Ouvrir le menu principal

Bourg-sous-Châtelet

commune française du département du Territoire de Belfort
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtelet.

Bourg-sous-Châtelet
Bourg-sous-Châtelet
Le Bourg-sous-Châtelet et le Fayé.
Blason de Bourg-sous-Châtelet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Giromagny
Intercommunalité Communauté de communes des Vosges du Sud
Maire
Mandat
Armand Nawrot
2014-2020
Code postal 90110
Code commune 90016
Démographie
Population
municipale
113 hab. (2016 en diminution de 8,87 % par rapport à 2011)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 16″ nord, 6° 56′ 54″ est
Altitude Min. 386 m
Max. 481 m
Superficie 0,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Bourg-sous-Châtelet

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Bourg-sous-Châtelet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-sous-Châtelet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-sous-Châtelet

Bourg-sous-Châtelet est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle est membre de la communauté de communes du Pays Sous Vosgien.

GéographieModifier

Le territoire de la commune a une superficie de 84 ha dont 36 ha de forêt. L'altitude moyenne du village est de 418 mètres.

La commune est bordée par Anjoutey à l'ouest et Saint-Germain-le-Châtelet à l'est.

Le bassin houiller stéphanien sous-vosgien s’étend sur le territoire communal (où il affleure[1]) et aux alentours, entre Bouhans-lès-Lure, Ronchamp, Lomont à l'ouest et Romagny à l'est.

C'est une des 189 communes du parc naturel régional des Ballons des Vosges[2].

ToponymieModifier

Bourg-sous-Châtelet doit son nom au petit château (le « châtelet » dont il ne reste de trace que dans la toponymie) et à la chapelle castrale qui auraient existé entre le Xe siècle et le XIIe siècle au sommet de la butte qui domine Saint-Germain-le-Châtelet et Bourg.

HistoireModifier

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, le village n'était qu'un groupe de quelques fermes abritant 70 habitants environ. Il avait possédé une chapelle jusqu'au milieu du XVe siècle mais était rattaché à la paroisse d'Étueffont. C'est avec la construction en 1776 de son église qu'Anjoutey devint une paroisse englobant Bourg.

  • Moyen Âge : à l'abri du châtelet de Saint-Germain, quelques exploitations agricoles s'établissent dans l'espace séparant Anjoutey et Saint-Germain-le-Châtelet. Le terrain est pauvre mais permet la culture du seigle, de l'épeautre et de l'avoine. Le village fait partie de la seigneurie du Rosemont.
  • Avant 1800 : avec la guerre de Trente Ans s'est achevée une période troublée de plusieurs siècles qui avait freiné le développement de la région. La population augmente pour atteindre une centaine d'habitants.
  • 1800-1850 : établissement de nombreux tisserands à domicile travaillant pour les fabriques mulhousiennes. Au moins deux ateliers de tissage s'installent et emploient 50 tisserands, sans compter les ouvriers chargés de l'ourdissage, montage de chaîne… La population du village dépasse les 150 habitants.
  • 1850-1900 : déclin des ateliers de Bourg au profit des tissages mécaniques voisins et crises de l'industrie textile. Des ouvriers de Bourg travaillent à Anjoutey ou Saint-Germain, très proches.
  • 1900-1950 : émigration vers les centres industriels urbains. La population tombe à une trentaine d'habitants.
  • 1950-1970 : les petites exploitations agricoles suffisent à peine à nourrir les habitants qui doivent compléter leurs revenus avec d'autres activités.
  • 1970-1985 : le développement de l'automobile, l'accroissement des revenus et le prix des terrains aux abords des grands centres industriels encouragent les citadins à faire construire des maisons d'habitation de plus en plus loin des villes. La petite superficie de la commune et sa situation à l'écart des grands axes ne favorisent pas la construction de lotissements.
  • 1985-2000 : la crise économique ralentit le développement de nouvelles constructions mais une reprise très nette est observée à la fin des années 1990.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bernard Gutleben    
mars 2008 En cours Armand Nawrot    

Budget et fiscalité 2015Modifier

EEn 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 54 000 €, soit 443 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 47 000 €, soit 382 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 000 €, soit 5 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 15 000 €, soit 125 € par habitant.
  • endettement : 0 €, soit 0 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 8,36 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,26 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 36,46 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 113 habitants[Note 1], en diminution de 8,87 % par rapport à 2011 (Territoire de Belfort : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8098117143159159132126126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10910995838778827285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715957373239372234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
30284585111126129130130
2013 2016 - - - - - - -
115113-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

SantéModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Construction en 1776 de l'église de la nouvelle paroisse Anjoutey-Bourg[8],[9].
  • Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[10].
  • Monument aux morts d'Anjoutey-Bourg[11].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la fasce bastillée de quatre pièces d'or, maçonnée de sabl

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier