Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cai.
Cai Guo-Qiang
CaiGuoQiangSpeakingOct10.jpg
Cai Guoqoang à Houston en 2010
Naissance
Nom de naissance
Cài Gúoqiáng (蔡國強 ou 蔡国强)
Nationalité
Chinois
Activité
Formation
Académie de théâtre de Shanghai (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Distinctions
Œuvres principales
“Set of 14 drawings for Asia-Pacific economic co-operation”

Cai Guo-Qiang (chinois simplifié : 蔡国强 ; chinois traditionnel : 蔡國強 ; pinyin : Cài Gúoqiáng), né le à Quanzhou, province du Fujian, en Chine, est un artiste plasticien chinois.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'un historien et peintre, Cai Guo-Qiang fait ses études de 1981 à 1985 à l’école de théâtre de Shanghai dans le département des arts de la scène.

De 1986 à 1995, il vit au Japon où il étudie les propriétés de la poudre à canon dans ses dessins, ce qui le mène par la suite à des expériences avec des explosifs à plus grande échelle et au développement de sa marque de fabrique : des événements pyrotechniques. Durant son séjour au Japon, il atteint rapidement une renommée internationale.

Il vit depuis 1995 à New York, aux États-Unis.

Cai Guo-Qiang a exposé (et remporté un Lion d'or) à la biennale de Venise en 1999, au Queens Museum of Art, au MASS MoCA

En 2008, il est le premier artiste chinois bénéficiant d'une rétrospective au musée Guggenheim de New York. La même année, il conçoit les feux d'artifice de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin.

En 2011, il prépare une exposition, sa première au Moyen-Orient, pour le MATHAF ; celle-ci est intitulée Saraab, mirage en arabe[1],[2]. À cette occasion, il crée Ninety-nine Horses.

DistinctionModifier

CoteModifier

En novembre 2007, le tableau « Set of 14 drawings for Asia-Pacific economic co-operation » atteint le record de 9,5 millions de dollars (soit 6,02 millions d'euros). Ce record pour un artiste chinois est battu en mai 2008 par la toile Masques, séries 1996, no 6 de Zeng Fanzhi[3].

ExpositionsModifier

RéférencesModifier

  1. Juliet Highet, « East Meets Middle East », sur The Majalla Magazine, (consulté le 19 octobre 2014)
  2. « cai guo-qiang: saraab », sur MATHAF (consulté le 19 octobre 2014)
  3. « Un tableau de Zeng Fanzhi vendu aux enchères à 9,7 millions de dollars Lire plus sur : http://www.chine-informations.com/actualite/un-tableau-de-zeng-fanzhi-vendu-aux-encheres-a-millions-de-dollars_9536.html », sur Chine Informations, (consulté le 19 octobre 2014)

BibliographieModifier

Shiyan LI "Cai Guo-Qiang : au-delà d'un dialogue impossible" dans l'ouvrage Le vide dans l’art du XXe siècle : Occident/Extrême-Orient

Éditeur : Presses Universitaires de Provence/Collection : Histoire, théorie et pratique des arts, 2014, (ISBN 978-2-85399-917-5)

Voir aussiModifier