Ouvrir le menu principal

Cabrette

instrument à vent de musique traditionnelle auvergnat de la famille des cornemuses

Cabrette
Image illustrative de l’article Cabrette
Jean Rascalou, joueur de cabrette

Classification instrument à vent
Famille instrument à anche
Instruments voisins cornemuse

La pratique de la cabrette, ou musette *
Image illustrative de l’article Cabrette
Cabrette
Domaines Musiques et danses
Savoir-faire
Pratiques festives
Lieu d'inventaire Auvergne-Rhône-Alpes
Occitanie
Nouvelle-Aquitaine
Île-de-France
* Descriptif officiel Ministère de la Culture (France)

La cabrette (ou musette) est un instrument à vent de musique traditionnelle auvergnat de la famille des cornemuses à anche double et composé d'un sac de cuir de chèvre duquel s'origine le nom cabrette. La cabrette à bouche est une forme ancienne de la cabrette qui ne se joue plus actuellement. La cabrette à soufflé est apparue au XIXe siècle dans la communauté auvergnate de Paris, elle s'est ensuite rapidement répandue en Auvergne, notamment dans le Cantal, et dans les autres hauts pays environnants. Instrument principal des bourrées et bailles folkloriques, la cabrette est aussi jouée dans les orchestres et dans des groupes de musiques actuelles par les cabrettaïres. En France, la transmission de ce savoir est assurée par des conservatoires et des associations. La pratique de la cabrette a été incrite à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France, depuis 2017[1].

ÉtymologieModifier

Cabrette est la forme francisée du mot occitan aurillacois cabreta, qui signifie « petite chèvre ».

FactureModifier

L’instrument est constitué d’un porte-vent qui relie le sac à un soufflet pour l’alimentation en air. Autrefois le sac en peau de chèvre (d'où le nom de l'instrument) se gonflait à la bouche comme la plupart des cornemuses. L'ajout du soufflet remonte au milieu du XIXe siècle.

Il comporte un tuyau mélodique à anche double, le hautbois qu'on appelle aussi « le pied » . Il est à perce conique et est souvent tourné en bois d'ébène, en palissandre ou encore en buis ; sa tonalité est toujours donnée en centimètres[2]. On parle par exemple d’un « pied de 39 » pour un hautbois en Do mais il en existe de différentes longueurs et de différentes tonalités.

Il y a également un tuyau d'accompagnement accolé au pied appelé bourdon. Il n'est pas toujours fonctionnel et il est souvent obturé. Il permet d'utiliser la note dominante grave de l'instrument à la fois comme effet rythmique et comme pédale harmonique.

Facteurs reconnusModifier

Plusieurs facteurs ont laissé une trace dans l'histoire de instrument, c'est le cas de Joseph Costeroste, Alias, Franc, Amadieu, Combabessou, Roque ou Dufayet qui fut le dernier des fabricants historiques parisiens et a travaillé Passage Thiéré à Paris dans le 11e arrondissement jusqu'en 1938[2].

Joueurs de cabrette célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Ministère de la Culture » (consulté le 12 février 2019)
  2. a et b Vichy Enchères consulté le 23/05/2017
  3. André Ricros, Joseph Ruols, AMTA, 2016 ; Jean-Marc Laurent, « Ruols, le swing de l'Aubrac », La Montagne, 8 décembre 2016, p. 50.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :