Ouvrir le menu principal
La confédération dace de Buresbista en 82 av. J.-C.

Burebista est un chef dace qui règne de 82 av. J.-C. à 44 av. J.-C..

BiographieModifier

Il réalise l'union des populations daces, thraces et autres depuis la rivière Hercinica à l'ouest, jusqu'au Hypanis à l'est, et des Carpates du nord aux Monts Hæmos au sud, et fixe sa capitale à Argedava ou Sargedava près de Costeşti, aujourd'hui dans le sud-ouest de la Roumanie.

Burebista est son nom royal, en grec Βυρεβίστας, signifiant peut-être « qui maîtrise les taureaux »[1] : son patronyme d'origine n'est pas mentionné par les chroniqueurs grecs tels Strabon ou Jordanes qui décrivent en revanche ses campagnes, et divers rituels se tenant sur une montagne appelée Kogaionon (ou Kagaion, la montagne sacrée)[2]. Burebista avait pour principal conseiller un grand prêtre nommé Décénée (Dikineos, Dicineus ou Deceneus) qui détenait « presque tous les pouvoirs royaux » et rappelait aux Daces leurs « lois pélagines », éthiques et religieuses, liées aux rythmes saisonniers et agricoles. Si ces relations sont exactes, Burebista n'était en fait qu'un général en chef, mais dans l'historiographie roumaine moderne, empreinte de protochronisme, il est présenté comme un « roi », et sa confédération comme le « royaume de Dacie ».

 
Campagnes militaires de Burebista (60/44 av. J.-C.)

Au sud du Danube, le proconsul de la province romaine de Macédoine est alors le général Varro Lucullus. Lors des guerres de Mithridate (74 av. J.-C.72 av. J.-C.), il soumet les cités grecques des bords du Pont Euxin. Les habitants des cités soumises appellent à leur secours Burebista qui, devenant l'allié de Mithridate VI, bat l'armée romaine de Gaius Antonius Hybrida près des bouches de l'Istros. Les cités grecques de Histria, Tomis, Callatis, Dionysopolis, Odessos et Apollonie recouvrent leurs libertés mais sont économiquement intégrées à sa confédération.

Burebista contrôle dès lors les bouches du Danube et leurs abords, conquiert une cité nommée Aliobrix (Vulturu, commune de Kartal/Orlivka, en Bessarabie, actuellement en Ukraine : peut-être un nom celte, peut-être une déformation de Λυκοϐρίσσι-Lykovrissi, « la source des loups »), soumet les cités grecques de Harpis, Tyras et Nikonion, mais échoue devant Olbia pontique et Alektor.

Après la mort de Mithridate VI, Burebista intervient en 48 av. J.-C. dans la rivalité entre Jules César et Pompée, qu'il choisit comme allié. Trois ans plus tard, César bat son adversaire. Il envisage d'envoyer ses légions punir Burebista, mais il est assassiné aux ides de mars en 44 av. J.-C..

La même année, Burebista est lui aussi assassiné et son « royaume » s'effondre, les tribus daces retrouvent leur autonomie et leurs divisions.

RéférencesModifier

  1. Karl Georg Brandis : art. « Burebista » in Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Supplementband I, Stuttgart 1903, pp. 261–264.
  2. Getica sur Getica