Bonlieu-sur-Roubion

commune française du département de la Drôme

Bonlieu-sur-Roubion
Bonlieu-sur-Roubion
Vue de l'abbaye du XIIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Montélimar-Agglomération
Maire
Mandat
Allain Dorlhiac
2020-2026
Code postal 26160
Code commune 26052
Démographie
Gentilé Bonilociens, Boniliciennes
Population
municipale
472 hab. (2018 en augmentation de 15,12 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 43″ nord, 4° 52′ 56″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 212 m
Superficie 6,05 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montélimar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bonlieu-sur-Roubion
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Bonlieu-sur-Roubion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonlieu-sur-Roubion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonlieu-sur-Roubion

Bonlieu-sur-Roubion est une commune française, située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Bonilociens.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Bonlieu-sur-Roubion est située à 9,4 km à l'est de Montélimar.

Relief et géologieModifier

  • Vaste plaine encadrée d'un cirque montagneux[1].

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Roubion.

ClimatModifier

Voies de communication et transportsModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Bonlieu-sur-Roubion est une commune rurale car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Montélimar dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Morphologie urbaineModifier

Hameaux et lieux-ditsModifier

LogementModifier

Projets d'aménagementModifier

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[6] :

  • 1170 : mention du monastère de religieuses cisterciennes : monasterium Sancti Monialium quod Bonus Locus dicitur (archives de la Drôme, fonds de Bonlieu).
  • 1178 : abbatia Beate Marie Boni Loci (archives de la Drôme, fonds de Bonlieu).
  • 1277 : monasterium Beatae Mariae Boni Loci Valentinensis, Cisterciensis ordinis (Duchesne, Comtes de Valentinois, 71).
  • XIVe siècle : abbatissa Boni Loci (pouillé de Valence).
  • XVe siècle : prioratus Boni Loci (pouillé de Valence).
  • 1891 : Bonlieu, commune du canton de Marsanne.

Non daté[réf. nécessaire] : Bonlieu-sur-Roubion.

ÉtymologieModifier

Bonus Locus, le « Bon Lieu »[réf. nécessaire].

HistoireModifier

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

Le village de Bonlieu est né autour de son monastère dont l'église s'inscrit dans le courant du Roman provençal[réf. nécessaire].

La seigneurie[6] :

  • Patrimoine des comtes de Valentinois.
  • Vers 1170 : les comtes de Valentinois fondent un monastère de religieuses cisterciennes. Ils le choisiront comme lieu de sépulture.
    • (autre version) : En 1171, sur des terres données par ses fils, la comtesse Véronique de Marsanne fonde une abbaye cistercienne de femmes[réf. nécessaire].
  • 1447 : la seigneurie est donnée par le dauphin Louis (futur roi Louis XI) aux Adhémar de Grignan.
  • 1582 : elle est cédée aux Brunier.
  • 1784 : elle est vendue aux Martin de la Porte, derniers seigneurs.

Avant 1790, Bonlieu était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Montélimar.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence. Son église, dédiée à la Sainte-Vierge, est celle d'un monastère de religieuses cisterciennes. Ruiné ensuite, ce monastère fut converti vers 1400 en un prieuré d'hommes de la dépendance de l'abbaye de Valcroissant[6].

De la Révolution à nos joursModifier

En 1790, Bonlieu devient une commune du canton de Sauzet. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) en fait une commune du canton de Marsanne[6].

À la Révolution, les bâtiments et les terres sont vendus à des particuliers[réf. nécessaire].

1871 : une communauté de religieuses, dont la fondatrice, Marie Odiot de Benoît de la Paillonne[7], qui avait l'intention de restaurer la branche féminine des Norbertines en France, en fait l'acquisition. Les ruines sont relevées grâce à des dons privés[réf. nécessaire].
En plus des activités religieuses, l'abbaye utilisait un moulin à eau pour la production d'huile de noix et de farine[8].

Le village abritera plus tard une petite communauté de Frères Prémontrés (dépendants de l'abbaye de Mondaye, en Normandie)[réf. nécessaire].

Politique et administrationModifier

Tendance politique et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989   ?    
1995   ?    
2001 2017 Pierrette Gary UMP-LR  
2008 2014 Pierrette Gary   maire sortante
2014 2017 Pierrette Gary   maire sortante
2017
(statut ?)
2020 Jean-Pierre Ciantar   retraité de l'enseignement
2020 En cours
(au 27 janvier 2021)
Allain Dorlhiac[9][source insuffisante]   commerçant

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Politique environnementaleModifier

Finances localesModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 472 habitants[Note 3], en augmentation de 15,12 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
156149189192202219238262249
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
255259290269274274271283274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280251240203198201212186180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
168170144221286378384367467
2018 - - - - - - - -
472--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipementsModifier

EnseignementModifier

Bonlieu-sur-Roubion dépend de l'académie de Grenoble.
Une nouvelle école primaire a été construite (respectant les normes HQE) et a été ouverte en 2010. Elle est composée de deux classes, pour 43 enfants[14].
Pour l'enseignement secondaire, les enfants sont ensuite dirigés vers le collège de Cléon d'Andran[réf. nécessaire].

SantéModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Fête communale : le premier dimanche de mai[1].
  • Fête patronale : le dernier dimanche de juillet[1].

LoisirsModifier

  • Chasse et pêche[1].

SportsModifier

MédiasModifier

CultesModifier

La paroisse catholique de Bonlieu-sur-Roubion dépend du diocèse de Valence, doyenné de Cléon d'Andran[15].

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

En 1992 : céréales, vignes, vergers, ovins[1].

  • Une fromagerie[1].

TourismeModifier

  • Rives du Roubion[1].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

basilique Sainte-Anne, classée au titre des monuments historiques[16]. Elle possède une statue de Sainte-Anne-Trinitaire en bois polychrome dédiée à sainte Anne[réf. nécessaire].

Patrimoine culturelModifier

Patrimoine naturelModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en octobre 2020, l'ancienne notion d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Bonlieu-sur-Roubion
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  6. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 42
  7. « Marie de la Croix Odiot de la Paillonne - Bonlieu (F) », sur Notre Dame Des Neiges, (consulté le 22 mars 2015)
  8. Histoire de Bonlieu-sur-Roubion
  9. http://www.mairesdeladrome.fr/annuaire/
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. école primaire de Bonlieu
  15. Paroisse de Bonlieu sur Roubion
  16. Notice no PA26000006.