Ouvrir le menu principal

Bourses Zellidja

bourse de voyage attribuée à des jeunes âgés de 16 à 20 ans, qui ont élaboré un projet de voyage individuel avec un budget limité sur un thème et dans un pays qu'ils ont choisi
Bourses Zellidja
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Fondation et Association loi de 1901
à but non lucratif
But Valoriser le voyage chez les jeunes de 16 à 20 ans. Éducation complémentaire au système scolaire.
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1939
Fondateur Jean Walter
Identité
Siège 60 rue Regnault, 75013 Paris
Président Jean-Jacques Walter (Fondation) et Marion Robert (Association)
Affiliation Fondation de France, Éducation nationale
Financement Mécénat, don, soutien public
Volontaires environ 400
Employés 1
Slogan Les voyages forment la jeunesse.
Site web www.zellidja.com

Les bourses de voyages Zellidja sont attribuées à des jeunes âgés de 16 à 20 ans, qui ont élaboré un projet de voyage individuel avec un budget limité sur un thème et dans un pays qu'ils ont choisi.

La Fondation Zellidja, sous l’égide de la Fondation de France, et avec le soutien de l'Éducation nationale[1],[2], assure la distribution et le financement des bourses de voyage Zellidja[3]. Le rôle de l'Association Zellidja est de développer le concept de Zellidja et d'en faire la promotion. Elle s'occupe aussi de la sélection des jeunes candidats.

Créée en 2004, la nouvelle fondation a permis d’accroître le nombre de bourses Zellidja, auparavant gérées exclusivement par l’Association des Lauréats Zellidja, en particulier grâce au mécénat d’entreprise.

PrincipesModifier

Fidèle à l’esprit de la Fondation, l’Association Zellidja propose des bourses aux jeunes de 16 à 20 ans afin qu’ils puissent, à l’occasion d’un voyage en solitaire mené dans des conditions modestes, approfondir un sujet qui leur tient à cœur. Le voyage du jeune doit durer 1 mois minimum.

Le choix des candidats se fait sur présentation d'un projet d'une dizaine de pages. Le futur jeune voyageur peut prétendre à une bourse s'élevant jusqu'à 900  pour un premier voyage, et à 1 100  pour un second voyage[4].

Au retour du premier et du second voyage, le jeune doit présenter un carnet de route, un rapport d'étude sur le thème de son choix, et un journal de comptes[5]. Des jurys composés d'anciens lauréats jugent la qualité des rapports. Si ces rapports son jugés satisfaisants, le jeune est proclamé « lauréat » pendant une cérémonie qui se tient à chaque mois de juin.

De la qualité du premier rapport de voyage dépend l'octroi d'une seconde bourse. Et de la qualité du rapport du second voyage dépend la nomination du jeune au titre symbolique de lauréat.

HistoireModifier

De 1939 à 1974Modifier

En 1939, l'architecte français Jean Walter fonde les bourses Zellidja, pour offrir à de jeunes lycéens la possibilité d’effectuer pendant environ un mois un voyage d’étude sur le thème de leur choix. Son idée est née d'un voyage à bicyclette de 6 000 km qu'il avait effectué en 1899 jusqu'à Istanbul lorsqu'il était étudiant. Il avait vécu cette expérience comme une épreuve passionnante mais difficile. La création des bourses de voyage Zellidja quarante ans plus tard avait pour but de donner à de jeunes gens l'opportunité de vivre une expérience d'autonomie similaire qui favoriserait leur réussite professionnelle[6]. Il attribua à ces bourses le nom « Zellidja », en référence aux mines de plomb et de zinc qu'il avait découvertes en 1924 et qu'il exploitait dans le village de Zellidja Sidi Boubker au Maroc.

La Fondation nationale des Bourses Zellidja est créée en 1947.

Jusqu'en 1956, Jean Walter gère personnellement son œuvre, d’abord seul, puis dans le cadre de la fondation avec le concours du ministère de l’Éducation nationale. Afin d’en assurer la pérennité, il confie avant sa mort la direction de cette fondation à l’Académie française.

Jules Romains en tant que président, Marcel Pagnol et Maurice Genevoix en tant qu’administrateurs, assument son fonctionnement. Jean Walter décède le 11 juin 1957. La Fondation est reconnue d’utilité publique le 27 septembre 1963. Depuis 1976, ces bourses sont décernées à des élèves francophones des grandes écoles, à des étudiants des universités, des instituts, conservatoires ou autres établissements d’enseignement supérieur qui, en complément de leur formation en France, désirent entreprendre des recherches personnelles exclusivement à l’étranger grâce à un séjour d’environ une année[7].

Dans ses meilleures années, la fondation décerne jusqu'à 200 bourses de premier voyage et 50 bourses de deuxième voyage. Les voyageurs rendant un bon dossier à l'issue du deuxième voyage sont déclarés lauréats, et les meilleurs sont distingués.

Parallèlement, L’Association des Lauréats Zellidja est créée en 1949. Elle regroupe les jeunes ayant été déclarés lauréats à l’issue de leurs deux voyages. L’objectif de l’Association des Lauréats Zellidja est de faire connaître l’aventure Zellidja et de développer les liens d’amitié entre ses membres.

La Fondation est dissoute en 1974, mais l'Association perdure.

De 1979 à 2004Modifier

En 1979, l’Association des Lauréats Zellidja reprend à son compte les bourses Zellidja, persuadée de l’intérêt et de l’actualité de cette expérience pour les jeunes. Les premières bourses sont financées par ses membres. Le relais est rapidement pris par différents mécènes qui se succèdent aux côtés de l’association (ministère de la Jeunesse et des Sports, ministère de l’Agriculture, ministère de l’Industrie et de l’Aménagement du territoire, la Région Aquitaine, le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France, Télécom Paris, TDF, ANVAR, Fondation de France, Commission des Communautés européennes, entreprises privées…) grâce à des contributions qui permettent de faire partir chaque année 50 à 100 boursiers[5].

Depuis 2004Modifier

En 2004, des lauréats Zellidja constituent une nouvelle Fondation Zellidja sous l’égide de la Fondation de France, qui assure la pérennité des bourses Zellidja. Son objectif est de continuer à augmenter le nombre de bourses chaque année et toucher des jeunes de plus en plus nombreux et de toutes origines.

Les bourses sont financées par des subventions publiques (Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, ministère de l'Éducation nationale), par le mécénat privé (Fondation La Poste, Fondation Orange, Caisses d'Epargne, Saint-Gobain, entre autres), et par les dons des lauréats Zellidja et autres dons philanthropiques. En parallèle, l’Association organise la sélection des candidats et la promotion des bourses.

En 2008, la fondation a distribué 203 bourses. Afin d'élargir son audience, l'Association des Lauréats devient en 2010 Association Zellidja, et regroupe boursiers et lauréats. La même année, l'Association fonde le Fonds de dotation Zellidja, afin de pouvoir recueillir dans de meilleures conditions dons et legs. En 2011, la Fondation et l'Association Zellidja ont signé une convention de don des archives à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Les rapports d'études et les carnets de voyage des boursiers sont donc désormais archivés au Département Cartes et Plans de la BnF et consultables sur le site gallica.fr

Quelques lauréats célèbresModifier

Les présidents de l'association ZellidjaModifier

1951-1954          Jean CROZEL, Z50

1954-1955          Michel PIGUET, Z49

1955-1956          Jean HARDY, Z52

1956-1958          François BOUDRINGHIN, Z47

1958-1960          Bernard SALADIN D’ANGLURE, Z54

1960-1964          Jean APER, Z50

1964-1968          Jean-Pierre CLERC,Z59

1968-1975          Claude-Marie VADROT, Z58

1975-1977           Denis SEGRESTIN, Z63

1977-1982           Jean-Pierre GIRIER, Z57

1982-1984           Paul HUNSINGER, Z69

1984-1990           Daniel GUINAND, Z57

1990-1993           Michel HELFTER, Z71

1993-2001           Jean-Claude PREVEL, Z52

2001-2007           Gérard GODDE, Z60

2007-2011           Raphaël BUTRUILLE, Z89

2011-2012           Emanuel LACRESSE, Z87

2012-2014           Soizic CHARPENTIER, Z85

2014-2016           Juliette SINGER, Z94

2016-2018           Marion ROBERT, Z2001

2018-2019 Mélanie MESLAY, Z2010

2019- Ana Larderet

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

PublicationsModifier

Plusieurs rapports (anciens ou récents) sont publiés chaque année, notamment aux Éditions L'Harmattan[12]. Les deux derniers ouvrages par exemple traitent des kibboutzim en Israël[13] ou encore du déclin de la Sibérie[14]. Tous les rapports sont répertoriés au siège de l'association, à Paris.

BibliographieModifier

  • Jean Walter & Zellidja ou le Devenir-homme, par Jean-Pierre-Clerc (Éditions Keraban, 2010)
  • Z, dix mille voyage initiatiques, par Jean-Pierre-Clerc (Éditions Barakah, 2011)
  • Sur les chemins de Chine, par Clara Arnaud (boursière en 2006 et lauréate en 2009[15]), Éditions Gaïa
  • Terre des Veuves par Claire Chavaroche (lauréate 1998), Éditions L'harmattan.
  • Shintoïsme et Bouddhisme par Aurore Chaillou (lauréate 1999), Éditions L'harmattan.
  • Apprentissage de l’Afrique par Jean-François Walter (lauréat 1951), Éditions L'Harmattan.
  • Algérie : quel passé pour un pays neuf ? par Xavier Kawa-Topor (lauréat 1988), Éditions L'Harmattan.
  • Les enfants perdus de l’Autre Allemagne par Isabelle Darras (lauréate 1990), Éditions L'Harmattan.
  • Rues de Chine par Violaine Brierre (lauréate 2001), Éditions L'Harmattan.
  • En Russie... Sur les traces d’Alexandre Dumas par Claude-Marie Vadrot (lauréat 1958), Éditions L'Harmattan.

RéférencesModifier

  1. http://www.zellidja.com/spip.php?article47
  2. http://eduscol.education.fr/cid52939/bourses-de-voyages-zellidja.html
  3. http://www.fondationdefrance.org/La-Fondation-de-France/Fonds-et-fondations-sous-egide/Toutes-les-fondations/Zellidja
  4. Chiffres 2008
  5. a et b Site de la Fondation
  6. Revue Le Cycliste, juillet 1965
  7. http://www.academie-francaise.fr/les-prix-et-mecenats/bourses
  8. a b c d e f g h i j k l m n et o http://www.zellidja.com/fondation/spip.php?article27
  9. http://www.zellidja.com/spip.php?article50
  10. www.benjaminwiacek.com/cv-resume
  11. « Cette association qui finance des voyages en solo et sac au dos », Le Figaro Étudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2017).
  12. Site des Bourses Zellidja
  13. Quel avenir pour les kibboutzim d’Israël?, Géraldine Gudefin (2008)
  14. La Sibérie en Défis, Sébastien Eugène (2009)
  15. Clara Arnaud (ill. Clara Arnaud), Sur les chemins de Chine : récit de voyage, Gaïa éditions, coll. « Kayak », dl octobre 2018 (1re éd. 2010), 262 p. (ISBN 9782847208849 et 2847208844, OCLC 1061218188, lire en ligne)