Ouvrir le menu principal

Bullet (film)

film américain réalisé par Julien Temple et sorti en 1996
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bullet (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Bullitt.
Bullet
Réalisation Julien Temple
Scénario Sir Eddie Cook
Bruce Rubenstein
Acteurs principaux
Sociétés de production Clipsal Films
Village Roadshow Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
action
Durée 95 min
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bullet est un film dramatique Americain (devenu culte) mise en scène par Julien Temple avec Mickey Rourke, Tupac Shakur, Donnie Wahlberg, Adrien Brody, Ted Levine, John Enos III et Peter Dinklage dans une de ses premières apparition au cinéma. Le scénario fut écrit par Bruce Rubenstein et Mickey Rourke sous le pseudonyme de 'Sir' Eddie Cook. Le film a été diffusé un mois après l'assassinat de Tupack Shakur.

Mickey Rourke a participé aux choix des morceaux et supervisé la musique. Le film limité aux théâtres ne fut pas diffusé en salles aux Etats Unis. Il a été tourné à New York en 1994 en grande partie à Brooklyn. Mickey et 2Pac devinrent amis durant puis après le tournage. Le film est sorti en vidéo en France en octobre 1996.

SynopsisModifier

1994, New York, Brooklyn. Butch Stein, surnommé « Bullet », fan de T.Curtis, sort de prison en liberté conditionnelle après avoir purgé une peine de huit ans de détention. À sa sortie, il revient "aux affaires" en volant un dealer portoricain. Il a trente-cinq ans. Héroïnomane, violant, "taulard", sans perspective, il veut retrouver sa place dans la rue et retourne vivre à Brooklyn dans une famille juive dysfonctionnelle, avec un père alcoolique, qui n'est pas ravi de le revoir, une mère pianiste, son frère ainé Louis, un vétéran de la guerre du Viêt Nam qui est resté marqué à vie et son petit frère Ruby, artiste-peintre talentueux, en devenir. Butch retrouve son vieux complice Lester, un playboy escroc, d'une extrême coquetterie, qui laisse penser à des tendances homosexelle refoulées.

Tank, "le roi du deal d'héroïne de Brooklyn", veut régler son compte à Bullet car celui-ci l'a éborgné lorsqu'ils étaient tous deux en prison. Bullet continue de se shooter. Un soir, il cambriole la maison de ses voisins pour voler leurs bijoux. Il les vend à un mafieux italien nommé "Frankie Eyelashes".

Une nuit, Tank arrange un combat entre un de ses gros bras boxeur et Bullet. Le combat se termine par un match nul et Bullet rentre chez lui. Il avoue à sa mère qu'il l'aime, qu'il n'a pas perdu ses sentiments et qu'il est désolé pour ce qu'il a fait endurer à sa famille. Mais Tank veut sa vengeance et traque Bullet qui finit par accepter une confrontation. Sous la contrainte (son frère Ruby assiste à la scène), il laisse Tank l'assassiner froidement sans se servir de l'arme qu'on lui a laissé. Il sauve son petit frère et donne du sens à son existence, se sentant arrivé au bout de son addiction. Peu de temps après Louis, l'ainé venge son frère en tranchant la gorge de Tank. Il laisse l'animal de compagnie de prison de Bullet, un rat nommé Tony Curtis sur le cadavre, signature de sa vengeance.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

AnecdotesModifier

Ce film, sorti en vidéo, est passé inaperçu. Mickey Rourke y interprète un paumé qui combat ses démons intérieurs et se réfugie dans l'héroïne pour échapper à une vie trop oppressante: un père autoritaire et destructeur, un frère rendu à moitié fou par la guerre et son passé de taulard.

  • Mickey Rourke signe le scénario sous le pseudonyme de "Sir Eddy Cook" et supervise la superbe musique du film. Devenu culte grâce à la collaboration d'artistes de tout premier plan, celle de M.Rourke et les scènes réalistes abordées avec un humour décalé et d'une grande justesse sur les différents parcours de toxicos et la fin d'une période. A aucun moment J.Temple, M.Rourke et B.Rubenstein n'en font l'apologie, mais plutôt un état des lieux sur la fin des années 80 ou l'héroïne touchait toutes les classes sociales.
  • À noter que les scènes de shoots dans la voiture, sont filmées de manière très réaliste. On tente de nous faire partager cet état par des jeux de caméras, floutages, déformation de la vision, personnages "fixes", caméra en mouvement sur un fond de Barry White qui sont particulièrement réussit.
  • On peut remarquer le visage de Mickey en sur-impression sur la tombe lors de la scène de l'enterrement de Bullet, à la fin du film. Certains voient dans cette scène le début de sa "rébélion" et la fin de la période Mickey Rourke "sex-symbol" et ou vice-versa. Il est vrai qu'après cette période Mickey a entreprit des changements assez "radicaux" comme une transformation par la chirurgie...
  • C'est l'un des derniers films tournés par Tupac Shakur, sorti un mois après sa mort.
  • À noter les apparitions du jeune Adrien Brody et de "l'excellent" Ted Levine (Heat, American Gangster, Le silence des agneaux, Shutter Island, Monk...) dans le rôle d'un inadapté, mentalement perturbé par la guerre dont il est rescapé.
  • Noter aussi pour "l'Histoire", le nombre de suicides et de personnes présentant des "troubles post traumatiques" après le Viet nam et la scène ou Louis apprend à des gamins du quartier comment égorger un ennemi avec un discours sur l'art de la guerre.

Lien externeModifier