Ouvrir le menu principal

Briec

commune française du département du Finistère
Page d’aide sur l’homonymie Briec-de-l'Odet redirige ici.

Briec
Briec
La mairie.
Blason de Briec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Briec (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Quimper Bretagne Occidentale
Maire
Mandat
Jean-Hubert Pétillon
2014-2020
Code postal 29510
Code commune 29020
Démographie
Gentilé Briécois
Population
municipale
5 627 hab. (2016 en augmentation de 3,42 % par rapport à 2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 10″ nord, 3° 59′ 50″ ouest
Altitude Min. 44 m
Max. 230 m
Superficie 68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Briec

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Briec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briec
Liens
Site web Site de la mairie

Briec [bʁijɛk] (parfois nommée Briec-de-l'Odet) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Sommaire

GéographieModifier

 
Localisation de la commune de Briec dans le Finistère.

La commune fait partie du Pays Glazik. Située au cœur de la Cornouaille, Briec est à environ 15 km au nord-est de Quimper. Dominée par le Menez Roc'h-Veur (230 m), la commune est vallonnée et fait partie des bassins versants de l'Odet et de l'Aulne. À l'est, une partie de la commune est enclavée entre Edern et Landudal. Le centre urbain de Briec regroupe la majorité des habitants et possède l'ensemble des services publics. Le reste de l'habitat est dispersé en hameaux sauf les lotissements isolés dans la zone sud de la commune. L'espace rural a évolué, du fait du remembrement en parcelles de plus grande taille, vers une typologie rurale nouvelle avec la disparition des talus et enclos. L'aspect agricole de l'économie, préservé par la commune depuis la fin de la guerre, doit depuis les années 1970 coexister avec une petite industrie où domine le secteur agroalimentaire et à moindre degré la mécanique et le bâtiment.

ToponymieModifier

Le nom de la commune en breton est Brieg[1]. Briec s'appelait autrefois Plebs Brithiac au XIe siècle, Briziac en 1330 se retrouve parfois sous le nom de Briziec (XVIIe siècle)[2].

HistoireModifier

originesModifier

La paroisse de Briec, du temps de l'Armorique primitive, comprenait Edern et sa trève Guellevain [Gulvain], Landrévarzec, les trèves de Langolen, Landudal, Quilinen et Tréflez (désormais en Landrévarzec).

PréhistoireModifier

 
Plans du grand tumulus de Kerbernez en Briec (par Maurice Halna du Fretay).

Maurice Halna du Fretay a fouillé en 1892 le grand tumulus de Kerbernez, qui se trouve dans un champ dénommé Goarem-an-Tuchen (« La grande butte ») ; ce tumulus avait un diamètre de 35 mètres pour une hauteur de 5,50 mètres en son centre, et est composé de terre jaune. Un galgal entourait le dolmen, formé de dalles en schiste et en grès ; trois urnes funéraires très décomposées par le temps y avaient été déposées dont l'urne centrale, plus imposante, devait contenir les cendres d'un personnage plus important ; 25 silex taillés ont également été trouvés. Ce tumulus est très ancien, datant d'environ 4000 ans avant notre ère[3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

AntiquitéModifier

Briec semble avoir été un fundus[4] gallo-romain : la tradition place en effet sur le territoire de Briec un camp romain. Un cavalier à l’Anguipède (IIe siècle), découvert à Guellen, est exposé au Musée départemental breton de Quimper.

Moyen ÂgeModifier

Selon le Cartulaire de Landévennec, le roi Gradlon aurait donné des terres ( 22 métairies valant 300 sous d'argent) en Brithiac [Briec] à saint Guénolé pour qu'il fût inhumé dans l'abbaye de Landévennec[5]. Selon le Cartulaire de Quimper, le consul Hoël aurait donné au XIe siècle la terre de Bremuden en Brisiac à la cathédrale Saint-Corentin de Quimper et à son chapitre[6].

La région de Briec formait au haut Moyen Âge un pagus, c'est-à-dire une subdivision administrative de la Cornouaille, devenu par la suite le Pays glazik. La paroisse primitive de Brithiac, au sein de l'Armorique, regroupait aussi Landudal, Langolen, Edern, Landrévarzec, Laz et Trégourez[7].

Vers 1248, Landrévarzec se détache de la paroisse de Briec pour constituer une paroisse indépendante. « La paroisse de Briec se présentait jadis comme une curieuse mosaïque de trêves et d'enclaves séparées du quartier du bourg par les territoires d'Edern et de Landrévarzec » a écrit Bernard Tanguy[8].

Une bonne partie de la paroisse de Briec dépendait de la seigneurie de La Roche-Helgomarc'h, séparés en deux tronçons principaux : les manoirs de La Motte, Stanglevenen, Kerautret, Parc-Jean, Kervenou, Rosquillec, Roc'hou, Kercalédan, le Guern, Kerhervé, Kergolhuezen, Kereffran, Lannuchuezen, Kerampeoc'h et Quénec'hdu d'une part ; le second tronçon, séparé du précédent par le fief de Guellevain [Gulvain], qui dépendait de l'abbaye de Landévennec, couvrait une grande partie de la paroisse de Briec avec ses trèves de Langolen, Landudal et Quilinen. Ces terres furent par la suite, à partir de 1576, incorporées dans le marquisat de La Roche-Laz[9].

Une autre partie de la paroisse de Briec dépendait de la baronnie de la Châtaigneraie (Quistinic en breton), qui appartenait à la famille de Quélen. A. Marteville et P. Varin écrivent en 1843 que le manoir de La Châtaigneraie[10] était remarquable, antérieur aux Croisades. Le sire de la Châtaigneraie, François de Quélen[11], fait prisonnier en Terre sainte, fut délivré et fit élever, en actions de grâce, l'église de Landudal, qui est de style ogival. Cela est constaté par une inscription qui existe encore dans cette église[12].

Époque moderneModifier

La révolte du papier timbré à BriecModifier

Le , à Briec et dans les environs, a lieu un épisode de la Révolte du papier timbré, connue aussi sous le nom de "Révolte des Bonnets Rouges" :

« (...) À Briec (...), le tocsin sonna. De plus de vingt villages des environs, 2 000 paysans, armés de fusils, de fourches, de « bâtons ferrés », c'est-à-dire probablement d'épieux et de piques, se rassemblèrent à l'issue de la messe dans le cimetière. Ils furent harangués par Allain Le Moign, dit le « grand Moign », « caporal » de la trève du Gorresquer [Gorrequer] en Briec, c'est-à-dire d'un hameau avec une chapelle dépendant de la paroisse de Briec, et par Germain Balbouez[13], « caporal » de la trève de Landudal (...). Qu'est-ce que ce titre de « caporal » ? Signifie-t-il chef élu, ou est-il l'équivalent de « coq de paroisse » (...), ou est-ce un grade dans les milices organisées (...) ? Menés par Le Moign, Balbouez et Laurent Le Quéau[14], meunier de Quéménéven (...), les paysans entraînant de force leurs prêtres, les recteurs de Briec et d'Edern, marchèrent sur le château de La Boissière[15], où ils croyaient trouver, chez Monsieur de Kéranstret[16], le marquis de la Coste et le sieur de la Garenne-Jouan, qu'on disait porteur de la gabelle. Leur but était de massacrer tous ces nobles. Pour ces paysans, tous les nobles étaient des gabeleurs. Ne trouvant pas ceux qu'ils cherchaient, ils défoncèrent les barriques de vin, s'emparèrent des armes et des munitions et mirent le feu au château[17]. »

Les trois meneurs de cette révolte cités dans ce texte furent exclus de l'amnistie accordée le par Louis XIV[18]. Laurent Le Quéau fut torturé par le feu à trois reprises puis « exécuté de mort » à Quimper le après avoir été jugé par le présidial de Quimper. Lors de son interrogatoire mené par l'avocat du roi Pierre du Disquay, il déclare :

« Le jour du dimanche de la Trinitté [Trinité], au mois de juin dernier, il estoit en sa maison lorsque le toxin [tocsin] fust sonné dans la paroesse de Quéménéven et Saint-Venec [Saint-Vennec] et Briziac [Briec] au poinct du jour (...) accompagné de Jean Louarné, texier, demeurant chez l'interrogé. Interrogé, répond qu'il portoit un fusil et ledit Louarné qui l'accompagnoit une fourche de fer (...), qu'estant à Saint-Venec, il s'y estoit amassé quantité de personnes, tous armés; avec lesquels il alla au bourg de Briziac (...), qu'ayant appris que le sieur de La Garaine-Jouan [La Garenne-Jouan] estoit porteur de la gabelle, lequel ils croioient estre au manoir de la Boixière [Boissière] chez Monsieur de Keranstret, ils résolurent tous ensemble de s'y en aller à dessin de les exterminer, où estant arrivez au nombre de quatre à cinq centz personnes, ils demandèrent le dict La Garaine. (...) Enragés de ne point le trouver, ils demandèrent du vin. (...). Répond qu'ensuite ils étaient tous esprins de vin, apprès quoy il vit le feu (...) dans la crèche (...), dict que le feu fut aussy mis en la grange dudit manoir de La Boixière, (...) dans l'entrée dudict manoir (...), que l'on cassoit et brisoit tout ce que l'on trouvoit dans leur voye. (...) Dict qu'ils se retirèrent ensuitte tous chacun chez soy (...)[19]. »

Allain Le Moign et plusieurs autres furent aussi arrêtés et le même texte fournit aussi la retranscription de leurs interrogatoires. On ignore s'ils furent tous exécutés, mais ce fut le cas pour Allain Le Moign, dont voici des extraits de sa condamnation à mort par le tribunal de Carhaix :

« Le Grand Moign, condamné à être pris par l'exécuteur de haute justice (...), la corde au cou, tête et pieds nus, en chemise, tenant une torche allumée en main du poids de six livres, être conduit devant la porte de l'église collégiale de Saint-Trémeur de cette ville de Carhaix, et là, à deux genoux, demander pardon à Dieu, au roi et à la justice, puis mené au martray de cette ville pour, sur un échafaud qui y sera dressé au pied de la potence, y être sur une croix de saint André, étendu, son corps et ses membres rompus et brisés à coups de barre de fer, au nombre de cinq coups, icelui (...) étranglé jusques à extermination de vie pour y rester à demain prochain six heures de matin pour, passé de ce, son corps être porté dans ladite paroisse de Briec, et mis sur une route élevée de huit pieds de hauteur, sur le proche grand chemin auprès de la grande maison de La Boixière [La Boissière, en Edern], et y demeurer jusques à parfaite consommation[20]. »

La paroisse de Briec et ses trèves aux XVIIe et XVIIIe sièclesModifier

Au XVIIe siècle, la paroisse de Briec comprenait encore les trois trèves de Quilinen, Landudal et Langolen et possédait de nombreuses chapelles : Saint-Corentin du Creisquer, Saint-Sébastien de Garnilis, Saint-Adrien, Le Pénity, Sainte-Cécile, Saint-Vénec, Saint-Egarec, Notre-Dame de Pitié, Saint-Magloire sur la trève de Langolen et Saint-Tugdual sur la trève de Landudal[5]. En 1694, après un procès qui dura quatre ans, les tréviens de Langolen obtinrent le droit de pas payer leur quote-part pour la construction du clocher de l'église paroissiale de Briec, ce qui confirme leur autonomie par rapport à la paroisse-mère de Briec.

La justice à Briec aux XVIIe et XVIIIe sièclesModifier

La juridiction du marquisat de La Roche-Laz tint ses audiences alternativement à Laz et à Briec. « La juridiction était exercée par (...) des officiers, sénéchal, bailli, et procureur fiscal, assistés de cinq à six sergents, et d'environ dix-huit procureurs qui cumulaient le plus souvent leur charge avec les fonctions de notaire. Les audiences se tenaient assez régulièrement de quinzaine en quinzaine, alternativement à Laz et Briec, en exécution d'un arrêt du Parlement de 1665. Il y avait un auditoire[21] dans chacune de ces localités. Les prisons se trouvaient à Laz où se voyait aussi un pilier armorié aux armes de la juridiction avec cep et collier servant de pilori »[22].

Briec en 1778Modifier

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Briec en 1778 :

« Briec, sur la route de Quimper à Châteauneuf-du-Faou ; à deux lieues ½ au nord-est de Quimper, son évêché et son ressort et à 36 lieues ½ de Rennes. Cette paroisse, dont la cure est présentée par le chapitre de la cathédrale, relève du roi et compte , y compris ceux de Landudol (Landudal), Langolen et Quillinen, ses trèves, 4700 communiants[23]. Il s'y exerce une haute-justice. Ce territoire, d'une étendue considérable et couvert de bois, referme des coteaux, des vallons, des montagnes, et surtout des landes. Il est à croire que le sol est ingrat et stérile, ou que les habitants ne se donnent pas à la culture de leurs terres puisqu'elles sont si peu travaillées qu'à peine produisent-elles du grain pour la subsistance des cultivateurs. Les maisons nobles de Briec sont la Motte, Bodonel, Guelven et Les Salles. Ces deux dernières ont haute, moyenne et basse justice, et appartiennent à M. de Cicé, en sa qualité d'abbé de Landévennec[24]. »

Révolution françaiseModifier

Briec et ses trèves de Quilinen et Landudal (en tout 400 feux), furent représentés par cinq députés (Pierre Briand, Jean Le Cœur, Pierre Timen, Corentin Seznec, Hervé Le Saux) à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper[25].

Le décret de l'Assemblée nationale du précise que hors la ville, les paroisses du district de Quimper sont réduites à 18. Parmi elles, « Briec, qui aura pour succursales les paroisses supprimées de Langolen, Quilinen, Landudal et Saint-Guénec [Saint-Vennec] »[26]. Ce découpage ne fut que provisoire et non repris lors de la création des communes par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ().

En 1795, des chouans, basés à Locoal-Mendon dans le Morbihan, dirigés par Georges Cadoudal, de retour de la poudrerie du Pont-de-Buis qu'ils avaient attaqué par surprise pour y voler de la poudre, tuèrent l'instituteur et le curé constitutionnel de Briec ainsi que le curé aussi constitutionnel de Saint-Ségal[27].

Michel-Armand de Cornouaille, né le au manoir de Kerlez en Briec[28], participa à la Chouannerie locale dont il fut l'un des chefs (il était surnommé "Carnage") aux côtés d'Jean François Edme Le Paige de Bar pendant la Révolution française, organisant notamment l'assassinat de Pierre Briand, ancien député à l'Assemblée législative, juge de paix et administrateur du canton de Briec, le 17 brumaire an VIII () à Landudal; il fut aussi soupçonné d'avoir participé à l'assassinat de l'évêque de Quimper, Yves Marie Audrein le  ; en 1815, il organisa l'insurrection de Quimperlé. Époux de Rose-Marie-Josèphe de Quélen, élevé au grade de chef de bataillon, il mourut à Quimper le [29].

Le XIXe siècleModifier

 
Briec : personnages costumés (dessin de 1844).

L'importance de l'élevageModifier

En 1801, l'élevage était important à Briec : dans ses 434 exploitations agricoles, on recensait alors environ 850 chevaux, 1700 bœufs et 2600 vaches ; les landes occupaient 30 % du finage, mais il ne faut pas oublier qu'elles constituaient alors un fourrage apprécié[30].

La prospérité de la commune et d'une partie de ses habitants au fil des siècles sera favorisée par le développement de l'élevage et notamment d'une race particulière de chevaux les « doubles bidets ».

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Briec en 1843Modifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Briec en 1843 :

« Briec (dans les anciens titres Briziac ; sous l'invocation de saint Pierre), commune formée de l'ancienne paroisse du même nom, plus Landrévarzec et sa trève Trefflez qu'elle a absorbée ; moins son ancienne trève Langolen, qui est devenue commune ; aujourd'hui succursale, chef-lieu de perception. (...) Principaux villages : Kerloret, Trégain, Kergolo, Kerdrain, Kerhermès, Kerforn, Pennavern, Pennarhoat, Lespriten, le Pinity, Cresiquer. Superficie totale : 10491 hectares dont (...) terres labourables 5352 ha, prés et pâtures 868 ha, bois 279 ha, étangs 5 ha, landes et incultes 3432 ha (...). Moulins : 26 (du château de Kereffren, du Quéau, de Pennanjeun, de Moguer, de Goastel, de Kersaviou, de Penvernic, de Kernougal, de Tyourou, du Crecq, à eau). Landudal, ancienne trève de Briec, a un desservant ; il y a en outre des chapelles à Sainte-Cécile, Creisquer, Saint-Veinet (Saint-Vennec), Garnilis, Saint-Egarec, le Pénity-Renan, mais elles ne sont pas desservies ; la chapelle Saint-Curien est détruite. Ogée a omis de citer au nombre des anciens fiefs le plus important, la baronnie de la Châtaigneraie, où il y avait un manoir remarquable. (...). Les paysans sont vêtus toute l'année de toiles qui se fabriquent dans la commune. La mendicité est fréquente : elle tient à la modestie des salaires qui, en outre de la nourriture, ne s'élèvent guère, en moyenne, au-dessus de 120 francs par an. Il y a beaucoup de maladies psoriques[31]. Il se fait quelques élèves de chevaux et de bestiaux ; les moutons sont rares. Les arbres fruitiers, et surtout le pommier, sont peu nombreux ; mais le bois de charpente abonde et on en exporte. (...). Il y a foire les 8 mars, 12 avril, 10 juillet, 22 septembre ; le lendemain quand ces jours sont fériés. La route royale no 170, dite de Quimper à Lesneven, traverse la commune du sud au nord. Géologie : la constitution est en général granitique ; au nord quelques grès ; au nord de Landrévarzec et au nord de Briec, terrain tertiaire moyen ; schistes modifiés dans le sud, et notamment sur le territoire de Landudal. Keravelin est le centre d'un plateau d'environ 1000 mètres de granite amphibolique ; quelques macles au sud de Briec. On parle le breton[32]. »

Briec faisait partie, ainsi que d'autres communes comme Guengat, Plonéis et Plogastel-Saint-Germain, des localités voisines de Quimper dont des familles, le plus souvent très pauvres et trouvant là le moyen de gagner quelque argent, accueillaient de nombreux enfants naturels abandonnés mis en nourrice placés par l'hospice de Quimper ; beaucoup d'entre eux décédaient en raison de la médiocrité des soins qui leur étaient prodigués[33].

Le découpage progressif de BriecModifier

La vaste étendue de l'ancienne paroisse de Briec a entraîné son découpage progressif : déjà Langolen avait obtenu d'être une paroisse indépendante à la fin du XVIIe siècle. Quilinen est rattachée à la paroisse de Landrévarzec en 1843. Par contre Landrévarzec céda à Briec la chapelle de la Madeleine, et son ancienne trève de Trefflez[5].

En 1874, la section de Briec, peuplée alors de 3 347 habitants était représentée par 14 conseillers municipaux au sein du conseil municipal de Briec, composé en tout de 23 conseillers (la section de Landrévarzec, peuplée alors de 1214 habitants, par 5 conseillers municipaux et la section de Landudal, peuplée alors de 931 habitants, était représentée par 4 conseillers municipaux)[34].

Landrévarzec est détaché de Briec par la loi du [35]. Landudal, devenue paroisse indépendante de Briec en 1825, ne devint une commune séparée de Briec qu'en 1901[36].

Une école privée catholique ouvre à Briec en 1899 : on fit « pression sur les fermiers par l'intermédiaire des propriétaires » pour qu'ils y mettent leurs enfants, écrit l'inspecteur d'académie[37].

Le XXe siècleModifier

Les querelles liées à la laïcitéModifier

En décembre 1897, le recteur de Briec fit enlever les bancs qui servaient, au fond de l'église, aux élèves de l'école laïque. Le 9 janvier suivant, ceux-ci vinrent à l'église avec des bancs tout neufs, qui furent jetés dans la boue du cimetière après une mêlée indescriptible. Mais l'évêque ordonna au recteur de céder le dimanche suivant[38].

En 1898, Henri Ponthier de Chamaillard, sénateur, qui proteste contre la suspension du traitement du curé, M. Poulhazan, affirme : « La commune de Briec est une des communes les plus catholiques du département du Finistère ». Le curé venait d'ouvrir une école privée catholique, ce qui avait eu comme conséquence de vider l'école laïque d'une bonne partie de ses élèves (140 élèves à l'école catholique contre 47 à l'école publique) et le gouvernement lui reprochait des manœuvres d'intimidation pour inciter les parents à inscrire leurs enfants à l'école privée[39]. Louis Delobeau, sénateur-maire républicain de Brest, lui répond :

« Du jour où l'école congréganiste a été ouverte, le curé s'est élevé contre les lois scolaires, contre l'école communale, et c'est alors que son traitement a été supprimé (...). On s'est battu avec des bancs dans l'église, l'instituteur [public] et les élèves ont été bousculés et quelques-uns y ont reçu, sinon des blessures, du moins quelques horions[40]. »

Le Journal officiel de la République française du indique qu'une pétition signée par 712 habitants de la commune de Briec-de-l'Odet et protestant contre la Loi de 1901 a été remise par Louis Félix Ollivier, député des Côtes-du-Nord, sur le bureau de la Chambre des députés[41].

Le journal La Croix du écrit :

« Des commissaires de police, envoyés par le gouvernement[42], viennent de se rendre dans ceux des établissements enseignants du Finistère dirigés par les anciens Frères de Ploërmel, qui devaient se fermer le 31 mai dernier, pour voir si la fermeture avait eu lieu réellement. (...) À Briec (...), les commissaires ont trouvé les Frères revêtus d'habits laïques, continuant à faire l'école, se déclarant sécularisés et libres, par conséquent, d'enseigner[43]. »

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Briec[44] porte les noms de 237 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Plusieurs soldats briécois (Eugène Gaonach, Jean Gaonach, François Gautier, Hervé Gougay, Simon Himidy, Michel Le Berre, Louis Loudu, Yves Rannou, Jérôme Tassin) sont morts dès le mois d'août 1914 dans les combats de Maissin et Rossignol en Belgique entre le 21 et le  ; d'autres sont morts sur le front d'Orient (Jean Le Pann, décédé en Grèce ; Jean Thépaut et Henri Révois, décédés en Serbie ; Théopile Sans, décédé en Macédoine, Jean Le Berre, décédé en Roumanie, Louis Bélec, décédé en Bulgarie). Un briécois est disparu en mer pendant le conflit (Jean-Louis Le Scao, matelot canonnier à bord du croiseur cuirassé Amiral Charner torpillé par un sous-marin allemand près des côtes syriennes le ) ; un autre est mort en captivité en Allemagne (Pierre Bertholom). Un soldat briécois est mort lors de la bataille d'Elhri un combat contre des rebelles au Maroc (Jean Le Corre[45]). Tous les autres sont décédés sur le sol français.

Trois soldats briécois sont décédés en Turquie pendant la campagne de Cilicie entre 1918 et 1921 : Jean Ménez, décédé à Mersin le  ; Jean Rannou, décédé à Tarsous le  ; Hervé Rolland, décédé le à bord du navire hôpital " Vinh Long "[46].

L'Entre-deux-guerresModifier

Par décret du , la justice de paix de Briec, de même que celle de Fouesnant, est rattachée à la justice de paix de Quimper[47].

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Briec[44] porte les noms de 27 briécois morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi eux Alain Jaouen, décédé le , quartier-maître à bord de l' Oréade, sous-marin français coulé dans le port de Casablanca (Maroc) par la flotte américaine dans le cadre de l'Opération Torch et René Feunteun, décédé le à Dakar (Sénégal) alors qu'il se trouvait à bord du croiseur Strasbourg. François Cornec, qui avait rejoint les Forces françaises libres en 1941, est mort à Crémone (Italie) le à la suite d'un accident d'avion alors qu'il se trouvait à bord d'un bombardier Martin B-26 Marauder. Quatre autres soldats briécois sont morts en captivité en Allemagne (Jean Caugant, François Le Nouy, Joseph Le Nouy, Hervé Omeli, ce dernier noyé alors qu'il tentait de s'échapper d'un stalag). Huit sont morts pendant la Campagne de France au printemps 1940 (Albert Bernard, Pierre Hemidy, Jean Jezequel, Jean Kerherné, Pierre Le Gars, Louis Nicolas, Alain Pennec, Yves Bourveau, ce dernier décédé en Belgique dans la province de Namur).

L'occupation allemandeModifier

Le au matin, des Allemands attaquent par surprise un groupe de résistants quimpérois cachés dans la grange d'une petite ferme à Guellen, faisant 5 morts (Marcel Pezennec, Hervé Gestin, Jacques Maillet, Hervé Julien, Alain Le Bras), les autres résistants parvenant à s'enfuir ; en représailles les Allemands incendient la ferme de Guellen[48].

La compagnie FFI de Briec et la libération de QuimperModifier
 
Monument commémoratif des morts lors des combats de la "Compagnie de Briec" le lors de libération de Quimper

Le , la Compagnie FFI de Briec, ou 6e compagnie FFI, issue du mouvement Vengeance, dirigée par Pierre Le Gars, qui dispose de 260 hommes, après avoir reçu le des armes par parachutage près du hameau de Stang Vras en Langolen : le lieutenant-colonel Roger Bourrières, dit "Berthaud", chef militaire départemental FFI[49], en accord avec ses adjoints, décide alors de libérer Quimper ; le une colonne formée par la 5e compagnie FFI pénètre vers 19 heures dans Quimper par le quartier de l'Eau Blanche et défile dans les rues du centre-ville abondamment pavoisées ; après un accrochage avec un blindé allemand, la 5e compagnie FFI se réfugie pour la nuit sur le mont Frugy et à Creac'h Maria et les Allemands reprennent le contrôle de la ville.

Les 5, 6 et , les 5e, 6e et 7e compagnies FFI encerclent partiellement Quimper[50]. La 6e compagnie FFI se positionne à la sortie nord de la ville de Quimper autour des lieux-dits Tréqueffelec, Kermahonnet, au Loch et à Gourvily. Le , un accrochage se produit à Gourvily[51] entre une colonne allemande de voitures et la compagnie de Briec provoquant la mort de quatre résistants : Michel Capitaine[52], Corentin Guyader[53], François Le Goff[54] et Yves Le Scao[55] (un autre avait déjà été tué la veille, le  : Henri Lennez[56]). En représailles, les Allemands mettent le feu à une ferme de Gourvily et tuent cinq membres de la famille Le Jeune[57].

Le , une patrouille de reconnaissance, menée par le lieutenant Jean Kernaléguen, second du commandant Le Gars, se dirige vers la ville et rencontre place de Brest un convoi de camions allemands : Jean Kernaléguen[58] est tué et ses deux camarades sont pris en otage. Ce convoi allemand, fort d'une douzaine de camions et d'environ 250 hommes, se dirigeant vers Brest, est attaqué à Tréqueffelec par les résistants vers 12 h 15 ; les combats font rage ; les résistants reçoivent vers 14 heures le renfort de la 5e compagnie FFI, dirigée par Gabriel Nicolas. Les Allemands cessent la bataille vers 18 heures, abandonnant sur place morts (une cinquantaine d'entre eux auraient péri), blessés et camions incendiés pour aller se réfugier dans la Presqu'île de Crozon. Les résistants comptent dans leurs rangs sept morts (Ernest Delettre[59], Corentin Guéguen[60], Corentin Quiniou[61], Pierre Tarridec[62], tous les quatre d'Edern, François Jacq[63], Théophile Pichot[64], tous deux de Briec, auxquels il faut ajouter Jean Kernaléguen cité précédemment) et cinq blessés ; la ville de Quimper est libérée à la suite de cette bataille de Tréqueffelec[65].

Corentin Stéphan[66], agent de liaison motocycliste dans la Résistance, est tué le à Saint-Thois ; il a reçu post mortem la Croix de guerre 1939-1945 avec médaille de bronze. Un autre résistant, Laurent Hemery[67], est tué le à Briec. Parmi les résistants qui ont survécu, on peut citer Jean Mével[68], dont la citation lors de l'attribution de la croix de guerre avec étoile d'argent dit : « Résistant de la première heure. A organisé comme chef de compagnie de nombreux sabotages. A participé à l'attaque de la prison de Saint-Charles. (...) »[69].

Les déportés de BriecModifier

Yves Le Cœur[70] est décédé au camp de concentration du Stutthof le .

L'après-Seconde-Guerre-mondialeModifier

Trois Briécois (Hervé Gougay[71], François Houdeye[72] et François Le Borgne[73]) sont morts pendant la guerre d'Indochine et un pendant la guerre d'Algérie (Jean Le Grand[74])[44].

En 1976 Briec comptait 234 exploitations agricoles (leur superficie moyenne était de 17 ha) ; en 2019 elles ne sont plus 80, mais sont de plus grande taille.

La traversée de la commune en son milieu sur 17 kilomètres de long par la voie express RN 165 mise en service en 1976 entraîna la perte de 90 hectares de terres agricoles, mais a suscité l'implantation de plusieurs entreprises industrielles, artisanales et commerciales à proximité de l'échangeur de Kerlez et le long de la rocade sud (D 61 prolongée par la D 72) en direction d'Edern, notamment les abattoirs de l'UNACO (repris ensuite par la société Doux, de Châteaulin), Pineau Bois, la SBA (Société Briécoise d'Abattage), Poult (biscuiterie), etc..

Le XXIe siècleModifier

La Communauté de communes du Pays Glazik, créée en 1993 et dont le siège se trouvait à Briec, a fusionné le avec Quimper Communauté, intercommunalité dans laquelle elle a été englobée.

Briec se développe rapidement. Le maire, Jean-Hubert Pétillon, déclare en 2019 : « Notre position dans le département près de la quatre voies est très attractive. (...) Le prix du m2 (73 euros en moyenne) est moins élevé que dans le sud du département et reste abordable. Nous allons aussi profiter de l'installation de la nouvelle clinique à Kerlic » (en périphérie de Quimper) « Je pense que dans un ou deux ans, nous aurons atteint le cap de 6 000 habitants »[75].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

D’après le recensement Insee de 2007, Briec compte 5 174 habitants (soit une augmentation de 12 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1908e rang au niveau national, alors qu'elle était au 2040e en 1999, et le 32e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Briec depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 1891 avec 6 413 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 1064 5213 4954 1914 4814 5925 1495 3105 493
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 4375 4935 7265 5925 9065 8756 1756 4134 765
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 0674 4034 4364 3674 1993 9354 0723 8483 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 4253 4363 7444 5874 5464 6035 1035 1745 244
2013 2016 - - - - - - -
5 5545 627-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[76] puis Insee à partir de 2006[77].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 17,4 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 23 %).
Pyramide des âges à Briec en 2007 en pourcentage[78]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,1 
6,0 
75 à 89 ans
10,1 
11,2 
60 à 74 ans
11,8 
21,2 
45 à 59 ans
17,6 
23,8 
30 à 44 ans
22,4 
16,7 
15 à 29 ans
15,6 
20,8 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[79]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

NaissancesModifier

  • 63 en 2004 ;
  • 64 en 2005 ;
  • 77 en 2006.

DécèsModifier

  • 52 en 2004 ;
  • 58 en 2005 ;
  • 60 en 2006.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1791 décembre 1791 Jean Pennanech    
janvier 1792 janvier 1793 Henry Hémon    
janvier 1793 juillet 1793 Yves Le Grand    
1793 1794 François Ducap    
1794 1796 Le Gougay    
1796 1801 Le Hénaff    
1801 1803 Jean Le Louet    
1803 1806 Yves Le Gougay    
1806 1827 François CreachcadicC    
1827 1848 Hervé Le Berre    
1848 1855 Jean Kerbourch    
1855 1857 Jean Rolland    
1857 1878 Jean Bozec    
1878 1882 Pierre Dandurand    
1882 1904 Hervé Le Gac    
1904 1906 Michel Croissant Conserv  
1906 1908 Jean de Penanrun Conserv  
1908 1919 Michel Croissant URD  
1919 1925 Jean de Penanrun Conserv  
1925 1929 Pierre Kerbourc'h Rad.ind  
1929 1941 Hervé Merour URD  
1941 1945 Jean Pennarun Conserv  
1945 1959 Yves Le Page MRP  
1959 1981 Pierre Stéphan MRPCDRPR Pharmacien
Conseiller général (1964-1981)
1981 1989 François Rolland    
1989 2001 Joseph Bernard RPR  
2001 2008 Jean-Paul Le Pann PS  
2008 2014 Jean-Paul Le Pann PS  
2014 En cours Jean-Hubert Pétillon PS Cadre

Langue bretonneModifier

Le nom breton de la commune est Brieg.

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 1er décembre 2009. La commune a reçu le label de niveau 2 de la charte Ya d'ar brezhoneg le 8 janvier 2018.

À la rentrée 2017, 118 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 16,2 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[80].

À la rentrée 2017, une filière bilingue est ouverte au collège Pierre-Stéphan qui devient pôle de référence.

MonumentsModifier

La commune possède un patrimoine architectural remarquable : de nombreuses chapelles disséminées dans la campagne, une multitude de calvaires.

Chapelle Saint-Sébastien de GarnilisModifier

La fenêtre du chevet présentait en 1820, quatre panneaux, et deux oculi avec armes des Trégain, d’une Passion datée 1580. En 1921, le marquis de Plœuc « pensant sauver ce vitrail en l’installant au château de Kerambleis » offrit une verrière datée 1921 du maître verrier Léglise de Paris. Depuis aucune trace de cette Passion. Elle est mentionnée par erreur par Couffon comme existante[81]. En 1819, désordres dans la chapelle à la suite des luttes bretonnes. Le vicaire de Briec ne veut plus y célébrer la messe, sauf ordonnance de l’évêque[82].

Chapelle Saint-Venec (Saint-Vennec)Modifier

Cette chapelle est dédiée à saint Venec, dit aussi saint Guéthénoc. Le chanoine Abgrall dans ses brouillons signale des débris de vitraux, où il reconnaît deux anges tenant une banderole, puis une sainte Vierge et un saint Sébastien[84].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chapelle Saint-Guénolé dit de Treflez et aussi chapelle de TrolezModifier

Vitrerie losange proche début XXe en verre blanc, sacristie 1630, avec inscription difficile à déchiffrer. La chapelle serait reliée au manoir de Trolez par souterrain Un vide de 2,50 mètres a été découvert menant de la chapelle vers ce manoir, le propriétaire actuel (1988) maniant le pendule. Un autre souterrain où l’on peut passer à quatre pattes a été trouvé sous le sol de la chapelle et allant du second pilier vers la fenêtre 1. Très belles adorations des mages, restes d’un triptyque ? Vitrerie losangée, en 1990, petites restaurations documentation jplb

Chapelle de la MadeleineModifier

On ne trouvait, en 1985, aucune pièce, témoin des anciens vitraux mais de nombreuses traces de barlotières et vergettes antérieures. De même pas de trace de vitrerie XIXe. Par contre les anciens se souvenaient de vitraux losangés en verre blanc. En 1984, du verre blanc a succédé a des fenêtres en bois encore existantes en 1948. Relevé traces de peinture XVIIe sur les pierres encadrant les baies. Depuis 1985 vitraux figuratifs de l’atelier Le Bihan, aux sujets choisis par le comité. Auteurs : Antoine et Jean-Pierre Le Bihan[85].

Église paroissiale Saint-Pierre (XVe siècle)Modifier

 
L'église Saint-Pierre.

En 1789, lors du procès-verbal en vue de reconstruire l’église, on y voyait, derrière le maître-autel dans le vitrail représentant une Passion du XVIe, cinq écussons dont celui de Bretagne, celui de France ainsi que celui de la seigneurie de la Chataigneraye, présentés par un ange. En la chapelle Saint-Jean, il y a trois soufflets, le premier porte un écusson, le reste est en verre blanc ou représente le mystère de la Passion. En la chapelle de la Vierge, côté nord, au haut du vitrail sont trois écussons[86]. Le chœur, le chevet et le transept ont été reconstruits entre 1909 et 1911 par l'architecte Charles Chaussepied[87].

Chapelle Sainte-CécileModifier

Article détaillé : Chapelle Sainte-Cécile.

Elle est la seule chapelle de la pointe de Bretagne à être dédiée à sainte Cécile, la patronne des musiciens.

Cette chapelle a été inscrite au titre des monuments historiques en 1935.

Autres chapellesModifier

  • Chapelle Saint-Guénolé (Trolez), XVIIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame d'Illijour, XIXe siècle.
  • Chapelle de Trégain (XVIe siècle), construite en 1700 et désaffectée pour le culte, désormais transformée en gîte[88].
  • Chapelle Saint-Égarec, XVIe siècle.
  • Chapelle Saint-Corentin (Kreisker), XVIe siècle : en forme de croix latine, son transept et son chevet datent du XVIe siècle, sa nef du XVIIe siècle et sa charpente, apparente, du XIXe siècle (la chapelle fut entièrement restaurée en 1804). La chapelle possède trois autels en pierre de taille et des statues anciennes dont une de saint Corentin en pierre polychrome et une d'Adam et Ève en granite ainsi que des statues de saint Sébastien, saint Germain, saint Maudez, saint Tugen, etc. ; elle possède aussi des vitraux dont une Dormition de la Vierge qui date du XVIe siècle. Le calvaire situé à proximité date du XVIe siècle et porte un crucifix qui date du XIXe siècle[89].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château de TrohanetModifier

Une partie de la propriété du château de Trohanet[90] est située en Langolen. Le château est composé d'une partie plus ancienne (l'arrière du château) datant du XVe siècle, du temps de la famille Liziart, et d'une partie moderne datant du XVIIIe siècle, y compris son bel escalier en granite, construite par la famille Tréouret de Kerstrat ; le pignon ouest a également été rhabillé au XIXe siècle pour le mettre en conformité avec le reste de la façade ; y était en effet adossée une longère qui servait d'écurie et que le propriétaire a fait détruire. Les armoiries de la famille Tréouret de Kerstrat figuraient sur le fronton triangulaire de la façade, mais elles ont été martelées pendant la Révolution française. La présence de l'étang d'une superficie de près de quatre hectares atteste de la noblesse du lieu : c'était une obligation au XIVe siècle d'avoir un étang pour un lieu noble et sa superficie était en proportion du rôle du lieu dans la structure féodale. Trohanet est vendu en 1851 par la famille Tréouret de Kerstrat au futur amiral de La Grandière (alors capitaine de vaisseau) ; celui-ci entreprend à partir d'un plan dessiné en 1872 par les frères Bühler, célèbres paysagistes de l'époque, une restructuration du parc qu'il accompagne de la construction de bâtiments de basse cour, de la construction d'un mur d'enceinte pour un jardin potager et de la construction d'une petite serre. Il procède également au réaménagement de la façade des deux pavillons, est et ouest, du château. Les travaux d'aménagement du parc romantique sont achevés vingt-cinq ans plus tard, en 1898. Une chapelle et un pigeonnier ont disparu, de même que les deux moulins qui étaient en état de fonctionnement en 1816, le dernier s'est effondré en 1946.

Inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques depuis 2002[91], Trohanet a pu bénéficier en 2009, pour la première fois, d'une subvention : pour la réfection de la toiture ; cette subvention (40 % au total) a correspondu au surcoût de la fixation des ardoises au clou exigée par l'administration (la précédente toiture était au crochet). La réfection de la toiture et des charpentes a été achevée en 2012.

Les familles de Keroualle (Keroual) et de LiziartModifier

Avant les Kerstrat et les La Grandière, ce sont les familles Penancoet de Kerroualle et de Liziart qui possédaient le manoir de Trohanet. Il est fait mention d'un Guillaume de Liziart qui habite Tnouanet et épouse en 1415 Éleonore de Penguilly ; il décède en 1446 et c'est son fils, également dénommé Guillaume, qui lui succède dans la propriété de Trohanet ; il est sénéchal de Cornouaille : six générations de cette lignée, dont une partie par les femmes, vont habiter Trohanet jusqu'à sa vente aux Penancoet de Keroualle :

  • Guillaume de Liziart marié en 1482 à Marie de Kernivynen, puis à Marie Le Saux et en troisièmes noces, en 1498, à Catherine de Kermerien.
    • Marie de Liziart, mariée en 1503 à Alain de Kerguelenen.
      • Jehanne de Kerguelenen, mariée en 1521 à Jehan de Penguilly.
        • Marie de Penguilly mariée en 1558 à Jean de Kersaudy.
          • Pierre de Kersaudy, marié en 1612 à Anne Marie de Plœuc.
            • Mauricette de Kersaudy, mariée en 1620 à Christophe de Fouquet, seigneur de Chalain (neveu du "Grand Fouquet" que fit enfermer le roi Louis XIV).

C'est René de Penancoët de Keroualle qui acheta Trohanet en 1629 à Mauricette de Kersaudy, épouse de Christophe de Fouquet.

René de Penancoët de Keroualle est le père de Guillaume de Penancoët de Keroual dont est issue, de son mariage en 1645 avec Marie de Plœuc, Louise de Keroual, la future duchesse d'Aubigny, maîtresse du roi d'Angleterre Charles II ; elle est l'ancêtre de Lady Diana, donc du Prince William, héritier du trône d'Angleterre. La jeune sœur de Louise, Mauricette, épousera d'abord en Angleterre le comte de Pembroke dont elle sera veuve, sans enfant, et ensuite le marquis de Gouffier Thoix dont la petite fille épousera un aïeul direct de l'actuel propriétaire[92].

Les Tréouret de KerstratModifier

 
Le château de Trohanet : portrait de Jean Hyacinthe Tréouret de Kerstrat (1774-1795).

Les Kerstrat achètent Trohanet aux Keroualle en 1696.

  • Urbain de Tréouret de Kerstrat, né en 1624, était conseiller du roi, sénéchal de Châteaulin et premier magistrat de la ville et juridiction de Châteaulin, marié en 1653 avec Françoise Le Gouvello, dame de Lezelé.
    • Leur fils Joseph Hyacinthe Tréouret de Kerstrat, décédé en 1722, se maria avec Anne La Roche.
      • Leur fils cadet, Joseph-Louis de Tréouret de Kerstrat, né en 1694, décédé le à Briec, se maria avec Hyacinthe Mathurine Élisabeth Renée Anne de Robien.
        • Leur fils aîné, le comte Jean-Marie de Tréouret de Kerstrat[93], marié le à Saint-Nolff avec Julie Charlotte Marie Thérèse du Bot du Grégo[94] (sœur du marquis du Grégo, propriétaire du château de Trévarez), possesseur de vastes domaines, y compris à Fouesnant, et jouissant d’une influence considérable dans la région, menacé et son château partiellement pillé, émigra à Londres en 1793 ; il laisse cinq enfants à la charge de sa sœur Céleste (il était alors veuf de Julie du Bot du Grégo) ; Céleste prétendra que Trohanet lui appartient et Trohanet échappa ainsi à la confiscation et à la vente comme bien national.
          • L'un de leurs fils, Jean Hyacinthe Tréouret de Kerstrat, né en 1774 et baptisé le dans la chapelle du château de Grego à Surzur, après avoir suivi les cours du collège de Rennes, avait d'abord pris parti avec passion pour les idées des Lumières, la liberté, la justice, et s'enthousiasmait pour la Révolution en marche, s'engageant même, lui, le fils d'un comte, comme volontaire dans les gardes nationaux, mais il finit par retrouver son père émigré en Angleterre, puis débarque à Quiberon en juin 1795, rejoignant Cadoudal, Vincent de Tinténiac (avec qui il avait un lien de parenté, Vincent de Tinténiac étant le petit-fils de Marie-Rose Tréouret de Kerstrat, sœur de Joseph-Louis de Tréouret de Kerstrat) et les chouans de l'Armée Rouge. Il se réfugie à Trohanet en compagnie de Guernizac et du chevalier de Brieuc, qui devient un centre de chouannerie et où, trahi par une vieille servante qui le dénonça, il fut arrêté en octobre de la même année[95]; conduit d'abord à Quimper, puis à Brest où il est condamné à mort le 16 vendémiaire an IV[96] ; il est fusillé à l'âge de vingt ans[97].
          • Un autre de leurs fils, Thomas-Paul Charles Tréouret de Kerstrat, né le à Briec, décédé le à Quimper, participa à la résurgence de la chouannerie en 1799-1800. un signalement au préfet précise en l'an VIII qu'un « rassemblement de chouans et de brigands se fait à Edern et à Briec ; ils couchent dans les champs environnant le château de Trohanet (…) Cornouaille [Michel-Armand de Cornouaille] et Kerstrat [Thomas-Paul Charles Tréouret de Kerstrat] en sont les chefs (…). Ils menacent de mort toute personne qui viendrait les découvrir»[98].
        • Joseph-Louis-Hyacinthe de Tréouret de Kerstrat (fils cadet de Joseph-Louis de Tréouret de Kerstrat), né le au château de Trohanet, émigra également à Londres et participa lui aussi au débarquement de Quiberon. Blessé de deux balles lors de la bataille du château de Coëtlogon le au cours de laquelle Vincent de Tinténiac trouva la mort, il parvint à se cacher dans un village des environs de Sarzeau, non loin du château du Grégo. Marié en 1785 avec Marie-Julienne Mahé de Berdouare, surnommé Jobic Kerstrat dans le roman d'Auguste Hilarion de Kératry Les derniers des Beaumanoir ou La Tour d'Helvin[99], publié en 1824.

La famille de La GrandièreModifier

C'est Joseph Louis de Kerstrat[100], le fils de Thomas Paul Charles de Tréouret de Kerstrat[101], qui hérita de Trohanet et qui, ruiné, le vendit en 1851 au futur amiral Pierre-Paul de La Grandière dont descend l'actuel propriétaire. Il est le père de Marie de Kerstrat qui développa le tourisme dans la région de Pont-l'Abbé et fit connaître le cinéma aux Canadiens. Il semble que depuis plusieurs années, les Kerstrat n'habitaient plus Trohanet mais le château de Trévarez qu'ils possédaient de façon indivisaire avec leur tante Julie du Grégo (qui avait été la maîtresse du général Hoche alors que celui-ci était chargé de combattre la chouannerie dans l'Ouest de la France) ; lors de l'acquisition du château par le futur amiral de La Grandière, en 1851, Il n'y avait qu'une seule pièce d'habitable dans Trohanet. C'est l'amiral de La Grandière, qui de retour de son poste de gouverneur en Cochinchine (1862-1867), entreprend les travaux de réhabilitation de l'intérieur de Trohanet. Il fit également venir le paysagiste Denis Bühler qui transforma le pourtour de Trohanet - jusque-là organisé en terrasses - en parc romantique à l'anglaise. Il est conseiller général du canton de Briec jusqu'à sa mort le . Son épouse était Augustine du Marrallach', sœur de Monseigneur du Marrallach' (château du Perennou en Plomelin); elle était décédée en 1868 à son retour d’Indochine où elle avait contracté des fièvres asiatiques.

leur fils, le vicomte Augustin-Félix de La Grandière[102], lieutenant de cavalerie fait prisonnier à Sedan et démissionnaire, lui succède et entreprend la mise en œuvre des prescriptions du plan de Bühler : ces travaux seront achevés en 1902.

À sa mort, Augustin de la Grandière , ayant hérité de deux propriétés en Anjou qu'il laisse à ses deux fils, c'est sa fille aînée, Marie-Thérèse, épouse du comte René d'Espiès[103], officier, qui lui succède dans la propriété de Trohanet. René d'Espiès sera maire de Langolen de 1925 jusqu'à son décès en 1944. la comtesse d'Espiès sera une des premières femmes élue maire d'une commune française en 1945 .

Le couple n'avait pas d'enfant et lègue Trohanet à leur neveu, le comte François de Pimodan, (fils d'Yvonne de La Grandière, sœur puînée de Marie Thérèse) officier de cavalerie, lieutenant colonel commandant le 8e régiment de Hussards, mort pour la France en Algérie (1958). Trohanet passe alors à son épouse, Geneviève de Mieulle, lors du décès de Marie-Thérèse d'Espiès en août 1970 ; à sa mort en septembre 1988, un an après la tempête d'octobre 1987 qui a ravagé le parc de Trohanet, mais heureusement épargné la maison, la propriété de Trohanet revient à son fils, Baudoin de Pimodan, qui accepte des visites du château sur rendez vous[104](visites payantes au cours de l'été).

La propriété est ouverte gratuitement à la visite lors des journées nationales des Parcs et jardins (dernier weekend de mai) ainsi que lors des Journées européennes du patrimoine (troisième weekend de septembre)

JumelagesModifier

ÉvénementsModifier

  • Un marché non alimentaire se tientles premiers mardis du mois sur la Grande Place. Un marché alimentaire hebdomadaire, le vendredi matin, a également lieu.
  • En 2007, le Bagad Brieg a été sacré champion de Bretagne des Bagadoù.
  • En 2014, le pipe band de Brieg a été sacré champion du monde des Pipe band en grade 2.

Enseignement à BriecModifier

La commune de Briec comprend deux écoles primaires :

  • École Yves-de-Kerguelen (publique)
  • École Sainte-Anne (privée)

et comprend deux collèges :

  • Le collège Pierre-Stéphan (public) : construit en 1982, il occupe une surface bâtie de 4 505 m2. Les effectifs pour l'année scolaire 2013-2014 sont de 450 élèves.
  • Le collège privé Saint-Pierre : les effectifs pour l'année scolaire 2009-2010 sont de 253 élèves.

RéférencesModifier

  1. Briec, geobreizh.bzh.
  2. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Paris, Editions Jean-paul Gisserot, coll. « Universels Gisserot » (no 22), Universels Gisserot, p. (ISBN 978-2-877-47482-5, OCLC 2877474828, lire en ligne), p. 59
  3. Maurice Halna du Fretay, Fouille du grand tumulus de Kerbernez en Briec (Finistère), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1892, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207622m/f262.image
  4. Centre d'un domaine rural important et bien cultivé
  5. a b et c « Briec : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune chef lieu de canton) », infobretagne.com (consulté le 18 novembre 2015)
  6. « Full text of "Bulletin diocésaine d'histoire et d'archéologie" », archive.org (consulté le 18 novembre 2015)
  7. Philippe Jouët et Kilian Delorme, "Atlas historique des pays et terroirs de Bretagne", Skol Vreizh, 2007, (ISBN 978-2-915623-28-4)
  8. Bernard Tanguy, "Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère", 1990
  9. R. Delaporte, Notice sur les seigneuries de La Roche-Helgomarc'h, Laz et Botiguigneau, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207710t/f243.image
  10. « Maison forte », Topic-Topos (consulté le 18 novembre 2015)
  11. François, sire de Quélen, chevalier, baron de Quélen et du Vieux Chastel, fils de Jean de Quélen et de Jeanne de Troguindy, décédé en 1558, voir http://www.quelen.fr/UserFiles/File/6_Genealogie_de_la_maison_de_Quelen.pdf
  12. A. Marteville et P.Varin, continuateurs d'Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1843
  13. Germain Balbous (Balbouez), né le à Landudal
  14. Laurent Le Quéau, né au moulin de Kerolven (voir http://fr.topic-topos.com/mecanismes-de-moulin-landudal) en Landudal, vivant en 1675 au moulin de Coatsquiriou en Quéménéven
  15. Ce château était situé dans la paroisse d'Edern ; l'actuel château de la Boissière a été construit au XIXe siècle
  16. La famille Penandreff était seigneur de Kéranstret et de la Bouexière (Boissière) en Edern
  17. Roland Mousnier, Révolte du papier timbré en Bretagne (1675), "Congrès national des sociétés savantes", Strasbourg, 1970, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62459592/f350.image.r=Landudal.langFR
  18. « Liste des exceptés de l’amnistie de 1676 en Bretagne », wikisource.org (consulté le 18 novembre 2015)
  19. Docteur A. Corre, Documents pour servir à l'histoire de la torture judiciaire en Bretagne, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", tome XXIII, 1896, consultable https://archive.org/stream/bulletindelasoc02finigoog/bulletindelasoc02finigoog_djvu.txt
  20. Yves Garlan et Claude Nières, "Les révoltes bretonnes de 1675, papier timbré et Bonnets rouges", Éditions sociales, 1975
  21. Lieu où se tenaient les audiences de justice
  22. R. Delaporte, Notice sur les seigneuries de La Roche-Helgomarc'h, Laz et Botiguigneau, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207710t/f245.image
  23. Personnes en âge de communier
  24. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", volume 1, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist01og
  25. Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages. Série 1 / Tome 5 / impr. par ordre du Sénat et de la Chambre des députés ; sous la dir. de MM. Jules Mavidal et Emile Laurent, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f513.image.r=Landudal.langFR
  26. « Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale. Tome 12 », Gallica (consulté le 18 novembre 2015)
  27. Journal Le Temps no 15863 du 8 juillet 1903 et no 15864 du 9 juillet 1903
  28. Fils de Guillaume-Jacques de Cornouaille et de Louise-Véronique de Boiguéhenneuc
  29. Daniel Bernard, Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère, revue "Annales de Bretagne", 1937, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1937_num_44_1_1758?_Prescripts_Search_tabs1=advanced&
  30. André Mussat, Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Rennes, Editions Ouest-France, , 380 p. (ISBN 978-2-737-31932-7, OCLC 34611255)
  31. Sortes de gales, maladies cutanées et contagieuses qui cause de grandes démangeaisons et caractérisée par des pustules
  32. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjR7KzjtarSAhVnCcAKHeyOAKQQ6AEILTAD#v=onepage&q=Briec&f=false
  33. M.F. Colin, "Les enfants mis en nourrice dans le pays de Quimper aux XVIIIe et XIXe siècles, mémoire de maîtrise, Quimper, cité par Pierrick Chuto, "Pierrick Chuto (préf. Serge Duigou, photogr. Jean-Claude Jouannet), Le Maître de Guengat [Auguste Chuto] l'emprise d'un maire en Basse-Bretagne au XIXe siècle, S.l, s.n, , 398 p. (ISBN 978-2-746-61655-4, OCLC 793132070)
  34. " Rapports et délibérations - Finistère, Conseil général", 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55647045/f664.image.r=Landudal.langFR
  35. Albert-Sylvain Grenier, "Répertoire des faits politiques, sociaux, économiques et généraux", Berger-Levrault, Paris, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65478681/f41.image.r=Guipavas%20.langFR
  36. "Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés", 29 juin 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6460050q/f16.image.r=Landudal.langFR
  37. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, (ISBN 978-27373-3908-0)
  38. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (Essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", Brest, Dialogues, 2012 (ISBN 978-2-918135-37-1)
  39. "Journal officiel de la République française. Débats parlementaires.", , consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63606561/f3.image.r=Briec?rk=150215;2
  40. "Journal officiel de la République française. Débats parlementaires.", 1er février 1898, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63606561/f8.image.r=Briec?rk=150215;2
  41. "Journal officiel de la République française, n° du 11 mars 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64666905/f20.image.r=ch%C3%A2teaubourg?rk=85837;2
  42. Il s'agit du gouvernement d'Émile Combes et c'est la conséquence de la Loi sur les Associations votée en 1901
  43. Journal La Croix n° 6184 du 9 juin 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220044r/f3.zoom.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  44. a b et c Memorialgenweb.org - Briec : monument aux morts
  45. Jean Le Corre, décédé le à Elhri (Maroc)
  46. Memorialgenweb.org - Hervé ROLLAND
  47. "Le Bulletin législatif Dalloz : lois, décrets, arrêtés, circulaires, etc.", Dalloz, 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5768558r/f749.image.r=Fouesnant.langFR
  48. http://fr.topic-topos.com/stele-commemorative-de-la-seconde-guerre-mondiale-briec et https://www.ouest-france.fr/des-resistants-ont-ete-tues-dans-sa-ferme-2750975
  49. Le lieutenant-colonel Bourrières, dit "Berthaud", né le à Mateur (Tunisie), a succédé au colonel Mathieu Donnart, alias Poussin, fusillé le par les Allemands : il est décédé le à Quimper, voir http://www.norrac.com/crbst_56.html
  50. http://chantran.vengeance.free.fr/Doc/Nicolas05.pdf
  51. « Généa Mévellec - Un peu d'histoire... », fazery.net (consulté le 18 novembre 2015)
  52. Michel Capitaine, né le à Briec
  53. Corentin Guyader, né le à Edern, sergent-chef dans cette compagnie FFI
  54. François Le Goff, né le à Edern
  55. Yves Le Scao, né le à Briec
  56. Henri Lennez, né le à Quimper
  57. Jean-Louis Le Jeune, 68 ans ; Anne-Marie Le Jeune, née Cuzon, 64 ans ; Marie-Renée Le Jeune, née Le Quillec, 33 ans, Marie-Anne Le Jeune, épouse Toullec, 32 ans ; voir http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/5-aout-1944-la-famille-le-jeune-se-souvient-08-08-2014-10290923.php
  58. Jean Alain Kernaléguen, né le à Edern, lieutenant FFI
  59. Ernest Delettre, né le à Avesnelles (Nord)
  60. Corentin Marie Guéguen, né le à Edern
  61. Corentin Mathurin Quiniou, né le à Edern
  62. Pierre Marie Tarridec, né le à Edern, caporal-chef FFI
  63. François Marie Jacq, né le à Laz
  64. Théophile Pichot, né le à Billé (Ille-et-Vilaine)
  65. « Tréqueffelec : une bataille meurtrière pour libérer Quimper », Ouest-France.fr (consulté le 18 novembre 2015)
  66. Corentin Stéphan, né le à Edern
  67. Laurent Hemery, né le à Briec
  68. Jean Mével, né le à Briec
  69. http://www.archives-finistere.fr/userfiles/file/enseigner_Resistance_208J_230_001-005.pdf
  70. Yves Le Cœur, né le à Briec
  71. Hervé Gougay, né le à Briec, décédé le à Savannakhet (Laos)
  72. François Houdeye, né le à Briec, sergent au 1er bataillon de marche d'Extrême-Orient, décédé le à Tai Cao dans la province de Prey Veng (Cambodge)
  73. François Le Borgne, né le à Ploudalmézeau, garde républicain, décédé le à Huong Diem (Viet-Nam)
  74. Jean Le Grand, né le à Gouézec, décédé le à Djebel Zellidj région Aflou, dans le département de Tiaret (Algérie)
  75. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 30 août 2019.
  76. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  77. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  78. « Évolution et structure de la population à Briec en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  79. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  80. « Enseignement - Ofis Publik ar Brezhoneg », opab-oplb.org (consulté le 18 novembre 2015)
  81. Fond Abgrall, bibliothèque municipale de Quimper, croquis de la baie
  82. Bulletin commission diocésaine 1904. Documentation jplb
  83. Fille de l'empereur Maximien Hercule, qui était folle et que saint Mathurin tenta de soigner
  84. Documentation JPLB
  85. documentation jplb
  86. Compilation de divers bulletins de la société archéologique
  87. http://fr.topic-topos.com/eglise-saint-pierre-briec
  88. Francine V., « Gîte atypique dans une chapelle 4**** au calme à la campagne - Région de Quimper - Homelidays », homelidays.com, (consulté le 18 novembre 2015)
  89. D'après la notice d'information située à proximité de la chapelle
  90. « Château de Trohanet », Topic-Topos (consulté le 18 novembre 2015)
  91. « Gertrude - Accueil - Inventaire Général du Patrimoine Culturel (1.3.0 (Build: 92)) », region-bretagne.fr (consulté le 18 novembre 2015)
  92. Alain Boulaire, Louise de Keroual : maîtresse du roi d'Angleterre et agent de Louis XIV, Brest, Télégramme, , 187 p. (ISBN 978-2-848-33254-3, OCLC 707197013)
  93. Né le à Briec, décédé le au château de Trévarez en Saint-Goazec, ancien page de Louis XV, officier des vaisseaux du Roi
  94. Julie Charlotte Marie Thérèse du Bot du Grégo, née à Vannes en 1750, décédée en 1784 à Quimper et inhumée dans la chapelle des Trois-Gouttes-de-Sang" dans la cathédrale Saint-Corentin de Quimper
  95. « Orange », pagesperso-orange.fr (consulté le 18 novembre 2015)
  96. kerstrat, « Jugement de Kerstrat à Brest du 8 octobre 1795 », Le blog de kerstrat (consulté le 18 novembre 2015)
  97. Bernard Baffait, Le chevalier Kerstrat, chouan des lumières, roman, Grand West éditions, avril 2013
  98. Annick Douget (préf. Tanguy Daniel), Langolen : chronique d'un village de Basse-Bretagne : histoire, mentalités, traditions, Fouesnant, A. Le Douget, , 424 p. (ISBN 978-2-951-28920-8, OCLC 315224961)
  99. « Les derniers des Beaumanoir », google.fr (consulté le 18 novembre 2015)
  100. Né le au manoir de Trohanet, décédé le , marié avec Marie-Antoinette-Adélaïde Riquetti de Mirabeau (1818-1901), une petite-fille d'un compagnon de La Fayette, André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau, surnommé Mirabeau-Tonneau et frère du célèbre Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau
  101. Thomas Paul Charles de Tréouret de Kerstrat, né le à Briec, décédé le à Quimper, notaire, autre fils de Jean Marie Tréouret de Kerstrat et de Julie Charlotte Marie Thérèse du Bot du Grego, marié avec Marie Anne Bahezre de Lanlay
  102. Né en 1849 à Plomelin, marié le avec Blanche Bénédicte de Bracquemont, (décédée en couches en 1878) remarié le avec Blanche Marie de Saint-Genys, il fut officier, participant comme lieutenant à la guerre de 1870, puis fut conseiller municipal de Langolen et conseiller général du canton de Briec. Il décéda le au château de La Fautrière en La Jumellière (Maine-et-Loire)
  103. Adrien Marie René, dit René, comte de Cossart d'Espiès, né à Besançon le
  104. « Le Télégramme - Quimper ville - Découverte. Le château de Trohanet à Langolen », Le Telegramme, (consulté le 18 novembre 2015)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Hervé Jaouen, Les Filles de Roz-Kelenn, éditions Presses de la Cité, 2007;
  • Serge Duigou, La Révolte des Bonnets Rouges en pays bigouden, Éditions Ressac, Quimper, 1989;
  • Yves Garlan et Claude Nières, Les révoltes bretonnes de 1675, Éditions sociales, Paris, 1975;
  • Charles Le Goffic, Les Bonnets Rouges, Éditions La Découvrance, 2001;
  • Jean Lemoine, La Révolte du papier timbré ou des Bonnets Rouges, Plihon, Rennes, H. Champion, Paris, 1898;
  • Arthur Le Moyne de La Borderie, La Révolte du papier timbré advenue en Bretagne en 1675, réédité dans Les Bonnets Rouges, Union générale d'éditions (collection 10/18), Paris, 1975;
  • Goulven Péron, Sôn potr Kerjoz : la chanson du gars de Kerjoss, Musique Bretonne no 207, DASTUM, mars-avril 2008;
  • Boris Porchnev, Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675, paru dans Les Bonnets Rouges, Union générale d'éditions (collection 10/18), Paris, 1975;
  • Syndicat d’initiative du Pays Glazik, Route des chapelles en Pays Glazik, 2000;
  • Serge Duigou, Marie de Kerstrat, l'aristocrate du cinématographe, Éditions Ressac, Quimper, 1978 (l'histoire d'une Briécoise (1841-1920) devenue pionnière de la diffusion du cinéma outre-Atlantique pendant seize ans).
  • Goulven Péron, Le notaire Alain Moreau (1739-1799), Lettre du Poher no 20, mars 2006.
  • Goulven Péron, Les seigneuries de la Roche, Botiguigneau et Laz avant 1576, Cahier du Poher, no 28, mars 2010