Ouvrir le menu principal

Bruno Bazile

auteur de bande dessinée français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazile.

Bruno Bazile, né en 1961, est un auteur de bande dessinée français.

BiographieModifier

Né à Saint-Nazaire en 1961, résidant durant sa jeunesse à Saint-Marc-sur-Mer, Bruno Bazile découvre le neuvième art par la lecture du journal Spirou. Il fait partie de « l'école nazairienne » de BD avec Dan, le dessinateur humoristique Dominique Mainguy, Yves Magne et l'auteur réaliste Jocelyn Gille. Tout en suivant le cursus de licence d'arts plastiques à l'université Rennes II, il pratique la BD, proche des rennais Michel Plessix et Jean-François Miniac. Sa première parution est la série Valentine, co-dessinée avec Jean-François Miniac et scénarisée par Didier Teste, publiée dans le mensuel Mikado, chez Milan Presse. C'est par l'intermédiaire de Michel Plessix que le duo Bazniac (contraction de Bazile et Miniac) initie cette première parution chez Milan où Plessix publie son premier album, La Déesse aux Yeux de Jade. A partir de 1997, Bruno Bazile publie les Forell, sur scénario de Michel Plessix. Il dessine ensuite les séries Les Avatars puis Artur et Merlin avec Pierre Veys au scénario. Enseignant d'arts plastiques au lycée professionnel Notre-Dame de Rezé, il mène en parallèle une carrière d'auteur de BD, fortement influencée par le trait et l'esprit de Maurice Tillieux, auquel il rend hommage dans M'sieur Maurice et La Dauphine jaune en 2013, mais aussi par Albert Uderzo pour la série Sarkosix.

AlbumsModifier

  • Défi dans l'Atlantique, scénario de Bruno Bazile, dessin de Yves Magne, Soracom, 1984 (et accessoirement de Michel Plessix et Jocelyn Gille)

Les ForellModifier


Les FaussairesModifier

Un seul tome intitulé Craquelures, de 49 pages, est paru aux éditions Hors collection (série Humour noir) en 2001. En dernière page du volume, l'auteur indique les nouvelles, romans, peintures, ouvrages divers, qui l'ont inspiré pour dessiner ses récits.

Le volume comprend quatre récits assez sinistres[interprétation personnelle], concernant des événements qui arrivent dans la vie de peintres. Toutes les planches sont en noir et blanc.

Peinture au pistoletModifier

  • Situation dans le volume : p. 3 à 14
  • Références littéraires ou picturales : Géricault de Régis Michel in Gallimard Découvertes ; Émission Palettes d'Alain Jaubert.
  • Résumé : France, en une date indéterminée au XXe siècle. Delcroix est un peintre, jaloux du succès de son confrère plus âgé que lui, Bonneville. Les deux hommes s'opposent sur un point technique : lors du galop, un cheval a-t-il au moins l'une de ses jambes qui touche le sol ? Delcroix apprend à ce sujet que Bonneville fait du cheval : il lui propose une sortie à cheval, au cours de laquelle le vieux peintre décède (le lecteur comprend que Delcroix a poussé Bonneville du cheval). Quelques mois après, Delcroix est contacté par un certain Jules Marais, qui lui explique qu'il pourra apporter la preuve adéquate au sujet du pari qui avait opposé les deux hommes. Le lendemain, Delcroix se rend chez Jules Marais : ce dernier l'accueille avec un petit « pistolet » qui fait « clic-clic ». Delcroix, pour sa part, prend son revolver et tue Marais sans préavis : ainsi, personne ne pourra trancher le litige entre lui et Bonneville. Quelques jours après, il est arrêté par la police judiciaire : le petit « pistolet clic-clic » de Jules Marais était en fait un appareil photographique permettant de prendre 12 images par seconde, et cet appareil a fixé sur la pellicule argentique Delcroix en train de sortir son revolver du gilet et tirer sur Marais…

Bleu de PrusseModifier

  • Situation dans le volume : p. 15 à 26
  • Références littéraires ou picturales : Deux amis, nouvelle de Maupassant ; La guerre de 1870 sous la direction de Bernard Michal.
  • Article connexe : Bleu de Prusse, couleur bleu foncé
  • Résumé : Le récit se déroule durant le siège hivernal de Paris en pleine guerre franco-prussienne de 1870-1971. Deux peintres sont réfugiés dans une masure. Soudain un obus explose et tue le vieux peintre Ménet. Le jeune peintre Froidebise prend les papiers d'identité de Ménet, s'empare de ses outils de peinture et s'enfuit dans le paysage enneigé. Néanmoins il est fait prisonnier par des soldats prussiens, qui le conduisent devant le vieux colonel responsable du régiment. Ce dernier voit que le peintre à un sauf-conduit au nom de Ménet. Or justement, ce colonel aime la peinture de Ménet ! Il lui propose un marché : « Ménet » peindra son portrait et en contrepartie il le fera libérer. Le colonel le fait sortir dans le cour et lui ordonne de peindre immédiatement son portrait. Froidebise n'en mène pas large, et s'exécute timidement. Plusieurs heures après, il remet son travail au colonel, qui sort son revolver et l'abat. Il n'a pas aimé le portrait peint par ce Ménet qui s'est révélé comme un trop « piètre artiste » !

Enchères et en OsModifier

  • Situation dans le volume : p. 27 à 38
  • Références littéraires ou picturales : L'art et la science de J.-P. Mohen, Gallimard Découvertes ; La Disparition de M. Noble de Maurice Tillieux.
  • Résumé : En mars 1945, le nazi responsable d'un camp de concentration (l'homme avait le surnom de « le Manchot ») oblige un peintre à repeindre une toile de grande valeur volée à un juif, afin que par la suite, il puisse la récupérer. Le peintre obéit ; cependant un bombardement le tue. Les tableaux sont dispersés ou mis dans des caves du gouvernement allemand. Quelques années après, le gouvernement met aux enchères plusieurs dizaines de tableaux retrouvés dans le camp. Le frère du peintre décide d'assister aux enchères. Il parvient à lever le voile sur l'identité du nazi en prouvant son état de manchot (le nazi s'était fait poser un appareillage au bras et à la main).

Un faux air de VermeerModifier

  • Situation dans le volume : p. 39 à 49
  • Références littéraires ou picturales : Vermeer et son temps de H. Koeningsberg ; La perspective dans la collection Passion des Arts.
  • Résumé : 1945, Pays-Bas. Le peintre Degresles est accusé de collaboration avec l'occupant nazi : il a vendu un Vermeer aux nazis. Degresles rétorque que c'est faux : il a vendu un tableau aux Allemands, en leur faisant croire que c'était un Vermeer, alors qu'en réalité, il s'agissait d'un faux qu'il avait peint lui-même. Il ajoute qu'il est faussaire de profession et que tous les Vermeers vendus en salles des ventes depuis une dizaine d'années sont de lui ! Le collectionneur Van Breek et l'expert en peintures Kulinsky cherchent à savoir si Degresles est effectivement un vrai faussaire et un faux collaborateur, ou un faux faussaire et un vrai collaborateur. Kulinsky lui demande de repeindre le tableau vendu aux Allemands. À la fin du récit, Degresles tue Van Breek dans une bagarre alors que celui-ci venait le voir en prison, puis tue Kulinsky qui a prouvé qu'il avait vendu un vrai Vermeer aux nazis. En fin de compte, il est condamné, ni pour collaboration ni pour des actes de faux et usage de faux, mais pour meurtre !

Les AvatarsModifier

  • 1 Des champs de fraise pour toujours, Dargaud, 2002
    Scénario : Veys - Dessin : Bazile - Couleurs : Marie
  • 2 La Balade de John, Dargaud, 2003
    Scénario : Veys - Dessin : Bazile - Couleurs : Marie
  • 3 The Thames Machine, Dargaud, 2004
    Scénario : Veys - Dessin : Bazile - Couleurs : Marie

Arthur et MerlinModifier

Article détaillé : Arthur et Merlin.
  • 1 Kid Arthur, Soleil, 2004
    Scénario : Veys - Dessin : Bazile - Couleurs : Marie
  • 2 Les Armées du passé, Soleil, 2004
    Scénario : Veys - Dessin : Bazile - Couleurs : Marie

Les Aventures de SarkozixModifier

  • 1 Tout pour ma Gaule, Delcourt collection Humour de rire, 2010
    Scénario : Lupano - Dessin : Bazile - Couleurs : Maffre
  • 2 Et ils coulèrent des jours heureux, Delcourt collection Humour de rire, 2010
    Scénario : Lupano - Dessin : Bazile - Couleurs : Maffre
  • 3 N'en jetez plus!, Delcourt collection Humour de rire, 2011
    Scénario : Lupano - Dessin : Bazile - Couleurs : Maffre
  • 4 La Gaule de l'emploi, Delcourt collection Humour de rire, 2012
    Scénario : Lupano - Dessin : Bazile - Couleurs : Maffre
  • 5 Sarkozix contre Hollandix, Delcourt collection Humour de rire, 2012
    Scénario : Lupano - Dessin : Bazile - Couleurs : Maffre

M'sieur MauriceModifier

M'sieur Maurice et La Dauphine jaune - Dessins et scénario : Bazile, Couleur : Yves Magne - Glénat - Treize étrange - Juin 2013

Garage de ParisModifier

  • 1 Dix histoires de voitures populaires, Glénat, 2014
    Scénario : Dugommier - Dessin : Bazile - Couleurs : Yves Magne
  • 2 Dix nouvelles histoires de voitures populaires, Glénat, 2016
    Scénario : Dugommier - Dessin : Bazile - Couleurs : Yves Magne

La naissance de la 4 CVModifier

  • 1 La naissance de la 4 CV, Glénat, 2017
    Scénario : Dugommier - Dessin : Bazile - Couleurs : Yves Magne

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier