Ouvrir le menu principal

Céphée (Arcadie)

personnage de la mythologie grecque
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Céphée.

Céphée est, dans la mythologie grecque, un roi de la ville de Tégée dans la région d'Arcadie en Grèce. Il participe à l'expédition des Argonautes. Notable pour sa descendance nombreuse, Céphée périt au cours d'une campagne militaire au côté d'Héraclès contre Hippocoon de Sparte.

Mythe antiqueModifier

 
Le Périple des Argonautes, tableau de Constantin Volanakis (XIXe siècle ; collection particulière).

Ascendance et familleModifier

Il est le fils d'Aléos[1], auquel il succède sur le trône de la ville, et de Néaïra (dont le nom est parfois francisé en Néère) ou de Cléoboulè[2]. Il a plusieurs frères et sœurs qui varient selon les sources. Deux frères, Lycurgue d'Arcadie et Amphidamas sont mentionnés par Apollonios de Rhodes dans ses Argonautiques où le poète précise que Lycurgue est l'aîné[3]. D'autres sources mentionnent deux sœurs : Augé et Alcidicé.

Expédition des ArgonautesModifier

Céphée et son frère Amphidamas apparaissent parmi les Argonautes en compagnie d'Ancée, le fils de leur frère Lycurgue, dans les Argonautiques d'Apollonios de Rhodes[3]. Céphée est également mentionné parmi les Argonautes dans les autres sources principales dont on dispose sur ce mythe : la Bibliothèque du pseudo-Apollodore[4], les Fables latine d'Hygin[5] et l'épopée latine des Argonautiques de Valerius Flaccus[6]. En revanche, il n'est pas mentionné par Diodore de Sicile[7] ni par le poète latin Stace[8].

Règne et fondations de villesModifier

Céphée succède à son père Aléos sur le trône de Tégée en Arcadie.

Céphée passe pour être le roi éponyme de la ville de Caphyae (ou Kaphyaï), en Arcadie, au nord-ouest du lac d'Orchomène[9].

Céphée est aussi le fondateur mythique de la ville de Kyrenia sur l'île de Chypre[10].

DescendanceModifier

Céphée engendre de nombreux enfants. Le Pseudo-Apollodore, dans sa Bibliothèque, indique qu'il avait vingt fils[11]. L'un de ses fils est nommé Aéropos[12]. Les textes antiques mentionnent parmi sa descendance plusieurs filles dont une appelée Stéropé ou Astéropé[13], une autre appelée Aéropé[14] et une troisième appelée Antinoé[15].

Campagne contre Hippocoon et mortModifier

 
Gorgonéion (visage de Gorgone) retrouvé au village d'Aléa, près de Tégée. Marbre, environ 600 avant J.-C. Musée archéologique de Tégée (Grèce).

Céphée et ses fils se joignent à Héraclès dans sa campagne militaire contre Hippocoon qui a usurpé le trône de Sparte au détriment de Tyndare. Pendant leur absence, Héraclès donne à Stéropé une boucle de la chevelure de la Gorgone Méduse qu'il avait lui-même reçue de la déesse Athéna, afin de protéger Tégée en l'absence des hommes[13]. Selon le Pseudo-Apollodore, Céphée et l'ensemble de ses fils périssent dans la bataille[11]. Diodore de Sicile donne une légère variante, indiquant que Céphée périt mais que seulement dix-sept de ses fils périssent[16]. L'expédition est cependant un succès : Héraclès tue Hippocoon et ses fils et restitue le trône de Sparte à Tyndare[11].

Notes et référencesModifier

  1. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, I, 9, 16 (édition par Frazer).
  2. Hygin, Fables, 14.
  3. a et b Apollonios de Rhode, Argonautiques, I, 161.
  4. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 16 (44 noms).
  5. Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne], XIV (63 noms).
  6. Valerius Flaccus, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne], I, 350-483 (51 noms).
  7. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 41, 2-3 et suiv.
  8. Stace, Thébaïde [détail des éditions] [lire en ligne], V, 398-444.
  9. Pausanias, Description de la Grèce, VIII, 23, 3.
  10. Hill (2010), p. 87.
  11. a b et c Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, II, 7, 3(édition de Frazer).
  12. Pausanias, Description de la Grèce, VIII, 5, 1.
  13. a et b Souda, article πλόκιον Γοργάδος.
  14. Pausanias, Description de la Grèce, VIII, 44, 7.
  15. Pausanias, Description de la Grèce, VIII, 4, 4.
  16. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, IV, 33, 5.

BibliographieModifier

  • (en) George Hill, A History of Cyprus, Volume 1, Cambridge University Press, 2010. (ISBN 9781108020626).