Workaholisme

personne qui a développé une forme de dépendance au travail
(Redirigé depuis Bourreau de travail)

La personne touchée par la dépendance au travail ou ergomanie (mieux connu sous l'anglicisme workaholisme) se caractérise principalement par un effort de travail compulsif supérieur à la moyenne, une recherche excessive et dysfonctionnelle de la perfection et une pulsion à persévérer dans l’excès de travail, qui l’ont conduite progressivement à une réelle dépendance. La dépendance au travail tend à se manifester davantage chez des personnes occupant des postes de responsabilité ou exerçant une activité indépendante. L'estime de soi et la confiance en soi sont dans une large mesure liées au besoin d'atteindre un haut niveau de performances professionnelles. Comme pour toute forme de dépendance, la "dose" doit généralement être augmentée de plus en plus à long terme. Les cols bleus et les cols blancs ayant un contrat de travail fixe (salaire et heures de travail réguliers et cadrés) sont moins susceptibles d'être affectés.

Le workaholisme comporte une composante comportementale, (de longues heures consacrées au travail) et une composante psychologique, (travailler compulsivement, être incapable de se détacher de son travail). Des caractéristiques de l’environnement de travail favorisent son apparition, notamment un climat organisationnel privilégiant la compétition et les heures supplémentaires[1]. On constate en outre que les nouvelles technologies, offrant la possibilité d’être connecté à son travail en permanence, augmentent le risque de développement de cette addiction.

Dans le langage courant, le terme workaholisme est aussi utilisé pour désigner des personnes qui travaillent beaucoup mais qui sont encore loin de présenter des traits typiques des addictions. Les "vrai" workhaoliques doivent être considérés comme malades et être traités par psychothérapie (par des professionnels ou des groupes d'entraide) le plus tôt possible. Il existe 350 centres de traitement pour Karōshi au Japon.

TerminologieModifier

Origine du mot anglaisModifier

Le mot workaholic est un mot-valise construit à partir des mots work (travail) et alcoholic (alcoolique). Il a été trouvé pour la première fois en 1968 dans l'article On Being a Workaholic (A serious Jest) du journal Pastoral Psychology[2]. Il fut ensuite popularisé en 1971 par Wayne Oates dans son livre autobiographique, devenu best-seller aux États-Unis : Confessions of a Workaholic[3]. Le terme est ainsi entré dans le langage courant, définit très sommairement comme «une compulsion ou un besoin constant de travailler».

Le terme s'est répandu dans les années 1990 comme résultat d'une vague populaire du mouvement« Self-help »[4] spécialisé dans les addictions. Le terme en tant que qualificatif d'un problème de santé s'est stabilisé dans les années 2000, notamment lorsque Schaufeli l’a distingué d’un intérêt sain pour le travail[5].

Terminologie en langue françaiseModifier

L'Office québécois de la langue française privilégie l'emploi des termes dépendant(e) au travail[6], ergomane[6] et bourreau de travail[6] comme équivalents de l'anglais workaholic, et de dépendance au travail[7] et ergomanie[7] pour workaholism.

Les francophones européens parlent de workaholisme, de dépendance au travail ou encore d'addiction au travail.

Diagnostic différentiel avec l'engagement (sain) au travailModifier

L'engagement au travail et le workaholisme sont deux formes d'implication intense dans le travail, liées probablement à une tentative d'obtenir des effets stimulants (par exemple, un sentiment de vie intense, ou la perte de la notion du temps ) en se consacrant à son activité professionnelle [8],[9],[10]. C'est en 2006 que Schaufeli et ses collègues proposent parler d’engagement pour éviter de dire qu'il y aurait des «bonnes» et des "mauvaises" formes de workaholisme[5]. Dans leur étude, ils démontrent que ces deux concepts correspondent bien à des réalités distinctes du fait qu'ils sont reliés différemment à la santé et aux performances des travailleurs[11]. Le workaholisme est associé à des émotions négatives au travail conduisant à des conflits travail-famille, tandis que l’engagement au travail entraîne des émotions positives et un enrichissement du travail vers la famille et de la famille vers le travail [12].

Le diagnostic différentiel implique dès lors de pouvoir distinguer une personne qui travaille intensément mais qui trouve plaisir dans l'exercice de son activité, et réussit néanmoins à profiter de ses loisirs et garde une excellente qualité de vie, d’une personne dépendante du travail, prisonnière d'un comportement devenu réellement compulsif qui finit par retentir sur sa santé psychique et physique, ses relations sociales et familiales et, in fine, sur la qualité même de son travail[13].

En outre, Holland[10] avance que la personne qui s’engage dans la voie du workaholisme y voit dans un premier temps un possibilité de soulager une souffrance psychique (automédication) qui aboutit à plus long terme à générer de la souffrance pour lui et pour les autres. Il est généralement admis que la question de l’estime de soi est au centre de l'addiction au travail

Les auteurs considèrent que l'engagement au travail et le workaholisme divergent quant à la quantité des impacts négatifs. Un élément de différentiation central tient au fait que le workaholisme est lié non seulement à un travail excessif, mais au fait de travailler au point de ne plus aimer son travail (par exemple jusqu'à ne plus trouver son travail intéressant), tout en se sentant poussé à travailler de longues heures, et ce, potentiellement sans que ce soit pour se conformer aux exigences de l'organisation du travail[14],[9]. En d'autres termes, la nature compulsive du workaholisme ("s’efforcer" de continuer à travailler sans "aimer" cela[15]), et le déséquilibre du style de vie qu'il crée, au vu de l'important engagement en temps qu'il implique, en est la principale caractéristique dysfonctionnelle.

Les personnes les plus susceptibles de se qualifier elles-mêmes de "workaholiques" ou d'être qualifiées comme telles par ceux qui les connaissent sont celles qui s'impliquent de manière compulsive dans le travail sans l'aimer, et qui éprouvent une satisfaction de vie moindre et un déséquilibre travail-famille plus important si on les compare aux "travailleurs engagés positivement" ou aux "travailleurs non engagés" [16].

Dans sa forme extrême, cette dépendance peut se révéler fatale, notamment à la suite du syndrome d'épuisement professionnel : le burnout ou le karoshi japonais.

Stabilisation du conceptModifier

Selon une revue de question, le concept ne s'est stabilisé dans la littérature scientifique qu'à partir de 2013. Il s'inscrit alors clairement comme une addiction comportementale [17]. Dans la perspective d'une addiction, le workaholisme peut être décrit comme le fait " d'être excessivement préoccupé par le travail, d'être animé par une motivation professionnelle incontrôlable, et de consacrer tellement d'énergie et d'efforts au travail que cela nuit aux relations privées, aux activités de loisirs et/ou à la santé " [18]. En cohérence avec la littérature sur les addictions sans substance, le workaholisme peut être vécu subjectivement comme une perte de contrôle, lorsque l'accro du travail continue à s'engager dans le travail malgré les conséquences négatives reconnues.

Snir & Harpaz considèrent qu'il ne faut confondre les personnes ayant développé une dépendance au travail aven trois types de personnes présentant en première analyse la même tendance chronique à l'investissement de forte intensité dans le travail. Il s'agit des "dévoués au travail", des "évitants de l'intimité", qui travaillent excessivement pour éviter l'intimité/affection, et des "désintéressés du loisir", qui travaillent beaucoup pour remplir leur temps libre autrement vide[19]. Cette différenciation reste peu explorée[17], mais incite les professionnels de santé à investiguer les motivations à la base d'un investissement qui leur apparaît comme excessif.

Stades d'évolutionModifier

Les spécialistes considèrent que la maladie évolue et peut dès lors se décliner en trois ou quatre stades [20],[13]:

Phase initiale : le travail occupe une part de plus en plus importante de la vie (et empiète sur les loisirs et la vie privée). La personne se met à travailler en cachette de ses proches. Même pendant le temps libre restant, les pensées liées au travail prédominent. Les intérêts et obligations de nature privée sont de plus en plus négligés. Le partenaire et les enfants sont délaissés.

Phase critique : la personne tente de justifier l’empiétement exagérée du travail. Tous les espaces privés deviennent subordonnés au travail. Le temps consacré au travail n'est plus complètement maîtrisé et le plaisir qui y est lié disparaît; les premiers symptômes d'épuisement apparaissent.

Phase chronique : Les tâches sont de plus en plus nombreuses et les charges sont recherchées. En raison du perfectionnisme, on voit toujours en soi la personne idéale à traiter. Toute la vie privée n'a plus de sens. Des dépressions sévères, de l'anxiété et des troubles cardiovasculaires peuvent survenir.

Phase de décompensation : des séquelles pathologiques apparaissent. Le personne commence à ressentir de gros problème par rapport à ce qu’elle voit comme sa performance. Le workaholique se sent de plus en plus incapable de travailler correctement. Un retentissement délétère global s'installe, touchant les sphères individuelle et sociale, avec des répercussions physiques (céphalées, troubles cardio-vasculaires, ...) et psychologiques (émoussements des affects, sentiment de dévalorisation, symptômes dépressifs, ...). Ceci peut conduire à l'épuisement professionnel, avec le tableau clinique du burnout. Le workaholisme est donc considéré comme un facteur de risque de burnout, ce qui explique que le workaholisme est positivement relié avec les trois éléments caractéristiques du burnout, i.e. la dépersonnalisation, au cynisme et à l’épuisement émotionnel[21].

Outils de mesureModifier

Selon l'INRS, Il existe actuellement 3 tests d’autoévaluation psychométriques principaux pour l’évaluation du workaholisme : le WART (Work addiction risk test), le WorkBAT (Workaholism battery) et le DUWAS (Dutch work addiction scale)[22].

Une analyse factorielle du WART montre qu'il couvre 5 dimensions : (1) les tendances compulsives (9 items, traitant du travail intensif et des difficultés à se relâcher après le travail) ; (2) besoin de contrôle (7 items, faisant référence à l'agacement lorsqu'il faut attendre quelque chose ou quelqu'un ou lorsque les choses ne vont pas comme on le souhaite) ;  (3) déficience dans la communication et égocentrisme (5 items, renvoyant au fait de consacrer plus d'énergie à son travail qu'aux relations avec les autres) ; (4) incapacité à déléguer (1 item) ; et (5) valeur personnelle (2 items, concernant le degré d'intérêt pour les résultats de son travail plutôt que pour le processus de travail lui-même)[23].

Conséquences sur la santé et la performanceModifier

Les comparaisons internationales ne montrent pas que le fait de travailler de nombreuses heures accroît la productivité, les données attestent plutôt le contraire. Ainsi, la productivité moyenne d'un travailleur allemand, avec 1388 heures de travail par an, est de 27% supérieure à celle d'un britannique, qui travaille 1669 heures[24],[25]. Le surtravail peut entraîner des problèmes de santé comme les troubles du sommeil, la dépression, une consommation excessive d'alcool, du diabète, des troubles de la mémoire et des maladies cardiaques[24],[13].

En termes de performance au travail, les études révèlent une dégradation des capacités de communication interpersonnelle, une altération dans les prises de décisions, une perte de capacité à lire les émotions d’autrui, une moins bonne gestion de ses propres réactions émotionnelles, du fait du stress et d’une dérive vers de l'épuisement [26],[27]. Selon la Harvard Business Review, on sait cela depuis longtemps, car au XIXe siècle, lorsque les syndicats ont exigé des propriétaires d'usines une limitation de la journée de travail à 10 (puis à 8) heures, on a constaté que la production augmentait et que les erreurs et accidents coûteux diminuaient.

Modalités d'intervention et de prise en chargeModifier

les prises en charge individuelles se basent souvent sur les thérapies comportementales et cognitives [22],[13]. Il faut, dans un premier temps, que le travailleur prenne conscience de son trouble du comportement et sorte du déni. Cela peut être difficile pour lui s'il s’est installé dans cette situation par exemple pour fuir des tensions intra-familiales et qu’il faut qu’il abandonne les bénéfices secondaires liés au déni de ces difficultés[13].

Les interventions passant par les lieux de travail peuvent chercher par exemple, à s'assurer que le lieu de travail est une source de satisfaction des besoins psychologiques fondamentaux (typiquement l'autonomie, la compétence, les relations). Plus concrètement, l'employeur et les managers peuvent viser à :(1) établir un bon équilibre entre l'effort et la récompense, (2) donner des tâches stimulantes et des défis réalistes, (3) procurer un feed-back régulier et constructif, et (4) définir les emplois des salariés en mettant l’accent sur les perspectives d'avenir et la sécurité[17].

L'employeur a aussi son rôle à jouer. Il peut mettre l'accent sur le développement du leadership, en formant les encadrants pour reconnaître les besoins des employés (de reconnaissance, de réassurance,…) et en mettant l’accent sur les succès d’équipe et non sur la performance strictement individuelle. Il importe de conscientiser les managers sur l'image qu'ils projettent en tant que modèles, d'autant que des études montrent que le workaholisme est plus répandu chez ceux-ci [28],[29]. De manière générale, les employeurs devraient examiner attentivement leur système de reconnaissance au travail.

Certaines organisations mettent en place des programmes de conciliation vie de travail-vie privée dans le cadre desquels elles proposent des formations, par exemple sur la gestion du temps et la fixation de limites. Elles envoient ainsi un message sur ces équilibres de vie. Une étude souligne que les horaires de travail flexibles réduisent les conflits travail-famille propres des personnes hautement engagées dans le travail (celles qui gardent du plaisir au travail, aujourd’hui qualifiés de positivement engagées et non de workaholiques)[30] , alors qu’ils ont un effet négatif pour d’autres (les workaholiques authentiques, i.e. qui en viennent à ne plus éprouver de plaisir au travail).

Déclinaisons selon les cultures nationalesModifier

Le temps consacré au travail dans une année varie grandement de pays à pays. Selon les chiffres de l'OCDE les pays où on travaille en moyenne le plus d'heures sont le Mexique, la Corée, la Russie et la Grèce. Parmi les pays où on travaille le moins d'heures par an, on note le Danemark, la Norvège, l'Allemagne et les Pays-Bas[31],[32].

En FranceModifier

Depuis l'avènement de l'État-providence après 1945, des congés payés[33], de la mise en place des 35 heures et de la réduction du temps de travail, les Français sont parfois considérés comme n'ayant pas la même conception du rapport au travail que le reste du monde occidental. Cela fait d'ailleurs l'objet de nombreuses interrogations outre-atlantique puisque les Français sont très productifs malgré cela[34]. En revanche, l'addiction au travail existe chez les cadres d'entreprises, les dirigeants, le personnel politique (cumul des mandats) et les financiers (traders) et explique la pression au travail sur les collaborateurs, les dérives dans les décisions ou la coupure avec le reste du monde[source insuffisante].

Au JaponModifier

Au Japon, le workaholism est un phénomène particulièrement répandu, où il existe 350 centres d'aide spécialement dédiés à cette pathologie. Malgré cela, de nombreux travailleurs Japonais décèdent chaque année à cause de leur dépendance au travail. Le terme japonais pour désigner cette mort par surtravail est Karoshi. Reconnue comme une maladie professionnelle au Japon, la famille de la victime peut demander un dédommagement de l'employeur, pour manque d'assistance à son employé, dont le comportement était autodestructeur.

Victimes célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Didier Truchot, « Workaholisme ou l’ergomanie: », dans Psychologie du Travail et des Organisations, Dunod, (ISBN 978-2-10-073811-3, DOI 10.3917/dunod.valle.2016.01.0445, lire en ligne), p. 445–447
  2. workaholic: Definition and Much More from Answers.com.
  3. Confessions of a Workaholic: Contents
  4. The National Self-Help Clearinghouse.
  5. a et b (en-US) Wilmar B. Schaufeli, Toon W. Taris et Arnold B. Bakker, Dr Jekyll or Mr Hyde? On the Differences between Work Engagement and Workaholism, Edward Elgar Publishing, (ISBN 978-1-84720-283-3, DOI 10.4337/9781847202833.00018, lire en ligne)
  6. a b et c « dépendant au travail », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le )
  7. a et b « dépendance au travail », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le )
  8. Bonebright, C. A., Clay, D. L., & Ankenmann, R. D. (2000). The relationship of workaholism with work–life conflict, life satisfaction, and purpose in life. Journal of Counseling Psychology, 47(4), 469.
  9. a et b Andreassen CS, Hetland J, Molde H, Pallesen S. “Workaholism” and potential outcomes in well-being and health in a cross-occupational sample. Stress and Health. 2011;27:e209–e214.
  10. a et b Holland DW. Work addiction: Costs and solutions for individuals, relationships and organizations. Journal of Workplace Behavioral Health. 2008;22:1–15.
  11. Isabelle Hansez et Philippe Mairiaux, Recherche sur le Burnout au sein de la population active belge: rapport final, Liège, 124 p. (lire en ligne), p. 40-43
  12. (en) Malissa A. Clark, Jesse S. Michel, Gregory W. Stevens et Julia W. Howell, « Workaholism, Work Engagement and Work–Home Outcomes: Exploring the Mediating Role of Positive and Negative Emotions », Stress and Health, vol. 30, no 4,‎ , p. 287–300 (ISSN 1532-2998, DOI 10.1002/smi.2511, lire en ligne, consulté le )
  13. a b c d et e André Scheen, « "Workaholism": la dépendance au travail, une autre forme d'addiction. », Revue Médicale de Liège, vol. 68, nos 5-6,‎ (ISSN 0370-629X, lire en ligne, consulté le )
  14. Gorgievski MJ, Bakker AB, Schaufeli WB. Work engagement and workaholism: comparing the self-employed and salaried employees. The Journal of Positive Psychology. 2010;5:83–96
  15. Steve Sussman, Nadra Lisha et Mark Griffiths, « Prevalence of the Addictions: A Problem of the Majority or the Minority? », Evaluation & the health professions, vol. 34, no 1,‎ , p. 3–56 (ISSN 0163-2787, PMID 20876085, PMCID 3134413, DOI 10.1177/0163278710380124, lire en ligne, consulté le )
  16. Aziz S, Zickar MJ. A cluster analysis investigation of workaholism as a syndrome. Journal of Occupational Health Psychology. 2006;11:52–62.
  17. a b et c (en-US) Cecilie Schou Andreassen, « Workaholism: An overview and current status of the research », Journal of Behavioral Addictions, vol. 3, no 1,‎ , p. 1–11 (ISSN 2063-5303 et 2062-5871, PMID 25215209, PMCID PMC4117275, DOI 10.1556/jba.2.2013.017, lire en ligne, consulté le )
  18. Cecilie Schou Andreassen, Jørn Hetland et Ståle Pallesen, « Psychometric assessment of workaholism measures », Journal of Managerial Psychology, vol. 29, no 1,‎ , p. 7–24 (ISSN 0268-3946, DOI 10.1108/JMP-05-2013-0143, lire en ligne, consulté le )
  19. Snir, R. & Harpaz, I. (2012). Beyond workaholism: Towards a general model of heavy work investment. Human Resource Management Review, 22, 232–243.
  20. Kurt Landau, Lexikon Arbeitsgestaltung best practice im Arbeitsprozess, (ISBN 978-3-87247-655-5 et 3-87247-655-6, OCLC 255140825, lire en ligne), Ritzi Wiessmann: Arbeitssucht.
  21. (en) Malissa A. Clark, Jesse S. Michel, Ludmila Zhdanova et Shuang Y. Pui, « All Work and No Play? A Meta-Analytic Examination of the Correlates and Outcomes of Workaholism », Journal of Management, vol. 42, no 7,‎ , p. 1836–1873 (ISSN 0149-2063, DOI 10.1177/0149206314522301, lire en ligne, consulté le )
  22. a et b « Workaholisme : état des connaissances - Article de revue - INRS », sur www.inrs.fr (consulté le )
  23. Taris, T. W., Schaufeli, W. B., & Verhoeven, L. C. (2005). Workaholism in the Netherlands: Measurement and implications for job strain and work–nonwork conflict. Applied Psychology, 54(1), 37-60.
  24. a et b (en-US) « How Workaholism is Damaging Our Productivity and Well-Being », sur Ray Williams, (consulté le )
  25. (en) « German workers could have a day off on Friday and still produce more than UK workers in a whole week », sur The Independent, (consulté le )
  26. « The Research Is Clear: Long Hours Backfire for People and for Companies », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le )
  27. « Working Too Hard Makes Leading More Difficult », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le )
  28. (en) Cecilie Schou Andreassen, Mark D. Griffiths, Jørn Hetland et Ståle Pallesen, « Development of a work addiction scale », Scandinavian Journal of Psychology, vol. 53, no 3,‎ , p. 265–272 (ISSN 1467-9450, DOI 10.1111/j.1467-9450.2012.00947.x, lire en ligne, consulté le )
  29. (en) Toon W. Taris, Ilona Van Beek et Wilmar B. Schaufeli, « Demographic and Occupational Correlates of Workaholism », Psychological Reports, vol. 110, no 2,‎ , p. 547–554 (ISSN 0033-2941, DOI 10.2466/03.09.17.PR0.110.2.547-554, lire en ligne, consulté le )
  30. Russo, J. A. & Waters, L. E. (2006). Workaholic worker type differences in work–family conflict: The moderating role of supervisor support and flexible work scheduling. The Career Development International, 11, 418–439.
  31. (en) « Employment - Hours worked - OECD Data », sur theOECD (consulté le )
  32. (en-US) « How Workaholism is Damaging Our Productivity and Well-Being », sur Ray Williams, (consulté le )
  33. Par exemple, aux États-Unis, ils existent (typiquement deux semaines) mais ne sont pas obligatoires.
  34. http://jokertothethief.blogspot.com/2007/05/nation-of-workaholics.html French workers remain among the most productive in the world, ahead of Britain, Germany, the United States and Japan, according to the European statistics agency Eurostat (Forbes)
  35. « J'ai de lui l'image d'un drogué du travail, d'un workoholic, et c'est surtout là qu'il faut chercher la cause de cette mort subite, à 44 ans », Francine Chaloult - Article du journal Le Soleil, 1992-08-04.
  36. (en) « Workaholic », sur ScienceDaily (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier