Ouvrir le menu principal

Bourdeaux

commune française du département de la Drôme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourdeaux (homonymie).

Bourdeaux
Bourdeaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons[1]
Canton Dieulefit
Intercommunalité Communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux
Maire
Mandat
Patrick Chalamet
2014-2020
Code postal 26460
Code commune 26056
Démographie
Gentilé Bourdelois
Population
municipale
639 hab. (2016 en augmentation de 3,73 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 14″ nord, 5° 08′ 07″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 1 410 m
Superficie 23,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Bourdeaux

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Bourdeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourdeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourdeaux

Bourdeaux est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont les Bourdelois.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Bourdeaux est situé dans la vallée du Roubion, près du massif de Saou et de la montagne de Couspeau.

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • 1032 : Burdegalis (cartulaire de Savigny, 636).
  • 1100 : mention du prieuré et de son église Saint-Savin : Ecclesia Bordellenses (cartulaire de Savigny, 870).
  • 1107 : mention du prieuré et de son église Saint-Savin : Ecclesia Sancti Savini Burdellensis (cartulaire de Savigny, 808).
  • 1193 : Bordeuz (cartulaire de Die, 38).
  • 1210 : Mota de Bordellis (cartulaire de Die, 38).
  • 1214 : Bordel (cartulaire de Savigny, 901).
  • 1324 : Castrum de Bordellis (Duchesne, Comtes de Valentinois, 29).
  • 1332 : Bourdeaux (Gall. christ., XVI, 129).
  • 1355 : Bordellos (Duchesne, Comtes de Valentinois, 33).
  • XIVe siècle : mention du prieuré : Prioratus de Bordellis (pouillé de Die).
  • 1421 : Bourdeaulx (Duchesne, Comtes de Valentinois, 57).
  • 1509 : mention du prieuré et de son église Saint-Savin : Ecclesia Beati Sabini de Bordelle (vis. épisc.).
  • 1511 : mention du mandement : mandamentum de Bordellis (archives de la Drôme, E 2141).
  • 1568 : Bourdeaux les Crest (L'arrondissement de Montélimar, III, 314).
  • 1585 : Bourdeaux au Diez (correspondance de Lesdiguières, III, 18).
  • 1588 : Bordeaux (correspondance de Lesdiguières, III, 57).
  • Non daté : Bourdeaux sur Roubion (dict. des postes).
  • 1891 : Bourdeaux, commune, chef-lieu de canton, arrondissement de Die.

ÉtymologieModifier

  • Bourdeaux serait issu du germanique bordel, bordeau (vieux) : diminutif du francique (gaulois) borda, « cabane en planche »[réf. nécessaire].
  • Selon une étymologie populaire, le mot serait venu du Moyen Âge lorsque Saint Louis cachait des « femmes de petite vertu » (surnommées les bordelières) au bord de la Seine dans des maisons appelées bordeaux (bord d'eau)[3].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Abri sous roche avec traces d'art schématique[4].

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie[2] :

  • Fief du comté de Diois.
  • Possession des Bourdeaux.
  • Milieu XIIIe siècle : passe (par mariage) aux Châteauneuf.
  • 1278 : cédé aux comtes de Valentinois.
  • 1356 : le mandement (ou vallée de Bourdeaux) comprenant, outre la commune de ce nom, celles de Bezaudun, de Crupies et des Tonils, est acquis par les évêques de Die, qui l'ont conservé jusqu'à la Révolution.

Une guerre avait fait rage entre les deux châteaux de Bourdeaux jusqu'en 1357 : ce conflit opposait les comtes de Valentinois et les évêques de Die. Ces derniers qui en sortiront vainqueurs et garderont le fief jusqu'à la Révolution. Comme traces de ce conflit, on peut voir tout autour de Bourdeaux nombre de ruines de tours ou villages abandonnés[réf. nécessaire].

Le protestantisme a profondément marqué le pays et l'on trouve de nombreux petits cimetières familiaux.

En 1685, lors de la révocation de l'édit de Nantes, les protestants se révoltent. Ils sont écrasés[4]. en 1683 la bataille de Bourelles fait 120 morts[réf. nécessaire].

Avant 1790, Bourdeaux était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église, dédiée à saint Savin, était celle d'un prieuré de la dépendance de l'abbaye de Savigny (Rhône) dont le titulaire était décimateur à Bourdeaux, Bezaudun, Crupies, Mornans et les Tonils[2].

De la Révolution à nos joursModifier

En 1790, Bourdeaux devint le chef-lieu d'un canton du district de Crest, comprenant les municipalités de Bourdeaux, Bezaudun, Crupies, Félines, Mornans, le Poët-Célard, les Tonils et Truinas. La réorganisation de l'an VIII n'a fait qu'y ajouter la commune de Bouvières et placer ce canton dans l'arrondissement de Die[2].

Au XIXe siècle, les habitants travaillent essentiellement la laine et la soie[réf. nécessaire].

HéraldiqueModifier

Politique et administrationModifier

 
mairie de Bourdeaux

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1887 1919 Louis Blanc radical Député (1892-1902), puis sénateur (1902-1914)
avant 1907 ? Auguste Victor Émile Augier   Conseiller d'arrondissement (Canton de Bourdeaux)
1919 mars 1944 Louis Faucon radical Conseiller général (1919-1944)
mars 2008 mars 2014 Pierre Belle    
29 mars 2014 En cours Patrick Chalamet[5],[6] SE Retraité

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 639 habitants[Note 1], en augmentation de 3,73 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2421 1951 3401 3441 2811 3171 4241 4331 429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3531 3791 4051 2621 3011 2071 2701 2061 111
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1071 0371 010827839845842756690
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
613550536578562563605611616
2013 2016 - - - - - - -
616639-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Bourdeaux a connu l’exode rural à partir du milieu du XIXe siècle.

Vie localeModifier

EnseignementModifier

La commune de Bourdeaux compte une école primaire à cinq classes, l'école Louis Faucon[11].

SantéModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

En 1992 : Forêt de hêtres, pâturages (ovins, caprins, bovins), lavande, genêts, truffes / produits locaux : écrevisses à la nage, fromage picodon / Foire : un jour par mois / Marché : le jeudi[4].

Loisirs et tourismeModifier

  • Syndicat d'initiative[4].
  • La ville organise des séances de cinéma en plein air chaque été, à raison d'une séance par semaine tandis que le reste de l'année, une séance est programmée chaque mois à la salle des fêtes[12].
  • Fête des estivants : 15 août : illuminations du château et défilé historique aux chandelles[4].
    • Chaque année depuis 1961, le 15 août, a lieu la fête du village à thématique médiévale organisée par l'association "Comité du 15 août"[13].
  • Le festival Nouvelles du conte se tient chaque année depuis 1989 dans le pays de Bourdeaux.
Article détaillé : Nouvelles du conte.
  • Une piscine plein air est ouverte en saison estivale[14].
  • Camping-cavaraning[4].
  • Pêche et chasse[4].

Patrimoine naturelModifier

  • Panorama du col de la Chaudière[4].
  • Hauteurs du Pré de l'Ane (1600 m)[4].
  • Chaîne de Couspean[4].
  • Vallée du Roubion[4].

Lieux et monumentsModifier

  • Bourg médiéval : rue du Vieux-Bourdeaux, façade de maison du XVe siècle (classée MH[15])[4].
  • Porte fortifiée[réf. nécessaire].
  • Ruines du château médiéval dominant le village : donjon rectangulaire avec fenêtres en plein cintre)[4].
    • Château des Comtes de Poitiers[16] (donjon rectangulaire avec fenêtre romane).
  • Ruines du château des Évêques de Die[17] (mur-bouclier imposant dit « le Grand manteau »).
  • Beffroi carré[4].
  • Eglise Notre-Dame (vieux bourg)[4].
  • Croix de bronze[4].
  • Fontaine dite « d'Alberte de Poitiers »[réf. nécessaire].
  • Cimetières familiaux protestants[réf. nécessaire].
  • Le « Grand Temple » : temple protestant dont la construction commence vers 1715 (il devait être à l'origine une église catholique voulue par l'évêque de Valence, Daniel de Cosnac, dans sa politique de reconquête catholique du Dauphiné). En l'An IV (1796), le bâtiment, inachevé, est vendu à un particulier et, en 1804, la commune l'achète pour en faire un temple protestant. La rénovation est achevée vers 1809[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Émile Augier (1820-1889), poète, auteur de théâtre, dramaturge, conseiller général de la Drôme de 1846 à 1854.
  • Louis Blanc (1838-1914), député et sénateur de la Drôme, né dans la commune.
  • Louis Faucon (1878-1944), maire et conseiller général, né dans la commune.
  • Roger Dumas "Dit Sadou" Peintre , réalisateur de décors de théâtre, décoré des palmes académiques.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. https://insee.fr/fr/metadonnees/cog/commune/COM26056-bourdeaux
  2. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 46
  3. André Guillerme, « Le testament de la Seine », Revue de géographie de Lyon, vol. 65, nos 65-4,‎ , p. 242-243.
  4. a b c d e f g h i j k l m n o et p Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Bourdeaux
  5. « Patrick Chalamet élu officiellement maire », Le Dauphiné, 1er avril 2014
  6. Bourdeaux sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 6 novembre 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « École de Bourdeaux », sur mairie-bourdeaux.fr (consulté le 29 mars 2017)
  12. « Cinéma », sur mairie-bourdeaux.fr
  13. « Culture/Animation », sur mairie-bourdeaux.fr
  14. piscine
  15. Notice no PA00116898, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA26000026, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA26000027, base Mérimée, ministère français de la Culture

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier