Cécile Wajsbrot

agrégée de lettres modernes, journaliste et romancière

Cécile Wajsbrot, née à Paris le , est une romancière, traductrice et essayiste française.

Cécile Wajsbrot
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Distinctions

BiographieModifier

Cécile Wajsbrot étudie à Paris au lycée Victor-Duruy. Elle travaille d'abord comme professeure agrégée de lettres modernes, avant de quitter l'Éducation nationale et de se lancer dans le journalisme free-lance et dans la traduction, métiers qui lui permettent d'écrire.

Elle collabore aux revues Autrement, Les Nouvelles littéraires et Le Magazine littéraire.

Elle vit aujourd'hui à Paris et à Berlin.

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • Une vie à soi, Paris, Mercure de France, 1982
  • Atlantique, Paris, Zulma, 1993
  • Le Désir d'Équateur, Paris, Zulma, 1995.
  • Mariane Klinger, Paris, Zulma, 1996 Prix Charles Oulmont, Fondation de France, 1996
  • La Trahison, Paris, Zulma, 1997.
  • Voyage à Saint-Thomas, Paris, Zulma, 1998[1].
  • Nation par Barbès, Paris, Zulma, 2001[2].
  • Nocturnes, Paris, Zulma, 2002.
  • Caspar-Friedrich-Strasse, Paris, Zulma, 2002[3],[4].
  • Mémorial, Paris, Zulma, 2005[5].
  • Conversations avec le maître, Paris, Denoël, 2007[6].
  • L'Île aux musées, Paris, Denoël, 2008[7].
  • L'Hydre de Lerne, Paris, Denoël, 2011[8].
  • Sentinelles, Paris, Christian Bourgois, 2013.
  • Totale Éclipse, Paris, Christian Bourgois, 2014[9]
  • Destruction, Paris, Le Bruit du temps, 2019[10],[11].
  • Nevermore, Paris, Le Bruit du temps, 2021[12].

Recueil de nouvellesModifier

  • Le Visiteur suivi de Le Passage et de Les Étoiles de mer, Le Castor astral, 1999.

EssaisModifier

TraductionsModifier

Récompenses et distinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. Nathalie Dalain, « Agathe et les garçons », Le Matricule des Anges, no 25,‎ (lire en ligne).
  2. Ingrid Martina Hermine Reichel, Le métro, un non-lieu de mémoire collective à l’exemple du roman "Nation par Barbès" de Cécile Wajsbrot, mémoire de maîtrise, Université de Vienne, Fakultät für Philosophie und Bildungswissenschaft, 2019 Lire en ligne.
  3. Philippe Lançon, « Murmures de Berlin », dans Libération, 11 avril 2002 Lire en ligne.
  4. Fabien Gris, « Des paysages du peintre à la ville prise dans l'Histoire: Caspar Friedrich Strasse de Cécile Wajsbrot », dans Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 8, 2014, p. 15-27. Lire en ligne.
  5. Alain Deniau, « Écho à Michel Hessel : Cécile Wajsbrot. Le Réel de la Shoah, chose effacée ou traces de l'impossible à dire ? », dans Che vuoi, 2005, vol. 2, n° 24, p. 201-202 Lire en ligne.
  6. Agnès Séverin, « Conversations avec le maître de Cécile Wajsbrot Denoël », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  7. Cornelia Klettke, « La communication des intensités émotionnelles : hétérotopies et hétérologies dans L’Île aux musées de Cécile Wajsbrot », dans Après le Mur : Berlin dans la littérature francophone. Actes du colloque du 4-6 juillet 2013, Frankreichzentrum de la Freie Universität, Berlin, Tübingen, Narr, 2014, p. 197-223.
  8. Raphaëlle Leyris, « L'Hydre de Lerne, de Cécile Wajsbrot : l'écriture au jour le jour de Cécile Wajsbrot », dans Le Monde, 3 mars 2011 Lire en ligne.
  9. Jean Birnbaum, « Hiverner dans les chants », dans Le Monde, 3 décembre 2014 Lire en ligne.
  10. Éric Loret, « Destruction » : Cécile Wajsbrot avant qu’il ne soit trop tard », dans Le Monde, 28 février 2019 Lire en ligne.
  11. Emmanuelle Rodrigues, « Généalogie du mal », dans Le Matricule des anges, n° 205, juillet 2019 Lire en ligne.
  12. Feya Dervitsiotis, « Traduire écologiquement Woolf », En attendant Nadeau,‎ (lire en ligne).
  13. Sophie Deltin, « Résonances primitives », dans Le Matricule des anges, n° 175, juillet 2016 Lire en ligne.
  14. Annelies Schulte Nordholt, « Osnabrück, Berlin : « villes promises » et villes vécues. Les dessous du dialogue d’Hélène Cixous et Cécile Wajsbrot dans Une autobiographie allemande », dans Écriture des origines, origines de l’écriture. Hélène Cixous, Leyde, Brill, (DOI https://doi.org/10.1163/9789004417335_010), p. 124–140.
  15. Agathe Auproux, « Cécile Wajsbrot récompensée par l'Académie de Berlin », dans Livres Hebdo, 7 juin 2016 Lire en ligne.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Katja Schubert, « Les temps qui tremblent ou un passé possible de ce présent? A propos de l’oeuvre de Cécile Wajsbrot », dans Témoignages de l’après-Auschwitz dans la littérature juive-française d’aujourd’hui, Leyde, Brill Rodopi, 2008, p. 231-242.
  • (de) Roswitha Böhm et Margarete Zimmermann, « Du silence à la voix: Studien zum Werk von Cécile Wajsbrot, Göttingen, V&R unipress, 2010 (ISBN 978-3-89971-497-5).
  • (de) Philipp Glahé, « Von der Relativität der Zeit. Familie und Werk der Schriftstellerin Cécile Wajsbrot », dans Dokumente : Zeitschrift für den deutsch-französischen / Revue du dialogue franco-allemand, n° 4, 2015, p. 57–59.
  • Frédérique Fanchette, « Cécile Wajsbrot, vers le phare », dans Libération, 9 avril 2021 Lire en ligne}.

Liens externesModifier