Ouvrir le menu principal

Cèdre (Guyane)

page d'homonymie de Wikimedia
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les cèdres de Guyane. Pour les autres significations, voir Cèdre et Thuya.
Cèdre (Guyane)
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Cèdre (Guyane) » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.

Taxons concernés

Dans la famille des Lauraceae :

Dans la famille des Meliaceae :

Dans la famille des Boraginaceae :

En Guyane, le terme cèdre correspond à des arbres au bois de qualité remarquable, appartenant généralement à la famille des Lauraceae , sans aucun rapport avec les cèdres connus ailleurs, si ce n'est une vague similarité dans le parfum des bois.

Les populations locales distinguent :

Ces arbres produisent généralement des bois riches en essences, appréciés pour leur beauté et leur durabilité. Comme la plupart des végétaux, ces arbres entrent dans la pharmacopée traditionnelle. On traduit le mot cèdre par apisi dans les dialectes bushinengues du fleuve Maroni.

Les correspondances indiquées entre ces noms vernaculaires créoles et les noms scientifiques ne sont pas absolues : les sens peuvent changer d'une personne à l'autre. Elles sont ici tirées de ONF, Guide de reconnaissance des arbres de Guyane, 2e édition, 2004, (ISBN 2-84207-234-0).

Notons également le cèdre rouge ou cédé (Cedrela odorata Linné), de la famille des Meliaceae, dont l'odeur de cèdre dans le bois est très prononcée. Cette essence est également connue localement sous le nom d'acajou de Guyane, est utilisée pour la confection de sculptures et de bancs ouvragés par les populations bushinengue en raison de la tendresse de son bois.

De même, le cèdre Sam, qui correspond à Cordia alliodora, une Boraginaceae, croît dans la région de Saül[1].

Liens externesModifier

RéférencesModifier