Britannia (monument)

monument dédié à l'entente cordiale

Britannia
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Architecte
Créateur
Matériau
Piédestal en marbre et granit, statue en pierreVoir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Démolition
Hauteur
25 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Recensé à l'inventaire généralVoir et modifier les données sur Wikidata
État de conservation
Détruit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse

Britannia[1] est un ancien monument érigé à Boulogne-sur-mer en 1938 en commémoration du rôle joué par les soldats du Royaume-Uni pendant la Première Guerre mondiale. Il fut détruit en juillet 1940 par les Allemands.

HistoireModifier

Dès le , les premiers régiments anglais, notamment ceux des Argyll and Sutherland Highlanders, débarquent au port de Boulogne-sur-Mer, sous le commandement du général John French (il sera remplacé en 1915 par le général Douglas Haig[2]). Pendant toute la durée de la guerre, 5 millions de soldats britanniques traversent la Manche.

Pour exprimer la reconnaissance des Boulonnais envers les Alliés, un comité d'anciens combattants décide en 1933 d'ériger un monument symbolisant l'alliance franco-britannique. Les fonds nécessaires au projet (130 000 francs) sont levés par souscription. Le monument est constitué d'un piédestal, haut de 5 mètres, en marbre du Boulonnais, dans lequel s'insèrent 13 blocs de granit envoyés par chacun des dominions (Irlande, Inde, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Terre Neuve, etc.) et d'une statue. Au total, la statue et son socle mesurent 15 mètres[1].

La statue représente une femme qui personnifie Britannia (nom latin de la Grande-Bretagne) et porte à la main droite un trident et à gauche un bouclier. Elle est l'œuvre du sculpteur Félix Desruelles et de l'architecte Georges Dufétel.

Le monument, érigé sur une butte surplombant le bassin Loubet du port de Boulogne-sur-Mer, est inauguré le par les maréchaux Lord Cavan et Pétain, peu avant 12 h 45 en présence du roi George VI et de la reine Elizabeth arrivant de Douvres à bord du yacht royal Enchantress[3].

Ce symbole de l'amitié franco-britannique est détruit à l'explosif le [4] par les Allemands. Il n'a jamais été reconstruit. En lieu et place, la capitainerie a été élevée, inaugurée le [5].

Copies dans les collectionsModifier

Des reproductions en miniatures sont visibles à l'hôtel de ville de Boulogne et au château d'Hardelot.

BibliographieModifier

  1. Berthaud, Karine. Boulogne, port allié : 1914-1918. Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, 2014. (ISBN 978-2-9531129-8-6).
  2. Lottin, Alain. Histoire de Boulogne-sur-Mer. Le Téméraire, 1998. (ISBN 2-84399-015-7).

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Britannia », sur À nos grands hommes
  2. « Biographie des principaux acteurs du conflit », sur www.crdp-strasbourg.fr (consulté le )
  3. Ouest-Éclair, 19 juillet 1938.
  4. [PDF][1] La statue Britannia est dynamitée par les Nazis, La Voix du Nord, .
  5. Notice no IA62000042, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :