Ouvrir le menu principal

Boismont (Somme)

commune française du département de la Somme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boismont.

Boismont
Boismont (Somme)
Mairie-école.
Blason de Boismont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Abbeville-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Baie de Somme
Maire
Mandat
Michel Boutin
2014-2020
Code postal 80230
Code commune 80110
Démographie
Gentilé Boismontais, Boimontaises
Population
municipale
479 hab. (2016 en augmentation de 2,35 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 12″ nord, 1° 41′ 10″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 46 m
Superficie 15,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Boismont

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Boismont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boismont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boismont

Boismont est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France. La commune fait partie du projet de parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Boismont est un village de la basse vallée de la Somme, à 5 km en amont de Saint-Valery-sur-Somme, où se trouve l'embouchure du fleuve dans la baie de Somme.

Le village de Boismont est situé en hauteur, sur la rive Sud de la vallée, surplombant la rivière Somme et le canal de la Somme ainsi que les « mollières » de la baie de Somme.

Boismont est composée de trois agglomérations : deux situées en hauteur entre Saigneville et Saint-Valery-sur-Somme, ce sont le bourg de Boismont et le hameau de Pinchefalise, d'à peu près autant d'habitants, de plus un troisième hameau très pittoresque avec son « platon » est excentré et porte le nom de Bretel.

Le hameau de Bretel, qui a compté plus de 40 habitants avant les années 1970, a gardé son identité ; historiquement, ses habitants n'avaient pas les mêmes droits que les habitants de Boismont et de Pinchefalise.

La commune de Boismont possède des « mollières », des pâturages de « bas-champs », gagnés sur la mer, dont les fossés sont visités par l'eau de mer lors des fortes marées.

La route de Saint-Valery-sur-Somme à Noyelles-sur-Mer longe des prés sur son côté Est, prés qui font partie du territoire de Boismont.

Transports routiersModifier

La localité est desservie par les lignes d'autocars no 5 (Cayeux - Friville-Escarbotin - Abbeville) et no 8 (Saint-Valery - Friville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1].

ToponymieModifier

Bernard de Saint Valery cite Belmon en 1191 (Gall. Christ.). En 1284, Barmons est mentionné par Philippe le Bel. Les coutumes locales de 1507 signalent Baimont-sur-mer et Baimond. L'Histoire ecclésiastique d'Abbeville permet de relever Boymont en 1646. La forme actuelle est rencontrée en 1763[2],[3].

HistoireModifier

La rue du donjon évoque la présence d'une tour défensive destinée à protéger l'accès au gué de Blanquetaque.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Delegorgue    
1968[4] 2001 Hubert Quilliot   Directeur d'école,
officier de l'ordre national du Mérite[5], officier de la Légion d'honneur[6].
mars 2001 2008 Pierre-Yves Fauquet    
mars 2008 En cours
(au 6 mai 2014)
Michel Boutin   Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Au dernier recensement de 2016, la commune comptait 479 habitants.

La commune occupe le 17 090e rang au niveau national, alors qu'elle était au 15 433e en 1999, et le 228e au niveau départemental sur 782 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 479 habitants[Note 1], en augmentation de 2,35 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410392456406504545617637637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
658695721693633595559605593
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
571568591582551541561515554
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
538511509526551497468464460
2013 2016 - - - - - - -
481479-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (30,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d'hommes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 13,1 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 30,5 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 12,6 %, 15 à 29 ans = 11,7 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 26 %, plus de 60 ans = 31,1 %).
Pyramide des âges à Boismont en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,7 
9,6 
75 à 89 ans
11,7 
20,5 
60 à 74 ans
17,7 
21,4 
45 à 59 ans
26,0 
20,1 
30 à 44 ans
18,6 
13,1 
15 à 29 ans
11,7 
14,8 
0 à 14 ans
12,6 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,9 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,8 
20,6 
15 à 29 ans
19,3 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 

EnseignementModifier

En regroupement pédagogique intercommunal avec l'école voisine de Saigneville, jusqu'en juin 2018, l'école locale scolarise des enfants des deux villages.

En 2019, un nouveau RPI est créé, associant les communes de Boismont, Franleu, Mons-Boubert et Saigneville. À la rentrée de septembre, deux classes de maternelle seront à Mons-Boubert, les autres communes accueilleront une classe élémentaire. La communauté d'agglomération Baie de Somme attend 110 enfants à la rentrée de septembre. Un service de repas pour le midi sera mis en place dans chaque collectivité[14].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

HéraldiqueModifier

  Blason D'argent à l'oiseau essorant de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Louis Briet de Rainvillers, résistant, mort en déportation. La commune lui a rendu hommage en donnant son nom à la rue principale. Agriculteur, domicilié au château de Boismont, il est arrêté le 7 juillet 1942 à Boismont (80) pour avoir hébergé et fait évader un aviateur anglais (réseau Hector). Il est déporté par le convoi du 29 août 1942 au départ de Paris (75) à destination de Hinzert (Allemagne) et meurt en déportation le 1er février 1945 au camp d'Oranienburg (Allemagne). Il est cité dans le Livre mémorial des déportés de France de la F.M.D. (tome 1 p. 478). Son nom est gravé sur le monument aux morts de Boismont. « Monsieur Louis » représente par son patriotisme toutes celles et tous ceux qui à Boismont, Bretel et Pinchefalise, ont été actifs pendant la Seconde Guerre mondiale face à l'occupant très présent dans le village de Boismont, village qui était stratégique pour les Allemands de par sa situation à l'embouchure de la Somme face à l'Angleterre.
  • Louis Briet de Rainvillers (1838-1907), grand-père du précédent, conseiller général et député de la Somme.
  • Abbé Gérard Leroux (1909-1944), curé de Boismont (1936-1942), ami et collaborateur de Louis de Rainvillers dans la Résistance.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Boismont, à la découverte d'une commune de la Baie de Somme : https://boismont.wordpress.com
  • Hubert Quillot, L'ouverture du canal du duc d'Angoulême, ses incidences sur l'exploitation des biens patrimoniaux dans les territoires de Boismont et de Pinchefalise d'après les documents communaux. Bulletin de la Société d'Archéologie et d'Histoire de Saint-Valery-sur-Somme, 1974, n° 5, p. 6-27.
  • Adrien Huguet, Les seigneurs de Pinchefalise 1416-1789, Bulletin de la Société d'Emulation d'Abbeville, 1925, t. XII, p. 356-369.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, 1868-1878, Archives départementales de la Somme, Amiens, p. 70.
  3. Lire la partie consacrée à Boismont dans l'ouvrage de Jacques Garnier, vue 70/269, archives départementales.
  4. Fronton de la salle polyvalente
  5. Décret du 15 novembre 1999 portant promotion et nomination.
  6. Xanier Togni, Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 27 janvier 2017, p. 12.
  7. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 3 avril 2014, p. 13.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population à Boismont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010).
  13. « Résultats du recensement de la population de la Somme en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010).
  14. Mathieu Hérault, « Un nouveau regroupement d'écoles a été créé. », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 12.
  15. « Château de Boismont », sur Châteaux de France (consulté le 10 janvier 2019)
  16. « Hameau de Pinchefalise », sur Région Hauts-de-France (consulté le 10 janvier 2019)
  17. « Château de Bretel », sur Châteaux de France (consulté le 10 janvier 2019)
  18. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, F Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 39 p..