Bourg-Saint-Christophe

commune française du département de l'Ain

Bourg-Saint-Christophe
Bourg-Saint-Christophe
Mairie de Bourg-Saint-Christophe inaugurée en 1992. La précédente qui accueillait également le groupe scolaire datait de 1892.
Blason de Bourg-Saint-Christophe
Blason
Bourg-Saint-Christophe
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Meximieux
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Bernard Perret
2014-2020
Code postal 01800
Code commune 01054
Démographie
Gentilé Bourtoirs
Population
municipale
1 366 hab. (2017 en augmentation de 11,06 % par rapport à 2012)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 28″ nord, 5° 09′ 42″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 305 m
Superficie 8,98 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-Saint-Christophe
Liens
Site web www.bourg-saint-christophe.fr

Bourg-Saint-Christophe est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune se trouve au pied de la Côtière (ou du Coteau) entre Meximieux, Pérouges et Béligneux. Ses habitants s'appellent les Bourtoirs et les Bourtoires[1].

GéographieModifier

Bourg-Saint-Christophe se situe dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes. Elle est à environ 35 km de Lyon et à 3 km de Pérouges.

Lieux-dits et hameauxModifier

  • la Ruette
  • les Brosses
  • Marphoz
  • Mas Choquet

Communes limitrophesModifier

  Faramans  
Bressolles N Pérouges
O    Bourg-Saint-Christophe    E
S
Béligneux

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Villa de Burgo Sancti Christofari en 1226[2], Villa Sancti Christofari juxta Maximaicum en 1307.

Du franco-provençal bur et du nom du saint titulaire de l'église[2].

Comme de multiples communes de France, Bourg-Saint-Christophe fut débaptisé lors de la Révolution pour devenir un Bourg-sans-fontaine qui ne survivra que quelques années.

HistoireModifier

 
L'ancienne mairie-école de Bourg-Saint-Christophe (1892).

Le village est mentionné dès le XIIe siècle[réf. nécessaire].

Vers 1233-1239[3], Humbert V de Beaujeu usurpe la seigneurie aux abbés de Saint-Rambert.

Le château est bâti par le sire de Beaujeu vers 1319[4].

Humbert, dauphin de Viennois, se fait céder la seigneurie pour la rançon de Guichard, sire de Beaujeu, fait prisonnier à la bataille de Varey.

Le 29 mars 1349, la terre de Bourg-Saint-Christophe passe au royaume de France lors de la cession du Dauphiné à la suite du traité de Romans, et le 5 janvier 1354 à la maison de Savoie à la suite du traité de Paris.

Le 23 juin 1400[3], Édouard II, sire de Beaujeu, donne la seigneurie à Louis II, duc de Bourbon.

Louis XI, en guerre contre le comte de Savoie fait ravager Bourg-Saint-Christophe, en septembre 1468[5], par ses troupes commandées par Jean, bâtard d'Armagnac, comte de Comminges et gouverneur du Dauphiné.

Le village prend le nom de « Bourg-sans-Fontaine » pendant la Révolution française.

Le 2 juillet 1944, un de Havilland DH.98 Mosquito de la RAF s'écrase sur le territoire communal ; son équipage néo-zélandais était composé de Frederick Cottrel et de T.D de Renzy. Cottrel trouve la mort dans l'accident : il est enterré à la nécropole nationale de la Doua. L'origine de l'accident n'a jamais été clairement identifiée[6].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1995 En cours Bernard Perret DVD Agriculteur

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2017, la commune comptait 1 366 habitants[Note 1], en augmentation de 11,06 % par rapport à 2012 (Ain : +5,09 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550647661718755783752816839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
810797758717745761745711665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
637636633536540505489482481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4475075156597168241 0351 0651 095
2013 2017 - - - - - - -
1 2581 366-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Christophe
  • Ruines du château.
  • Notre-Dame-de-la Côtière. Statue de 4,1 m par Maurice Cordier, datant de 1958. Elle fut réalisée à l'initiative des villageois désirant ainsi marquer leur reconnaissance d'avoir vu les Allemands épargner le village en 1944, lors de leur retraite consécutive à la bataille de Meximieux[12],[Note 2]. Elle fut bénie par l’évêque de Belley René Fourrey le [12].
  • Ruines de la chapelle Notre-Dame-de-Lorette, aux Brosses.

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur à la bande d'or chargée de trois étoiles de gueules posées à plomb et accompagnée, en chef d'une crosse d'or et en pointe d'une tour d'argent, avec son avant mur senestre, ouverte et ajourée de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Photographie de Notre-Dame de la Côtière.

RéférencesModifier

  1. Gentilé, sur habitants.fr.
  2. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, Formations dialectales , page 1459, (ISBN 2600028846).
  3. a et b Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. XXXVIII.
  4. Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 51.
  5. Louis Aubret, Marie-Claude Guigue, Mémoires pour servir à l'histoire de Dombes, par Louis Aubret, conseiller au Parlement de Dombes 1695-1748, publiés pour la première fois, d'après le manuscrit de Trévoux, avec des notes et des documents inédits, par M. C. Guigue, tome III, Trévoux, 1868, p. 70 [lire en ligne].
  6. T.G., « Un avion allié s’écrasait au village », Journal de la Côtière, no 946,‎ , p. 18.
  7. « Les maires de Bourg-Saint-Christophe » (consulté le 8 juillet 2010).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. a et b « Notre-Dame de la Côtière », Le Journal de la Côtière, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Meximieux : Meximieux, Bourg-Saint-Christophe, Charnoz, Faramans, Joyeux, Le Montellier, Pérouges, Rignieux-le-Franc, Saint-Éloi, Saint-Jean-de-Niost, Saint-Maurice-de-Gourdans, Villieu-Loyes-Mollon, Société d'histoire et d'archéologie de la Plaine de l'Ain, , 306 p. (ISBN 978-2907656320)

Article connexeModifier

Liens externesModifier