Ouvrir le menu principal
Naja annulata
Description de cette image, également commentée ci-après
Cobra d'eau
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Elapidae
Genre Naja

Nom binominal

Naja annulata
Buchholz & Peters in Peters, 1876

Synonymes

  • Boulengerina annulata (Buchholz & Peters, 1876)
  • Boulengerina stormsi Dollo, 1886

Naja annulata, le Cobra d'eau, est une espèce de serpents de la famille des Elapidae[1].

RépartitionModifier

Cette espèce se rencontre au Cameroun, en Guinée équatoriale, au Gabon, au Congo-Brazzaville, en Centrafrique, au Congo-Kinshasa, au Rwanda, au Burundi, en Tanzanie et en Zambie[1].

HabitatModifier

Le cobra d'eau vit dans les forêts inondées, les lagunes et les lacs notamment le lac Tanganyika.

DescriptionModifier

Ce serpent nageur peut voir les poissons dans l'eau grâce à sa bonne vision.

Il mord ses proies puis les laisse se débattre dans ses mâchoires durant un instant avant de les avaler. Très à l'aise dans l'eau, il se déplace avec difficulté sur la terre ferme. Il surveille sans cesse les alentours malgré son bon camouflage. Repéré, ce serpent, comme les autres cobras, déploie son capuchon mais peut aussi s'enfuir à toute vitesse.

Liste des sous-espècesModifier

Selon Reptarium Reptile Database (18 février 2014)[2] :

La première se rencontre parfois sous le nom français de cobra d'eau ou également naja annelé, et la seconde sous le nom de cobra d'eau douce.

Publications originalesModifier

  • Peters, 1876 : Eine zweite Mittheilung über die von Hrn. Professor Dr. R. Buchholz in Westafrica gesammelten Amphibien. Monatsberichte der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, vol. 1876, p. 117-123 (texte intégral).
  • Dollo, 1886 : Note sur les reptiles et batraciens recueillis par M. le Capitaine Em. Storms dans la region du Lac Tanganyika. Bulletin du Musée royal d'histoire naturelle de Belgique, vol. 4, p. 151-160 (texte intégral).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier