Bolchoï Oussouriisk

île russe

Bolchoï Oussouriisk
Heixiazi 
L'île Heixiazi / Bolchoï Oussouriisk est représentée sur la carte en bas à droite.
L'île Heixiazi / Bolchoï Oussouriisk est représentée sur la carte en bas à droite.
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Localisation Confluent de l'Amour et de l'Oussouri
Coordonnées 48° 22′ 15″ N, 134° 46′ 04″ E
Superficie Environ 260[1] km2
Géologie Île sédimentaire
Administration
Drapeau de la Russie Russie
District fédéral Extrême-Orient
Sujet fédéral Kraï de Khabarovsk

Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Heilongjiang
Xian Xian de Fuyuan
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+10
Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Bolchoï Oussouriisk
Bolchoï Oussouriisk
Catégorie:Île en Chine - Catégorie:Île en Russie

L'île Bolchoï Oussouriisk (en russe : о́стров Большо́й Уссури́йский, ostrov Bolchoï Oussouriiski, ou Heixiazi (chinois simplifié : 黑 瞎子 岛 ; chinois traditionnel : 黑 瞎子 島 ; pinyin : Hēixiāzi Dǎo[note 1]), est une île sédimentaire au confluent des fleuves Oussouri et Amour. Elle est divisée entre la République populaire de Chine (RPC) et la Russie. L'île proprement dite a une superficie d'environ 260 km² et est étroitement délimitée par l'île de Yinlong (île Tarabarov) et plus de quatre-vingt-dix îlots (en chinois, Heixiazi peut se référer uniquement à la grande île ou au groupe d'îles collectivement). Sa position au confluent de l'Amour et de l'Oussouri et juste à côté de la grande ville russe de Khabarovsk, lui a donné une grande importance stratégique.

HistoireModifier

 
Carte du secteur de Khabarovsk incluant l'île Bolchoï Oussouriisk (marquée BOUNDARY IN DISPUTE) (AMS, 1950).
 
Carte de la ville de Khabarovsk.

La convention de Pékin de 1860 stipulait que la frontière entre la Russie et la Chine s'étendait le long du fleuve Amour et de la rivière Oussouri. En tant que telle, l'île au confluent de l'Amour et de l'Oussouri était chinoise. Jusqu'en 2004, l'île Bolchoï Oussouriisk était le site d'un différend territorial entre la Chine et la Russie. L'Union soviétique a occupé de force les îles Bolchoï Oussouriisk et Yinlong à la suite du conflit sino-soviétique de 1929, mais cela n'a pas été accepté par la Chine. Alors que la Russie gouvernait les îles en tant que partie du kraï de Khabarovsk, la Chine les revendiquait en tant que partie du xian de Fuyuan, province du Heilongjiang ; la partie la plus orientale de la Chine.

La difficulté de régler ce différend impliquait des intérêts concurrents entre la Russie et la Chine. Le règlement de la frontière selon les lignes revendiquées par la Chine aurait soumis des parties colonisées de la ville de Khabarovsk à la gamme d'artillerie mise en place à Heixiazi. Cependant, en occupant toute l'île, la Russie a contrôlé l'intégralité des voies navigables de l'Amour et de l'Oussouri et a donné à Khabarovsk une zone tampon confortable. Pendant leur contrôle de l'île, la Russie a refusé aux bateaux chinois l'accès de la navigation à l'Amour et à l'Oussouri[2].

Le 14 octobre 2004, l'accord complémentaire entre la République populaire de Chine et la Fédération de Russie sur la partie orientale de la frontière sino-russe a été signé[3], dans lequel la Russie a accepté de renoncer au contrôle de l'île de Yinlong/Tarabarov et de la moitié environ de l'île Bolchoï Oussouriisk. Environ 170 km² incluant environ 42% de l'île Bolchoï Oussouriisk ont été transférés à la Chine[4], l'autre partie demeurant sous la juridiction de la Russie[5]. En retour, la Chine a accepté de retirer toutes ses revendications territoriales sur le reste de l'île Bolchoï Oussouriisk détenu par la Russie et a reçu le droit de naviguer sur les navires le long du chenal principal de l'Amour. Les deux pays ont réglé par cette transaction le dernier contentieux terrestre sur leur frontière commune[6].

En 2011, l'île s'est ouverte aux touristes, les gouvernements chinois et russe prévoyant de poursuivre son développement en tant que destination touristique[7].

GéographieModifier

 
Carte de la frontière Chine-URSS avec un encart montrant les limites revendiquées autour de l'île Bolchoï Oussouriisk.
 
L'île Yinlong (île Tarabarov) (juste au-dessus du centre de l'image) et l'île Bolchoï Oussouriisk (Heixiazi) (s'étend du centre de l'image au bord droit du cadre). La frontière internationale est visible sur l'image sous la forme d'une ligne diagonale (par rapport à son affichage sur Google Maps).

La superficie totale de ces territoires dans la région de Khabarovsk est d'environ 340 km². Les deux tronçons représentent moins de 2% de la frontière sino-russe, qui s'étend sur quelques 4 300 km et constitue l'une des plus longues frontières terrestres de la planète[5].

La section chinoise de l'île fait partie du xian de Fuyuan, province du Heilongjiang. La section russe fait partie du raïon de Khabarovsk (en) du kraï de Khabarovsk.

Accord entre la Russie et la République populaire de ChineModifier

 
Îles Bolchoï Oussouriisk et Tarabarov.

En 2005, la Douma russe et le Congrès populaire national chinois ont approuvé l'accord. Le 21 juillet 2008, un accord a été signé à Pékin par les ministres chinois et russe des Affaires étrangères, qui a finalisé la démarcation de la frontière et a officiellement mis fin aux négociations. En vertu de l'accord, la Russie céderait environ 174 km² de territoire à la Chine[8]. Le transfert a eu lieu le 14 octobre 2008[9]. La zone transférée en Chine est en grande partie inhabitée[10]. La partie chinoise de l'île est située dans le district de la ville de Fuyuan dans la province du Heilongjiang, le comté le plus à l'est de la Chine.

ControverseModifier

L'accord a rencontré une controverse des deux côtés de la frontière. En mai 2005, les cosaques de Khabarovsk ont manifesté contre la perte de la moitié de Bolchoï Oussouriisk. En retour, certains commentateurs chinois, en particulier les médias à Hong Kong, à Taïwan et à l'étranger qui échappent au contrôle de la censure du gouvernement de la RPC, ont critiqué le gouvernement de la RPC pour avoir signé l'accord, qu'ils considéraient comme scellant comme définitive la perte de l'ancien territoire chinois, comme la Mandchourie extérieure, en Russie.

Le gouvernement de la République de Chine à Taïwan n'a jamais reconnu les traités frontaliers signés par la RPC avec d'autres pays. Par conséquent, le ROC revendique toujours formellement toutes les parties des îles Heixiazi.

Selon une étude réalisée en 2002 par Akihiro Iwashita, spécialiste japonais des relations slaves, « la plupart des élites locales de Khabarovsk, en particulier des militaires, considéraient les îles d'importance stratégique puisqu'elles clôturaient Khabarovsk depuis la Chine. Si la frontière avait été tracée, en s’appuyant sur le "principe du canal principal", les deux îles seraient passées à la Chine. C'est pourquoi l'Union soviétique a insisté sur l'exception juridique des deux îles dans ses négociations avec la Chine à la fin des années 1980, tout en renforçant son contrôle de facto sur ces îles. »[5]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le mot heixiazi est un surnom chinois pour l'ours noir.

RéférencesModifier

  1. Superficie mesurée avec Google Maps, varie fortement selon les crues et les déplacements de rives.
  2. (en) Neville Maxwell, « How the Sino-Russian Boundary Conflict Was Finally Settled: From Nerchinsk 1689 to Vladivostok 2005 via Zhenbao Island 1969 », sur http://src-h.slav.hokudai.ac.jp/, (consulté le 23 mai 2020).
  3. Agence France-Presse, « Accord historique entre la Chine et la Russie sur leur frontière orientale », sur Le Monde, (consulté le 24 mai 2020).
  4. Superficie mesurée avec Google Maps.
  5. a b et c (en) « World's biggest country becomes a little bit smaller », sur RT (chaîne de télévision), (consulté le 23 mai 2020).
  6. Dorian Malovic et Alain Guillemoles, « La Chine et la Russie règlent leur dernier litige frontalier », sur La Croix, (consulté le 23 mai 2020).
  7. (en) CNTV, « China-Russia border island to open to tourists », sur China.org.cn, (consulté le 23 mai 2020).
  8. (en) Gergő Nagy et Wazir Ali Baber, « Analysis on Russian foreign policy », sur http://culturalrelations.org/, (consulté le 23 mai 2020).
  9. (en) RIA Novosti, « Handover of Russian islands to China seen as effective diplomacy », sur Sputnik, (consulté le 23 mai 2020).
  10. (en) The Economist, « The Sino-Russian border - The cockerel’s cropped crest », sur The Economist, (consulté le 23 mai 2020).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier