Cadeaux japonais

Faire des cadeaux (sucreries, bibelots, etc.) à son entourage en diverses occasions revêt de l'importance dans le jeu social de la culture japonaise. En certaines occasions, faire un cadeau est quasiment obligatoire (giri).

Types de cadeauxModifier

O-miyageModifier

O-miyage (お土産?)[1] est un terme japonais signifiant littéralement « produit de la terre ». C'est un petit souvenir typique d'une région qu'on ramène à ses proches au retour d'un voyage. On trouve de nombreux o-miyage sur tous les sites touristiques japonais. Se présenter chez ses proches après un retour de vacances les mains vides est considéré comme égoïste. Le fait d'amener un cadeau montre au contraire que les voyageurs ont pensé à leur famille pendant leur séjour.

Du fait du nombre important d’o-miyage à ramener, les boutiques de souvenirs les vendent souvent par sachets contenant plusieurs objets, et il n'est pas rare de voir les voyageurs prévoir une valise entière rien que pour acheter ces souvenirs[2].

D’après l’institut de recherche sur le tourisme et les produits touristiques (観光物産総合研究所, kankō bussan sōgō kenkyūsho?), le marché des o-miyage représente, en 2012, 2 500 milliards de yens, soit vingt-trois milliards d'euros[3].

TemiyageModifier

Temiyage (手土産?) est le nom donné à un cadeau que l'on fait à son hôte lorsqu'on est invité à diner chez lui par exemple[2].

O-seibo et o-chūgenModifier

En décembre avant le Nouvel An japonais, et en juin-juillet avant O-Bon, période où les salariés reçoivent souvent des bonus, il est courant de s'échanger des cadeaux entre collègues. On nomme ce type de cadeau respectivement o-seibo (お歳暮?) et o-chūgen (お中元?)[1]. D'une valeur d'environ 5 000 yens (environ quarante euros), on offre le plus souvent de la nourriture, de l'alcool ou des objets de décoration pour la maison[2].

Notes et référencesModifier

  1. a et b O étant un préfixe honorifique, voir Keigo#Préfixes.
  2. a b et c (en) « Giving Gifts in Japan », sur japan-guide.com (consulté le ).
  3. Mori Kitamura, « Spécialités provinciales : de nouvelles tendances », sur nippon.com, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier