Cabrespine

commune française du département de l'Aude

Cabrespine
Cabrespine
Blason de Cabrespine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Philippe Clergue
2020-2026
Code postal 11160
Code commune 11056
Démographie
Gentilé Cabrespinois
Population
municipale
176 hab. (2017 en augmentation de 3,53 % par rapport à 2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 50″ nord, 2° 27′ 38″ est
Altitude 309 m
Min. 275 m
Max. 943 m
Superficie 17,56 km2
Élections
Départementales Canton du Haut-Minervois
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Cabrespine
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Cabrespine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cabrespine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cabrespine
Liens
Site web Site officiel

Cabrespine est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie.

Cabrespine village (998839500).jpg

GéographieModifier

LocalisationModifier

Cabrespine est un petit village près du parc naturel régional du Haut-Languedoc blotti au fond de la vallée de la Clamoux qui dévale du pic de Nore dans des gorges pittoresques et s’en va plein sud rejoindre l’Orbiel. Il se situe aux confins du Minervois et du Cabardès, entre plaine et Montagne noire.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Cabrespine[1]
Pradelles-Cabardès Castans Lespinassière,
Citou
Labastide-Esparbairenque   Caunes-Minervois
Fournes-Cabardès Trassanel Villeneuve-Minervois

Géologie et reliefModifier

Cabrespine se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

HistoireModifier

À l'époque de la conquête romaine, Cabrespine était doté de voies secondaires par rapport à la voie domitienne qui permettait l'exploitation des mines de fer. Elles ont été longtemps abandonnées puis re-exploitées au XIXe siècle. Il subsiste aujourd'hui des galeries et des mines stériles.

À l'époque carolingienne, il y avait deux églises. La chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié, attenante au cimetière actuel, dont il ne reste plus qu'un mur et l'église Saint-Pierre. De l'église antique construite dans le style roman, il ne reste plus qu'une plaque de marbre blanc sculptée dans le style de l'époque mérovingienne exposée dans l'église actuelle bâtie sur le même emplacement en 1753.

Cabrespine de Caput Spina (tête d'épine) appartient à l'abbaye de Lagrasse depuis l'époque de Charlemagne jusqu'à la Révolution. En 814, une charte de Louis le Débonnaire mentionne la présence à Cabrespine d'une « Cellae », dépendance monastique servant à désencombrer l'abbaye de Lagrasse, et permettant la surveillance de l'exploitation du domaine par les quelques moines y résidant. Il n'en subsiste aujourd'hui que quelques ruines de moins en moins visibles.

Le château dont il ne reste que quelques ruines date de 1035, époque des Capétiens. À l'origine, il était garnison royale. En 1217, il a été donné à l'abbaye de Lagrasse par Simon de Montfort, en rémission de ses fautes. Revenu à la couronne royale vers 1327, il est tour à tour attaqué par les Huguenots puis repris par les catholiques en 1584.

Les habitants de Cabrespine vécurent pendant longtemps du travail de la terre. La vigne bien sûr mais aussi les châtaigniers, les oliviers pour les arbres et le seigle et la pomme de terre pour la culture des terres. Enfin on élève quelques moutons pour la laine.

Des trois foires annuelles, celle qui a lieu le premier lundi du mois d'août (instaurée par une ordonnance royale en 1845) est une foire aux bêtes à laine et aux merrains de châtaigniers.

Au début du XXe siècle, Cabrespine est une commune importante où prospèrent de nombreux commerçants et artisans. On a compté à Cabrespine plus de 850 habitants en 1851. Mais l'industrialisation et les guerres entraînent la chute inexorable de la population. C'est le départ vers les villes du bas Languedoc ou vers Mazamet. Avant la guerre de 14-18, il ne reste plus que 600 habitants et ce chiffre diminuera encore.

HéraldiqueModifier

  Blason
De sinople à la billette d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Philippe Clergue    
1995 2008 Antoine Menen    
1965 1995 Benjamin Tissières    
1945 1965 Joseph Greffier    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4]. En 2017, la commune comptait 176 habitants[Note 1], en augmentation de 3,53 % par rapport à 2012 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808858928943871932929900852
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
809761705658620615580552539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
536510472354359379330285232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
198190218192193196188187170
2017 - - - - - - - -
176--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

 
Galerie d'entrée d'une mine de fer.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Duhem, Paris , Cabrespine . Audois par sa mère, Flamand par son père, Pierre Duhem professeur d'université s'est illustré dans l'histoire des sciences et de la physique. Il a écrit divers ouvrages pendant ses vacances à Cabrespine tant et si bien qu'aux États-Unis une revue indique concernant Pierre Duhem University Of Cabrespine. Une rue de Cabrespine perpétue le nom de Pierre Duhem.
  • Pierre Maguelon (1933-2010), acteur français, a une résidence secondaire à Cabrespine où il s'était retiré.
  • Automne Pavia, médaillée olympique de judo.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • « Cabrespine », dans Alphonse MAHUL, Cartulaire et Archives des Communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne , chez V. Didron, Paris, 1863, volume 4, p. 37-50 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier