Ouvrir le menu principal

Bullshit jobs

David Graeber - Anthropologue - créateur de la notion de "Bullshit job" ou job à la con.

« Bullshit jobs » est une expression d'anglais américain signifiant littéralement « emplois à la con ». Elle désigne des tâches inutiles, superficielles et vides de sens effectuées parfois dans le monde du travail. Le terme est apparu sous la plume de l'anthropologue américain David Graeber qui postule que la société moderne repose sur l'aliénation de la vaste majorité des travailleurs de bureau, amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles et sans réel intérêt pour la société, mais qui permettent malgré tout de maintenir de l'emploi. Sa théorie, publiée en 2013 et largement médiatisée suscite de nombreuses controverses sur sa pertinence. Les psychologues du travail ont repris le concept pour décrire la pathologie du travailleur affecté par cette « démission intérieure » encore appelée « brown-out ».

Sommaire

La théorie de David GraeberModifier

Keynes, en 1930, prédisait que les avancées technologiques permettraient d’ici la fin du XXe siècle de réduire le temps de travail hebdomadaire à 15 heures par semaine. Pourtant, si la robotisation du travail a bien eu lieu, la réduction du temps de travail n'est pas survenue dans les proportions attendues.

Selon David Graeber, anthropologue à la London School of Economics, « la technologie a été manipulée pour trouver des moyens de nous faire travailler plus. Pour y arriver, des emplois ont dû être créés et qui sont par définition, inutiles ». D'après lui, la société moderne repose sur l'aliénation de la vaste majorité des travailleurs de bureau, amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société[1]. Graeber précise: « C’est comme si quelqu’un inventait tout un tas d’emplois inutiles pour continuer à nous faire travailler. »

Graeber propose la méthode empirique suivante pour définir un bullshit job ou emploi inutile : on imagine la disparition de l'activité et on évalue l'impact sur la société. Si les infirmières, éboueurs ou mécaniciens venaient à disparaître, les conséquences seraient immédiates et catastrophiques, écrit-il. Un monde sans profs ou dockers serait bien vite en difficulté, et même un monde sans auteur de science-fiction ou musicien de ska serait clairement un monde moins intéressant. Mais qu'en est-il des marketeurs, financiers ou juristes, qui avouent eux-mêmes la vacuité de leur travail. Dans ces cas on peut parler de bullshit jobs.

Finalement, Graeber soutient que les bullshit jobs font partie d’un système qui maintient au pouvoir le capital financier : « La classe dirigeante s’est rendu compte qu’une population heureuse et productive avec du temps libre était un danger mortel ».

L’anthropologue remarque par ailleurs l’existence d’un corollaire paradoxal : plus un travail est utile à la société et moins il est payé. Et bien souvent déconsidéré, même si Graeber reconnaît quelques exceptions, comme les médecins. L’auteur conclut que le néolibéralisme en est paradoxalement arrivé au même point que les systèmes soviétiques de la deuxième moitié du XXe siècle, c’est-à-dire à employer un très grand nombre de personnes à ne rien faire. Une aberration à l’encontre des principes du capitalisme [2],[3]

Il divise les « bullshit jobs » en cinq catégories[4] :

  • Les « faire-valoir », servant à mettre en valeur les supérieurs hiérarchiques ou les clients
  • Les « cocheurs de cases », recrutés pour permettre à une organisation de prétendre qu'elle traite un problème qu'elle n'a aucune intention de résoudre
  • Les « sparadraps », employés pour résoudre des problèmes inexistants
  • Les « contremaîtres », surveillant des personnes travaillant déjà de façon autonome
  • Les « sbires », recrutés car les concurrents emploient déjà quelqu'un à ce poste, et dont le travail a une dimension agressive[5].

ControverseModifier

La théorie de David Graeber suscite de nombreux débats et controverses. Chercheurs et économistes reconnaissent pour la plupart que la bureaucratie a envahi l'activité salariale mais ils tentent de la justifier ou de lui donner une interprétation autre.

The Economist défend les emplois administratifs et managériaux en mettant en avant la nature « progressivement complexifiée » de l’économie mondiale moderne. « Les biens qui sont produits sont plus complexes, la chaîne de fabrication utilisée pour les produire est plus complexe, le système qui consiste à les marketer, les vendre et les distribuer est plus complexe, les moyens de financement de tout ce système sont plus complexes, et ainsi de suite. Cette complexité est ce qui fait notre richesse. Mais c’est extrêmement douloureux à manager. »[6]

Pour le philosophe canadien Alain Deneault, c’est surtout l’organisation actuelle du monde du travail qui est en cause : « On dit à des salariés : 'voilà, vous allez vous conformer à une stratégie qui a pour visée de satisfaire des actionnaires avec des stratégies très dures', et on se retrouve à faire n’importe quoi, des tâches tout à fait absurdes. Vous avez un ingénieur qui va confectionner un matériau qui est destiné à se briser, des pharmacologues qui vont concevoir des médicaments pour des maladies imaginaires, mais pas pour des vrais malades qui n’ont pas les moyens. »[7]

Béatrice Hibou, polititologue au CERI, reconnaît le phénomène mais elle en refuse l’interprétation et le fait qu’il existerait des « boulots à la con » en soi. « Ce que l’on observe, c’est que les boulots ont, à des degrés divers, une part de tâches « à la con » ». Le paradoxe est que cette inutilité apparente est considérée par les dirigeants et managers d’entreprises comme l’expression même de l’utilité, de l’efficacité. D'après elle, la nouvelle organisation du travail demande plus de sécurité, ce qui suscite la mise en place de procédures et de normes, exigeant un travail bureaucratique toujours plus prenant. Elle précise d’ailleurs : « Je ne suis pas sûre du tout que le travail manuel soit exempt de bureaucratie. Il vous suffit de discuter avec votre plombier ou votre électricien pour en prendre la mesure : il ne vous parlera pas seulement des milliers de normes à respecter, qui ne cessent d’évoluer et qui rendent obsolètes celles qu’il avait tout juste fini d’intégrer, mais il se plaindra aussi des innombrables papiers à remplir, des documents à signer et à faire signer, des procédures bureaucratiques à suivre pour pouvoir travailler. »[8],[9]

Brown-outModifier

Des chercheurs, spécialistes des pathologies liées au monde du travail, ont décrit le malaise des travailleurs victimes de bullshit jobs. Ils parlent de brown-out (qui signifie littéralement « baisse de courant ») pour un salarié qui ne comprend pas (ou plus) son travail ou marque une incompréhension de plus en plus prononcée par rapport aux finalités de son travail.

Nadia Droz, psychologue spécialiste du burn-out à Lausanne, préfère parler de « démission intérieure »[10].

Notes et référencesModifier

  1. « Vers une société de «jobs à la con» ? », sur liberation.fr/societe, (consulté le 15 mars 2017)
  2. « Faut-il condamner les « jobs à la con » ? », sur contrepoints.org, (consulté le 15 mars 2017)
  3. (en) « David Graeber interview: ‘So many people spend their working lives doing jobs they think are unnecessary’ », sur theguardian.com, (consulté le 17 mars 2017)
  4. Gaspard Koenig, « Les « bullshit jobs » sont l'avenir du capitalisme », sur Les Échos, (consulté le 22 juillet 2018)
  5. Graeber, David, Bullshit Jobs: A Theory, Allen Lane, , 333 p. (ISBN 978-0-241-26388-4), p. 28-58), p. 28-58
  6. « Comment la société produit des métiers «inutiles» », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 mars 2017)
  7. « VIDEO. Votre job est-il inutile ? », sur .francetvinfo.fr/sante, (consulté le 15 mars 2017)
  8. « Comprendre le phénomène des « bullshit jobs » », sur fondation-travailler-autrement.org, 4 mai, 2016 (consulté le 15 mars 2017)
  9. « Absurdes et vides de sens : ces jobs d’enfer », sur lemonde.fr, (consulté le 15 mars 2017)
  10. « «Brown-out» : quand le travail perd tout son sens », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 mars 2017)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Laurent Cassely, La révolte des Premiers de la Classe, Métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines, arkhê, 2017.
  • (August 2013). "On the Phenomenon of Bullshit Jobs.". Strike! Magazine. Retrieved August 19, 2013.
  • (2015). The Utopia of Rules: On Technology, Stupidity, and the Secret Joys of Bureaucracy. Melville House. (ISBN 978-1-61219-375-5).

Liens externesModifier

Articles connexesModifier