Ouvrir le menu principal

Bolozon

commune française du département de l'Ain

Bolozon
Bolozon
La commune de Bolozon au bord de l'Ain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Canton Pont-d'Ain
Intercommunalité Haut-Bugey Agglomération
Maire
Mandat
Guy Bardet
2014-2020
Code postal 01450
Code commune 01051
Démographie
Gentilé Bolozonnais
Population
municipale
89 hab. (2016 en diminution de 3,26 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 34″ nord, 5° 28′ 22″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 637 m
Superficie 4,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bolozon

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Bolozon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bolozon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bolozon

Bolozon est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle se situe à 29 kilomètres de Bourg-en-Bresse et 16 kilomètres de Nantua.

Les habitants de Bolozon s'appellent les Bolozonnais et les Bolozonnaises[1].

GéographieModifier

SituationModifier

LocalisationModifier

Bolozon se situe au centre-est du département de l'Ain dans le Haut-Bugey, dans le massif du Jura. Son territoire est vallonné par les Monts Berthiand. La commune comprend deux hameaux : Daranche est celui où se trouve la gare au nord-ouest de la commune, et Grand-Cours.

La rivière d'Ain borde la commune sur une distance de huit kilomètres, mais il existe un autre petit ruisseau, appelé Sous-Bief, il traverse Bolozon pour se jeter dans l'Ain au lieu-dit le Golfe. Enfin, la source de la Serra est un petit « creux » d'un mètre carré de surface, elle coule à proximité de la route de la Serra et n'est jamais sèche.

La végétation occupe une place importante sur le territoire communal[2] puisque sur les 491 hectares de superficie, 192 le sont de bois et 198 de landes. Il y a aussi 96 hectares de prés, 3 hectares de cultures et 2 hectares de vignes.

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers froids, des étés chauds, et des précipitations tombant majoritairement en été.

Voies de communication et transportsModifier

Article détaillé : Gare de Cize-Bolozon.

Bolozon est située le long de la route départementale 91 qui relie Poncin à Thoirette en remontant toute la rivière d'Ain. Le fameux viaduc de Cize permet de traverser la rivière pour rejoindre le village du même nom. Enfin la route départementale 11e ou « route de la Serra » mène à Sonthonnax-la-Montagne par une petite route escarpée dans une côte difficile.

 
L'étroite route de la Serra.

La ligne de chemin de fer du Haut-Bugey traverse la commune d'ouest en est. Une gare de Cize-Bolozon existe dans la commune, dans le hameau de Daranche. Elle est située juste après le viaduc de Bolozon. La ligne rejoint la gare de Nurieux-Volognat en traversant trois tunnels dont les deux premiers longs de 200 et 818 mètres sont entièrement sur le territoire communal.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Le territoire communal est de forme carrée car il se situe dans la vallée dans une rupture de la chaîne du Berthiand. Deux langues prolongent ce territoire au nord-ouest et au sud-ouest. La frontière est est délimitée par l'Ain avec sur l'autre rive la commune de Cize. Au nord-ouest se trouve Corveissiat, puis Matafelon-Granges et Sonthonnax-la-Montagne du nord-est à l'est. Enfin, la frontière sud est marquée par Leyssard et Serrières-sur-Ain.

LogementModifier

Le nombre total de logements dans la commune est de 86[3]. Parmi ces logements, 46,5 % sont des résidences principales, 51,2 % sont des résidences secondaires et 2,3 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour tous des maisons individuelles, aucun ne sont des appartements ou des logements d'un autre type. La part d'habitants propriétaires de leur logement est de 75 %[3]. Ce qui est largement supérieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. En conséquence, la part de locataires est de 20 % sur l'ensemble des logements qui est inversement inférieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[3]. On peut noter également que 5 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, aucun ne sont des studios, 5 % sont des logements de deux pièces, 5 % en ont trois, 45 % des logements disposent de quatre pièces, et 45 % des logements ont cinq pièces ou plus[3].

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Baloson en 1299, de Bolosone en 1299[4]. Le toponyme dériverait de l'anthroponyme latin Bullius ou Bullatius[4].

HéraldiqueModifier

HistoireModifier

Faits historiquesModifier

Avant le XVe siècle, le village dépendait de la seigneurie de Beauvoir[5]. Le château qui existait sur le rocher de Balvay est aujourd'hui disparu. La situation dans le village était telle qu'en 1666, l'Itendant Bouchu décrivait les familles du village comme « pauvres, ruinées par les gens de guerre ». La paroisse était sous la vocable de Saint Étienne, elle était annexe de Napt, puis de Leyssard, diocèse de Lyon. L'église de la commune fut reconstruite en 1836.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors du passage des Allemands dans la région, le , un groupe de maquisards détruit le viaduc. Il ne restait que les arches extérieures du passage supérieur, celles qui ne sont pas implantées dans la rivière. On ignore aujourd'hui les raisons de ce dynamitage[6]. Il fut par la suite reconstruit à l'identique.

Une tradition locale[5] veut que le village d'origine était situé plus à l'est. Mais la peste ayant anéanti toute la population sauf quatre enfants, constitués de deux garçons et deux filles, ils se sont installés dans le village actuel et ont repeuplé le village.

La situation géographique de la commune l'isolant, la construction de la voie ferrée entre Bourg-en-Bresse à La Cluse, le permit à la population un rapprochement du chef-lieu Bourg-en-Bresse.

Politique et administrationModifier

 
Mairie.

Tendances politiquesModifier

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de la commune :

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Robert Foray    
2014 En cours Guy Bardet SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

La commune n'a pas développé d'association de jumelage.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Article détaillé : Démographie de Bolozon.

Lors du premier recensement en 1793, la commune comptait deux cent quatre-vingt-sept habitants, ce nombre a fluctué, pour atteindre le plus haut niveau de recensement en 1872 avec quatre-cent-soixante-dix habitants. La population de 1866 comptant deux-cent quatre-vingt-six habitants, on observe une augmentation de cent-quatre-vingt-quatre habitants en cinq ans. Puis ce nombre a baissé au fil des années, avec une croissance exceptionnelle en 1931 où il y avait deux-cent trente huit habitants, pour atteindre le plus bas recensement en 1975 avec quatre-vingt-quatre personnes. Depuis 1982, le nombre est stabilisé autour de quatre-vingt-quatorze habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
287354389361364326325313331
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318307286470429301274249235
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237213197165170238160178165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
135112849493949910091
2016 - - - - - - - -
89--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Évolution de la pyramide des âges de la commune de Bolozon, comparaison entre l'année 1999 et 1982[11] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
75 à plus
11 
60 à 74
14 
40 à 59
13 
12 
20 à 39
13 
0 à 19
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
75 à plus
10 
60 à 74
14 
40 à 59
10 
20 à 39
0 à 19

Ces pyramides permettent d'observer que la majorité des personnes habitants le village en 1982 étaient de plus 60 ans. En 1999 les personnes de la catégorie 40 à 59 étaient plus nombreuses. On peut également voir le déficit en jeunes filles de moins de 19 ans en 1999.

EnseignementModifier

Auparavant, l'école était située à l'intérieur de la mairie. Une salle de classe existait dans ce bâtiment de forme rectangulaire à deux niveaux. Le logement de l'instituteur et une cour ont également existé. Le faible effectif a provoqué la fermeture de cette classe.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La fête patronale avait lieu le 26 décembre pour la Saint-Étienne. Boisse

SantéModifier

Les pharmacies les plus proches sont celles de Villereversure à 5,8 kilomètres et d'Izernore à 6,4 kilomètres. Il en est de même pour les services d'infirmière et pour les médecins dont un se trouve également à Corveissiat.

Sports et associationsModifier

Le nombre de retraités de la commune a permis la création d'un comité d'animation rurale[12], mais également le club du 3e âge « la ruche d'or » et la société de chasse.

MédiasModifier

Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes du Haut-Bugey. Il parait du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènement sportifs et culturels au niveau local, national, et international. La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Personnalités liées à la communeModifier

ÉconomieModifier

Comme les autres communes de la région, l'agriculture a occupé une place importante dans l'activité économique de la commune, et ce jusqu'en 1950. De plus la position géographique de Bolozon, située dans une rupture du Berthiand, lui permet d'avoir un microclimat[13] et donc une culture de fruits et la vigne. Aujourd'hui deux agriculteurs sont encore présents. Un des deux est viticulteurs et produit un vin pétillant appelé « le grivois », la production bovine est également présente.

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Selon l'enquête de l'INSEE en 1999[14], les revenus moyens par ménage sont de l'ordre de 10 346 euros par an, bien inférieur à la moyenne nationale est de 15 027 euros par an. Aucun foyer n'est soumis à l'impôt de solidarité sur la fortune.

Aujourd'hui, les habitants sont contraints de travailler dans les communes voisines pourvues d'entreprises.

EmploiModifier

En 1999, la population de Bolozon se répartissait à 39,4 % d'actifs, ce qui est inférieur au 45,2 % d'actifs de la moyenne nationale, 25,5 % de retraités, soit plus du quart de la population, un chiffre supérieur au 18,2 % national. On dénombrait également 21,3 % de jeunes scolarisés et 13,8 % d'autres personnes sans activité.

Le taux d'activité de la population des 20 à 59 ans de Bolozon était de 75 %, avec un taux de chômage de 10,8 %, en 1999 donc légèrement inférieur à la moyenne nationale de 12,9 % de chômeurs.

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Bolozon 0 % 0 % 12,5 % 12,5 % 62,5 % 12,5 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[14]

Entreprises de l'agglomérationModifier

Il existe à Bolozon un bar-restaurant et un club-discothèque, mais également une gare TER dont les voies sont également empruntées par les TGV Paris-Genève.

Le hameau de Daranche possède une gare et un bar-restaurant-discothèque.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Monuments laïquesModifier

  • Le viaduc ferroviaire de Cize-Bolozon, construit en 1875 pour un coût de 339 000 FF[15], enjambe l'Ain. Il a été détruit par les maquisards en 1944, puis reconstruit en 1950. Cette reconstruction a été entièrement filmée au fil des années par le cinéaste André Périé pour la Société Centrale Cinématographique de la SNCF. Le viaduc est à deux étages, le premier utilisé par les voitures et le second par les trains. Ce viaduc de 273 mètres de long est composé de onze arcades disposées deux niveaux et d'une hauteur maximale de 73 mètres.
 
Le viaduc ferroviaire de Cize-Bolozon.

Monuments religieuxModifier

 
Église Saint-Étienne.

L'église de Bolozon qui fut reconstruite en 1836.

Patrimoine naturelModifier

  • La vallée de l'Ain est un site naturel dans lequel coule la rivière d'Ain. Elle marque la limite entre le Revermont et le Haut-Bugey qui sont constitués d'un relief montagneux en prolongation du massif du Jura.
 
Bolozon et la vallée de l'Ain.

GastronomieModifier

Patrimoine culturelModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. J. Foray, J.-P. Pupunat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 21 (ISBN 2-907656-29-5).
  3. a b c et d Données INSEE compulsées par Linternaute - Logement à Bolozon.
  4. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 676 et en 1369
  5. a et b J. Foray, J.-P. Pupunat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 23 (ISBN 2-907656-29-5).
  6. [PDF] Memorialgenweb.org , page 2 - le dynamitage du viaduc
  7. Les résultats de ces élections ne sont disponibles que pour l'ensemble du canton d'Izernore.
  8. « Les maires de Bolozon » (consulté le 8 juillet 2010).
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge.
  12. Les associations de la commune, sur ccmontsberthiand.com
  13. J. Foray, J.-P. Pupunat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 22 (ISBN 2-907656-29-5).
  14. a et b Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par linternaute.
  15. 339 000 FF équivaut à 51 680,22  actuel

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • J. Foray, J.-P. Pupunat, Richesses Touristiques et Archéologiques du Canton d'Izernore, ITALIQ, 1998, p. 20 - 33 (ISBN 2-907656-29-5)

Article connexeModifier