kunitake et al., J. of Structural Biology 202(2018)25.
  284. Elemental vs. phase composition of breast calcifications, R. Scott et al., Scientific Reports 7 (2017)136.
  285. Microcalcifications of breast cancer and atypical cystic lobules associated with infiltration of foam cells expressing osteopontin, T. Oyama et al., Virchows Arch. 440(2002)267.
  286. Calcium oxalate (Weddellite) crystals within ductal carcinoma in situ, H.M. Martin, A.C. Bateman, J.M. Theaker, J. Clin. Pathol. 52(1999)932.
  287. New relationships between breast microcalcifications and cancer, R. Baker et al., Br. J. Cancer 103(2010)1034.
  288. http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-du-sein/Les-maladies-du-sein/Fibroadenome
  289. Investigations of trace and toxic elements of kidney stones from two different Sudanese areas by µ-PIXE using Nuclear Microprobe (NMP) E. MEM et al. Appl. Radiat. Isot. 131(2018)58.
  290. Association of minor and trace elements with mineralogical constituents of urinary stones: a hard nut to crack in existing studies of urolithiasis, J. Kuta et al., Environ Geochem Health. 35(2013)511.
  291. Spectroscopic investigations on kidney stones using Fourier transform infrared and X-ray fluorescence spectrometry, V.K. Singh et al. X-Ray Spectrometry 46(2017)283.
  292. Growth studies of calciumoxalates in the presence of various ions and compounds, D.J. Sutor Br. J. Urol. 41(1969)171.
  293. Effects of trace metals on the inhibition of calcium oxalate crystallization, J.A. Munoz et al. Urol. Res. 33(2005)267.
  294. Heavy elements in urinary stone, D. Bazin, P. Chevallier, G. Matzen, P. Jungers, M. Daudon, Urol. Res. 35(2007)179.