Bully (parfumeur)

société française de parfums

Jean-Vincent Bully est un parfumeur français, établi à Paris en 1803, et qui inspira Balzac pour son roman César Birotteau.

En 2014, l'entreprise Buly[1] a ouvert ses portes rue Bonaparte, en s'inspirant du catalogue et des formules du parfumeur[2].

HistoireModifier

Jean-Vincent BullyModifier

Jean-Vincent Bully ouvre rue Saint-Honoré[3] à Paris en 1803 une boutique de parfumeur et de produits cosmétiques. Il est l'inventeur du « vinaigre de Bully » (un vinaigre aromatique ou « antiméphitique »). Il fut ruiné par la Révolution de 1830. Le dossier de la liquidation de Bully en 1830 est conservé aux Archives départementales de la Seine. Il avait un fils, Claude Bully, qui travaillait avec lui et qui déposa une série de brevets.

Jean-Vincent Bully devient ensuite employé de bureau au journal Le Rénovateur. La marque est reprise par A. Landon & compagnie qui se retrouve en conflit à partir de 1851[4] puis en 1877, de nombreux imitateurs s'essayant à décliner le concept de « vinaigre de toilette Bully », devenu une référence cosmétique. Dans un article consacré aux cheveux, D. Cassigneul rapporte dans Le Petit Journal du 12 avril 1869 à propos des produits de soin utilisés par les coiffeurs : « Il y en a un véritable régiment, rangé en bataille à la devanture mais de ce régiment-là, le colonel est toujours le vieux vinaigre de Jean-Vincent Bully, un vétéran que n'ont pu détrousser toutes les concurrences qui ont cherché à prendre sa place. Doux à la peau, agréable à l'odorat, comme disent les prospectus, il reste au premier rang comme un vieux brave, fier des médailles qui chamarrent son étiquette. Le vinaigre de Jean-Vincent Bully et l'étalage du coiffeur sont deux amis inséparables. Le Bully est là par rang d'ancienneté et par droit de conquête. Derrière les carreaux de la vitrine, il a vu passer bien des révolutions sans crainte de se voir détrôner par un rival plus heureux et plus apprécié »[5]. L'affaire se conclura en 1882 par un arrêt de la Cour de cassation confirmant que le nom Bully restait la propriété de son détenteur légal.

Parfumerie de MontorgueilModifier

Une parfumerie Jean-Vincent Bully s'est installée au 67 rue Montorgueil[6] et fut active entre 1871 et au moins 1939. Les produits sous licence Jean-Vincent Bully (vinaigres de toilette, savons, etc.) étaient par ailleurs disponibles dans différents points de vente en France sous la raison sociale « Au Temple de Flore. produits Jean-Vincent Bully », dont le siège administratif et commercial était au 22 rue de l’Échiquier et l'usine à Neuilly-sur-Seine.

Officine Universelle Buly 1803Modifier

Officine Universelle Buly 1803
Création 9 août 2013
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris 75006
Direction Victoire de Taillac, Ramdane Touhami
Activité Commerce de détail de parfumerie et de produits de beauté en magasin spécialisé
Effectif 280 en 2020
SIREN 794 741 158
 
Flacon de chez Buly.

En 2014, Victoire de Taillac et Ramdane Touhami relancent la marque sous le nom Buly et ouvrent une boutique à Paris[7]. En octobre 2021, cette entreprise Officine Universelle Buly 1803 est acquise par LVMH[8],[9].

Notes et référencesModifier

  1. La marque actuelle a perdu une consonne pour ne pas heurter une clientèle anglophone, la traduction étant plutôt péjorative, bully signifiant brute.
  2. Scène de la beauté parisienne. Rencontre avec les fondateurs du nouveau label de cosmétique Buly, Le Figaro, 26 mars 2014.
  3. L’Almanach du commerce de Paris dans son édition de 1811 indique « Bully, rue St. Honoré, 259 » Parfumeurs, p. 292, en ligne.
  4. Affaire de prétendue usurpation jugée par la troisième chambre de la cour d'Appel le 16 janvier 1851 opposant A. Landon et Cie contre Lamare et Cie.
  5. Le Petit Journal, archives Gallica, en ligne.
  6. [PDF]Publicité pour le vinaigre de toilette Bully, Le Patriote savoisien, 21 juillet 1886.
  7. «Etre un couple aussi prescripteur que Victoire de Taillac et Ramdane Touhami », in Les Echos, 11 juillet 2014 et Site internet.
  8. (en) « LVMH buys perfume company Officine Universelle Buly 1803 », sur Reuters,
  9. Officine Universelle Buly 1803 rejoint le groupe LVMH

SourcesModifier