Cacatoès des Philippines

espèce d'animaux

Cacatua haematuropygia

Cacatua haematuropygia
Description de cette image, également commentée ci-après
Cacatoès des Philippines
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Cacatuidae
Genre Cacatua

Espèce

Cacatua haematuropygia
(Statius Müller, 1776)

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2bcd :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe I de la CITES Annexe I , Rév. du 11/06/1992

Le Cacatoès des Philippines (Cacatua haematuropygia) est une espèce monotypique d'oiseaux de la famille des Cacatuidae, endémique des Philippines. Alors qu'il était commun en 1950, il a connu un déclin rapide au point de ne plus compter que 1 000 à 4 000 représentants, répartis en plusieurs populations.

DescriptionModifier

Cet oiseau mesure 30 à 31 cm pour une masse d'environ 300 g. Le plumage est blanc avec des sous-caudales orangées. Les yeux sont sombres chez l'adulte et grisâtres chez l'enfant.

RépartitionModifier

Comme son nom l'indique, cet oiseau vit aux Philippines : Palawan et Siargao.

HabitatModifier

Ce cacatoès peuple les forêts galeries et les mangroves.

AlimentationModifier

Cette espèce se nourrit de noix, baies, maïs, et autres graines.

ReproductionModifier

 
Oeufs de Cacatua haematuropygia - Muséum de Toulouse

La femelle pond deux ou trois œufs. L'incubation dure 28 jours. Les jeunes demeurent au nid environ onze semaines.

MenaceModifier

Le cacatoès des Philippines est victime de piégeage, de capture des oisillons, du braconnage, de la persécution des cultivateurs, la destruction des mangroves, les typhons, l'introduction d'espèces invasives et prédatrices. Ces causes ont entraîné une réduction de la population de l'espèce à quelques centaines d'individus[1].

ConservationModifier

Il existe un Programme européen pour les espèces menacées (EEP) de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA) consacré à cette espèce. Celui-ci est coordonné par le ZooParc de Beauval, en France[2]. La ménagerie du Jardin des Plantes du Muséum national d'histoire naturelle de Paris y participe en élèvant au moins un couple.

Avec l'intervention d'organisme local et international, sur l'ile de Palawan un programme de conservation a été mis en place.

Reconvertis en gardes, d’anciens braconniers veillent sur la faune dans les zones protégées.

Des arbres dans lesquels se nourrissent et se reproduisent les catatoés sont replantés.

Les populations sont informées sur les risques d'extinction de l'espèce par le biais de campagnes régulières.

Plusieurs projets de réintroductions sont à l'étude[1].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

BibliographieModifier

  • Forshaw J.M. (2006) Parrots of the World. An identification guide. Princeton University Press, Princeton, Oxford, 172 p.
  • Gimenez J.M. (2008) Perroquets, Perruches, Loris en captivité. Éditions Prin, Ingré, 312 p.
  • Mario D. & Conzo G. (2004) Le grand livre des perroquets. de Vecchi, Paris, 287 p.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Les programmes européens et internationaux », sur Muséum national d'Histoire naturelle (consulté le ).
  2. (en) « EAZA Activities > Collection Planning > EEPs and ESBs », sur eaza.portal.isis.org (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :