Ouvrir le menu principal

Bombardement de Cana de 1996

Bombardement de Cana
Date
Lieu Cana (Liban)
Victimes Civils
Type Bombardement
Morts 106
Auteurs Drapeau d’Israël Israël
Guerre Opération Raisins de la colère
Coordonnées 33° 12′ 32″ nord, 35° 17′ 56″ est

Géolocalisation sur la carte : Liban

(Voir situation sur carte : Liban)
Bombardement de Cana de 1996

Le bombardement de Cana ou premier massacre de Cana a lieu le 18 avril 1996 près du village de Cana (Liban du Sud), causant la mort de 106 civils réfugiés dans un camp de Casques bleus, à la suite d'une opération de bombardement de l'armée israélienne.

DéroulementModifier

Entre le et le , Israël lance une campagne de bombardement appelée opération Raisins de la colère contre des cibles situées sur le territoire libanais. Le but de cette opération est de détruire ou de fragiliser le Hezbollah, qui mène une guérilla anti-israélienne dans le Liban du Sud, alors occupé par l'armée israélienne.

Le 18 avril, le bombardement commence aux alentours de 14 heures et dure un peu moins de 20 minutes. Israël attribue le bombardement à une erreur de tir, des éléments du Hezbollah se trouvant à proximité du camp. Le gouvernement israélien note que des miliciens du Hezbollah se trouvaient dans le camp tout en précisant que ce fait n'est pas à l'origine du bombardement (à noter que l'ONU a confirmé cette déclaration tout en spécifiant que ces miliciens étaient désarmés et ont pu entrer avant comme après le bombardement)[réf. nécessaire]. Les premiers témoignages indiquent qu'un drone israélien survolait le camp, tandis que 2 hélicoptères survolaient les entourages. Le gouvernement israélien dément alors la présence d'aéronefs dans le secteur.

Quelques jours plus tard, un civil franco-portugais retrouvé vivant par la FINUL dans les décombres d'un immeuble désaffecté, et un enregistrement vidéo amateur filmé par un Casque bleu fidjien, montrent qu'un drone se trouvait bien au-dessus du camp. Le film contredit les déclarations initiales du gouvernement israélien et plonge le gouvernement israélien dans l'embarras. Israël affirme alors que le champ de vision du drone était réduit et ne permettait pas de voir ce qui se passait dans le camp et que les premières déclarations officielles avaient eu lieu hâtivement alors que l'enquête interne de l'armée n'était pas achevée.

Le rapport de l'ONU, très critique pour Israël, suggère que le bombardement a été perpétré en connaissance de cause. Sa rédaction a fait l'objet de pressions contradictoires, afin de l'édulcorer ou d'en faire un élément à charge. La version rendue publique du rapport adopte un style « technique », c'est-à-dire limité aux faits avec peu d'analyse. Une des conclusions de la commission d'enquête de l'ONU affirme que « bien que la possibilité d'une erreur de tir ne peut être complètement écartée, le relevé des impacts rend improbable l'éventualité d'un bombardement dû à une erreur technique et/ou de procédure ».

Quelques semaines après les faits, un accord est signé entre le Hezbollah et Israël avec la participation des États-Unis, de la Syrie et du gouvernement libanais. Cet accord stipule que les deux parties doivent s'abstenir d'attaquer les civils.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier