Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Solages.
Bruno de Solages
Fonctions
Protonotaire apostolique (en)
depuis
Recteur
Institut catholique de Toulouse
-
Mainteneur de l'Académie des Jeux floraux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activités
Famille
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Distinctions

Mgr Bruno de Solages, né le [1] à Mézens et mort en , est un prélat français, recteur de l'Institut catholique de Toulouse de 1931 à 1964.

BiographieModifier

Né dans la famille noble de Solages, prêtre, professeur (jusqu'en 1931), puis recteur de l'Institut catholique de Toulouse, sous l'archiépiscopat de Mgr Jules Saliège, il aide les réfugiés espagnols à la fin des années 1930, puis les réfugiés polonais. Avec son archevêque, le , il rappelle avec fermeté que l'Église condamne le racisme. Mobilisé en 1939, il indique, dès 1940, qu'il préfère une France victorieuse même conduite par Léon Blum et les francs-maçons à une France vaincue gouvernée par le maréchal Pétain. Il refuse les financements de l’État français pour son institut. Rapidement, il protège des juifs à l'institut avec son cousin l'abbé René de Naurois et devient un des acteurs importants du positionnement de l'église toulousaine contre la persécution ; il est alors menacé de mort par des groupes proches de la collaboration. Arrêté lors de la rafle locale du 8/, il est déporté.

Il entretient une correspondance fournie avec des personnalités proches de la Nouvelle théologie dont le père Henri de Lubac et surtout Pierre Teilhard de Chardin. Montini lui obtient une audience auprès de Pie XII en 1948 à ce sujet. Retiré en 1964, il meurt en novembre 1983 après avoir publié de nombreux ouvrages dont L'initiation métaphysique : l'univers, l'homme, Dieu, la connaissance (1962) dans lequel il montre sa culture et son esprit, à la fois scientifique et religieux, méthode qu'il applique en particulier à l'évangile de Jean et aux synoptiques. Quoique présenté, son dossier pour devenir Juste parmi les nations n'a pas abouti en raison de l'absence de témoins juifs.

ŒuvresModifier

  • Camille Dupin, tombé au champ d'honneur, sa vie, ses essais littéraires, 1895-1917, Éd. de la « Revue Montalembert », Paris, 1920, 237 p.
  • Mgr de Solages & Abbé Cl. Mauriès, Le Christianisme dans la vie publique, Spes, Paris, 1937.
  • La théologie de la guerre juste, genèse et orientation..., Desclée de Brouwer, Paris, 1946, 157 p.
  • Mgr de Solages & Chanoine Mauriès, Billets de Christianus, Spes, Paris, 1948, 159 p.
  • Le Livre de l'espérance. L'Ame, Dieu, la destinée, Spes, Paris, 1954.
  • Synopse grecque des Évangiles / méthode nouvelle pour résoudre le problème synoptique, Leiden & Brill, Toulouse : Institut catholique , 1958, 1128 p.
  • Teilhard de Chardin, Privat, Toulouse, 1966, 399 p.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Solages, Bruno de (1895-1983) » sur le catalogue général de la BnF

AnnexesModifier