Bois-d'Arcy (Yvelines)

commune française du département des Yvelines

Bois-d'Arcy
Bois-d'Arcy (Yvelines)
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Versailles
Intercommunalité CA Versailles Grand Parc
Maire
Mandat
Jean-Philippe Luce
2020-2026
Code postal 78390
Code commune 78073
Démographie
Gentilé Arcysiens
Population
municipale
15 142 hab. (2017 en augmentation de 9,62 % par rapport à 2012)
Densité 2 763 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 08″ nord, 2° 01′ 57″ est
Altitude 155 m
Min. 130 m
Max. 180 m
Superficie 5,48 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Cyr-l'École
Législatives 11e circonscription des Yvelines
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bois-d'Arcy
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Bois-d'Arcy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bois-d'Arcy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bois-d'Arcy
Liens
Site web https://www.boisdarcy.fr/

Bois-d'Arcy est une commune française du département des Yvelines, en région Île-de-France, située à 18 km a l'ouest de Paris.

Ses habitants sont appelés les Arcisiens.

GéographieModifier

 
Position de Bois-d'Arcy dans les Yvelines.

LocalisationModifier

La commune de Bois-d'Arcy se situe en pleine campagne sur un plateau dominant au sud la plaine de Versailles.

Elle est limitrophe de Fontenay-le-Fleury au nord-est, de Saint-Cyr-l'École à l'est, de Montigny-le-Bretonneux au sud, de Trappes au sud-est, des Clayes-sous-Bois à l'ouest et de Villepreux au nord.

C'est un terroir très peu urbanisé, partiellement boisé au nord et à l'ouest par la forêt domaniale de Bois-d'Arcy. Il englobait au sud-est une partie de l'étang de Saint-Quentin.

Incluse le 11 août 1972 dans le périmètre de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, Bois-d'Arcy l'a quittée le 23 décembre 1983 lors du changement de municipalité.

Transport et voies de communicationsModifier

Réseau routierModifier

La commune se trouve au carrefour de deux axes autoroutiers : l'autoroute A12 et l'axe R N12 - RN 286 à caractéristiques autoroutières, qui forment avec la voirie locale et la RN10 proche un imposant échangeur. La route départementale 127 permet de rejoindre Fontenay-le-Fleury et la route départementale 11 vers le nord ; en limite sud de la commune, la route départementale 129, ancienne RN 12, relie la ville à Saint-Cyr-l'École et Guyancourt.

Desserte ferroviaireModifier

La ville est mal desservie ne disposant pas de RER, la gare la plus proche étant la gare de Fontenay-le-Fleury, ligne N, Paris Montparnasse - Mantes-la-Jolie ou Paris Montparnasse - Dreux. Les bus desservent aussi les gares de Trappes, Montigny-le-Bretonneux, Versailles et Saint-Cyr-l'École.

BusModifier

La commune est desservie par les lignes 11, 11S, 41 et 50 de la société de transport Hourtoule, par la ligne 415 du réseau de bus Sqybus et par la ligne 51 de la société de transport STAVO, elle n’est pas desservie par les bus Noctilien la nuit, ce qui assure un trafic perturbé la nuit.

ToponymieModifier

La première mention du nom de Bois d’Arcy remonte à 1169, Sylvaim de Arsitio[1] et in sylva Arsitio[2], Nemus Arsitii ou Nemus Arsicii au XIIIe siècle[1], de Arcio en 1276, Bois darsis en 1335[3] puis Boscus Arcisi en 1352, Boscus Arsicii en 1458[1] , variant de Bois-d'Arcy à Bois-Darcy de 1604 au début du XVIIIe siècle.

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en *Bosc- devenu Bois- en français moderne, terme issu du bas latin et d'origine germanique. Les textes écrits en latin médiéval traduisent par sylva (forme correcte latine silva « arbre, bosquet, bois, forêt ») ou par nemus signifiant « bois, bois sacré » qui sont approximatives. Le village s'est donc développé sur l'emplacement d'un bois.

Quant à la seconde partie du nom, à savoir d'Arcy, elle est attestée avec diverses latinisations : Arsitio, Arsitii et Arcissi qui rendent compte de l'ancien français arseïs, arsis « bois ou terre brûlé » qui dérive du verbe d'ancien français arsir (variante de ardoir) qui signifie « brûler ».

« le bois d’Arcy » (ou « bois arcis ») est donc le « bois du bois brûlé »[4]. Bois-d'Arcy aurait son origine liée à une première occupation sur un espace défriché par un incendie.

HistoireModifier

La création du village dans une zone couverte de forêts remonte vraisemblablement au XIe siècle.

Dans les anciens titres, on trouve le Bois d'Arcis mentionné sous le nom de Nemus Arsitii[5].

Au XVIIe siècle les terres sont achetées par Louis XIV qui crée un étang destiné à alimenter en eau les bassins du château de Versailles. La partie arcysienne de cet étang devenu l'étang de Saint-Quentin, partie intégrante de la base de plein air et de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, a été rétrocédé en 1983 à la commune de Montigny-le-Bretonneux.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[7], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Versailles, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Versailles-Ouest de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place des Yvelines, la commune est intégrée en 1967 au canton de Trappes, puis rattachée en 1976 au canton de Saint-Cyr-l'École[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Saint-Cyr-l'École

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la onzième circonscription des Yvelines.

IntercommunalitéModifier

Bois-d'Arcy intègre en 2007 la communauté d'agglomération Versailles Grand Parc, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2002.

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors des élections municipales du , la liste de Claude Vuillet, maire sortant, a recueilli 64,67 % des voix, la liste de François Ribeyre 21,50 % et la liste Serge Charpentier 13,83 %[9].

Lors du premier tour des élections municipales du 23 mars 2014, la liste de Claude Vuillet, maire sortant, a recueilli 42,56 % des voix, la liste de Philippe Benassaya 57,43%[10].

Lors des municipales de 2020, la liste du maire sortant Philippe Benassaya remporte l'élection à nouveau dès le premier tour, avec 63,66 % des suffrages exprimés, devançant largement la liste de Jocelyne Hannier (DVG, 36,33 % des suffrages), lors d'un scrutin marqué par 56,62% d'abstention[11]

Liste des mairesModifier

Liste des maires et présidents de la municipalité successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Thomas Pluchet    
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1939[12] Alexandre Turpault[13],[Note 1] SFIC Cheminot, conseiller municipal depuis 1929
Fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien.
Conseil municipal suspendu à la suite de la signature du Pacte germano-soviétique
1939[12] 1940 Alexandre Garsault   Président de la délégation spéciale
1940 1944 Georges Severin   Président de la délégation spéciale
1944 1947 Pierre Mora    
octobre 1947 mai 1953 Élie Jagues DVD Tourneur-fraiseur à l'IAT de Saint-Cyr l’École
mai 1953 mars 1959 Gustave Rossi DVD  
mars 1959 mars 1971 Maurice Ouzeau DVD  
mars 1971 mars 1977 Andrée Mirochnikoff Centriste  
mars 1977 mars 1983 Jacques Monquaut PCF Informaticien
Maire de Trappes (1996 → 2001)
mars 1983 mars 1989 Marie-Claude Le Roy DVD  
mars 1989 juin 1995 Jean Gombert RPR-DVD[14]  
juin 1995 mars 2014 Claude Vuilliet PS Retraité
Conseiller général de Saint-Cyr-l'École (1998 → 2011)
mars 2014 novembre 2020[15] Philippe Benassaya[16] UMPLR Cadre supérieur
Conseiller départemental de Saint-Cyr-l'École (2015 → )
Député des Yvelines (2020[17] → )
Démissionnaire à la suite de son élection comme député
novembre 2020[18] En cours
(au 8 novembre 2020)
Jean-Philippe Luce UDI Directeur d'investissement dans un grand groupe

JumelagesModifier

Au 26 mars 2014, Bois-d'Arcy est jumelée avec[19] :

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[20],[Note 2]

En 2017, la commune comptait 15 142 habitants[Note 3], en augmentation de 9,62 % par rapport à 2012 (Yvelines : +1,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
286298333390396387385434434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
439454460443842720626569553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7596106996998307861 2611 4562 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 1506 76610 23111 79612 69312 06413 33113 78814 703
2017 - - - - - - - -
15 142--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 23,7 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 11,3 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 15,7 %).
Pyramide des âges à Bois-d'Arcy en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
2,9 
75 à 89 ans
5,4 
8,2 
60 à 74 ans
10,1 
20,4 
45 à 59 ans
20,0 
24,6 
30 à 44 ans
23,5 
23,7 
15 à 29 ans
20,6 
20,0 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

ÉconomieModifier

  • Commune résidentielle.
  • Centre commercial de moyenne importance autour d'un supermarché E. Leclerc.
  • Zone industrielle de 50 hectares, au lieu-dit la Croix-Bonnet, dans l'ouest de la commune. Cette zone d'activité accueille notamment un magasin de bricolage Leroy Merlin et la plate-forme industrielle de traitement du courrier. Ouvert en 2010 pour plusieurs départements, ce centre est doté des équipements de tri et de distribution modernes permettant de traiter 2 400 000 plis par jour[24].
  • En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 575 [25].
  • Archives du film du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), installées dans un ancien fort militaire, la batterie de Bois-d'Arcy.
  • Maison d'arrêt de Bois-d'Arcy.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Vincent Charlemagne Pluchet est né le 30 juin 1774 à Bois-d'Arcy, il est le fils de Thomas Pluchet (maire de Bois-d'Arcy en 1790).
  • Alexandre Turpault, cheminot, militant communiste, conseiller municipal depuis 1929, il devient maire en 1935. En octobre 1939, il est démis de ses fonctions. Il entre dans la Résistance. Arrêté deux fois, il est fusillé le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien[27].
  • Santos-Dumont, pionnier de l'aviation, fit ses essais dans la commune au début du XXe siècle.
  • Déportivo, groupe de rock dont les trois membres ont grandi à Bois-d'Arcy.
  • William Perkins Babcock (1826-1899), peintre américain, y vécut et y est mort.

HéraldiqueModifier

Les armes de Bois-d'Arcy se blasonnent ainsi :

d'or à un chevron d'argent à trois fasces de gueules, accompagné en pointe d'une flamme du même, au chef d'azur chargé d'un soleil rayonnant d'or.

Voir aussiModifier

Bois d'Arcy au cinémaModifier

Le réalisateur Mehdi Benallal a consacré en 2013 un court métrage documentaire, Bois d'Arcy[28], à la ville qu'il a habitée avec sa famille dans les années 1980. À propos du film, le critique Saad Chakali écrit : « Deux rapaces tournoient dans le ciel du dernier plan de Bois d'Arcy, dans la guise possiblement métaphorique d'une angoisse dont la menace ne serait jamais dissipée. Les noirs volatiles alors attesteraient qu'a été touché le seuil liminal, la lisière cauchemardesque d'une cité faussement tranquille (comme dans certains films de David Lynch ou Tim Burton). Une cité aussi faussement tranquille qu'elle est le site réel d'une persistante intranquillité, réellement criblée des douleurs brûlantes de l'enfance. »[29] Le film a été sélectionné au festival du Cinéma du réel à Paris en 2013[30].

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une rue de la commune porte le nom de ce maire.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  2. Dans le titre d’Arnaud, seigneur de Villepreux
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1204
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, librairie Droz, 1991, p. 1204, no 22478 [1]
  5. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  6. Source : Cartes postales et Histoire Locales par E. Stéphan.
  7. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. [2]
  10. Résultat élection municipale 2014 Ministère de l'intérieur.
  11. Victor Alexandre, « Municipales : les résultats du premier tour à Bois-d'Arcy : Les résultats du premier tour des élections municipales 2020 à Bois-d'Arcy ont été publiés ce 15 mars 2020 », (consulté le 24 mai 2020).
  12. a et b Ministère de l'intérieur, « arrêté du 3 octobre 1939 portant suspension de conseils municipaux du département de la Seine-et-Oise », Journal officiel de la République française, no 240,‎ , p. 12030-12031 (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2020) lire en ligne sur Gallica.
  13. Nadia Ténine-Michel, « TURPAULT Alexandre : Né le 18 janvier 1889 à Puy-Notre-Dame (Maine-et-Loire), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cheminot ; militant communiste ; maire de Bois-d’Arcy (Seine-et-Oise, Yvelines) », Le Maitron en ligne, (consulté le 7 novembre 2020).
  14. Olivier Bossut, La droite aligne un trio d'union Le Parisien, 1 février 2001
  15. Laurent Mauron, « Bois-d’Arcy : Jean-Philippe Luce va endosser l’écharpe de maire : Le 1er adjoint devrait succéder ce samedi matin, à Philippe Benassaya comme premier magistrat de la commune. Le conseil se tiendra à huis clos et en deux temps », Le Parisien, édition desYvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2020) « Conseiller municipal d'opposition à partir de 2008, Jean-Philippe Luce est passé dans la majorité avec l'élection de Philippe Benassaya en 2014 à la tête de la ville. Adjoint à la Culture et au Développement économique lors du premier mandat (2014-2020), il était, depuis les dernières municipales, premier adjoint en charge des Finances et de la Réussite éducative. Encarté à l'UDI, ce directeur d'investissement dans un grand groupe est âgé de 36 ans ».
  16. Réélu pour le mandat 2020-2026 : Sébastien Birden, « Yvelines : les premiers maires officiellement élus... masque sur le visage : Plusieurs conseils municipaux ont eu lieu ce samedi, installant dans leurs fonctions des maires désignés dès le premier tour le 15 mars dernier », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2020) « Philippe Benassaya (LR) a, lui aussi, débuté son deuxième mandat à Bois-d'Arcy grâce à un score de 27 voix contre 6 abstentions ».
  17. Virginie Wéber, « Yvelines : Philippe Benassaya (LR) remporte la législative partielle : Le maire de Bois-d’Arcy devient député de la 11e circonscription des Yvelines. Il a battu Sandrine Grandgambe (DVG) avec plus de 57 % des voix », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2020).
  18. « Yvelines. Jean-Philippe Luce est le nouveau maire de Bois-d'Arcy : Jean-Philippe Luce succède à Philippe Benassaya en tant que maire de Bois-d'Arcy (Yvelines) », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020) « Celui qui a toujours vécu dans la petite ville yvelinoise est entré en politique en 2008, à 24 ans, figurant sur la liste d’opposition lors des municipales cette année-là, puis conseiller municipal à partir de 2012. « Ce sont les élections présidentielles de 2007 qui m’ont donné le goût de l’engagement politique local. J’ai rencontré Philippe Benassaya en assistant aux réunions du conseil municipal, avant de figurer sur sa liste », confie Jean-Philippe Luce ».
  19. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 26 mars 2014).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  22. « Évolution et structure de la population à Bois-d'Arcy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mai 2011)
  23. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mai 2011)
  24. TV Fil 78 Le centre de tri de Bois d'Arcy.
  25. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 16 juillet 2017)
  26. Source base Mérimée
  27. Alexandre Turpault (1889-1941). Un maire moderne et citoyen, Eric Thiébaud
  28. Bois d'Arcy, film de Mehdi Benallal
  29. "Bois d'Arcy" (2013) de Mehdi Benallal, Le racisme inévident
  30. En compétition au festival du Cinéma du réel