Ouvrir le menu principal
La Fontinale commune (Fontinalis antipyretica) est l'un des bryophytes aquatiques les plus communs, utilisée dans les aquariums d'eau froide, et souvent utilisés pour la bioindication, car absorbant facilement de nombreux contaminants de l’eau. Elle présente des formes différentes selon les contextes écopaysagers[1]. Elle était autrefois utilisée en tisane ou cataplasme, contre les fièvres.

Les bryophytes aquatiques plus souvent dénommé mousses aquatiques sont une catégorie de plantes (bryophytes) bénéficiant d'adaptation particulières (génétiques et structurales)[2],[3] leur permettant de vivre sous l'eau ou dans les embruns, en eau douce et plus rarement saumâtre et exceptionnellement dans les embruns salés.
Sous l'eau comme sur terre, les bryophytes sont de petites plantes, qui se distinguent (des trachéophytes) par l'absence de véritables vaisseaux conducteurs, de véritables systèmes racinaires (ils disposent de rhizoïdes qui n'ont qu'une fonction d'ancrage, notamment dans les zones de fort courant), mais ils disposent, comme les premiers de tiges feuillées (les hépatiques en sont dépourvues, mais ne sont pas véritablement aquatiques même s'ils apprécient une forte hygrométrie et la proximité de l'eau, voire une immersion relativement longue)
Les bryophytes aquatiques sont tous photo-autotrophe (et parmi les espèces terrestres de bryophyte, on n'a à ce jour répertorié qu'une seule espèce hétérotrophe (Cryptothallus)).
Certaines espèces (sphaignes) contribuent à la formation de tourbières et d'autres (ex Brachythecium rivulare) contribuent par « biolithogenèse » à former des roches classées comme « bryolithes » (tufs, travertins), jouant ainsi un rôle de puits de carbone.

On en compte environ 50 espèces en Europe de l'Ouest, mais on leur associe souvent les bryophytes supra-aquatiques (environ 20 espèces) selon Haury (2002)[4].

Certaines espèces sont difficiles à identifier. Une clé de détermination est souvent nécessaire.

Sommaire

Classification, taxonomieModifier

Les botanistes ont décrit et nommé 20 000 à 23 000 espèces de bryophytes dans le monde, dont 1 260 en France[réf. souhaitée].

Ces bryophytes sont généralement regroupés en 3 classes (Hépatiques, Anthocérotes et Mousses), mais d'autres systèmes de classifications existent et tous peuvent encore varier en fonction des progrès de la connaissance cladistique et/ou phylogénique[5] Les bryophytes constituent le second phylum au sein des végétaux, mais seul un petit nombre d’entre eux vivent en permanence sous l’eau[1].

Comme l'on proposé Glime & Vitt en 1984, on peut les catégoriser selon leurs modes d'adaptation physiologique aux niches caractérisées par la hauteur d’eau, la luminosité, le substrat… avec alors des « bryophytes aquatiques obligées » qui ne supportent presque pas l’émersion, des « bryophytes aquatiques facultatives » qui supportent l’émersion longue et des bryophytes semi-aquatiques qui tolèrent des périodes successives de totale immersion puis de dessiccation[6],[7], mais d'autres modes de catégorisation semblent possibles.

DescriptionModifier

Leur taille, couleurs et formes varient beaucoup selon les espèces et familles, mais les bryophytes aquatiques sont caractérisées par :

  • une petite taille ;
  • un thalle (chez les espèces à thalle) généralement de taille réduite (ex de 2 à 5 mm pour Fissidens pusillus) atteignant quelques dizaines de centimètres chez les quelques espèces de grande taille (jusqu'à 30 cm environ pour les plus grandes touffes de Fontinalis antipyretica) ; le thalle est un organe végétatif formé d'une plaque généralement verte/brune collée au substrat. Selon les espèces, il est plus ou moins complexe ;
  • des axes bien différentiés ;
  • des feuilles souvent disposées en situation non distiques (mousses)

HabitatsModifier

La plupart des espèces sont inféodées à un substrat dur et stable (roche, pierre de construction, tronc immergé, etc.).

Presque tous les bryophytes aquatiques vivent en eau douce animée d’un certain courant, voire de forts courants, et donc plutôt dans les ruisseaux vifs, torrents ou cours d'eau du haut du bassin versant.

Aucune espèce ne semble réellement océanique, mais Pottia heimii (Hedw.) Fürnr. a colonisé les bordures littorales (elle est trouvée dans les pelouses subhalophiles, et Schistidium maritimum (Turn.) Br. Eur. vit dans les zones rocheuses exposées aux embruns. De même peut on trouver Riella helicophylla (Bory & Mont.) Mont. dans des eaux saumâtres (Com. Pers, Bardat, 2003, cité par Claudine AH-PENG dans sa thèse (2003)[1])

Intérêts scientifiquesModifier

Les bryophytes sont considérés comme les représentants contemporains de formes très anciennes de végétaux. Leur physiologie et leur biologie a fait l'objet de centaines d'études.

De plus, de nombreux bryophytes résistent très bien aux métaux toxiques qu'ils peuvent bioaccumuler (dès la première heure d'exposition) ainsi que de nombreux autres polluants en grande quantité avant d'en mourir (ex : 28 mg de cadmium bioaccumulé par gramme de mousse pour Fontinalis antipyretica[8].

Leur capacité de résistance et de désintoxication intéressent donc les scientifiques.

Ils résistent bien à la concurrence (allélopathie) et très bien aux attaques bactériennes et fongiques. Leurs capacités antibiotiques intéressent donc aussi l'industrie pharmaceutique et les biochimistes[9]

UtilisationsModifier

Il ne semble pas que ces espèces aient fait l’objet d’usages culinaires ou médicinaux, mais elles sont depuis les années 1970, notamment par les Agences de l’eau en France, utilisées pour l’évaluation environnementale[1], à partir de prélèvements faits in situ sur des bryophytes sauvages ou sur des cultures standardisées, éventuellement clonales[10] pouvant ensuite être transplantées[11] et exposées à l’eau éventuellement contaminée[12]. Pour cela des substrats de culture ont été mis au point, dès les années 1970[13].

BioindicationModifier

Ces organismes sans racines captent principalement leurs nutriments dans l’eau et non dans le sol ou le substrat qu'ils colonisent (roche ou artefact dans les zones lotiques). Ce sont à la fois des indicateurs de substrat physique[14], de force du courant, de trophie, de degré d'acidité/minéralisation du milieu, et du degré de pollution.

De plus, en contexte expérimental et in situ, les bryophytes ont montré une importante capacité d'absorption passive de métaux et d’autres polluants, avec des facteurs de bioaccumulation souvent parmi les plus élevés de tous les compartiments de l'écosystème aquatique (Mouvet, 1986), pour le cuivre notamment[15], avec un lien de corrélation positif et presque linéaire entre les taux de métaux de l’eau et les mousses subaquatiques[16],[17],[18] L’absorption des polluants est en outre rapide (quelque heures parfois) et le relarguage lent ; en semaines ou mois[19],[20],[21]

Depuis les premiers essais faits par A. Empain en Belgique en 1973-1974[22],[23], une dizaine d’espèces[24] de bryophytes a été proposée et testée et parfois utilisées à grande échelle pour certaines évaluations environnementales de pollution ou qualité de l’eau[25],[26]. Via des prélèvements analysés de l’amont à l’aval, et/ou des analyses isotopiques on peut aussi tracer certains polluants[27]. Parce qu’ils accumulent de nombreux polluants, les bryophytes aquatiques sont aussi des indicateurs écophysiologiques de stress[28] et ils peuvent contribuer à l’évaluation de la qualité des eaux de surface et du chemin à parcourir pour atteindre le bon état écologique demandé par la Directive cadre sur l’eau[29].

Comme certains lichens terrestres ou aquatiques (ex Verrucaria, Collema fluviatile et Dermatocarpon weberi) et champignons, les bryophytes aquatiques – dans une certaine mesure – tolèrent certains polluants (Frahm, 1976) et les accumulent dans leurs tissus. Leur croissance n’est que ralentie en hiver, leurs populations sont stables dans le temps et l'espace[30], leur absence de racines limite l’influence substrat et leur absence de système vasculaire limite les transferts internes des polluants au sein de l’organisme. La somme de ces caractéristiques en fait des bioindicateurs très intéressants[31],[32],[33]

Ceux qui sont retenus pour la bioindication en milieux aquatiques sont souvent de la classe des Bryopsida et le plus souvent il s'agit de « bryophytes aquatiques obligées » qui parce que toujours ou presque toujours immergés reflètent mieux la teneur en polluants des eaux dans lesquelles ils vivent[34],[35]. Cependant, pour des études de contamination générale du milieu (eau superficielle et air), des sphaignes ou des hépatiques sont parfois parfaitement justifiés)[36],[37],[38],[39]. Dans des milieux tels que les tourbières acides, les sphaignes sont en outre les seuls bryophytes disponibles. Certaines espèces fossilisées ou conservées donnent des indications sur les paléoenvironnements plus ou moins récents[40].

Des « profils écologiques » ont été établis pour les principales espèces trouvées en France[4]

Les espèces les plus utilisées en France sont :

Limite : Deux limites existent à leur utilisation comme biointégrateur ou bioindicateur prélevés in situ : ils meurent au-delà d'une certaine intensité de pollution, et leur disponibilité est parfois limitée (pour la raison précédente notamment). Ainsi, dans le nord de la France, dans les années 1970 à 1990, en raison d’une pollution agricole, industrielle et urbaine généralisée dans une grande partie du territoire, l’utilisation des bryophytes aquatiques a du être abandonnée par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie dans les années 1980-1990 car l’espèce généralement utilisée (F. antipyretica), autrefois très commune avait disparu des zones les plus polluées et s’était fortement raréfiée ailleurs. Il est à noter que dans la même région, un programme d’évaluation des retombées atmosphériques de métaux (plomb, cadmium, etc.) via l’étude de bryophytes terrestres a également été interrompu en raison du fait que les mousses retenues par le programme (européen) semblaient avoir disparu d’une partie importante des forêts de cette région en raison de la pollution généralisée de l’air qui sévissait alors.

Indicateurs d'activité hydrologique et géomorphologique d’un cours d’eauModifier

La plupart des espèces sont caractéristiques d’une niche écologique[46] et d’un contexte courantologique spécifique.

Ceci fait qu’ils peuvent, comme beaucoup d’autres plantes aquatiques fixées, être utilisés pour caractériser l'activité géomorphologique d'un ruisseau, d'un torrent, d'une rivière ou d'un fleuve[47].

Dans le monde, des tribunaux ou des experts sont régulièrement saisis pour des questions de statut de certaines têtes ou tronçons de cours d’eau dont la gestion est plus ou moins cadrée par la législation (Droit de l'eau, droit de l'environnement) selon le statut du cours d'eau (ex : cours d’eau soumis à la directive cadre sur l'eau ou zone humide où le plomb de chasse ou de pêche peut être interdit, dans certains pays). Il est notamment parfois difficile de savoir si certains ruisseaux ou torrents de tête de bassin versant non-pérennes doivent ou non être classés en cours d'eau (et alors soumis à leur législation, par exemple aux États-Unis dans le cadre du « Clean Water Act »[48]). La jurisprudence et l'évolution du droit tendent depuis les années 1980 à considérer qu’en présence de plantes aquatiques ou palustres (semi-aquatiques), on parle de cours d’eau ou de zone-humide[48]. Cependant les petits cours d’eau rapide du haut de bassin versant boisé (ou non) sont souvent peu actifs une partie de l’année et ils n’abritent pas de grandes plantes aquatiques ; mais dans les ruisseaux pérennes ou quasi-pérennes vivent des assemblages caractéristiques de bryophytes d’eau douce, qui sont maintenant considérés comme des indicateurs (pratiques et rapides) de terrain de permanence hydrologique, ce qui a été scientifiquement confirmé par exemple par une étude de 113 cours d’eau plus ou moins permanents dans 10 forêts des États-Unis[48] qui a permis pour les zones considérées d'identifier tois espèces et six familles ayant valeur d'indicateurs de certaines classes de permanence de l'eau. La forme prise par les colonies de certaines espèces (tapis, coussins, touffes...) est également indicatrice du type de régime hydrographique. Les auteurs ont conclu que les bryophytes pouvaient et devraient être inclus parmi les outils de décision juridictionnelle, tout comme les plantes vasculaires sont déjà utilisés pour aider à délimiter les zones humides[48].

Traceurs de contamination par les résidus de médicamentsModifier

Les cours d'eau recueillent de très nombreux métabolites et résidus non transformés de médicaments vétérinaires provenant de l'urine ou d'excréments d'animaux traités, ainsi que de l'urine et des excréments humains insuffisamment traités par les stations d'épuration.

Il a été montré en 2004 que des bryophytes tels que F. antipyretica en absorbent passivement des dose significatives à très importantes, et qu'ils les stockent dans leurs tissus (qui sont consommés par des animaux hervivores ou omnivores, par exemple par les canards colvers). Des antibiotiques (antibactériens) humains et vétérinaires dont par exemple l'oxytétracycline[49], le fluméquine[49] et l'acide oxolinique dans le cas de F. antipyretica[49] ont ainsi été retrouvés dans les cellules du bryophte commun F. antipyretica par Raphaël Delépée et ses collègues de l’École nationale vétérinaire de Nantes. À titre d'exemple pour les trois molécules médicamenteuses citées ci-dessus, les facteurs de bioaccumulation (taux de concentration dans les bryophytes par rapport au taux dans l'eau) étaient compris entre 75 et 450, et les 3 produits ont persisté dans les cellules des bryophytes utilisés pour cette étude durant une longue période avec un relargage (clairance) compris entre seulement 0,19 à 3,04 ng/g/jour[49]. Les temps de résidence ont varié de 18 à 59 jours. Cette étude a permis de proposer des modèles d'accumulation passive ou de bioaccumulation ainsi que des hypothèses concernant les mécanismes d'auto-décontamination pour cette espèces[49].

traceurs de contamination par divers polluants organiquesModifier

La masse lipidique de nombreux bryophytes aquatiques est significative (ex : Fontinalis antipyretica contient des lipides[50], pour environ 3,5% de son poids sec[51],[52] et de nombreux pesticides. Ces lipides peuvent bioaccumuler des polluants solubles dans les lipides, ce qui est le cas de presque tous les polluants organiques.

Dans les années 1980, il a été expérimentalement démontré que les bryophytes aquatiques captent bien de nombreux micropolluants organiques, dont les POP (polluants organiques persistants)[53], ce qui en fait des plantes intéressantes pour la bioévaluation de ces polluants et la biosurveillance des eaux douces ou saumâtres[54],[55]. Curieusement, les bryophytes aquatiques les plus riches en lipides ne sont pas toujours ce qui captent le mieux les polluants organiques (par rapport à ceux qui sont moins gras).
L’absorption peut être rapide (ex : in vitro, chez Fontinalis antipyretica et Rhynchostegium riparioides exposés à une eau contenant des PCB, la moitié des concentrations en pcb de la plante (avant le plateau stationnaire au-delà duquel la bioconcentration ne se fait plus seront atteintes en 24 heures[56].
Des bryophytes ont ainsi été utilisés pour évaluer quantitativement le degré de pollution de la Meuse par les polychlorobiphenyles et le gamma-HCH[57], et des études ont ensuite montré (en 1988) la capacité des bryophytes aquatiques à bioaccumuler des PCB et des pesticides organochlorés[56].

Traceurs de contaminants métalliques et ETMModifier

Comme les mousses terrestres et certains champignons ou lichens, les bryophytes aquatiques peuvent absorber et stocker d'importantes quantité de métaux dont par exemple plomb, manganèse, cadmium, chrome et zinc souvent recherchés comme contaminants indésirables des eaux[58],[59],[60], argent[61], or[62], mercure[63], arsenic[64] cuivre, cobalt, nickel et baryum[65]. Ils peuvent ainsi fournir de précieuses informations sur le degré de contamination d'un cours d'eau ou d'une masse d'eau plus importante pour les mois récents ou les années passées[15],[66].

Parce que l'accumulation est « passive », dans les contextes habituels, l'accumulation du cuivre s'est montrée complètement indépendante des variations de températures (pourtant habituellement considérée comme source de contrôle de la physiologie végétale et du métabolismedes plantes)[15], par contre d’autre facteurs ont une importance, dont le taux de sulfates en solution dans l’eau, le pH (qui contrôle aussi la biodisponibilité de nombreux métaux toxiques) et moindrement la teneur de l’eau en nitrites, ammoniac et FRP (filtrable reactive phosphate)[67]. Pour d’autres métaux ou radionucléides, la température joue néanmoins un rôle dans la vitesse d’absorption du métal (Ruthénium 106 par exemple[21]), mais dans ce cas pas pour la désorption qui reste lente[21].

Des analyses chimiques et des études histologiques ont montré que les bryophytes peuvent contenir du cuivre sous forme de trois fractions métalliques différentes, « correspondant à trois compartiments cellulaire. Le passage et le flux de métal d'un compartiment à l'autre dépendent de l'existence d'un gradient de concentration dans l’environnement » et de mécanismes physico-chimiques et biologiques mis en jeu durant les transferts de l'élément. « Si le passage du métal au travers de la membrane est effectif, il n'est pas attribué à un phénomène d'absorption actif »[15].

Selon Goncalves et al.(1994), les bryophytes accumulent d’autant plus de métaux qu’il est fortement concentré dans leur environnement, mais le flux de métal a également une importance, à prendre en compte « à la fois dans le schéma décrivant le mécanisme d'accumulation et dans la méthodologie »[15].

Traceur de radioactivitéModifier

Comme les mousses terrestres, les bryophytes aquatiques absorbent et stockent très bien les métaux lourds et métalloïdes. Durant la période des essais nucléaires atmosphériques, on a constaté qu’ils captaient aussi très bien les radionucléides transportés par l’eau, ce qui permet de les utiliser pur le traçage d’une contamination naturelle ou anthropique ou l’évaluation de l’ampleur géographique d’une pollution plus ou moins récente (selon la durée de vie de l'espèce et sa plus ou moins grande capacité à relarguer le polluant)[68].

Une capacité de fixation dans le temps d’une partie des radionucléides captés dans l’eau a été clairement démontrée chez les bryophytes aquatiques[69] après la fin de la période des essais nucléaires atmosphériques ayant eu lieu notamment de 1957 à 1963, avec cependant des différences inter-spécifiques (sur 5 espèces testées en Espagne, Scapania undulata a bioaccumulé les métaux en bien plus grande quantité Fissidens polyphyllus, Fontinalis antipyretica, Rhynchostegium riparioides et Brachythecium ayant montré des « performances de bioaccumulation » intermédiaires. Le type de métaux préférentiellement bioaccumulé varie aussi selon l’espèce[67] dont il faut tenir compte lors des évaluations.

De même une calcul des facteurs de bioconcentration calculés pour l'Hépatique Scapania undulata lors d’une étude ayant porté sur trois rivières anglaises a conclu à un gradient d’accumulation préférentiel pour les métaux : Zn<Cd<Cu<Mn<Pb<Al<Fe[70]. Si le bryophyte utilisé est assez longévif, on peut retrouver certains polluants dans le bryophyte plusieurs mois ou années après la fin d’une pollution chronique ou longtemps après une pollution accidentelle[71] ou après un épisode de remise en suspension dans l’eau d’un polluants qui s’était accumulé dans le sédiment. À titre d’exemple Fontinalis antipyretica, une mousse aquatique abondante dans la Moselle a efficacement été utilisée comme traceur de la contamination radioactive issue des rejets de la Centrale nucléaire de Cattenom[72].

État des populations, pressions, menacesModifier

De nombreux bryophytes sont particulièrement résistants à la force du courant et à la plupart des pollutions (dans une certaine mesure), mais une partie d'entre eux se montrent très vulnérables à certains aménagements qui modifient les caractéristiques de leur habitat ; notamment la régulation de certains cours d'eau (régulation du débit, création de lacs de barrages, etc.).

Par exemple, une étude suédoise a comparé les bryophytes de 52 cours d'eau rapides dont les uns étaient régulés et les autres non. Cette étude a montré que si la biomasse de bryophte est restée sensiblement identique après les aménagements, leur richesse spécifique (nombre d'espèce) a par contre été fortement réduite : de 22 % dans les zones de courant artificiellement ralenti, et de 26 % dans les zones artificialisées mais sans réduction de courant (par rapport aux cours d'eau « sauvages » non modifiés par l'Homme). Parmi les 5 espèces les plus présentes dans cette région d'Europe du Nord, 2 espèces (Fontinalis antipyretica et F. dalecarlica) ont vu leur nombre réduit par la réduction du courant alors qu'au contraire l'abondance de Blindia acuta et de Schistidium agassizii était accrue dans les zones de courant artificiellement ralenti[73].

Dans les zones très polluées, au-delà de certains seuils de teneur en polluants ou de durée d'exposition les bryophytes peuvent disparaître.

Biologie de la conservation, RéintroductionModifier

Ce groupe d'espèce est resté longtemps méconnu, en raison notamment de la discrétion de certaines espèces et du manque de naturalistes et taxonomistes

Certaines espèces ont fait l'objet de réintroduction (dont par exemple Scorpidium scorpioides dans une tourbière des Pays-Bas[74].

En FranceModifier

En France, environ 1 250 espèces de bryophytes terrestres et aquatiques ont été recensées par les botanistes, « soit 6 à 7 % de la diversité mondiale et 70 % de la diversité européenne »[75].

Parmi les bryophytes aqutiques, en France et Belgique on trouvera notamment :


Des Hépatiques à thalle ;


Des Hépatiques à feuilles :


Des Sphaignes :


Des mousses :

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Claudine AH-PENG (2003) Mise au point d’un outil diagnostic basé sur l’utilisation de la mousse aquatique Fontinalis antipyretica Hedw. en culture pour l’estimation de la qualité des cours d'eau ; Université de Lille II ; Diplôme de recherches technologiques ; Mention : Ingénierie de la Santé et de l’Environnement Spécialité : Bioenvironnement et Santé, thèse soutenue le 27 novembre 2003
  2. Glime, J. M., & Vitt, D. H. (1984). The physiological adaptations of aquatic Musci. Lindbergia, 41-52.
  3. Vitt, D. H., & Glime, J. M. (1984). The structural adaptations of aquatic Musci. Lindbergia, 95-110.
  4. a et b Alain Dutartre, Marie-Christine Peltre, Jacques Haury (2008) Plantes aquatiques d'eau douce : biologie, écologie et gestion ; Éditions Quae ; (22 août 2008), 368 pages
  5. Lecointre, Guillaume & Le Guyader, Hervé, (2001) Classification phylogénétique du vivant ; 3e édition. Paris, Belin
  6. Glime, J. M., & Vitt, D. H. (1987). A comparison of bryophyte species diversity and niche structure of montane streams and stream banks. Canadian Journal of Botany, 65(9), 1824-1837 (résumé).
  7. Brown, D. H., & Buck, G. W. (1979) Desiccation effects and cation distribution in bryophytes. New Phytologist, 82(1), 115-125 (PDF, 12 p).
  8. Martins, R. J., Pardo, R., & Boaventura, R. A. (2004). Cadmium (II) and zinc (II) adsorption by the aquatic moss Fontinalis antipyretica : effect of temperature, pH and water hardness. Water Research, 38(3), 693-699.(résumé)
  9. Castaldo-Cobianchi, R., Giordano, S., Basile, A., & Violante, U. (1988). Occurrence of antibiotic activity in Conocephalum conicum, Mnium undulatum and Leptodictyum riparium (Bryophytes). Plant Biosystem, 122(5-6), 303-311 (résumé).
  10. Rausch de Traubenberg C. & Ah-Peng C ., (2003) A procedure to purify and culture in the long term a clonal strain of the aquatic moss Fontinalis antipyretica used as bioindicator for heavy metal, Archives of Environmental Contamination and Toxicology, avril 2004 ;46(3):289-95.(résumé)
  11. Benson-Evans, K. & Williams PF (197). Transplanting aquatic bryophytes to assess river pollution. - J. Bryol. 9: 8 1-9
  12. Ah-Peng C (2001) Development of a diagnosis tool based on the use of an aquatic moss, Fontinalis antipyretica Hedw. stemming from a standardized culture for the estimation of rivers contamination by metals, In: Actes du VIIe congrès des étudiants au Muséum national d’Histoire naturelle, Paris 8-9 novembre, 4: 36
  13. Basile DV (1975) A comparison of some macronutrient media used to culture bryophytes - Bryologist 78: 403-41 3
  14. Haury, J., M. -C. Peltre, S. Muller, M. Tremolières, J. Barbe, A. Dutartre & M. Guerlesquin (1996) Des indices macrophytiques pour estimer la qualité des cours d’eau Français: premières propositions. Écologie 27(4): 233–244
  15. a b c d et e Claveri B (1995) Les bryophytes aquatiques comme traceurs de la contamination métallique des eaux continentales. Influence de différents paramètres sur l'accumulation des métaux et développement d'un module d'intégration de la micropollution (M.I.M.) Thèse de Doctorat soutenue à l’Université de Metz (résumé Inist-CNRS)
  16. Say, P.J. & Whitton, B.A., 1983 . Accumulation of heavy metals by aquatic mosses. 1: Fontinalis antipyretica Hedw. Hydrobiologia, 100: 245-260
  17. Wehr, J.D. & Whitton, B.A., 1983 . Accumulation of heavy metals by aquatic mosses. 3: Seasonal changes. Hydrobiologia, 100: 285-291
  18. Whitton, B.A., Say, P.J. & Jupp, B.P., 1982 . Accumulation of zinc, cadmium and lead by the aquatic liverwort Scapania . Environmental Pollution (serie b), 3: 299-316
  19. Claveri, B., Morhain, E. & Mouvet, C., (1994) A methodology for the assessment of accidental copper pollution using the aquatic moss Rhynchostegium riparioides .Chemosphere, 28(11): 2001-2010
  20. Mersch, J. (1993), Modalités d'utilisation de la moule zébrée Dreissena polymorpha en tant qu'indicateur biologique de la contamination des écosystèmes d'eau douce par les métaux lourds comparaison avec un autre type d'organismes sentinelles, les mousses aquatiques, université de Metz, Metz, 213 p.
  21. a b et c Vray, F., Baudin, J. P., & Svadlenková, M. (1992). Effects of some factors on uptake and release of 106Ru by a freshwater moss, Plathypnidium riparioïdes. Archives of environmental contamination and toxicology, 23(2), 190-197 (résumé)
  22. Empain A (1973) La végétation bryophytique aquatique et subaquatique de la Sambre belge, son déterminisme écologique et ses relations avec la pollution des eaux. Lejeunia, 69: 1-58
  23. Empain, A. (1974) Relations quantitatives entre les Bryophytes de la Sambre Belge et leur fréquences d'émersion : distribution verticale et influence de la pollution. Bulletin de la Société Royale Botanique de Belgique, 107: 361-374
  24. Mouvet, C., Pattee, E. & Cordebar, C (1986) Utilisation des mousses aquatiques pour l'identification et la localisation précise de sources de pollution métallique multiforme. Acta Oecologia, Oecologia Applicata, 7: 77-91.
  25. Empain, A. (1976) Les bryophytes aquatiques utilisés comme traceurs de la contamination en métaux lourds des eaux douces. Mémoires de la Société Royale Botanique Belge, 7: 141-156.
  26. Empain, A. (1976) Estimation de la pollution par métaux lourds dans la Somme par l'analyse des bryophytes aquatiques. Bulletin Français de Pisciculture, (260), 138-142 (résumé)
  27. résumé
  28. AH-PENG, C., & RAUSCH DE TRAUBENBERG, C. (2004). « Bryophytes aquatiques bioaccumulateurs de polluants et indicateurs écophysiologiques de stress: synthèse bibliographique ». Cryptogamie. Bryologie, 25(3), 205-248 (résumé)
  29. Empain, A. (1978). Relations quantitatives entre les populations de bryophytes aquatiques et la pollution des eaux courantes. Définition d'un indice de qualité des eaux. Hydrobiologia, 60(1), 49-74
  30. Mouvet, C., 1985 . The use of aquatic bryophytes to monitor heavy metals pollution of freshwaters as illustrated by case studies. Verh. Internat. Verein. Limnol., 22: 2420- 2425
  31. Mouvet, C., 1979 . Utilisation des bryophytes aquatiques pour l'étude de la pollution des cours d'eau par les métaux lourds et les radioéléments. Revue de Biologie et d'Écologie méditerranéenne, 6(3-4): 193-204
  32. Pickering, D.C. & Puia, I.L (1969). Mechanism for the uptake of zinc by Fontinalis antipyretica . Physiologia plantarum, 22: 653-661
  33. Empain, A (1988) A posterior detection of heavy metal pollution of aquatic habitats. In: J.M. Glime (Editor), Methods in Bryology. Hattori Bot. Lab., Mainz, p. 213-220.
  34. Lopez, J., Retuerto, R. & Carballeira, A., 1997 . D665/D665a index vs frequencies as indicators of bryophyte response to physicochemical gradients. Ecology, 78(1): 261-271
  35. Samecka-Cymerman, A., Kempers, A.J. & Kolon, K., 2000 . Concentrations of heavy metals in aquatic bryophytes used for biomonitoring in rhyolite and trachybasalt areas: a case study with Platyhypnidium rusciforme from the Sudety Mountains. Annales Botanici Fennici, 37: 95-104.
  36. Carballeira, A. & Lopez, J., 1997 . Physiological and statistical methods to identify background levels of metals in aquatic bryophytes - dependence an lithology. Journal of Environmental Quality, 26(4): 980-988
  37. Everard, M. & Denny, P., 1985 . Flux of lead in submerged plants and its relevance to a freshwater system. Aquatic Botany, 21: 181-193
  38. Lehtonen, J., 1989 . Effects of acidification on the metal level in aquatic macrophytes in Espoo, S. Finland. Annales Botanici Fennici, 26: 39-50
  39. Spearing, A.M., 1972 . Cation-exchange capacity and galacturonic acid content of several species of Sghagnumin Sandy Ridge Bog, Central New York State. The Bryologist, 75(2): 154-158.
  40. MacDonald, G. M., Beukens, R. P., Kieser, W. E., & Vitt, D. H. (1987) Comparative radiocarbon dating of terrestrial plant macrofossils and aquatic moss from the “ice-free corridor” of western Canada. Geology, 15(9), 837-840 (résumé)
  41. Lithner, G., Holm, K. & Borg, H. (1995) Bioconcentration factors for metals in humic waters at different pH in the Ronnskar ar ea (Sweden). Water, Air, & Soil Pollution, 85(2): 785-790
  42. Goncalves, E.P. & Boaventura, R.A.R., 1998 . Uptake and release kinetics of copper by the aquatic moss Fontinalis antipyretica . Water Research, 32(4): 1305-1313
  43. Bleuel C, Wesenberg D, Sutter K, Miersch J, Braha B, Bärlocher F, Krauss GJ. (2005)The use of the aquatic moss Fontinalis antipyretica L. ex Hedw. as a bioindicator for heavy metals: 3. Cd2+ accumulation capacities and biochemical stress response of two Fontinalis species. : Sci Total Environ. Juin 2005 1; 345(1-3):13-21. Epub 2005 Jan 28
  44. Sutter K, Jung K & Krauss GJ. (2002)Effects of heavy metals on the nitrogen metabolism of the aquatic moss Fontinalis antipyretica L. ex Hedw. A 15N tracer study ; Environ Sci Pollut Res Int.; 9(6):417-21
  45. a et b [Gagnon, C., Vaillancourt, G. & Pazdernik, L., 1998 . Influence of water hardness on accumulation and elimination of cadmium in two aquatic mosses under laboratory conditions. Archives of Environmental Contamination & Toxicology, 34(1): 12-20]
  46. Slack, N. G., & Glime, J. M. (1985). Niche relationships of mountain stream bryophytes. Bryologist, 7-18.
  47. Petit, F., & Schumacker, R. (1985). L'utilisation des plantes aquatiques comme indicateur du type rivière ardennaise. In Colloque phyto-sociologique" Végétation et Géomorphologie". GEHU (Ed.)
  48. a b c et d Ken M. Fritza, Janice M. Glimeb, John Hribljanb et Jennifer L. Greenwoodc (2009) « Can bryophytes be used to characterize hydrologic permanence in forested headwater streams? » ; Ecological Indicators Volume 9, Issue 4, July 2009, Pages 681–692 (résumé)
  49. a b c d et e Delépée, R., Pouliquen, H., & Le Bris, H. (2004) The bryophyte Fontinalis antipyretica Hedw. bioaccumulates oxytetracycline, flumequine and oxolinic acid in the freshwater environment. Science of the total environment, 322(1), 243-253 (résumé).
  50. Jamieson, G. R., & Reid, E. H. (1976). Lipids of Fontinalis antipyretica ; Phytochemistry, 15(11), 1731-1734 (résumé).
  51. Frisque, G.E., Galoux, M. & Bernes, A. (1983) Accumulation de deux micropolluants (les polychlorobiphényles et le gamma -HCH) par des bryophytes aquatiques de la Meuse. Med. Fac. Landbouww. Rijksuniv. Gand., 48(4): 971-983
  52. Maiss, M. (1988) Mousses aquatiques comme bioindicateur s de la pollution par les pesticides et les PCBs dans les cours d'eau luxembourgeois ainsi que dans les eaux de percolation d'une décharge sarroise, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon, Belgique
  53. Frisque, G. (1981) Accumulation par des bryophytes aquatiques de la Meuse de deux micropolluants : les polychlorobiphényles et le gamma-HCH, Université de Liège, Liège.
  54. Claveri, B., Guérold, F. & Pihan, J.C. (1993) Acidification des ruisseaux du massif Vosgien et contamination métallique (Al, Mn, Pb, Cd): mise en évidence dans l'eau et dans les bryophytes aquatiques. Hydroécologie Appliquée, 5(1): 111-125
  55. Claveri, B., Guérold, F. & Pihan, J.C., 1993 . Acidification des ruisseaux du massif Vosgien et contamination métallique (Al, Mn, Pb, Cd) : mise en évidence dans l'eau et dans les bryophytes aquatiques. Hydroécologie Appliquée, 5(1): 111-125.
  56. a et b Gallissot, B. (1988). Mise en évidence du potentiel bioaccumulateur des bryophytes aquatiques vis-à-vis des PCB et des pesticides organochlorés (Doctoral dissertation)
  57. Frisque, G. E., Galoux, M., & Bernes, A. (1983). Accumulation de deux micropolluants (les polychlorobiphenyles et le gamma-HCH) par des bryophytes aquatiques de la Meuse. In Internationaal Symposium over Fytofarmacie en Fytiatrie
  58. Burton, M.A.S. (1979) Studies on zinc localization in aquatic bryophytes. The Bryologist, 82(4): 594-598
  59. Mouvet, C. (1984) Métaux lourds et mousses aquatique s. Spéciations physico-chimiques, bioaccumulation et toxicité ; Université de Liège, Belgique, 157 pp
  60. Say, P.J., Harding, J.P.C. & Whitton, B.A.(1981) Aquatic mosses as monitor of heavy metal contamination in the river Etherow, Great Britain. Environmental pollution, (serie b) 2: 285-307
  61. Jones, K.C., Peterson, P.J. & Davies, B.E (1985) Silver and other metals in some aquatic bryophytes from streams in the lead mining district of Mid-Wales, Great Britain. Water Air Soil and Pollution, 24: 329-338
  62. Jones, K.C. (1985) Gold, silver and other elements in aquatic bryophytes from a mineralized area of North Wales, U.K. Journal of Geochemical Exploration, 24: 237-246.
  63. Roeck, U., Trémolières, M., Exinger, A. & Carbiener, R. (1991) Les mousses aquatiques, bioindicateurs du niveau de pollution chimique. Utilisation des mousses aquatiques dans une étude sur le transfert du mercure en tant que descripteur du fonctionnement hydrologique (échanges cours d'eau – nappe) en plaine d'Alsace. Hydroécologie Appliquée, 3(2): 241-256
  64. Mouvet, C., Couturieux, N. & Morhain, E. (1989) Mousses aquatiques et métaux lourds en Loire-Bretagne campagne 1988 ; Agence de l'eau Loire Bretagne, BRGM, Orléans/Metz
  65. Wehr, J.D. & Whitton B.A (1983) Accumulation of heavy metals by aquatic mosses. 2: Rhynchostegium riparioides . Hydrobiologia, 100: 261-284
  66. Ah-Peng C., Rausch de Traubenberg C. & Denayer F-O. (2003) Use of a moss culture as bioaccumulator for the biomonitoring of metal contamination in continental waters ; Journal de Physique IV France 107: 25-28.
  67. a et b Lopez, J., & Carballeira, A. (1993) Interspecific differences in metal bioaccumulation and plant-water concentration ratios in five aquatic bryophytes. Hydrobiologia, 263(2), 95-107 (résumé)
  68. Mouvet C (1979) Utilisation des bryophytes aquatiques pour l'étude de la pollution des cours d'eau par les métaux lourds et les radionucléides. Biologie et écologie méditerranéenne.
  69. Baudin, J. P., Lambrechts, A., & Pally, M. (1991) Utilisation des mousses aquatiques comme bioindicateurs de contamination radioactive. Hydroécologie appliquée, 3(2), 209-240.
  70. Vincent, C.D., Lawlor, A.J. & Tipping, E. (2001) Accumulation of Al, Mn, Fe, Cu, Zn, Cd and Pb by the bryophyte Scapania undulate in three upland waters of different pH. Environmental Pollution, 114(1): 93-100.
  71. Say, P.J., Harding, J.P.C. & Whitton, B.A. (1981) Aquatic mosses as monitor of heavy metal contamination in the river Etherow, Great Britain. Environmental pollution, (serie b) 2: 285-307
  72. Mersch, J., & Kass, M. (1994). La mousse aquatique Fontinalis antipyretica comme traceur de la contamination radioactive de la Moselle en aval de la centrale nucléaire de Cattenom. Bull Soc Nat Luxemb, 95, 109-17
  73. Englund, G., Jonsson, B. G., & Malmqvist, B. (1997) Effects of flow regulation on bryophytes in north Swedish rivers. Biological Conservation, 79(1), 79-86
  74. Kooijman, A. M., Beltman, B., & Westhoff, V. (1994). Extinction and reintroduction of the bryophyte Scorpidium scorpioides in a rich-fen spring site in the Netherlands. Biological Conservation, 69(1), 87-96.
  75. Happe D Connaissance et reconnaissance de la bryoflore commune ; Point de vue d'un vigie-floriste, voir page 11/36 (Présentation, PDF)
  76. a b c d e f g h i j et k Gecheva, G., Yurukova, L., & Cheshmedjiev, S. (2013). Patterns of aquatic macrophyte species composition and distribution in Bulgarian rivers. Turk. J. Bot, 37, 99-110

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Guides d’identification taxonomiquesModifier

  • Coudreuse Julie & haury Jacques (2005) Clé des bryophytes aquatiques et supra aquatiques (décembre 2005) pour la mise en œuvre de l'Indice Biologique Macrophytique en Rivière (I.B.M.R.) et glossaire, PDF 8 Mo, 133 pages ; Disponible sur le site Internet de l'Agence de l’Eau Adour-Garonne ou à l'Agence. Ce document est téléchargeable en [un seul document] ou par parties : Partie 1 : introduction et généralités sur les bryophytes. Page 1-9 ; Partie 2 : clés d'identification des hépatiques. Pages 10–57, Partie 3 : clés d'identification des sphaignes. Pages 58–60, Partie 4 : clés d'identification des mousses. Pages 61–112, Partie 5 : glossaire, bibliographie et annexes. Pages 113-133, Document complet : pages 1–133 (8 Mo)
  • Bailly, G., Vadam, J-C. & Vergon, J-P.(2004) Guide pratique d’identification des bryophytes aquatiques (disponible auprès de la DREAL Franche-Comté). Ministère de l'Écologie et du développement durable : 158 pp.
  • Alain Dutartre, Marie-Christine Peltre, Jacques Haury (2008) Plantes aquatiques d'eau douce : biologie, écologie et gestion ; Éditions Quae ; (22 août 2008), 368 pages

BibliographieModifier

  • Augier, J., 1966 - Flore des Bryophytes. Éditions Paul Lechevalier, Paris : 702 pp.
  • Binesse, F., 1993 - Typologie des cours d’eau de Lozère à l’aide des macrophytes. Mémoire de fin d’é- tudes d’ingénieur ENITHP-ENSAR, Rennes : 30 pp. + annexes.
  • Blom, H.H.A, 1996 - Revision of the Schistidium apocarpum complex in Norway and Sweden. Bryophytorum bibliotheca, Band 49 : 334 pp., 115 figures.
  • Corley, M.F.V. & Crundwell, A.C., 1991 - Additions and amendments to the mosses of Europe and the Azores. Journal of Bryology 16 : 337-356.
  • Corley, M.F.V., Crundwell, A.C., Düll, R., Hill, M.O. & Smith, A.J.E., 1981 - Mosses of Europe and the Azores ; an annotated list of species, with synonyms from the recent literature. Journal of Bryology 11 : 609-689.
  • Crum, H., 2001 - Structural diversity of Bryophytes - The University of Michigan.
  • Daniels, E. & Eddy, M.A., 1990 - Handbook of European Sphagna . Institute of Terrestrial Ecology, Huntingdon : 263 pp.
  • Dixon, H.N., 1970 - The student’s handbook of british mosses, 3e édition. Wheldon and Wesley, Ltd, Eastbourne : 582 pp.
  • Doignon, P., 1955 - Flore des mousses de la plaine française. Association des Naturalistes de la Vallée du Loing et du massif de Fontainebleau et les Naturalistes parisiens : 44 pp.
  • Douin, I., 1986 - Nouvelle flore des mousses et des hépatiques. Belin, Paris : 186 pp.
  • Haury, J. & Coudreuse, J., 2003 - Clé des Bryophytes aquatiques (et supra-aquatiques) pour la mise en œuvre de l’Indice Bio-Macrophytique en Rivière (IBMR). ENSA Rennes : 22 pp.
  • Haury, J., 1992 - Clé préliminaire et simplifiée des algues macrophytes, macrolichens et bryophytes des cours d’eau armoricains, 2 vol. ENSA Rennes : 15 pp. + 1 vol. ill..
  • Haury, J., & Aïdara, L. G. (1999). Macrophyte cover and standing crop in the River Scorff and its tributaries (Brittany, northwestern France): scale, patterns and process. Hydrobiologia, 415, 109-115.
  • Husnot, T., 1884-1890 - Muscologia Gallica (1re édition). Paris : 457 pp.
  • Jahns, H.M., 1989 - Guide des fougères, mousses et lichens d’Europe.
  • Delachaux et Niestlé, Neuchâtel & Paris : 258 pp.
  • Lacouture, C.H., 1905 - Atlas des hépatiques de la France. Librairie des Sciences Naturelles, P. Klincksieck, Paris : 78 pp.
  • Lambinon, J. & Empain, A., 1973 - Les espèces de Cinclidotus (musci) de la Meuse et de la Sambre en Belgique et dans les Ardennes françaises. Bulletin de la société royale de botanique de Belgique 106 : 175- 186.
  • Macvicar, S.M., 1960 - The student’s handbook of British hepatics, 2e édition. Sumfield and Day, Ltd.: 463 pp.
  • Paton, J. A., 1999 - The Liverwort Flora of The British Isles. Edit. Harley Books : 626 pp.
  • Pierrot, R.B., 1982 - Les bryophytes du Centre Ouest. Bulletin de la société botanique du Centre Ouest N° spécial : 1-123.
  • Schumacker, R. & Váña, J., 2000 - Identification keys to the liverworts and hornworts of Europe and Macaronesia (distribution and status). Documents de la station scientifique des Hautes-Fagnes no 31, 160 pp.
  • Smith, A.J.E. , 1978 - The moss flora of Britain and Ireland. Cambridge Press University, Cambridge : 706 pp.
  • Smith, A.J.E., 1990 - The liverworts of Britain and Ireland. Cambridge Press University, Cambridge : 362 pp.
  • Van den Berghen, C., 1979 - Flore des hépatiques et des anthocérotes de Belgique. Jardin botanique national de Belgique, Weise : 155 pp.
  • Wehr, J. D., Empain, A., Mouvet, C., Say, P. J., & Whitton, B. A. (1983). Methods for processing aquatic mosses used as monitors of heavy metals. Water research, 17(9), 985-992.
  • Werner, J. (2001). Aperçu sur les bryophytes (sub-) aquatiques des rivieres luxem-bourgeoises. Bulletin de la société des naturalistes luxembourgeois, 3-18.