Blancs-Coteaux

commune française du département de la Marne
Blancs-Coteaux
Blancs-Coteaux
Vignes de Champagne à Oger.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne
Maire
Mandat
Pascal Perrot
2020-2026
Code postal 51130 ; 51190
Code commune 51612
Démographie
Population
municipale
3 323 hab. (2018)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 16″ nord, 4° 00′ 12″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 247 m
Superficie 65,81 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Blancs-Coteaux
(ville isolée)
Aire d'attraction Blancs-Coteaux
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Vertus-Plaine Champenoise
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blancs-Coteaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blancs-Coteaux
Liens
Site web blancs-coteaux.fr

Blancs-Coteaux est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand-Est. Créée le avec le statut de commune nouvelle, elle est issue de la fusion des quatre communes : Vertus, Oger, Gionges et Voipreux[1].

Le territoire de la commune s'étend sur plus de 6 500 hectares, au sud de la Côte des Blancs, en plein cœur de l’appellation champagne. Avec plus de 3 300 habitants, la commune est la seconde commune la plus peuplée de la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne, et fait partie des 20 communes les plus peuplées du département de la Marne.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans le département de la Marne et la région Grand Est.

Elle est située à environ 20 km au sud d'Épernay (sous-préfecture d'arrondissement), à 30 km à l'ouest de Châlons-en-Champagne (préfecture de département), à environ 50 km au sud de Reims, agglomération la plus importante du département de la Marne, à 350 km à l'ouest de Strasbourg (préfecture de région) et à 140 km à l'est de Paris.

Géologie et reliefModifier

Le territoire de la commune s'appuie sur les derniers contreforts de l'Île-de-France (côte d'Île-de-France).

HydrographieModifier

La rivière Berle traverse les bourgs de Vertus et de Voipreux.

UrbanismeModifier

Blancs-Coteaux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Blancs-Coteaux, une unité urbaine monocommunale[5] de 3 325 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Blancs-Coteaux, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

La commune comprend plusieurs bourgs et hameaux : la ville de Vertus et les hameaux de la Madeleine et du Plessis, le village de Gionges et le hameau de Fulaine-Saint-Quentin, le village d'Oger et le village de Voipreux.

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

La commune est traversée par plusieurs axes routiers d'envergure départemental : les RD 9, RD 10, RD 36, RD 37 et RD 38, ainsi que les RD 238 et RD 436. Elle est également traversée au sud par l'axe routier RD 933 (anciennement route nationale 33). La commune est située à une trentaine de kilomètres de l'échangeur autoroutier de Saint-Gibrien (accès autoroute A26 et autoroute A4), et à une vingtaine de kilomètres de la route nationale 4.

Voies aériennesModifier

La commune est située à 30 kilomètres de l'aéroport Châlons-Vatry, desserte aéroportuaire internationale destinée aux passagers et au fret.

Transport ferroviaireModifier

 
Ancienne gare SNCF de Vertus et silo agricole.

La commune est traversée par la ligne ferroviaire Esternay-Oiry, sur les territoires des bourgs de Vertus et d'Oger. Depuis le milieu du XXe siècle, la ligne sert uniquement au transport de fret. Les gares ferroviaires destinées aux passagers les plus proches sont celles de Châlons-en-Champagne (TGV et TER) et d’Épernay (TER).

La commune ne dispose plus de gare ferroviaire, et ce depuis le milieu du XXe siècle. Le bâtiment situé à Vertus servant à l'époque de halte pour les passagers de la ligne ferroviaire reliant Esternay à Oiry a d'ailleurs été désaffecté dans un premiers temps, puis détruit en 2014/2015. La commune est toujours traversée par la ligne ferroviaire Esternay-Oiry, et ce sur les territoires des bourgs de Vertus et d'Oger, mais celle-ci ne sert désormais qu'au transport de fret. Les gares ferroviaires destinées aux passagers les plus proches sont celles d’Épernay (TER) et Châlons-en-Champagne (TGV et TER). Enfin, la commune est située à environ 45 kilomètres de la gare Champagne-Ardenne TGV (LGV Est européenne, TGV et TER, TRAM).

Transports en communModifier

La commune est desservie par la ligne d'autocar no 160 du réseau Marne Mobilité, réseau des lignes régulières du département de la Marne (STDM - groupe RATP). Cette ligne de bus relie quotidiennement, dans les deux sens et plusieurs fois par jour, les communes de Fère-Champenoise et d’Épernay, en passant notamment par la commune de Blancs-Coteaux. Les bus s'arrêtent à trois reprises à Vertus (rue du 28-Aout-1944 : maison de santé ; boulevard Paul-Goerg : crédit agricole/pharmacie ; rue du Général-Leclerc : Paul Goerg), mais aussi à Voipreux (avenue de l'Europe) et à Oger (rue d'Avize : salon Bagnolet), soit un total de cinq arrêts sur le territoire de la commune. Cette desserte locale permet de relier quotidiennement et de façon directe la commune à celles de Fère-Champenoise, Val-des-Marais, Bergères-lès-Vertus, Villeneuve-Renneville-Chevigny, Le Mesnil-sur-Oger, Avize, Cramant, Cuis et Épernay. Elle permet notamment de se rendre directement à la gare routière et la gare d'Épernay.

À la suite de la fusion entre la communauté de communes de la Région de Vertus et la communauté de communes Épernay Pays de Champagne début 2017, un projet de transport à la demande, assurée par la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne, a été proposé par de nombreux élus et habitants de l'ancienne communauté de communes de la Région de Vertus. Celui-ci, ayant pour objectif de desservir notamment la nouvelle commune des Blancs-Coteaux, est mis en place au 1er septembre 2018. La ligne A du réseau Mouvéo est alors prolongée et dessert désormais la commune de Blancs-Coteaux. Par conséquent, quatre nouveaux arrêts sont marqués sur le territoire de la commune : trois à Vertus (Maison de la Santé ; République ; Bammental) et un quatrième à Oger. Cette nouvelle desserte locale permet de relier directement la commune à celles de Epernay, Pierry, Cuis, Cramant, Avize et Le Mesnil-sur-Oger. La ligne A permet notamment de relier le centre-bourg de Vertus, le Centre Hospitalier Auban-Moët, le centre-ville d'Epernay, la zone commerciale et artisanale de Pierry ou encore la gare routière et la gare SNCF d'Epernay.

ToponymieModifier

Dans un premier temps, les conseillers municipaux des communes Vertus, Oger, Gionges et Voipreux décident d'appeler la nouvelle commune « Côte des Blancs ». Cependant, de nombreux élus et habitants des communes voisines dénoncent une appropriation de l'appellation Côte des Blancs, appellation qui regroupe un terroir d'une dizaine de communes, dont celles de Chouilly, Cuis, Cramant, Avize, Oger, Le Mesnil-sur-Oger, Vertus, Voipreux ou encore Bergères-lès-Vertus. Les élus de la nouvelle commune se voient alors dans l'obligation de faire machine arrière, afin notamment d'apaiser les débats. Quelques jours avant la fusion des territoires de Vertus, Oger, Gionges et Voipreux, et l'installation de la nouvelle commune, le nom « Blancs-Coteaux » est choisi par les conseillers municipaux des quatre communes, puis validé par le préfet de la Marne.

HistoireModifier

La commune est créée avec le statut de commune nouvelle par un arrête préfectoral du et installée au [1]. Elle est le résultat du rapprochement des quatre anciennes communes Vertus, Oger, Voipreux et Gionges, dans un souci de viabilité du territoire, de maintien du service public de proximité et de qualité au service des habitants, en regroupant notamment les moyens humains, matériels et financiers.

Le projet de création d'une commune nouvelle date de 2016. L'objectif est à l'époque de regrouper une douzaine de communes de l'ancienne communauté de communes de la Région de Vertus, et ainsi d'occuper une place importante et imposante au sein de la nouvelle communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne. Ce premier projet, centré notamment sur le modèle de la carte scolaire de Vertus, ne fait cependant pas l'unanimité. Un second projet voit alors le jour : celui-ci est davantage recentré sur le bourg de Vertus et quelques communes limitrophes. Fin 2016, intéressée par l'idée de la création d'une commune nouvelle, la commune de Villers-aux-Bois, située à l'ouest des Blancs-Coteaux, décide d'organiser un référendum public. Son résultat n'ira cependant pas en faveur d'un rapprochement avec d'autres communes (l'explication avancée en étant qu'une harmonisation fiscale aurait entrainé une augmentation de l'imposition des habitants du village de Villers-aux-Bois).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
10 janvier 2018 En cours Pascal Perrot[10] LR Viticulteur
Conseiller général (1996 → 2015)

Conseil municipalModifier

Depuis le 1er janvier 2018, et jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de tous les conseillers municipaux issus des conseils des quatre anciennes communes. Le maire de chacune d'entre-elles est par conséquent devenu le maire délégué. Le 10 janvier 2018, l'ensemble du conseil municipal de la commune a désigné Pascal Perrot, ancien maire de Vertus et ancien président de la communauté de communes de la région de Vertus, maire de Blancs-Coteaux.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune est rattachée à l'arrondissement d'Épernay ; c'est la seconde commune la plus importante de la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne.

Sur le plan électoral, la commune est le bureau centralisateur du canton de Vertus-Plaine Champenoise.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Avec près de 3 500 habitants, la commune de Blancs-Coteaux est la seconde commune la plus peuplée de la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne. Elle fait partie des 20 communes les plus peuplées du département de la Marne.

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Vertus
(siège)
51612 CC de la Région de Vertus 35,68 2 372 (2015) 66
Gionges 51271 CC de la Région de Vertus 10,75 218 (2015) 20
Oger 51411 CC de la Région de Vertus 15,06 561 (2015) 37
Voipreux 51651 CC de la Région de Vertus 4,32 229 (2015) 53

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 3 323 habitants[Note 3].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018
3 3803 3303 3253 323
(Sources : Insee à partir de 2015[11].)

Équipements et services publicsModifier

 
Hôtel de ville des Blancs-Coteaux.

Le siège de la commune est situé à Vertus, en lieu et place de l'ancien hôtel de ville du bourg. Ce dernier est donc devenu au l'hôtel de ville de la commune. Par souci de cohérence et de proximité avec les habitants, les trois anciennes mairies des communes de Gionges, Oger et Voipreux restent des sites ouverts au public, sous forme de permanences. Elles deviennent ainsi des mairies annexes de la nouvelle commune. L'essentiel des services municipaux et administratifs est centralisé à Vertus. Il est notamment possible d'effectuer une demande de carte nationale d'identité et de passeport à l'hôtel de ville de la commune.

La commune dispose d'une maison de services au public, régie par la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne. Elle se situe à Vertus. Différents organismes et services y sont proposés : demande de certificat d'immatriculation, déclaration de vente ou de cession d'un véhicule, obtention d'un certificat de non-gage ou bien du casier judiciaire no 3 (services de la préfecture de la Marne). On y retrouve également un espace MSA (couverture santé, retraite, CMU, demande d'une carte européenne d'assurance maladie), un espace Carsat (retraite et santé au travail), un espace Pôle emploi, un espace CAF (prestations et allocations familiales), et un espace Assurance maladie (CPAM, carte vitale, etc.). Des permanences y sont également assurées par les services du conseil départemental : protection maternelle et infantile (PMI) et assistance sociale.

La commune dispose également d'une maison de la communauté, régie par la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne. Elle se situe à Vertus. Il s'agit en réalité d'une antenne directe de l'hôtel de la communauté d'agglomération Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne, situé à Épernay. On y retrouve donc plusieurs services de la communauté d'agglomération : eau potable et assainissement, ou bien encore affaires scolaires et péri-scolaires.

Parmi les services publics également présents sur le territoire de la commune, on retrouve notamment :

La commune dispose également d'un centre d'incendie et de secours (sapeurs-pompiers volontaires) et d'une brigade territoriale de la gendarmerie nationale.

EnseignementModifier

 
Château de la Crolière - Maison Familiale Rurale de Gionges.

La commune dispose de plusieurs établissements scolaires, et sites pédagogiques, d'apprentissage et d'enseignement, allant des classes de maternelle jusqu'à l'enseignement supérieur :

  • l'école maternelle publique Les Sources, à Vertus ;
  • le regroupement pédagogique des écoles primaires publiques de Vertus ;
  • l'école maternelle et primaire catholique Saint-Joseph, à Vertus ;
  • le collège public Eustache-Deschamps, à Vertus ;
  • la maison familiale rurale de Vertus : établissement privé de formation (sanitaire et social, service à la personne), de la 4e au Bac Pro ;
  • la maison familiale rurale de Gionges : établissement privé de formation (viticulture, agriculture), de la 4e au BTSA.

Périscolaire et petite-enfanceModifier

Les deux écoles publiques (maternelle et primaire) et l'école privée de Vertus disposent de plusieurs services périscolaires : cantine, études, garderie.

Un centre public de loisirs (multi-sport) se trouve également sur le territoire de la commune. Celui-ci accueille notamment les enfants le mercredi après-midi et pendant les vacances scolaires.

La commune dispose également de deux structures d'accueil pour les enfants en bas-âge :

  • la crèche halte-garderie publique Les Petits Loups, gérée par le centre communal d'action sociale (CCAS) ;
  • la crèche La Ribambelle, structure privée rattachée à l'école catholique Saint-Joseph.

SantéModifier

De nombreux professionnels de la santé exercent dans la commune : médecins généralistes, dentistes, masseurs-kinésithérapeutes, infirmiers, sage-femme, ostéopathe, orthophonistes, podologues, diététicienne-nutritionniste. La plupart d'entre-eux accueillent les patients au sein de la maison de santé pluridisciplinaire de Vertus. Des permanences sont également assurées par les services du conseil départemental : protection maternelle et infantile (PMI) et assistance sociale.

La commune administre deux maisons de retraite : la résidence Paul-Gérard et la résidence de l'Hôtel-Dieu. Il s'agit en réalité d'une seule structure, l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Vertus, répartie actuellement sur deux sites. En 2018, un projet est en cours de construction afin de rassembler les deux résidences sur un seul site (ouverture définitive prévue en 2020).

Deux pharmacies sont situées dans la commune, à Vertus et à Oger.

Quatre permanences Don de sang sont organisées chaque année, à Vertus, par l'Établissement français du sang.

SportsModifier

L'ancienne commune de Vertus a reçu le label 2018-2022 « Commune sportive champardennaise », décerné par le comité régional olympique et sportif de Champagne-Ardenne. Le siège du Service des Sports de la commune de Blancs-Coteaux se situe par conséquent à Vertus, à proximité immédiate de l'hôtel de ville.

Équipements sportifsModifier

  • Piscine Neptune, centre aquatique sportif
  • Stade Paul-Davesne, stade de football synthétique. Ce stade accueille les matchs et les entraînements des équipes du club de football local, le Football Club de la Côte des Blancs (FCCB) ;
  • Second stade de football, naturel cette fois-ci.
  • Club canin vertusien de la Côte des Blancs (CCVCB)
  • Stand de tir à l'arc Michel-Adnet,
  • Courts de tennis du Tennis-Club de Vertus
  • Deux salles polyvalentes
  • Un gymnase,
  • Stade Bernard-Gouet, stade de football naturel,
  • Aire "City-Stade", aire de jeux multisports de plein-air.
  • centre équestre.
  • Parcours de santé au lieu-dit les Falloises : 2,5 km
  • Golff

Parmi les sites naturels, la commune dispose d'un site naturel d'escalade, la Pierre aux Corbeaux, et de plusieurs étangs destinés à la pratique de la pêche. Des pistes de VTT sont également balisées, à travers vignes et forêts.

ÉconomieModifier

La situation économique de la commune est, début 2018, celle des quatre communes fusionnées.

Le territoire de la commune est situé sur la route touristique du Champagne, recouvrant un vignoble qui s'étend au sud de la Côte des Blancs, en plein cœur de l’appellation Champagne.. De nombreuses maisons de champagne, coopératives viticoles, vignerons indépendants et producteurs locaux y sont installés. Son terroir est considéré comme le berceau de nombreuses maisons de champagne familiales et indépendantes. La Maison Duval-Leroy, l'une des dernières grandes maisons de champagne familiales et indépendantes, réputée dans le monde entier, y est présente depuis 1859.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le circuit historique de VertusModifier

Vertus dispose d'un circuit historique explicatif et balisé, décomposé en 17 étapes. Celui-ci permet notamment de découvrir l'ancienne cité médiévale et ses principaux monuments.

L'église et le Puits Saint-Martin de VertusModifier

L'église Saint-Martin, d'abord église d'une abbaye de chanoines réguliers, a des parties remontant au XIe siècle. Elle a la particularité d'avoir été construite sur une source qui jaillissait dans l'une de ses trois cryptes. Elle a dû succéder à un lieu de culte païen Virotus pour les celtes qui fut romanisé par un culte d'Apollon. Elle a un chevet plat donnant sur la mare qui jouxte l'église. Ce chevet, dans son aspect actuel, date de 1852, où les baies romanes ont été installées pour unifier le style de l'église. L'église a beaucoup souffert de la Grande Guerre et sa nef est longtemps restée inutilisable.

L'église Saint-Martin possède également du mobilier classé aux Monuments Historiques : deux cloches datant de 1596, un statuaire comprenant une Catherine (attribution incertaine) et un Jean-le-Baptiste, une Piéta devant le monument aux morts de l'édifice religieux, deux statues du Christ (XVe et XVIe), une statue de la Vierge à l'Enfant, et un pupitre en fer forgé aux armes de la commune.

Patrimoine environnementalModifier

La commune dispose d'un domaine forestier important (forêts et bois communaux de Vertus et d'Oger), et de zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique : corniches boisées ; bois et pelouses de Cormont (Vertus), bois, marais et pelouses de la Halle aux Vaches (Oger). Sur le territoire communal, on retrouve également une Zone Natura 2000, les carrières souterraines de Vertus et ses nombreuses chauve-souris, ainsi qu'une majeure partie de la réserve naturelle nationale des pâtis d'Oger et du Mesnil-sur-Oger.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Préfecture de la Marne, « Arrêté portant création de la commune nouvelle « Blancs-Coteaux » », Recueil des actes administratifs du département de la Marne, Châlons-en-Champagne, no 12quinquies,‎ , p. 33 (lire en ligne).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Blancs-Coteaux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Laetitia Venancio, « Pascal Perrot élu maire de Blancs-Coteaux », L'Union,‎ (lire en ligne).
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017 et 2018.