Boécourt

commune de la Suisse

Boécourt
Boécourt
L'église catholique Saint-Sébastien.
Blason de Boécourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Jura Jura
District Delémont
Communes limitrophes Haute-Sorne, Develier, Bourrignon, La Baroche, Clos du Doubs
Maire Michel Tobler
NPA 2856
N° OFS 6702
Démographie
Population
permanente
914 hab. (31 décembre 2018)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 05″ nord, 7° 12′ 55″ est
Altitude 516 m
Superficie 12,35 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Boécourt
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Jura
Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Boécourt
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Boécourt
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Boécourt
Liens
Site web www.boecourt.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Boécourt (ancien nom allemand : Bietsingen) est une commune suisse du canton du Jura, située dans le district de Delémont.

Elle est composée également des petits villages de Séprais et Montavon.

HistoireModifier

 
Photo aérienne (1955)

La première mention de Boécourt date de 1141, sous le nom de Biestingen, avec la fondation du couvent de Bellelay auquel la paroisse de Boécourt fut donnée.

Les localités sont apparues bien plus tard, sous la forme de petits bourgs agricoles. On relevait toutefois la présence de quelques moulins.

Avec l'industrie horlogère et l'extraction importante de minerais de fer, jusqu'à le deuxième moitié du XXe siècle, a provoqué la diminution du nombre d'agriculteurs.

GéographieModifier

Boécourt a une superficie de 12,35 km.  Sur cette superficie, 6,09 km ou 49,3% sont utilisés à des fins agricoles, tandis que 5,09 km 2 (1,97 mi2) ou 41,2% sont boisés. Sur le reste des terres, 1,06 km ou 8,6% sont installés (bâtiments ou routes), 0,04 km 2 (9,9 acres) ou 0,3% sont soit des rivières ou des lacs et 0,03 km (7,4 acres) ou 0,2% est un terrain improductif.

De la zone bâtie, les logements et les bâtiments représentaient 3,2% et les infrastructures de transport, 3,9%. Sur les terres boisées, 38,4% de la superficie totale des terres sont fortement boisées et 2,8% sont couvertes de vergers ou de petites grappes d'arbres. Sur les terres agricoles, 18,0% sont utilisés pour la culture et 17,4% pour les pâturages et 13,2% pour les pâturages alpins. Toute l'eau de la municipalité est dans les lacs.

La municipalité est située dans le quartier Delémont, au sud de la jonction Les Rangiers sur la route Glovelier - Porrentruy . Il se compose des villages de Boécourt, Séprais et Montavon.

Les communes de Bassecourt , Boécourt, Courfaivre , Glovelier , Saulcy , Soulce et Undervelier envisagent une fusion à une date ultérieure dans la nouvelle commune de Haute-Sorne .

ArmoiriesModifier

Le blason des armoiries municipales est d' azur, un costume d'or rubané et arqué avec trois mulets [de six] de même.

DémographieModifier

Boécourt a une population (en décembre 2018) de 914 habitants.  En 2008 , 9,4% de la population étaient des ressortissants étrangers résidents.  Au cours des 10 dernières années (2000-2010), la population a changé à un taux de 1,4%. La migration représentait 1,8%, tandis que les naissances et les décès représentaient -0,4%.

La majorité de la population (en 2000 ) parle le français (744 ou 91,4%) comme première langue, l' allemand est la deuxième langue la plus courante (32 ou 3,9%) et l' italien la troisième (16 ou 2,0%). Il y a 3 personnes qui parlent le romanche .

En 2008, la population était composée à 49,9% d'hommes et à 50,1% de femmes. La population était composée de 387 hommes suisses (45,2% de la population) et 40 (4,7%) hommes non suisses. Il y avait 390 femmes suisses (45,6%) et 39 (4,6%) femmes non suisses.  De la population de la commune, 330 ou environ 40,5% sont nés à Boécourt et y vivaient en 2000. Il y avait 264 ou 32,4% qui sont nés dans le même canton, tandis que 107 ou 13,1% sont nés ailleurs en Suisse et 94 ou 11,5% sont nés hors de Suisse.

En 2000 , les enfants et les adolescents (de 0 à 19 ans) représentaient 27,1% de la population, tandis que les adultes (de 20 à 64 ans) représentaient 58,5% et les personnes âgées (de plus de 64 ans) 14,4%.

En 2000, il y avait 328 personnes célibataires et jamais mariées dans la municipalité. Il y avait 425 personnes mariées, 34 veuves ou veufs et 27 personnes divorcées.

En 2000, la municipalité comptait 308 ménages privés et une moyenne de 2,6 personnes par ménage.  Il y avait 66 ménages composés d'une seule personne et 29 ménages de cinq personnes ou plus. En 2000, 303 appartements (86,3% du total) étaient occupés de façon permanente, tandis que 36 appartements (10,3%) étaient occupés de façon saisonnière et 12 appartements (3,4%) étaient vides.  En 2009 , le taux de construction de nouveaux logements était de 4,7 nouveaux logements pour 1 000 habitants. Le taux d'inoccupation de la commune, en 2010, était de 2,07%.

PolitiqueModifier

Lors des élections fédérales de 2007, le parti le plus populaire était le SPS qui a obtenu 29,12% des voix. Les trois partis suivants les plus populaires étaient le CVP (24,83%), le SVP (17,61%) et le FDP (17,38%). Aux élections fédérales, 227 voix au total ont été exprimées et le taux de participation a été de 38,0%.

ÉconomieModifier

Vue aérienne de Boécourt, 1955, des archives de l' ETH Zurich En 2010, Boécourt avait un taux de chômage de 3,9%. En 2008 , 38 personnes étaient employées dans le secteur économique primaire et une quinzaine d'entreprises impliquées dans ce secteur. 337 personnes étaient employées dans le secteur secondaire et il y avait 13 entreprises dans ce secteur. 59 personnes étaient employées dans le secteur tertiaire, avec 17 entreprises dans ce secteur.  Il y avait 403 résidents de la municipalité qui étaient employés dans une certaine mesure, dont les femmes représentaient 40,0% de la main-d'œuvre.

En 2008, le nombre total d' emplois équivalents temps plein était de 383. Le nombre d'emplois dans le secteur primaire était de 26, tous dans l'agriculture. Le nombre d'emplois dans le secteur secondaire était de 324, dont 290 (89,5%) dans l'industrie manufacturière et 32 (9,9%) dans la construction. Le nombre d'emplois dans le secteur tertiaire était de 33. Dans le secteur tertiaire; 5 ou 15,2% étaient dans la vente en gros ou au détail ou la réparation de véhicules automobiles, 2 ou 6,1% étaient dans le mouvement et l'entreposage de marchandises, 7 ou 21,2% étaient dans un hôtel ou un restaurant, 2 ou 6,1% étaient des techniciens ou des scientifiques 7 ou 21,2% étaient scolarisés.

En 2000 , il y avait 309 travailleurs qui faisaient la navette dans la municipalité et 249 travailleurs qui faisaient la navette. La municipalité est un importateur net de travailleurs, avec environ 1,2 travailleur entrant dans la municipalité pour chaque départ. Environ 19,4% de la main-d'œuvre entrant à Boécourt provient de l'étranger.  De la population active, 7,7% ont utilisé les transports en commun pour se rendre au travail et 63% ont utilisé une voiture privée.

ReligionModifier

D'après le recensement de 2000 , 641 ou 78,7% étaient catholiques romains , tandis que 61 ou 7,5% appartenaient à l' Église réformée suisse . Du reste de la population, 33 individus (soit environ 4,05% de la population) appartenaient à une autre église chrétienne. Il y avait 1 individu qui était islamique . 72 (soit environ 8,85% de la population) n'appartiennent à aucune église, sont agnostiques ou athées , et 22 individus (soit environ 2,70% de la population) n'ont pas répondu à la question.

ÉducationModifier

À Boécourt, environ 242 ou (29,7%) de la population ont achevé le deuxième cycle de l'enseignement secondaire non obligatoire , et 69 ou (8,5%) ont achevé des études supérieures supplémentaires (soit à l' université soit dans une Fachhochschule ). Sur les 69 diplômés de l'enseignement supérieur, 60,9% étaient des Suisses, 29,0% des Suisses.

Le système scolaire du canton du Jura prévoit deux années de maternelle non obligatoire , suivies de six années d'école primaire. Elle est suivie de trois années obligatoires de premier cycle du secondaire où les élèves sont séparés selon leurs capacités et leurs aptitudes. Après le premier cycle du secondaire, les élèves peuvent fréquenter un lycée facultatif de trois ou quatre ans, suivi d'une certaine forme d'enseignement supérieur, ou ils peuvent entrer en apprentissage .

Au cours de l'année scolaire 2009-2010, aucun élève ne fréquentait l'école à Boécourt.  En 2000 , 71 élèves de Boécourt fréquentaient des écoles à l'extérieur de la municipalité.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier