Bouddha-Charita

œuvre littéraire bouddhiste indienne du IIe siècle
Bouddha-Charita
Auteur
Genre
Sujet

Bouddha Charita (sanskrit : बुद्धचरितम्, translittération : Buddhacarita, « Actes du Bouddha — à savoir Siddhartha Gautama ») est le titre d'une œuvre du philosophe et poète indien Ashvagosha, datant du iie siècle de l'ère commune. Il s'agit de la première biographie complète de Shakyamuni Bouddha, le bouddha historique — et sans doute la plus célèbre. Cette version en sanskrit est composée de vingt-huit chants, dont treize sont parvenus jusqu'à nous.

Histoire de la transmissionModifier

Aujourd'hui, nous ne possédons que les treize premiers chants de l'original en sanskrit — qui en comptait vingt-huit — mais l'ouvrage complet nous est connu par ses traductions en chinois et en tibétain[1]. Celle-ci porte le titre en tibétain : སངས་རྒྱས་ཀྱི་སྤྱོད་པ་ཞེས་བྱ་བའི་སྙན་དངགས་ཆེན་པོ་, Wylie : sangs rgyas kyi spyod pa zhes bya ba'i snyan dngags chen po, et elle a été réalisée entre 1260 et 1280[2]. Quant à la traduction en chinois, elle est due à Dharmakṣema (385-433), avec le titre Fo suoxing zan[3].

La biographieModifier

Le texte commence par la description des parents de Siddharta, Maya et Shuddhodana et se termine par les événements qui suivent la mort du Bouddha (son Parinirvana)[4]. Ashvagosha est un conteur de premier ordre[5]. L'ouvrage est écrit dans le style de la poésie de cour, appelée kāvya (en), un genre littéraire caractérisé par sa prose poétique[6]. Il abonde en descriptions minutieuses et longues digressions[4], et s'apparente aux poèmes épiques de l'Inde classique. Le chant XII fournit en outre un description minutieuse et donc très précieuse de la philosophie Samkhya[4].

La structure de l'ouvrage suit l'ordre des « Quatre grands événements » (Naissance - Éveil - Premier sermon - Parinirvana) et des quatre lieux de pèlerinage auxquels ils sont associés (Kapilavastu, Bodhgaya, Bénarès, Kushinagar)[5]. Le texte commence donc directement par la naissance du Prince Siddhartha, laissant de côté les vies antérieures. Le texte offre donc une vie bien structurée sinon complète, rédigée dans un style poétique, et la narration sait enchaîner les événements avec art[5].

ImportanceModifier

L'importance de cette œuvre s'explique par le fait qu'elle fournit une biographie « complète »[Note 1], en ce sens qu'elle va de sa naissance à sa mort, contrairement aux textes canoniques du bouddhisme (en particulier les sutras et le vinaya) qui présentent en général des biographies partielles[4]. Selon Bernard Faure, elle est la plus célèbre Vie du Bouddha[5].

Les pèlerins chinois qui se sont rendus en Inde au viie siècle ont d'ailleurs rapporté que cette biographie était très populaire dans le pays[1].

Cet ouvrage est caractéristique de la naissance du Mahayana, courant qui tend à transformer le Bouddha en objet de culte et de dévotion[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'emploi des guillemets est repris de John S. Strong, The Buddha. A Short Biography, Oxford, Oneworld Publications, 2001, (ISBN 978-1-851-68256-0), p. 5. Strong relève que l'établissement « biographie » du Bouddha est une opération qui mobilise de nombreuses traditions biographiques et qui est toujours en cours. Dès lors, chaque biographe doit faire des choix, à propos des épisodes qu'il retient, des sources qu'il utilise, de leur langue, du courant auquel ces sources se rattachent, etc. (V. p. XII et p. 1-3). ne saurait donc y avoir à proprement parler de biographie vraiment « complète » du Bouddha.

RéférencesModifier

  1. a et b Philippe Cornu, Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme, Paris, Seuil, , 950 p. (ISBN 978-2-02-082273-2), p. 104
  2. Willemen 2009, p. xiii.
  3. Bernard Faure, Les mille et une vies du Bouddha,, Paris, Fayard, , 432 p. (ISBN 978-2-02-117591-2), p. 241
  4. a b c et d (en) Robert E. Buswell Jr. & Donald S. Lopez Jr., The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton, Princeton University Press, , 1265 p. (ISBN 978-0-691-15786-3, lire en ligne), p. 150-151
  5. a b c et d Bernard Faure, Les mille et une vies du Bouddha, Paris, Fayard, , 432 p. (ISBN 978-2-02-117591-2), p. 82-83
  6. Willemen 2009 2009, p. xiii.

TraductionsModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Buddhacarita : In Praise of Buddha's Acts (trad. du chinois par du chinois et introduction par Charles Willemen), Berkeley, Numata Center for Buddhist Translation and Research, , XVII, 254 (ISBN 978-1-886439-42-9, lire en ligne).  
  • (en) The Buddha-karita of Asvaghosha (trad. et introduction par E. B. Cowell, in E.B. Cowell, F. Max Müller & J. Takakus, Buddhist Mahâyâna Texts), Oxford, Clarendon Press, coll. « Sacred Books of the East », (lire en ligne)
  • (en) Aśvaghoṣa’s Buddhacarita or Acts of the Buddha : complete Sanskrit text with English translation (Reprint of complete English translation based on Sanskrit, Tibetan and Chinese sources by E.H. Johnston, from Acta Orientalia, vol. XV, 1936.), New Delhi, Motilal Banarsidass, , 527 p. (ISBN 978-81-208-1279-6)