Bonaventura Cavalieri

mathématicien italien
Bonaventura Francesco Cavalieri
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Ordre religieux
Dir. de thèse

Bonaventura Francesco Cavalieri (en latin, Cavalerius) (né en 1598 à Milan et mort le à Bologne) est un mathématicien, géomètre, astronome et universitaire italien du XVIIe siècle connu pour le principe de Cavalieri.

Il est membre de l'ordre des jésuates.

BiographieModifier

Né dans le duché de Milan, Bonaventura Cavalieri étudie la théologie au monastère de San Gerolamo et la géométrie à l'université de Pise. Il publie onze livres dont le premier, en 1632. Il travaille sur les problèmes du système optique et du mouvement. Son travail astronomique et astrologique est demeuré marginal bien que son dernier livre, le Trattato della ruota planetaria perpetua[1] (1646), leur soit consacré. Présenté à Galilée au travers de contacts universitaires et ecclésiastiques il lui écrit au moins 112 lettres. Celui-ci dit de Cavalieri : « peu ou nul, depuis Archimède, a vu aussi profondément dans la science de la géométrie[2]. » Il se lia avec Galilée et obtint par sa recommandation une chaire de mathématiques à Bologne en 1629.

Il fait grand cas des découvertes de Fermat, ce dont témoignent ses lettres à Gianantonio Rocca (it)[3].

Il passe la plus grande partie de sa vie dans les souffrances de la goutte. Cavalieri créé la géométrie des indivisibles, dont Roberval lui dispute l'invention. Il construit une pompe hydraulique pour son monastère et publie des tables des notations, soulignant leur utilisation pratique dans les domaines de l'astronomie et de la géographie. Il est mort à l'université de Bologne.

Gilles-Gaston Granger mentionne Cavalieri aux côtés de Newton, Leibniz, Pascal, Wallis, MacLaurin, comme l'un de ceux qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, « redéfinissent l'objet mathématique[4] ».

PublicationsModifier

 
Statue de Bonaventura Cavalieri à Milan, sa ville natale.

HommagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Titre complet : Trattato della ruota planetaria perpetua e dell'uso di quella principalmente per ritrovare i luoghi de'pianeti alla Lansbergiana : e per fare la figura celeste, & anco le direttioni, osservata pur la larghezza, secondo la via rationale (orthographe partiellement modernisée) : (OCLC 81186445).
  2. Sur le Galileo Project
  3. Michael Sean Mahoney, The mathematical career of Pierre de Fermat, 1601-1665, p. 51.
  4. Gilles-Gaston Granger, Formes, opérations, objets, Vrin, 1994, p. 365.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier