Caius Caecilius Metellus Caprarius

consul romain

Caius Caecilius Metellus Caprarius est un homme politique de la Rome antique, consul en et censeur en

FamilleModifier

Son nom complet est Caius Caecilius Q.f. Q.n. Metellus Caprarius[1]. Il est membre de la branche des Caecilii Metelli de la gens Caecilia, général, consul en 143 et censeur en et le neveu de Lucius Caecilius Metellus Calvus, consul en Il est un des quatre fils de Quintus Caecilius Metellus Macedonicus, ses frères étant Quintus Caecilius Metellus Baliaricus, consul en 123, Lucius Caecilius Metellus Diadematus, consul en 117 et Marcus Caecilius Metellus, consul en 115. Il a deux cousins germains consuls en 119 et 109.

Il est le père de Caius Caecilius Metellus, de Quintus Caecilius Metellus Creticus et de Lucius Caecilius Metellus Caprarius, les deux derniers devenant consuls.

BiographieModifier

Caius Caecilius est nommé triumvir aere argento auro flando feriundo, magistrat supervisant la frappe de la monnaie, vers [2] Il accède ensuite à la préture vers [2]

En il est consul avec Cnaeus Papirius Carbo pour collègue[1]. Il prend en charge la province de Macédoine et mène une campagne en Thrace. Pendant ce temps, Carbo affronte les Cimbres et subit un important revers[1].

Entre 112 et , il est proconsul en Macédoine et en Thrace où il poursuit la campagne débutée en 113[3],[4]. Il célèbre un triomphe pour ses victoires en Thrace en [5],[4] avec le titre d'imperator[a 1],[a 2]. Son frère Marcus Caecilius Metellus célèbre son triomphe le même jour pour ses victoires en Sardaigne[a 3],[a 4].

En , il est censeur avec Quintus Caecilius Metellus Numidicus[6]. Ce dernier tente de dégrader de leur rang les sénateurs Caius Servilius Glaucia et Lucius Appuleius Saturninus mais la procédure échoue, Caprarius n'apportant pas son soutien à son collègue et cousin[a 5][7]. Les deux censeurs nomment de nouveau Marcus Aemilius Scaurus comme Princeps senatus[6].

Notes et référencesModifier

  • Sources modernes :
  1. a b et c Broughton 1951, p. 535.
  2. a et b Hamilton 1969, p. 197.
  3. Broughton 1951, p. 539.
  4. a et b Hinard 2000, p. 587.
  5. Broughton 1951, p. 541.
  6. a et b Broughton 1951, p. 567.
  7. Hinard 2000, p. 600.
  • Sources antiques :
  1. Acta triumphalia
  2. Attilio Degrassi, Inscriptiones Italiae, 13, 3, 73
  3. Velleius Paterculus, Histoire romaine, I, 11 et II, 8
  4. Eutrope, Abrégé de l'histoire romaine, IV, 25
  5. Appien, Guerres civiles, I, 4, 28

BibliographieModifier

  • François Hinard (dir.), Histoire romaine des origines à Auguste, Fayard, (ISBN 978-2-213-03194-1)
  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.
  • (en) Charles D. Hamilton, « The Tresviri Monetales and the Republican Cursus Honorum », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, The Johns Hopkins University Press, vol. 100,‎ , p. 181-199