Ouvrir le menu principal

C&A

chaîne internationale néerlandaise de magasins de vêtements

C&A
logo de C&A

Création 1841
Fondateurs Clemens Brenninkmeyer
August Brenninkmeyer
Forme juridique Société en commandite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Feel Good Fashion (Bien dans ma mode)
Siège social Drapeau de l'Allemagne Düsseldorf
Drapeau de la Belgique Vilvorde
Direction Edward Brenninkmeijer
Directeurs Alain Caparros (d) (-)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Famille Brenninkmeijer
Activité Commerce de détail
Produits Vêtements, chaussures
Effectif 35 000
Site web C-and-A.com

C&A est une chaîne internationale de magasins de vêtements néerlandaise. Son réseau de magasins s’étend sur 21 pays européens avec 1 575 magasins en Europe, mais aussi en Asie et sur le continent américain notamment au Brésil et au Mexique.

La famille Brenninkmeyer est propriétaire du groupe C&A[2]. Le succès de l'entreprise a conduit la famille à être considérée, par les Néerlandais, comme l'une des plus influentes des Pays-Bas[3].

HistoireModifier

 
Évolution du logotype de C&A.

Débuts de C&A aux Pays-BasModifier

L'entreprise C&A a été fondée en 1841 à Sneek, aux Pays-Bas, par les frères Clemens et August Brenninkmeyer, qui donnent chacun l'initiale de leurs prénoms pour former le nom de l'enseigne[réf. souhaitée].

Clemens et August Brenninkmeyer sont les descendants de la famille allemande Brenninkeyer, dont les membres étaient des commerçants installés à Mettingen, dans l'actuelle région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Depuis le XVIIe siècle siècle, cette famille s'est spécialisée dans le commerce du lin et des textiles[4].

En 1671, les Brenninkmeyer quittent leur ferme familiale pour partir vendre leurs articles textiles et en lin sur les routes. Néanmoins, les membres de la famille gardent un fort attachement à leur ville natale, et dans les années 1830, c'est à Mettingen que Clemens et August Brenninkmeyer apprennent leur métier de marchand textile[réf. souhaitée].

En 1841, les deux frères ouvrent leur premier entrepôt aux Pays-Bas et fondent une société commerciale à Sneek. En 1860, ils inaugurent leur première boutique[5]. En 1906, le fils de Clemens, Bernard Joseph, poursuit le développement de l'entreprise familiale à Amsterdam. Quatre ans plus tard, en 1910, dix magasins sont ouverts aux Pays-Bas[réf. souhaitée].

L'enseigne, fondée à la fin du XIXe siècle siècle, a vu son histoire évoluer grâce aux développements technologiques qui ont transformé l'industrie de la mode (comme l'avènement de la machine à coudre dans les années 1830) et du prêt-à-porter. C&A s'installe sur ce nouveau marché à fort potentiel en proposant des articles de mode à des prix abordables[6] C&A est la première enseigne à vendre des vêtements de prêt-à-porter proposant toutes les tailles standardisées à prix fixes, à un très large public[4].

C&A reste la propriété de la famille qui l'a fondée[réf. souhaitée].

Héritage créatif de C&AModifier

Dans les années 1890, C&A commence à se spécialiser dans le prêt-à-porter. Depuis sa création, la marque propose aux clients des articles à prix accessibles en suivant la mode de l'époque[réf. souhaitée].

Dans les années 1930, C&A commence à mettre en avant ses collections à travers des publicités au cinéma et à la radio[réf. souhaitée]. Dès 1933, l'enseigne développe ses propres marques, pour couvrir les besoins de toute la famille « dans un seul magasin »[7].

En 1967, le mannequin britannique Twiggy crée une collection pour C&A[7].

En 1981, les deux créateurs de mode Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent s'associent à C&A pour développer des collections.

Les collaborations se poursuivent dans les années 2010 : avec le mannequin top model Cindy Crawford en 2012 et 2013, avec la créatrice de mode Stella McCartney en 2012 au Mexique et en 2014 au Brésil, mais aussi avec la star de télé-réalité Kim Kardashian West en 2015 pour le marché brésilien [8],[9].

En France, en 2014, C&A s'est associé au magazine de mode féminin Cosmopolitan. Cette collaboration prit des formes multiples : une sélection d'articles par la rédaction mode du magazine, un bus événementiel à Paris proposant des mises en beauté et des conseils mode du magazine sous forme de fashion prescriptions aux passantes, des événements shopping en magasins, l'impression d'un mini-magazine ainsi que du contenu éditorial C&A dans les pages de Cosmopolitan[10].

Internationalisation de l'entrepriseModifier

De 1900 à 1911, C&A étend son réseau de magasins sur tout le territoire néerlandais, puis dès 1911, les premiers magasins C&A font leur apparition dans les pays voisins, d'abord en Allemagne (1911) puis en Grande-Bretagne (1922). L'expansion continue pour atteindre la Belgique (1963), la France avec le magasin de Vélizy 2 (1972), la Suisse (1977), le Luxembourg (1982), l'Espagne (1983), l'Autriche (1984), le Portugal (1991), l'Irlande et la République tchèque (1999), la Pologne (2001), la Hongrie (2002), la Russie (2005) et dernièrement la Chine avec un magasin à Pékin (2009). En 2005, le groupe C&A possède 836 magasins, 207 Kids Stores, 14 Clockhouse shops dans 13 pays européens et emploie 32 000 personnes[réf. souhaitée].

Le siège social de l'entreprise est basé à Vilvoorde, près de Bruxelles[réf. souhaitée]. Elle dispose également de locaux à Düsseldorf[réf. souhaitée], et possède des marques telles que Clockhouse, Canda, Yessica, Your Sixth Sense, Westbury, Baby Club, Palomino, Here & There, XXL Grand Taille, et Angelo Litrico[réf. souhaitée].

C&A sur le marché de l'habillement-textile en FranceModifier

L'enseigne néerlandaise, qui ne publie pas les bilans de sa filiale Française, éprouverait depuis plusieurs années des difficultés à faire face à la concurrence des sites de vente en ligne bon marché mais aussi d'enseignes pratiquant, comme Primark, des prix plus agressifs[réf. souhaitée]. En avril 2018, elle annonce la fermeture de 14 magasins et un plan social concernant 12 collaborateurs[11].

En 2018, la société employait environ 2 500 salariés dans près de 150 magasins[12], implantés dans les centre-villes, dans des centres commerciaux et en périphérie urbaine[13]. Au 1er février 2019, Damien Defforey est nommé Directeur Général de C&A France[14].

Positionnement de C&AModifier

L'enseigne illustre son univers mode par sa signature Feel Good Fashion[15], qu'elle lance en 2017[16].

C&A met également en avant à travers ses collections des engagements éco-responsables, notamment dans le coton biologique. En 2017, l'organisme indépendant Textile Exchange reconnaît C&A comme « un des plus grands utilisateurs mondiaux de coton bio » et comme « le premier fournisseur mondial de vêtements en coton biologique»[17],.

Dans la culture populaireModifier

La chaîne de magasins est citée dans la chanson de The Specials, « Man at C & A », sur l'album More Specials. Par la suite, l’appellation « Man at C & A » est utilisée en anglais pour qualifier quelqu'un dont la tenue vestimentaire est discutable[18],[19].

Notes et référencesModifier

  1. « https://www.lsa-conso.fr/alain-caparros-quitte-c-a-pour-raisons-de-sante,314201 »
  2. « C&A Corporate, 'Qui sommes-nous ?' »
  3. « Portail d'information Deptaexisa »
  4. a et b « C&A, cent soixante-dix ans de petits prix », sur Lsa-conso.fr,
  5. « La partie visible d'un empire familial tentaculaire », sur Lesechos.fr,
  6. « Fiche Enseigne C&A »
  7. a et b « C&A Corporate - chronologie »
  8. « Collections Capsule : les it collaborations de l'hiver », sur grazia.fr
  9. « C&A confie une ligne de vêtements à Kim Kardashian », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  10. « C&A s'offre un partenariat avec le magazine Cosmopolitan », sur Fashionnetwork.com
  11. « C&A pourrait fermer 14 magasins en France », sur Societe.com (consulté le 24 avril 2019)
  12. « Bailleul : l’enseigne de vêtements C&A arrive dans la zone du Nouveau-Monde », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  13. « LSA-conso.fr »
  14. « Damien Defforey est nommé Directeur Général de C&A France », OUEST FRANCE,‎ (lire en ligne)
  15. « FashionNetwork.com »
  16. « Page Youtube C&A »
  17. « C&A premier utilisateur de coton biologique », sur fashionunited.fr
  18. Nigel Cope, « C&A, a sad tale of the high-street store that went from Coats and 'Ats to Closure and Acrimony », The Independent,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « C&A closes UK doors for last time », BBC News, (consulté le 20 décembre 2012)