Bouillé-Ménard

commune française du département de Maine-et-Loire

Bouillé-Ménard
Bouillé-Ménard
L'église Saint-Maurille.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Intercommunalité Anjou Bleu Communauté
Maire
Mandat
Yannick Galon
2020-2026
Code postal 49520
Code commune 49036
Démographie
Gentilé Bouilléens
Population
municipale
765 hab. (2021 en augmentation de 3,24 % par rapport à 2015)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 33″ nord, 0° 58′ 00″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 104 m
Superficie 15,79 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Segré-en-Anjou Bleu
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Segré-en-Anjou Bleu
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bouillé-Ménard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bouillé-Ménard
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
Bouillé-Ménard
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Bouillé-Ménard

Bouillé-Ménard est une commune française, située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Ce bourg rural du Haut-Anjou était à l'origine un domaine gallo-romain. Pauvre au XVIIIe siècle, Bouillé-Ménard reste encore aujourd'hui un village dont l'activité principale est l'agriculture. On ne compte pas moins de quarante exploitations agricoles sur la commune. Le village se situe entre deux lignes de crêtes dans la vallée de l'Araize. Après avoir subi un fort exode rural au XXe siècle, la commune connait un nouvel essor démographique depuis le début du XXIe siècle.

Géographie modifier

Localisation modifier

La commune est située dans le Haut-Anjou à 11 km au nord-ouest de Segré, la sous-préfecture, et environ 17 km de Pouancé, le chef-lieu de canton. Elle se situe à 4 km au nord de la D775, axe reliant Rennes à Angers.

Topographie, géologie, relief modifier

Bouillé-Ménard fait partie de l'unité paysagère du Segréen, et plus particulièrement de la sous-unité paysagère du Pouancéen, qui se caractérise par un paysage vallonné, aux ondulations orientées d'est en ouest où le maillage bocager tend à se densifier au fur et à mesure que l'on descend dans les vallons[1]. Sur le plan géologique, la commune se trouve sur un terrain schisteux, de formation silurienne provenant du massif armoricain.

Le bourg de la commune se trouve pris en deux lignes de crêtes. La première se trouve au nord de la commune, culminant à 100 mètres d'altitude. L'altitude descend ensuite dans la vallée où coule l'Araize, à une altitude de 41 mètres environ. Une seconde ligne de crêtes reprend au sud de la commune, culminant à 99 mètres au lieu-dit la Chapelle aux Pies[2].

Bouillé-Ménard est une des rares communes de France métropolitaine (avec Alzon dans le Gard, et Gatteville-le-Phare dans la Manche), dont l'antipode est une terre émergée, en l'occurrence, l'île principale de l'archipel néo-zélandais des Bounty[3].

Hydrographie modifier

La commune est traversée d'ouest en est par l'Araize, affluent de l' Oudon. La rivière est rejointe par le ruisseau de Ruthor et par plusieurs autres ruisseaux, coulant en intermittence, peuvent rejoindre la rivière. Le ruisseau de Misengrain coule au sud, formant la frontière avec la commune de Combrée[2].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 681 mm, avec 11,7 jours de précipitations en janvier et 6,5 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Segré_sapc », sur la commune de Segré-en-Anjou Bleu à 9 km à vol d'oiseau[6], est de 12,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 704,6 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Bouillé-Ménard est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Segré-en-Anjou Bleu, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,3 %), prairies (37,7 %), zones agricoles hétérogènes (18,4 %), zones urbanisées (1,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %), mines, décharges et chantiers (0,4 %), forêts (0,1 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

Formes anciennes du nom : Bulleium en 1097, Bulliacum en 1125-1139[16].

Histoire modifier

Bouillé-Ménard a une longue tradition d'extraction d'ardoise et de fer qui remonte au moins au Moyen Âge, faisant partie du bassin de Segré-Nyoiseau / Noyant-Combrée, cœur du territoire de l’extraction minière fer et ardoise dans le Haut-Anjou[17]. Le Cher et la Loire à proximité ont considérablement contribué à l'extension de ces activités[18].

Préhistoire et Antiquité modifier

Une hache polie et une agate verte ont été trouvées sur le territoire de la commune, preuve de l'existence de peuplement pendant la Préhistoire. Dans l'Antiquité, Bouillé-Ménard était un domaine gallo-romain, connu sous le nom de Bulliacum[19].

Moyen Âge modifier

La paroisse est fondée dès le XIe siècle et devient une seigneurie au XIIe siècle. Un de ses premiers seigneurs se nomme Bernard de Bouillé. Jusqu'au XIIIe siècle, la famille seigneuriale de Bouillé relève directement d'Angers. La famille est suzeraine de la seigneurie de Pouancé. Elle fait don avant 1148 d'un terrain défriché à l'évêque d'Angers, Ulger, qui y fonda Bourg-l'Évêque. Du XIVe siècle jusqu'à la fin du XVe siècle, la famille Aménard possède le château[19].

Ancien régime et Révolution modifier

Au XVIIe siècle, le château appartient à la famille d'Acigné, qui le vend en 1756 à Louis-Benjamin de la Mothe d'Andigné. Au XVIIIe siècle, la majorité des habitants de la paroisse sont pauvres et subsistent grâce au commerce du fil qu'ils vendent à Pouancé, Craon, Segré, ou en Bretagne. La paroisse possède un chirurgien et un poste de gabelle avec un lieutenant, dépendant du grenier à sel de Pouancé. Pendant la Révolution française, en 1790, la paroisse devient chef-lieu d'un canton qui comprend alors neuf communes. Un religieux, le curé Urbain Giron, rejoint peut-être les chouans. Les autres religieux prêtent serment, mais l'un d'eux est remplacé en 1792 après s'être rétracté[19].

Époque contemporaine modifier

En 1804, le canton de Bouillé-Ménard est démantelé au profit des cantons de Pouancé et Segré. Bouillé-Ménard est incluse dans le canton de Pouancé. La mairie est construite en 1856, en même temps que l'école de garçons. Une école de filles est établie en 1912. La Première Guerre mondiale voit la mort de 63 habitants de la commune. Le monument aux morts est construit en 1921. L'électricité est établie en 1926. La Seconde Guerre mondiale fait neuf victimes[19].

Politique et administration modifier

Bouillé-Ménard est située dans le canton de Pouancé, arrondissement de Segré, dans le département de Maine-et-Loire. La commune comptant moins de 1 000 habitants, son conseil municipal est constitué de 15 élus.

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs[19]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1793 Hunault    
1793 1797 Halligon    
1797 1799 Christophe Guion    
1800 1804 François Fourmont    
1804 1808 Joseph Legueu    
1808 1812 Charles-Edouard Walsh de Serrant    
1812 1815 René Malin    
1815 1826 Jean Faucheux    
1826 1830 Walsh de Serrant    
1830 1832 René Malin    
1832 1840 Louis Bource    
1840 1847 René Malin    
1847 1874 Jean-Achille Hunault    
1874 1878 Louis Guillet    
1878 1881 Louis Bource    
1881 1884 Yves Fournier    
1884 1888 Henri Brard    
1888 1892 Jean Cormier    
1892 1896 Henri Brard    
1896 1900 Jean Cormier    
1900 1908 Henri Brard    
1908 1912 Maurice Ménard    
1912 1919 Pierre Ronflé    
1919 1925 Jacques Marsollier    
1925 1935 Eugène Gohier    
1935 ? Louis Petiteau    
1971 1989 Leroy Antoine    
1989 2001 Claude Chrétien Sans étiquette Retraité agricole
2001 mars 2008 Marie-Paule Grosbois Sans étiquette Secrétaire en assaurances
mars 2008 mai 2020 Vincent Gislier[20] Sans étiquette Monteur-câbleur en aéronautique
mai 2020 En cours
(au 28 mai 2020)
Yannick Galon[21]    

Intercommunalité (1966-1995-2016) modifier

La commune adhère, comme les autres communes du canton de Pouancé, à un syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVM) créé en 1966. Celui-ci devient la communauté de communes de la région de Pouancé-Combrée en 1995[22]. Le 14 décembre 2016, elle se retire de la communauté qui est dissoute le lendemain. Le 1er janvier 2017 la commune rejoint Anjou Bleu Communauté.

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

Dans son Dictionnaire Historique, Géographique et Biographique de Maine-et-Loire, Célestin Port livre le compte de la population de Bouillé-Ménard sous l'Ancien Régime. La population est exprimée en « feux », c'est-à-dire en foyer de famille. Pour estimer le nombre d'habitants, il faut appliquer un coefficient multiplicateur de 5. En 1720, la paroisse comptait 161 feux, pour 708 habitants. En 1790, elle comptait 908 habitants[19].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2021, la commune comptait 765 habitants[Note 3], en augmentation de 3,24 % par rapport à 2015 (Maine-et-Loire : +1,8 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
925832881919817911926928940
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9289041 0179148969229709981 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3941 6071 4311 2551 2291 2191 047922992
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
901891746733719638717728734
2017 2021 - - - - - - -
750765-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,9 % la même année, alors qu'il est de 25,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 362 hommes pour 390 femmes, soit un taux de 51,86 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,37 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,6 
5,5 
75-89 ans
8,4 
13,8 
60-74 ans
12,3 
20,2 
45-59 ans
17,4 
19,4 
30-44 ans
18,6 
16,1 
15-29 ans
13,1 
23,9 
0-14 ans
27,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2020 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,1 
6,9 
75-89 ans
9,4 
16 
60-74 ans
16,8 
19,4 
45-59 ans
18,7 
18,3 
30-44 ans
17,5 
18,7 
15-29 ans
17,6 
19,8 
0-14 ans
17,8 

Enseignement modifier

Bouillé-Ménard possède une école publique primaire dépendant de l'académie de Nantes (école Alfred-Clément), en RPI avec Bourg-l'Évêque, ainsi qu'une école privée mixte sous contrat (école Saint-Joseph). Les collèges se trouvent à Pouancé ou Segré et les lycées se situent à Segré.

Santé modifier

Il n'y a pas de médecin ni d'infirmier installé à Bouillé-Ménard. Les plus proches sont basés à Châtelais, Bel-Air de Combrée ou Noyant-la-Gravoyère. L'hôpital et les cliniques les plus proches se situent à Segré, de même que le service maternité.

Sports modifier

La commune dispose pour équipement sportif d'un terrain de football et d'un terrain de basket-ball[29]. L'Association Sportive Bouillé-Ménard Pétanque organise des concours et des jeux de pétanque tandis que l'USEP en RPI avec Bourg-l'Évêque gère les activités sportives pour les enfants[30].

Manifestations modifier

Bouillé-Ménard accueille chaque année depuis 1983 une foire aux rillauds. L'édition 2014 a été fréquentée par environ 10 000 visiteurs, et a vu s'écouler près de 2,5 tonnes de viandes et 850 kg de saucisses[31].

Économie modifier

Selon l'INSEE, la commune comptait en 2009, hors exploitations agricoles, onze entreprises dont quatre dans la construction et sept dans le commerce, le transport, la réparation automobile et les services divers[32].

Commerces modifier

Une supérette dispose d'un relais Poste[29].

Agriculture modifier

On comptait 41 exploitations agricoles en 2000[32]. Le nombre d'exploitations a diminué entre 1988 et 2000, passant de 47 à 41, de même que la superficie cultivée a, elle, augmenté dans cette période, passant de 1 476 hectares (moyenne 31 hectares par exploitation) à 1 428 hectares (35 hectares par exploitation). Vingt-trois exploitations élevaient des bovins, le nombre de tête baissant de 2 395 à 1 708 entre 1988 et 2000, et quinze de volailles, dont le nombre augmente très fortement, de 555 à 27 432 sur la même période[32].

Appellations sur le territoire modifier

La commune possède au total une quinzaine d'appellations sur le territoire[33]:

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

Le château de Bouillé-Ménard date du XVIe siècle environ. Il est la propriété de la famille Walsh de Serrant au XVIIIe siècle, mais ceux-ci le vendent en 1882 à Henri Brard. Le bâtiment est alors restauré. Le porche d'entrée est flanqué de deux tours circulaires encastrées dans le logis[34].

Le manoir de la Renazaie est un manoir du XVIe siècle, construit en schiste. La façade possède une porte en ogive et deux séries de fenêtres à meneaux et croisillons[34].

L'église Sainte-Maurille d'origine a été restaurée entre 1842 et 1849, puis complètement rebâtie en 1894 par l'architecte Beignet. Elle a été financée par la fabrique et un don de Mme Brard, propriétaire du château. Les statues et peintures anciennes ont disparu[34],[19].

Patrimoine culturel modifier

La commune possède une bibliothèque et une salle de théâtre pour équipement culturel.

La commune est affiliée au syndicat d'initiative du Haut-Anjou pouancéen, syndicat intercommunal[35]. La Foire aux rillauds, galettes et boudins a lieu chaque année lors du week-end suivant le 3 novembre[36]. L'association Culture et Patrimoine de Bouillé organise des événements artistiques et culturels et participe à la restauration du château de Bouillé-Ménard[30].

Personnalités liées à la commune modifier

  • Paul Walsh de Serrant, né le au château de Bouillé-Ménard, décédé en 1912 à Plessé-le-Dresny, comte de Walsh-Serrant, gros propriétaire terrien, descendant d'une famille irlandaise immigrée en Bretagne au XVIIe siècle et enrichie dans le commerce maritime à Nantes. Il est évoqué, comme grand chasseur, sous le pseudonyme de comte de Kergoorlas, à de nombreuses reprises dans le livre de Frank Davies : Chasse aux loups et autres chasses en Bretagne publié en anglais en 1875[37].
  • Paul Guédon (1890-1959), poète né à Bouillé-Ménard.
  • Christiane Lambert (1961), agricultrice à Bouillé-Ménard et responsable d'organismes professionnels.

Pour approfondir modifier

Bibliographie modifier

  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874) (BNF 33141105, lire en ligne), p. 448-450.
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Aude Guiheneuc et Rémy Toulouse, Le patrimoine des communes de Maine-et-Loire, Paris, Flohic, (ISBN 2-84234-117-1, BNF 37706027).

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Angers, Le Polygraphe Éditeur, , 205 p. (ISBN 2-909051-22-6), p. 164.
  2. a et b « Bouillé-Ménard », sur geoportail.fr (consulté le ).
  3. Les coordonnées des Iles Bounty (47° 45′ S, 179° 03′ E) sont à l'opposé de celles de Bouillé-Ménard (47° 44′ N - 0° 58′ O)
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre Bouillé-Ménard et Segré-en-Anjou Bleu », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Segré_sapc », sur la commune de Segré-en-Anjou Bleu - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Segré_sapc », sur la commune de Segré-en-Anjou Bleu - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2004-2005 (ISBN 978-2-84478-338-7, BNF 39295447), p. 35.
  17. D'ardoise en minerai de fer, le Haut-Anjou minier et ses cités, sur le site de l'association pour la promotion et la conservation du patrimoine minier et ardoisier du haut-Anjou.
  18. La Loire – les peuples du fleuve, par Abel Poitrineau. p. 63-86, La sarabande des frets. Éd. Horvath, Saint-Étienne, 1989. (ISBN 2-7171-0639-1).
  19. a b c d e f et g Célestin Port 1965, p. 448-450.
  20. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (version du sur Internet Archive), consulté le 18 avril 2014.
  21. « Bouillé-Ménard. Yannick Galon succède à Vincent Gislier », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  22. « Connaitre la collectivité > Fiche d’identité », sur le site de la communauté de communes de la région de Pouancé-Combrée (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bouillé-Ménard (49036) », (consulté le ).
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de Maine-et-Loire (49) », (consulté le ).
  29. a et b « Bouillé-Ménard », sur Communauté de communes de la région Pouancé-Combré (consulté le ).
  30. a et b « Bouillé-Ménard », sur le site de l'association Net 1901 (consulté le ).
  31. Fête à Bouillé-Ménard. Encore un succès pour les rillauds, Ouest-France, édition de Segré, Bouillé-Ménard - 09 novembre 2014
  32. a b et c Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  33. Bouillé-Ménard sur le site de l'INAO - Consulté le 7 juin 2011.
  34. a b et c Le patrimoine des communes de Maine-et-Loire, p. 1019.
  35. « Syndicat d'Initiative du Haut-Anjou Pouancéen », sur tourismepouanceen.wifeo.com (consulté le ).
  36. « La foule, malgré le temps, à la Foire aux rillauds de Bouillé-Ménard »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Ouest-france.fr (consulté le ).
  37. Frank Davies, Chasse aux loups et autres chasses en Bretagne, éditions des Montagnes Noires, 2012, (ISBN 978-2-919305-22-3).