Brélévenez

ancienne commune française du département des Côtes-du-Nord

Brélévenez
Brélévenez
Intérieur de l'église de la Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Commune Lannion
Statut Ancienne commune
Code postal 22300
Code commune 22017
Démographie
Population 1 099 hab. (1954)
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 14″ nord, 3° 27′ 40″ ouest
Historique
Date de fusion 1961
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Brélévenez
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Brélévenez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Brélévenez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Brélévenez

Brélévenez (en breton Berlevenez) est une ancienne commune, devenue depuis 1961 quartier de Lannion dans le Trégor. Autrefois, les deux communes étaient séparées par le ruisseau Stanco. Sa célèbre église, à laquelle on accède par un escalier de 142 marches, est attribuée aux templiers. Elle sert aussi de logo à la ville.

HistoireModifier

Brélévenez est composé des deux mots celtiques « bre levenez », dont la signification littérale est « mont joie » ou « montagne de la joie »[1].

Principalement résidentiel depuis la fin du vingtième siècle, ce quartier autrefois rural a fourni à Lannion une part considérable de la surface nécessaire à l'implantation du CNET dans les années 1960. En 1961, la fusion des deux communes est actée, malgré les réticences d'Ernest Laurent, le maire de l'époque, à la suite d'une consultation populaire. En 1962, « l'ultime moisson de blé est récoltée à Ker-Uhel » où s’élèvera la ZUP[2].

Le XXe siècleModifier

Première Guerre mondialeModifier

Le Monument aux Morts de Brélévenez fait état de 65 soldats morts pour la Patrie, dont 7 disparus en mer[3]

Seconde Guerre mondialeModifier

Le Monument aux morts porte les noms de 16 soldats morts pour la Patrie, dont 1 disparu en mer[3].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1807
(décès)
Jacques Lojou
(1750-1807)
   
1808 1815 Yves Meudic
(1759-1825)
   
1815 1831 Louis Le Morvan    
1831 1838 François Le Huërou    
1839 1848 François Meudic
(1799-1886)
  Fils du maire Yves Meudic
1848 1893
(décès)
Jean Salaün
(1818-1893)
   
1894 1895 François Barzic    
1895 1900
(décès)
Émile Salaün
(1843-1900)
  Propriétaire, cultivateur
Fils du maire Jean Salaün
1900 1915
(décès)
Yves Salaün
(1849-1915)
  Propriétaire, cultivateur
Frère du précédent maire Émile Salaün
1919 1925 Pierre Barzic   Adjoint faisant fonction de maire de 1915 à 1919
1925 1929 Joseph Montréer    
1929 1935 Louis Le Vot    
1935 1945 Joseph Montréer    
1945 1953 Ernest Laurent[2],[4]
(1898-1977)
SFIO Cultivateur
Conseiller municipal (1929 → 1940 puis 1953 → 1959)
1953 1959 Baron Édouard Hainguerlot[5]
(1896-1967)
DVD Officier de la Marine
Conseiller général du canton de Lannion (1951 → 1964)
Officier de la Légion d'Honneur, croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945
1959 1961 Ernest Laurent[2],[4]
(1898-1977)
SFIO Cultivateur
Conseiller municipal (1929 → 1940 puis 1953 → 1959)
Adjoint spécial de la ville de Lannion (1961 → 1977)
1961 1961 Edmond Guillou SFIO Fut maire quelques jours avant la fusion avec Lannion à la suite de la démission tactique du précédent

Lors de la fusion des 5 communes pour former le "Grand Lannion" la commune de Brélévenez obtint 3 sièges : le maire et les deux élus ayant obtenu le plus de voix lors des élections de 1959. Cela aurait dû permettre à Édouard Hainguerlot, ancien maire de Brélévenez et actuel Conseiller Général du canton de Lannion d'obtenir le 3e siège et de proposer sa candidature pour espérer devenir maire de Lannion.

Ernest Laurent qui venait de ravir la mairie à ce dernier et était arrivé premier en 1959 n'avait pas besoin d'être maire pour siéger au nouveau conseil de Lannion : il démissionna donc quelques jours avant la parution de l'arrêté de fusion et fit élire maire Edmond Guillou pour s'assurer que les 3 sièges de Brélévenez reviennent à sa liste SFIO. La liste d'Édouard Hainguerlot démissionna en bloc ce qui n'empêcha pas le Conseil Municipal de se réunir avec le quorum requis et d'élire le nouveau maire[6].

DémographieModifier

Évolution démographique
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5441 4681 4461 3961 3441 2191 099
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini[7])

Lieux et monumentsModifier

  • Église de la Trinité de Brélévenez[8] (XIIe – XIXe siècle), classée Monument historique en 1909[9]. L'église est un magnifique témoin de l'architecture de transition entre l'art roman et l'art gothique[10]. Elle est construite en haut de la colline du Crec'h Tanet ("la colline du feu") dominant la ville. On y accède par un escalier d'environ 140 marches, bordé de maisons d'un côté.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle Saint Roch (XVe siècle)
  • Chapelle du Rusquet.

Personnalités liées au quartierModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :