Boleslas II le Chauve

princeps de Pologne (1241)

Boleslas II le Chauve
Illustration.
Le duc abandonné Boleslas,
peinture de Jan Matejko (1838-1893).
Titre
Duc de Silésie (Wrocław)
Prédécesseur Henri II le Pieux
Successeur Henri III le Blanc,
Ladislas de Wrocław
et Conrad II de Głogów
Duc de Petite-Pologne (Cracovie)
princeps de Pologne
Prédécesseur Henri II le Pieux
Successeur Conrad Ier de Mazovie
Duc de Lubusz
Prédécesseur Mieszko de Lubusz
Successeur cédé à l'archevêque de Magdebourg
Duc de Legnica
Successeur Henri V le Gros,
Bolko Ier de Świdnica
et Bernard l’Adroit
Biographie
Dynastie Piast
Date de naissance entre 1220 et 1225
Date de décès
Père Henri II le Pieux
Mère Anne de Bohême
Conjoint Edwige d'Anhalt
Euphémie de Poméranie
Sophie de Dyhrn

Boleslas II le Chauve (en polonais Bolesław II Łysy), appelé aussi Boleslas II Rogatka (Bolesław II Rogatka), né entre 1220 et 1225, et mort le , est un prince polonais de la dynastie des Piast, fils d’Henri II le Pieux et d’Anne de Bohême. Issu de la branche aînée des Piast régnant la Silésie depuis 1138, il succéda à son père en tant que duc de Silésie en 1241. Après une division du duché en 1248, il fut le premier duc de Legnica jusqu'à sa mort.

BiographieModifier

Boleslas II est le fils aîné d’Henri II le Pieux, duc de Silésie, duc de Grande-Pologne et princeps de Pologne à partir de 1238, et de son épouse Anne, fille du roi Ottokar Ier. Ses frères cadets ont été Mieszko de Lubusz († 1242), Henri III le Blanc († 1266), duc de Wrocław, Conrad II de Głogów († 1273/1274) et Ladislas († 1270). Leur père a été tué à la bataille de Legnica contre les forces de la Horde d'or sous le khan Batu, le .

Après la mort de Henri II, les Piast de Silésie ne parviennent à conserver la suprématie sur le royaume de Pologne. Boleslas II n'a réussi à s'affirmer sur le trône à Cracovie plus de quelques mois et c'est son cousin le duc Conrad Ier de Mazovie qui lui succède comme souverain de Pologne. Lui-même, il ne devenait que duc de Silésie à Wrocław, conjointment avec ses frères encore mineurs.

À partir de 1247, sur l'insistance de la noblesse locale, il a dû partager le pouvoir avec son frère cadet Henri III le Blanc, alors que Conrad II et Ladislas sont destinés à poursuivre une carrière ecclésiastique. En 1248, après la partition de la Basse-Silésie, il ne conserve que le nouveau duché de Legnica, lorsque Henri a reçu la partie centrale autour de la résidence de Wrocław. L’année suivante, Boleslas cède le pays de Lubusz plus au nord-ouest, patrimoine de son frère défunt Mieszko, à l’archevêque de Magdebourg et la région passe alors sous la domination de la marche de Brandebourg. En échange, il obtient le soutien des princes allemands dans le conflit croissant qui l’oppose à ses frères. En 1251, toutefois, il est forcé d'abandonner les domaines de Głogów à Conrad II.

En voie d'être abandonné par tout le monde, à la suite d'un assaut donné contre Thomas (en), l’évêque de Wrocław, sa position s’affaiblit vis-à-vis de l’Église et il recherche de l’aide auprès de l’aristocratie allemande, ce qui lui vaut de perdre la confiance de la noblesse polonaise. À partir de 1277, il devient également duc de Środa Śląska.

Mariages et ascendanceModifier

En 1242, Boleslas épouse Edwige († 1259), fille du prince Henri Ier d'Anhalt. Ils eurent 8 enfants:

En 1261, Boleslas épouse en secondes noces Euphémie (également appelée Alenta ou Iolanta ou Adelheid), fille de Sambor II, duc de Poméranie. Ils auraient eu une fille, Catherine (morte jeune vers 1270).

À partir de 1270, le duc commence ouvertement à vivre avec sa maîtresse Sophie de Dyhrn, qui lui donne un fils, Jarosław (mort en bas âge). En 1275, malade et profondément offensée par l'affaire de son mari, Euphémie retourne en Poméranie. Le mariage est de fait annulé. En 1277 Boleslas épouse sa maîtresse. Cependant, l'union ne dure que quelques mois, jusqu'à la mort du duc en 1278.

AscendanceModifier