Ouvrir le menu principal

Bourg-le-Comte

commune française du département de Saône-et-Loire

Bourg-le-Comte
Bourg-le-Comte
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Paray-le-Monial
Intercommunalité Communauté de communes de Marcigny
Maire
Mandat
Henri Jaquit
2014-2020
Code postal 71110
Code commune 71048
Démographie
Gentilé Bourg-le-Comtois
Bourg-le-Comtoises
Population
municipale
184 hab. (2016 en diminution de 11,96 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 35″ nord, 3° 59′ 21″ est
Altitude Min. 238 m
Max. 316 m
Superficie 11,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bourg-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bourg-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-le-Comte

Bourg-le-Comte est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

C'est l'une des six communes du département de Saône-et-Loire située sur la rive gauche de la Loire (à l'ouest du fleuve dans cette partie de son cours).

Sommaire

GéographieModifier

Bourg-le-Comte, à la frontière de l'Allier, est traversé par le canal de Roanne à Digoin. La commune est située sur un plateau, rive gauche de la Loire. Elle est traversée par la rivière l'Urbise, affluent de la Loire. Bourg-le-Comte fait partie du Brionnais.

La commune est à 7 km de Marcigny et à 24 km de Digoin.

 
Vue de l'église, dans le village

Communes limitrophesModifier

  Avrilly (Allier)  
Avrilly
Le Bouchaud
(Allier)
N Baugy
O    Bourg-le-Comte    E
S
Céron Chambilly

HistoireModifier

Le nom de Bourg-le-Comte vient de burgus et indique un lieu fortifié ancien[1]. Objets préhistoriques et monnaies antiques découverts sur le territoire communal témoignent d’une présence humaine très ancienne. Les débats sur les limites du Bourbonnais et de la Bourgogne sont anciens. En 1500 la paroisse appartient au bourbonnais. Pendant la révolution elle est détachée du Bourbonnais et fait désormais partie du canton de Marcigny, donc du Brionnais. Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement les noms de Basses-Marches-du-Bourbonnais et de Bourg-le-Mont[2].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Alain Longeot   Mécanicien
mars 2014 en cours Henri Jaquit[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 184 habitants[Note 1], en diminution de 11,96 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258279322368368369319349395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390439449461459460498514503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467441422342342399335297309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
356330261219210202205210187
2016 - - - - - - - -
184--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
L'église.
  • L'église, placée sous le vocable de saint Gervais et de saint Protais, qui dispose de deux particularités : posséder cinq vitraux contemporains, œuvre d’Éric Taizé (1955), et conserver une plaque donnant le nom des prêtres ayant été curés de Bourg-le-Comte depuis 1598[8].
 
Canal de Roanne à Digoin, amarrage de Bourg-le-Comte
 
L'écluse n°7

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

  • Émile Chateau, Une commune d'outre-Loire : Bourg-le-Comte, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 38 (été 1978), pp. 3-7.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Amis des arts de Marcigny, « Bourg-le-Comte », Bulletin de la Société d'études du Brionnais,‎ , p. 204-206 (Gallica ark:/12148/bpt6k9735594p)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Bourg-le-Comte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 août 2012)
  3. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Outre-Loire en tenue de campagne », article de Claude Elly paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 159 de septembre 2009 (pages 9 à 11).
  9. Cette écluse présente une particularité remarquable. En effet, pour faciliter l’ouverture des portes aval – impossible avec une telle hauteur d’eau (près de 10 m avec le mouillage) –, celles-ci sont réduites et surmontées d’un « masque » fixe métallique ; la commande des portes, non automatisée, s’effectue depuis la passerelle au-dessus du masque fixe. Source : Alain Dessertenne, Françoise Geoffray, Flâneries entre Loire et canal de Roanne à Digoin, revue « Images de Saône-et-Loire », n° 196, décembre 2018, pp. 12-13.


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :