Ouvrir le menu principal

Boat-people

(Redirigé depuis Boat people)
Bateau vietnamien de boat-people dont les passagers ont été recueillis fin avril 1984 au sud de la mer de Chine par le cargo Cap Anamur, spécialement affrété par Rupert Neudeck, dans le cadre de l'opération "Un bateau pour le Viêt Nam" ; celui-ci contenait 52 personnes quand il a été secouru. Il est exposé actuellement comme monument à la mémoire des boat-people à Troisdorf en Allemagne.

Le terme boat-people (terme composé par adjonction des mots anglais « bateau » et « gens ») désigne et qualifie chaque individu ayant pris part à une importante vague de migration venue d'Indochine jusqu'en Europe et en Amérique du Nord par la mer de Chine dans les années 1980. Ce phénomène fut provoqué par des conflits armés dans la région, dus à de vives tensions de nature politiques et économiques entre l'URSS et la Chine sur fond de Guerre froide.

Cette migration est composée de ressortissants du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge ayant choisi de quitter les dictatures de leurs pays respectifs, caractérisées par une idéologie politique omniprésente, la limitation conséquente de la liberté d'opinion et la pratique d'une économie dirigée.

Cette migration a lieu à bord d'embarcations souvent inappropriées, sélectionnées seulement en fonction de leur valeur moindre, de leur disponibiité et sans autre considération que le profit immédiatement généré. Souvent en surcharge et en mauvais état, ces nefs provoquent de très nombreuses tragédies, dont les victimes périssent par noyade, maladie, famine et froid.

Ce terme a commencé à être utilisé dans la presse francophone à partir de la chute de Saïgon en avril 1975, lors de l'invasion du Sud Viêt Nam pro occidental par le Nord Viêt Nam communiste.

Ultérieurement, le terme reste utilisé dans la presse francophone au sens figuré pour désigner les vagues de migrants en provenance d'Afrique du Nord et d'Orient traversant la mer Méditerranée à destination de l'Europe. En revanche, les pays de culture anglo-saxone appliquent le terme au sens propre, qui désigne tout individu empruntant une embarcation quelle qu'elle soit pour quitter un contexte donné indépendamement des raisons politiques ou économiques susceptible de le motiver.

Boat-peopleModifier

Au VietnamModifier

À l'effondrement de la République du Sud Viêt Nam en mars 1975, une première vague de personnes quitte précipitamment le pays avec les Américains, fuyant devant le régime communiste Rapidement d'autres vagues de réfugiés leur succèdent sur des embarcations de fortune. Après la réunification du Viêt Nam en 1976, avec la radicalisation progressive du pays, des réseaux clandestins d'émigration se mettent en place.

À partir de 1978, le Viêt Nam communiste soutenu par l'Union soviétique envahit le Kampuchéa démocratique en vue de chasser les Khmers Rouges, soutenus par la Chine. La Chine ripostera à partir de 1979 en attaquant à son tour le Viêt Nam[1]. Les tensions idéologico-économiques comme les affrontements armés consécutifs inquiètent énormément les populations du sud du pays, notamment celles ayant évolué dans un contexte pro occidental, parmi lesquelles la minorité ethnique sino-vietnamienne, exerçant principalement des activités commerciales.

Au fil de ces tensions idéologiques mais fratricides, et ceci jusqu'à la fin des années 1980[2] une forme particulière de départ maritime voit le jour, qualifiée de départ semi-officiel. Moyennant le versement d'une somme d'argent aux autorités locales et aux organisateurs, les candidats à l'exil volontaire ne sont pas radicalement empêchés d'embarquer, fréquemment en surnombre, sur des embarcation souvent inadéquates au périple. Une fois en mer, les nefs sont victimes des exactions non seulement de pirates mais également de garde-côtes, outre les avaries et les naufrages[3]. La quantité des faits et des victimes est telle que les régimes communistes impliqués ne parviennent pas à les minimiser ou dissimuler. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés estime qu'entre 200 000 et 250 000 personnes ont péri[3]. Ces tragédies deviendront un fait marquant de la fin de la guerre froide.

Les embarcations qui parviennent bien à destination de Hong Kong, sont dirigés vers des camps dans lesquels ils sont retenus. Les médias de masse de l'époque se font l'écho tant des drames survenus en mer que de l'accueil rudimentaire des réfugiés dans ces camps. Les images de milliers de visages parqués derrière des barbelés ou des barreaux dans des conditions déplorables soulèvent l'indignation en occident.

 
Boat-people vietnamiens en 1984.

Raymond Aron, en allant plaider la cause des boat-peoples à l'Élysée devant Valéry Giscard d'Estaing en , demande aux hommes politiques de résoudre le drame de l'accueil des réfugiés, repoussés par de nombreux pays (en particulier par Hong Kong, l'Indonésie et l'Australie). Jean-Paul Sartre, déjà âgé, se rallie à cette cause. Avec d'autres intellectuels et des personnalités telles que André Glucksmann, Yves Montand ou Simone Signoret, Bernard Kouchner lance l'opération Un bateau pour le Vietnam et affrète un cargo, l'Ile de lumière[4]. Cette mission humanitaire en mer de Chine qui donnera naissance à l'association Médecins du monde, sera suivie de nombreuses autres. La France accueille donc un quota officiel de réfugiés des camps. C'est la première grande vague d'immigration en France d'origine asiatique.

La dernière mission d'assistance en mer a eu lieu au printemps 1989, à bord du Mary, petit cargo financé par André Gille (un donateur particulier) à bord duquel se relaient des équipes soutenues par l'association française Partage. Les vagues de boat-people cessent dans les années 1990, lorsque le Vietnam, à l'instar de la Chine, commence à libérer le commerce et à mettre en place un socialisme ouvert à l'économie de marché.

À Genève (février 2006) et à Liège (juin 2006), les premières stèles ont été érigées à la mémoire des victimes, et pour marquer la reconnaissance des survivants à l'égard des pays d'accueil. Le gouvernement de Hanoï, toujours à parti unique (Parti communiste vietnamien), est parvenu à faire détruire deux autres stèles, l'une en Malaisie, l'autre en Indonésie, par pressions diplomatiques sur ses voisins.

AilleursModifier

 
132 boat-people haïtiens entassés sur une petite embarcation et interceptés par un navire américain.

Par extension ce terme de boat-people est utilisé dans d'autres circonstances : ainsi notamment à Cuba, l'exode de Mariel en 1980, puis de nouveau en 1994, ou bien en Italie lors du naufrage à Lampedusa en 2013.

En avril 2008, l'historien Alain Le Doaré nomme l'exposition dont il est le commissaire : Voyages au bout de la mer - Boat people, hier, aujourd'hui. L'exposition relate l'histoire des centaines de milliers de Vietnamiens qui ont tenté de quitter leur pays par la mer à partir de 1975. Photos, films, sons, écrits, racontent cette histoire via les témoignages des réfugiés, des marins, des journalistes, des médecins. L'exposition a été reprise aux Champs Libres à Rennes en 2009, sous le titre Boat-people, bateaux de l'exil[5].

AnalyseModifier

L'opération Un bateau pour le Vietnam lancée par Bernard Kouchner est analysée comme « la première campagne de promotion des urgences humanitaires ». À un moment où les espérances révolutionnaires notamment communistes perdent leurs derniers attraits, ce type de campagne ne s’inscrit plus dans une grille de lecture explicitement « idéologique », comme celle engendrée par l’adhésion au marxisme et s'éloigne des dénonciations qui fonctionnaient encore au début de la décennie soixante-dix, tout particulièrement dans les milieux gauchistes. Elle ne retient plus que les mots d'ordre de la morale et est marquée par un style (« spectacularisation et sollicitude envers les victimes, pratique de l’exorcisme verbal contre ces grande entités que sont la faim et le terrorisme ») qui sera amplement repris la suite[6].

HommagesModifier

En 1984, le groupe de rock français Gold sort l'album Le Train de mes souvenirs dans lequel figure la chanson Plus près des étoiles. Avec ce single, le groupe rend hommage aux boat-people vietnamiens. Ce sera le plus grand succès du groupe avec Capitaine abandonné en 1985. Voici un court extrait des paroles de la chanson :

« Ils ont quitté leurs terres,
Leurs champs de fleurs
Et leurs livres sacrés ;
Traversé les rizières
Jusqu'au grand fleuve salé... »

Notes et référencesModifier

  1. lire aussi l'article Wikipedia sur la guerre sino-vietnamienne
  2. [1]Les Femmes dans l'immigration vietnamienne en France : De 1950 à nos jours, Chloé Szulzinger, page 18
  3. a et b (en) « Vietnam, post-war Communist regime (1975 et seq.): 365,000 », Secondary Wars and Atrocities of the Twentieth Century, (consulté le 27 mai 2008)
  4. « Grâce à l'Ile de Lumière, des milliers de Vietnamiens ont reconstruit leur vie », La Croix,‎ (lire en ligne).
  5. Site de l'exposition
  6. François Hourmant, Le désenchantement des clercs : Figures de l'intellectuel dans l'après-mai 68, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res publica », 1er mai 1997

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier