Ouvrir le menu principal

Plaque commémorative de l'assassinat, apposée en 1923 par la Ligue des droits de l'homme.

Le Café du Croissant, ou choppe du Croissant, aujourd'hui nommée taverne du croissant, est un café situé dans le 2e arrondissement de Paris, à l'angle de la rue Montmartre (au no 146) et de la rue du Croissant (au no 22). Il est célèbre pour avoir été le théâtre de l'assassinat de Jean Jaurès par Raoul Villain le 31 juillet 1914.

Le 20 février 1938, le propriétaire du café, Albert Wiedmer, a donné la plaque en marbre recouvrant la table sur laquelle Jaurès a été assassiné à la ville de Champigny-sur-Marne, à la demande de son maire Albert Thomas, proche de Jaurès[1]. Elle a été classée monument historique au titre objet en 1988[2]. Les serveurs continuent cependant à faire croire aux clients que le café a conservé la table avec une tache sombre sur le bois clair qui serait le sang de Jaurès[3].

Le souvenir de Jaurès reste évoqué de différentes manières dans le café. En façade, une plaque commémorative a été apposée en 1923 par la Ligue des droits de l'homme[4]. Au sol, une mosaïque rouge et or dessine la date de sa mort à l'endroit où il est tombé[5]. Enfin, dans une vitrine figurent notamment un morceau de sa chaise, le chapeau qu'il portait incrusté d'une balle[6], et les unes des 31 juillet et 1er août 1914 de L'Humanité[7].

Le 31 juillet 1984, le président de la République, François Mitterrand, se recueille au café du Croissant pour le 70e anniversaire de l'assassinat. À la radio il raconte qu'en 1934, à peine arrivé à Paris pour entrer à l'université, il s'est précipité au café du Croissant pour rendre hommage à Jaurès[8],[9].

Le café a été rénové en août 2011 et rebaptisé Taverne du Croissant[10]. En 2014, pour le centenaire de l'assassinat, l'établissement propose un menu spécial pour le dîner[5].

RéférencesModifier

  1. « Table du café du Croissant », sur Topic-topos.com.
  2. Notice no PM94000036, base Palissy, ministère français de la Culture.
  3. Régine Deforges, Le Paris de mes amours : Abécédaire sentimental, Paris, Plon, , 385 p. (ISBN 978-2-259-20769-0), p. 123.
  4. Christian Carrère, « L'hommage des communistes, hier au café du Croissant », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Alexandre Boudet, « Le Café du croissant où Jean Jaurès a été assassiné ne surfe plus sur cet épisode », sur huffingtonpost.fr, .
  6. Ramón Chao et Ignacio Ramonet, Guide du Paris rebelle, Paris, Plon, , 342 p. (ISBN 978-2-259-20629-7).
  7. Anne-Laure Barret, « Au café du Croissant, pourquoi ont-ils tué Jaurès ? », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  8. Simon Epstein, Un paradoxe français : Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Paris, Albin-Michel, coll. « Bibliothèque Histoire », (ISBN 978-2-226-17915-9), p. 547.
  9. Catherine Nay, Le Noir et le Rouge : ou l'histoire d'une ambition, Paris, Grasset, (ISBN 2-246-28191-1), p. 64.
  10. Bruno Frappat, « Une bonne bière », La Croix,‎ (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :