Bolo'bolo

Bolo'bolo est un essai du Suisse alémanique P.M. traitant d'écologie politique, sous une approche assez ouverte, concrète et hors du commun[réf. nécessaire], considérée par certains[Qui ?] comme d'influence anarchiste, écrit en 1983. Bien que n'ayant bénéficié d'aucune publicité autre que le bouche-à-oreille, il a été traduit dans nombre de langues[Combien ?] et réédité plusieurs fois.

Un bolo urbain suisse.
Signe de bolo

L'auteur, dans un style ironique[Comment ?], explique comment l’espèce humaine est sous l'emprise de la gigantesque et impitoyable Machine-Travail planétaire (MTP), qui conduira l'humanité jusqu'à sa perte (cataclysme écologique), tout en se nourrissant de l'existence de ses esclaves humains. Cette machine est une parabole du système capitaliste.[réf. nécessaire]

Selon lui, le salut passe par de nouvelles formes d'organisation sociale, abandonnant le schéma classique du ménage « marié deux enfants » pour une structure en bolo, sorte de communauté autosuffisante. Un bolo est formé par environ 500 personnes au maximum et peut avoir la taille d'une grande maison, d'un village, d'un quartier. Plusieurs bolos peuvent s'associer pour établir des unités de coopération de la taille d'une commune, d'une ville ou même d'une mégalopole. Le concept de bolo rappelle celui d'écovillage[pourquoi ?].

P.M. a créé un embryon de langue construite avec l'asa'pili, qui sert à décrire ses concepts et leur rajoute une touche savoureusement utopique.

SilaModifier

L’argent n’existant plus, les personnes peuvent être accueillies temporairement dans n’importe quel collectif (bolo), y être nourries, soignées et hébergées[1]. Ce principe d’hospitalité est appelé sila en la langue asa'pili. Son respect n’est pas imposé par une organisation mais par un équilibre global, où le bon accueil des voyageurs est nécessaire aux bolos à la circulation des nouvelles, des savoir-faire, des idées, et participe de leur réputation et la confiance que l’on peut leur accorder, et donc de leur capacité à nouer des relations durables avec d’autres communautés.

Asa'piliModifier

L'asa'pili est une langue construite par P.M. dans son essai Bolo'bolo. D'une part, P.M. explique au moyen de cette langue imaginaire ses idées avec originalité. D'autre part, dans la société qu'il propose, l'asa'pili serait une langue auxiliaire internationale neutre[2].

L'asa'pili se compose de quelques mots base, chacun représenté par un symbole comme suit[3],[4].

Symbole Prononciation Signification
ibu je, tu, elle, il : individu, personne, citoyen, homme, femme, enfant, quelqu'un, personne.
bolo communauté de base, tribu, commune, voisinage, quartier, communauté de rue, communauté de vallée, village.
sila garantie de vie, hospitalité, tolérance, assistance, loi, existence.
taku propriété, secret, vie privée, malle à souvenirs.
kana gang, groupe, ménage, clan, bande, cercle d'amis, club.
nima identité culturelle, style de vie, mode de vie, culture, tradition, philosophie, religion, idéologie, personnalité.
kodu nature, agriculture, paysage, nutrition, campagne.
yalu aliments, cuisine, style de cuisine, gastronomie.
sibi art, artisanat, architecture, industrie, production d'outils et de machines.
pali énergie, production d'énergie, essence, chaleur, utilisation d'énergie.
sufu eau, conduite d'eau, fontaine.
gano habitation, maison, abri, construction, tente, caverne, logement.
bete santé, soins médicaux, médecine, soins du corps.
nugo mort, pilule de mort, suicide.
pili communication, langage, compréhension, transmission de connaissances, instruction, entraînement, bavardage.
kene travail externe, travail obligatoire, travail socialement nécessaire, corvée.
tega arrondissement, voisinage, quartier, village, ville, district, vallée, île.
dala assemblée, conseil, comité, association, parlement, réunion, gouvernement.
dudi délégué extérieur, espion, contrôleur.
fudo comté, ville, commune, petite région, vallée.
sumi région, aire géographique, grande île, région linguistique.
asa terre, monde, humanité.
buni don, signe.
mafa aide mutuelle, réserves, provisions, ressources centrales.
feno accord de troc, contrat d'échange, collaboration, coopération.
sadi marché, foire, centre d'échanges.
fasi voyage, randonnée, transport, trafic, vie nomade, tourisme, locomotion.
yaka bataille, querelle, duel, violence, conflit, guerre, ensemble de règles.

On peut composer des mots[5]. Par exemple:

  • asa'pili signifie langue du monde.
  • bolo'bolo signifie ensemble des bolos.
  • fasi'ibu signifie le voyageur.
  • yalu'gano signifie le restaurant.

Liens internesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sortir de l'économie. Bulletin critique de la machine-travail planétaire, 2009, n°3, p.22 http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/
  2. (P.M. 1986, p. 157-159)
  3. « Asa'pili », sur lyber-eclat.net (consulté le 5 octobre 2011)
  4. (P.M. 1986, p. 178-179)
  5. (P.M. 1986, p. 158)
  6. « Lyber de bolo‘bolo », sur http://www.lyber-eclat.net/, (consulté le 22 aout 2019)

Liens externesModifier