Bouna (ville en Côte d'Ivoire)

ville de Bounkani, Côte d'Ivoire
(Redirigé depuis Bouna (Côte d'Ivoire))

Bouna est une ville du département homonyme, chef-lieu de la région de Bounkani, dans le district du Zanzan au nord-est de la Côte d'Ivoire, près de la frontière avec le Ghana, à 603 km au nord d'Abidjan. Elle comptait environ 26 000 habitants en 2010.

Bouna
Bouna (ville en Côte d'Ivoire)
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Zanzan
Région Bounkani
Maire Ouattara Bouraïma
Démographie
Gentilé Marché de Bouna.
Population 25 981 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 9° 16′ nord, 3° 00′ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte topographique de Côte d'Ivoire
Bouna
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte administrative de Côte d'Ivoire
Bouna

Elle constitue une des portes d'entrée du parc national de la Comoé.

Bouna possède un aéroport (Aéroport de Téhini, code AITA : BQO).

Économie [1] modifier

L’agriculture et l’élevage sont les activités économiques clés de la région. L'artisanat et le commerce sont moins développés.

Géographie modifier

Climat modifier

La ville jouit d'un climat de type sub-soudanais qui comporte quatre saisons, dont deux saisons des pluies allant du mois de mars à celui de juin et du mois de septembre à octobre. Celles-ci sont entrecoupées de deux saisons dites sèches qui partent de novembre à février et de juillet à août. La pluviométrie annuelle oscille entre 1 100 et 1 200 mm avec une température moyenne autour de 28 °C.

Villes voisines modifier

Administration modifier

Une loi de 1978[2] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays. Bouna est une sous-préfecture.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1960 |
1980
1985 Ouattara Sigué Alexis PDCI-RDA Homme politique élu
1990 Ouattara Sigué Alexis PDCI-RDA Homme politique élu
1995 Koblan-Huberson Roger PDCI-RDA Homme politique élu
2001 Ouattara Sankan RDR Homme politique élu
2013 Ouattara Sankan RDR Homme politique élu
2018 Ouattrara Bouraima[3] RHDP Homme politique élu
2023 Ouattara Bouraima[4] RHDP Homme politique réélu

Après les évènements de 2002, la ville, comme toutes les localités du nord du pays, a été placée sous l'administration du MPCI puis des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire[5], et se trouvait, de fait, sous l'autorité unique d'un « commandant de zone » (« com-zone »), désigné par le secrétaire général des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire, Guillaume Soro, comme pour chacun des 10 secteurs de la zone nord ivoirienne.

Bouna est désignée, à partir de 2006, comme la Zone 1[6] (sur dix). À partir de 2007, le comzone est Ouattara Morou.

Autorités traditionnelles modifier

BOUNA est devenue un royaume, depuis les années 1620 sous le règne du fondateur BOUNKANI.

Bouna est une ville koulango et dirigée par un ROI kounlango.

De 1620 à nos jours, nous sommes au 31e ROI de la région.

Depuis 2018, le 31e Roi du bounkani est nommé "SA MAJESTE NIGUE GBLIMAN".

Il faut préciser que le peuple autochtone de Bouna, LE PEUPLE KOULANGO a accueilli des diffèrentes communautés à savoir : la communauté grafoute ; la communauté Kamara ; la communauté Diabagate ; la communauté Ouattara ; etc. et la dernière communauté arrivée, les lobi.

Démographie modifier

Évolution démographique
1975 1988 2010 2021
5 39713 36325 98194 883

Histoire démographique [7] modifier

Deux grands groupes sont concernés par le peuplement du nord de la Côte d’Ivoire. 16,5 % les Mandé et 17,6 % Gur.

Mandé[8] modifier

Dès les XIIe et XIIIe siècle, originaire de l’empire médiéval du Mali, ils viennent par vagues successives et prennent le nord de la Côte d’Ivoire.

Les mandé du nord ou malinké sont organisés en caste..

La société est de tradition monarchique et hiérarchisée.

Les numu (forgerons)[8]

Les époux sont chargés de la circoncision et les épouses l’excision. Ils sont animistes et détiennent des pouvoirs religieux

Dyeli (griots)[8]

Ils sont maîtres dans l’art oratoire. Ils sont conseillers des chefs et durant les guerres, ils sont médiateurs. Transmetteur d’histoire, ils sont la mémoire des peuples.

Garanké (Cordonniers)[9]

Ils maîtrisent la cordonnerie, la botterie et la maroquinerie.

Les Djonw (Esclavage)[8]

Près de la moitié de la population est presque prisonnière. (Ekanza 2006 p. 191).

XVIIIe et XIXe siècle, deux grands royaumes sont fondés par les mandé du nord.

Les royaumes de Kong et du Kabadougou.

Religion modifier

animisme, l'islam et christianisme

Éducation modifier

Bouna accueille l'une des 18 écoles de village créées en 1903. Elle comportait 30 élèves encadrés par un instituteur.

Le département compte aussi une Institution de Formation et d'Éducation Féminine située au chef-lieu, c'est l'un des 90 centres de cette nature existant dans le pays. Cette institution a pour objet de permettre aux femmes analphabètes, aux jeunes filles non scolarisées ou déscolarisées, aux femmes agricultrices de trouver une opportunité pour le développement d'aptitudes nouvelles permettant leur insertion ou leur autonomisation[10].

Culture [11] modifier

Bouna a son festival dénommé (FESTIBO) qui est le festival d'instruments, de costumes et de danses traditionnelles, c'est la grande activité culturelle.

Comme spécialité culinaire nous avons : la sauce pistache au foutou igname ; Koulango ; la pâte de maïs avec la sauce gombo.

Avec la sauce gombo, la farine de maïs, de sorgho et de mil rouge constituent d'autres mets.

Nyhinambor (bonne arrivée en lobi)[12].

Située au nord-est de la Côte d’Ivoire, Bouna est à 603 km d’Abidjan.

Dans le district du Zanzan, dans la région du Bounkani, Bouna est le chef-lieu de région.

Sur une superficie de 15 280 km2.

Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983.w.w.w. oipr.ci).

Bouna est la porte d’entrée du parc national de la Comoé.

Repartie en trois grandes communautés, la ville de Bouna compte 58 626 habitants, selon RGPH 2014.

Les détenteurs de la royauté et exclusifs propriétaires terriens sont les Koulango.

Les familles Ouattara, Kamara, Cissé, Coulibaly, Diabagaté, et Bamba sont du groupe malinké.

Les familles Kambiré, Hien, Kambou, Palé, Somé, Noufé, Sib et Dah sont du groupe Lobi.

Au XVIIIe siècle, fuyant la suprématie du peuple Ashanti, les Abron envahissent le royaume de Bouna.

Les Koulango sont assujettis jusqu’au XXe siècle par les Abron. C’est la raison de l’influence de la culture Akan dans la région de Nassian.

En 1896, les troupes de l’Almamy Samory Touré détruisent le royaume de Bouna. 80 % des villages du royaume de Bouna sont rayés de la carte. La population de Bouna estimée en 1889 à 10 000 habitants par l’explorateur Binger, est décimée en grande quantité.

Cinq rois provinciaux font office de gardiens et conservateurs des droits fonciers pour aider chaque souverain dans sa tâche.

LE MARCHE DE BOUNA

Bien qu'ayant un marché permanent, le dimanche est le jour d'affluence ; vendeurs et acheteurs des villages environnants arrivent pour leur besoins.

FÊTES ET DANSES BOUNA

Chez les Koulango

La danse Yeminan

Cette danse est exécutée par les jeunes filles pubères, C'est une danse cérémonielle.

Les jeunes filles pour être préparées à leur vie de femmes, elles dansent cette danse à leur retour d'initiation.

Leurs accoutrements, un pagne plié et porté en cache-sexe, plusieurs foulards multicolores, des tissus blancs autours des bras, des chevillières, des chasse-mouches en mains. le visage et le corps sont recouverts de kaolin. Elles paradent au son du tam-tam à la place publique en tournoyant.

Le Lossinaga (chant et danse)

Les hommes l'exécutent et les femmes sont choristes. Dans toutes les circonstances, cette danse est exécutée.

C'était une danse des Lonrhons. l'histoire dit que ces derniers réussissaient à camoufler leur balafon à chaque fois que les Koulango voulaient les surprendre.

Chez les Lobi

La Bouri

C'est une danse fétichiste. Le fétiche est mis dans un pot de terre cuite et porté par une jeune fille lors des sorties du fétiche.

Tatouée de tout son corps de kaolin, elle danse tout en faisant le tour du balafon qui est tapé. D'autres filles, toutes aussi habillées comme elle, mais avec cette fois-ci des cauris en ceinture autour de la hanche. Les hommes sont aussi de la partie de danse. Eux portent une coiffe avec des plumes.

Le Bir ou ( Biri)

Cette danse est classée comme une danse ancestrale d'initiation. Après une durée de 7 ans initiation, les personnes sortent à l'occasion et font cette danse.

C'est aussi une danse de réjouissance, prospérité et de fécondité. À cette période, les femmes infécondes vont à la rivière sacrée pour des cérémonies.


Religion [13] modifier

La ville abrite la mosquée dite de Samory, en banco, qui doit son nom au fait que Samory Touré y a prié avec ses troupes.

La religion dominante est l'Islam. Au second plan, sont les églises Catholiques et évangéliques qui sont du christianisme.

Les fidèles chrétiens sont recrutés au sein des fonctionnaires et des communautés Lobi.

Royauté modifier

Dans le dernier tiers du XVIe siècle, est né Bounkani, de père chasseur Dagomba, du nom de Garzyao et d'une Princesse, du nom de Mantou.

Le premier état centralisé de Côte d'Ivoire est son œuvre. Vers 1580, il prend le pouvoir à Bouna ou Gbona. Son oncle maternel est celui contre qui il monte un coup de force et prend le pouvoir. Il met une dynastie en place et définit la terre aux autochtones. La magie, la ruse, la diplomatie et les armes lui permettent d'agrandir son royaume. La Volta Noire à l'Est, à la Comoé à l'Ouest, à Nansian au Sud et jusqu'à Diébougou au Nord s'étendait son territoire.

Il décède en 1628. En trois branches était la Généalogie des rois qu'il avait mise en place.

Généalogie modifier

  1. Bounkani en 1580
  2. Woman en 1628
  3. Kankrou
  4. Zawari
  5. Gago
  6. Piawari
  7. Kounga 1750
  8. Kirifou
  9. Wôkô
  10. Gbouloumbou en 1805
  11. Bandakou 1805-1816
  12. Tchipounou Kouassi 1816-1825
  13. Toronaga 1825-1835
  14. Garamgbô 1837-1848
  15. Koumbile 1848-1855
  16. Ambibalidje 1855-1862
  17. kambokpi 1862-1864
  18. Djedoua 1864-1872
  19. Baala 1872-1881
  20. Borokourougnon 1881-1888[14]
  21. Diegbangô 1888-1896[15],[16]
  22. Kamba 1897- 1898[8]
  23. Tihimba Dari 1898-1914[17]
  24. Djarakôni Koffi 1916-1948[18]
  25. Gmangfinguihi 1948-1968[8]
  26. Diomebedi 1967-1987[19]
  27. Sakpeniko 1987-1991[18]
  28. Yiguiintifiri 1991-1996[20]
  29. Zagassida 1996-2009[21]
  30. Djarakoroni II 2009- à nos jours[18].

Langues modifier

Depuis l'indépendance, la langue officielle dans toute la Côte d'Ivoire est le français.

Dans le département de Bouna, quatre langues sont parlées :

  • Le Koulango : la langue autochtone ;
  • Le Dioula qui constitue la langue commerciale ; elle est parlée et comprise par la majeure partie de la population des trois grandes villes du département (Bouna, Téhini, Doropo) et les zones rurales de Tehini situées à l'ouest ;
  • Le Lobi  ;
  • Et pour finir, le Camara qui n'est pas aussi réputé que les 3 premières langues. Ainsi, alors que le Camara est la langue d'origine de cette localité, elle n'est pas la langue du roi actuel et de tous les rois qui se sont succédé depuis Bounkani, (il s'agit plutôt du Koulango) le fondateur du royaume.

Le département de Bouna accueillant de nombreux Ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont également pratiquées.

Sport modifier

La ville dispose d'un complexe sportif[22].

La ville dispose de deux clubs de football, le Sabé Sports et l'Union des sportifs du Bounkani.

La ville dispose d'un stade municipal et d'un centre de formation, Jeunesse Football Club Bouna ( JFCB) dont les entraînements se disputent au complexe sportif municipal.

Comme dans la plupart des villes du pays, des tournois de football à 7 joueurs, très populaires en Côte d'Ivoire, et dénommés Maracanas sont organisés de façon informelle.

Villes voisines modifier

Notes et références modifier

Notes modifier


Références modifier

  1. Fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA, , 367 p., p. 130
  2. Loi no 78-07 du 9 janvier 1978
  3. CEI, « Résultats des élections municipales 2018 », Décembre 2018,‎ , p. 23 (lire en ligne [PDF])
  4. CEI, « Résultats des élections municipales 2023 », Septembre 2023,‎ , p. 18 (lire en ligne [PDF])
  5. Le site officiel des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire
  6. Organisation des 10 secteurs du nord ivoirien sous la tutelle du MPCI
  7. FONDATION ATEF OMAÏS, le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 42
  8. a b c d e et f fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 42
  9. Fondateur ATEF OMAÏS, le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 42
  10. Site du SNDI
  11. Fondation ATEF OMÄIS, Le FATOM Cote d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA, , 367 p., p. 350
  12. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 129
  13. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 350
  14. fondation ATEF OMAÏS, le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 355
  15. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, Malika EDITIONS, , 367 p., p. 355
  16. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 355
  17. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , p. 355
  18. a b et c fondation ATEF OMAÏS, LE FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 355
  19. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA, , 367 p., p. 355
  20. fondation ATEF OMAÏS, LE FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Côte d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 355
  21. fondation ATEF OMAÏS, Le FATOM Côte d'Ivoire, Abidjan Cote d'Ivoire, MALIKA EDITIONS, , 367 p., p. 355
  22. « Côte d’Ivoire-AIP/ La rue des rythmes du Bounkani, l’un des temps forts du Festibo 9 – AIP – Agence Ivoirienne de Presse de Côte d'Ivoire », (consulté le )